ACTU/PRESSE

By | 15 septembre 2019

RUBRIQUE DE PRESSE

L’indépendance d’Esprit, c’est grâce à vous !

LE DRAME DE MILLAS : Pyrénées orientales

Religieuses violées* ON BAISE AUSSI AU PCF

LE MONDE DIPLO DU MOIS EST ARRIVE

L’EDITO Défenseur des Droits, Jacques Toubon. Bilan défavorable aux institutions. Le non respect des lois est fréquent chez les représentants de l’état.
Article 2. Modifié par LOI n°2010-1 du 4 janvier 2010 – art. 1 (V) Le secret des sources des journalistes est protégé dans l’exercice de leur mission d’information du public. Est considérée comme journaliste au sens du premier alinéa toute personne qui, exerçant sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, de communication au public en ligne, de communication audiovisuelle ou une ou plusieurs agences de presse, y pratique, à titre régulier et rétribué, le recueil d’informations et leur diffusion au public. Lire la suite.
MEDIAPART modifie ses statuts en faveur « d’une société de presse à but non lucratifs. »

CRITIQUE DES CRITIQUES DES MÉDIAS
L’APOSTOLAT DU JOURNALISME. A l’annonce de l’Observatoire du Journalisme, du mois de juin 2019, la réaction de presselibre.fr fut immédiate, en rédigeant hâtivement un bref article synthétisant le contexte médiatique actuel. Certes de façon approximative. Insatisfait de notre intervention scripturale sur ce sujet, nous nous devions de rédiger un pamphlet circonstancié propre à l’esprit de notre Rédaction. Ils ont compris… LIRE la suite.ARTICLE DU DIPLO. Projet pour une presse libre, est l’intitulé de l’article du Diplo du mois de décembre 2014. Quatre années plus tard, ce thème récurrent préoccupe le diplo qui revient sur ce sujet, dans un contexte confronté à une situation complexe dans l’exploitation de l’information et/ou de sa désinformation orchestrée par des « journalistes » répondant aux intérêts de leur Rédaction/Direction ! Jean Canal.

FRANCE CULTURE anime une émission depuis cette année sur les conjectures du chamboulement climatique qui préoccupent les populations gentrifiées enclines à en subir les modifications sociétales inéluctables. En ont-ils réellement conscience ? A priori, non !, sinon les classes sociales confortablement établies dans un système privilégiant leur mode de vie, auraient pris à bras le corps le consumérisme en s’évertuant de le modifier à la base, pour le bien commun de la société ! Ce qui ne fut point le cas, puisque leur inquiétude s’accroît au fur et à mesure que le processus irréversible du changement climatique s’accentue jusques en leur patrimoine ! C’est une remise en question complète du sens de la vie qui est faite, au regard de l’humanité en déclin. «De cause à effet » est le magasine de l’environnement animé par Aurélie Luneau de 8H à 9H, le samedi, sur la radio culturelle du service public que vous préservez de la corruption qui par vos impôts, qui par votre audience en nette augmentation ! Merci !. Arte, la chaîne audiovisuelle par excellence, régulièrement revient à travers ses reportages sur les désastres de la pollution en tout genre, synthétisant ainsi la situation actuelle de la modification climatique et montrant du doigt les responsables politiques passifs sur ce fait. Lire la suite de ce croustillant article, ici. Jean Canal. 18 août 2019.

LES FABRICANTS DE L'INFORMATION. Le manque de confiance aux médias audiovisuels chutent à 52% en moins de résultats escomptés par rapport aux efforts déployés pour convaincre l'auditeur, moyennant un "appareil" élaboré à la mesure de l'attente qui n'est plus au rendez-vous. La source de cette information est elle, elle-même, viable dans une sphère médiatique où l'actualité concourt à la première place audiovisuelle, ratissant sur la toile (parce que tous y sont omniprésents) un public enclin à être de plus en plus réactif !? Amorphe, ce dernier fut embrouillé et détourné de son éventuel sens critique encore vivant en lui ! Radio France récompensée ; meilleure radio élue : France culture ; LCI couronné pour sa fiabilité de son info (BFM sur la touche) ! Comment réduire les incertitudes quand on constate que les médias officiels (la seconde chaîne d'état chasse le rapport des catastrophes naturelles corollaire au chamboulement climatique) détournent l'actualité au profit de ceux qui les financent !? Qui apporte cette statistique si ce n'est encore un média ! Il faudrait plutôt se demander qui fait partie de ce pourcentage ? Quelles sont les classes sociales dominantes et sur quels critères fondent-elles leur critique : au vu des relents populaires qui émanent des contestations avides de détruire un système que les partis politiques ont érigé en réponse à leur lectorat ?! Quel est, aujourd'hui, le profil de l'auditeur de France Culture comparé à celui de France Inter ?! Il différait, autrefois, quand la première fut par trop académique en un esprit hautement intellectuel ; ce qui n'est plus, à ce jour ! Et comme le niveau intellectuel général de la société a considérablement baissé,  conformément aux prérogatives politiques dont les instances aspirent à réduire au silence le savoir (professorat inclus), celui de France Culture qui se veut  désormais ouverte à une espèce de modernité épistémologique, se rabaisse au niveau de la majorité pensée par le pouvoir -rassurez-vous, vous ne vous en rendez pas compte...- sur des critères de généralisation de la culture accessible à tous les esprits, sans cet effort critique indispensable à fournir pour forger son jugement, indépendamment de l'autorité intellectuelle, au pis politique. Tout en demeurant passif tout en ayant l'impression de participer à ce grand débat de la société, l'individu est valorisé par l'attention que l'on lui porte, en le sollicitant à participer au débat national..!  Jean Canal ; en attendant l'émission Répliques du samedi matin, La Fabrique médiatique ajoute à notre idée de la désinformation générale entretenue. Jean Canal 7 septembre 2019. Revu et corrigé le 8 septembre 2019. Relire, entre autres, Jean-Claude Michéa : " L'Enseignement de l'ignorance." Et Raoul Vaneigem... Pour Vous, cela devrait suffire.

Fin 2006, l'urgence de créer un site dit de presse se fit sentir. La Dépêche du Midi vient tacitement de me faire comprendre qu'il faut aller voir ailleurs. J'irai pour quelques mois, me nourrir au Petit Journal qui me doit toujours quelques émoluments. L'idée de pouvoir enfin plonger la plume dans la plaie se révèle être possible avec le net ! S'ensuivront des manifestations d'hostilité et menaces en tout genre de la part des "rats" (la France en est plein) qui ne supportent pas que quelqu'un, enfin, osa leur révéler ce qu'ils son réellement dans la société : des socialistes du Comminges qui adoptaient une attitude d'extrême droite. Des gendarmes qui entravaient la déontologie en toute impunité, au profit des quelques notables dont le passé collaborationniste fut clairement établi ! Bref ! Une vie pleine de rebondissements qui encore aujourd'hui agace les services de Sécurité du territoire ne supportant pas que l'on fasse allusion à leur antécédents judiciaires... L'animosité continue et les protagonistes du "complot" en activité, sont les mêmes... L'avantage est que l'on peut les retrouver facilement et les localiser comme l'on veut ; mieux que les services de gendarmerie qui utilisent caméra et GPS, sans parler de la délation française qui n'a rien perdu de son efficacité des années noires (1939/1944). Après tant d'années, cette vidéo me fait sourire...et je la trouve pleine de naïveté ! En espérant qu'elle vous amuse aussi et que les maladresses qui s'y trouvent vous fassent rire aux éclats. Mes intentions au sujet de maintenir l'esprit rédactionnel du site se sont renforcées avec l'accroissement de l'animosité à mon encontre. Les protagonistes croyaient m'effrayer ! Ils ont créé l'effet inverse : je me sens d'attaque pour affronter, sans la plume, cette racaille de "Les Gens d'Ici."  7 septembre 2019. Jean Canal. Et évidemment : "les cons, je les emmerde !"

LES PETITS PAPIERS. Il suffit de consulter hâtivement les « Papiers publics », en diagonale de préférence, afin de constater que l'information converge, tant bien que mal, vers un pôle univoque nourri essentiellement de scripturaires redondant de thèmes piochés dans l'actualité -imageant un énorme sac dans lequel on saisit, au hasard, un sujet de circonstance, complaisant au lectorat recherchant l'intérêt que l'on lui porte, dans son information quotidienne ! Étant donné que l'individu social n'est toujours pas capable de se forger sa propre opinion sur un système qu'il cautionne par l'adhésion à tout ce qui dessert sa vie en collectivité, l'information officielle des détenteurs de l'appareil médiatique, régule, à juste titre, donc, le flux des priorités étatiques de toute sorte de gouvernements enclos dans la sphère libérale de l'économie de marché qui déstabilise l'ordre imposé ! Pour ceux qui prêchent une guerre mondiale en alternative aux conflits qui perdurent et persistent pour certains états historiquement éprouvés en la matière, avec la persuasion que les persécutés se plieront à l'ordre nouveau imposé par quelques idéologies en vogue.., ils procèdent à se condamner en demeurant, pour de longues années encore, et cela quand bien même exploiteraient-ils à souhait les paradoxes des démocraties occidentales (la chose est donc écrite!) qui, par défaut, pourraient défendre leur cause, eh bien, il faut se méfier des retournements que l'Histoire prodigue subrepticement au cœur de sociétés ne présentant, à ce moment-là, aucun signe de subversion. La réaction des peuples, longtemps maintenus dans une espèce d'absolutisme social, en ce sens que la rédemption s'obtiendrait par la souffrance, peut s'illustrer par un changement radical de politique inattendue des élites et couvé par les troupes populaires qui cogitent sur un moyen de recouvrer une société perdue, encensée par des idéologies obsolètes pour demain ; car en politique, il faut prévoir dans le futur ! La société moderne est en devenir et l'identité européenne, pour en faire une brève allusion, appartient aux générations qui arrivent. Jean Canal. 6 septembre 2019 .

Le Diplo de août, pages 20/21, avait consacré deux pages à la guerre d'Espagne et à la condition des exilés espagnols dans les camps dits de "concentration" par le gouvernement français de l'époque ! Les critiques et exactions commises à l'encontre des espagnols en déroute, couvrirent les pages de certains journaux ancrés à droite toute ! D'autres, "Des journalistes solidaires des républicains qui fuient le régime franquiste" défendaient la noble cause de ceux qui furent déchus de leur république par un coup d'état qui ne dérangeait point la communauté internationale occupée et préoccupée par la montée du nazisme et des états fascistes en lice. Anne Mathieu, journaliste et enseignante nous dresse un rapport circonstancié sur cette période offusquée, sous les traits journalistiques dont elle maîtrise le thème rédactionnel. Elle consacre un site à ces événements consultable ici. 

EDITORIAL DE SEPTEMBRE. L'HOMMAGE A PIERRE PEAN. A trois jours du mois de septembre, les rentrées intellectuelles, présentées sous différents intitulés comme « la rentrée littéraire », celles des polémiques de sujets touchant à la culture, cinéma, théâtre, photos, et cætera, le Monde diplomatique attira toute mon attention, je dis bien toute, puisque je rêvassais à mon prochain voyage en terre étrangère à l'Europe que je vais entreprendre pour quelques mois ! Ne vous réjouissez pas trop vite, je préserve ce contact privilégié avec presselibre.fr où vous aurez l'immense joie de me lire ; d'autant plus que je parlerai de Vous, sous toutes les coutures, sans omettre de dépeindre vos défauts que vous tentez toujours de dissimuler, que ce soit à la radio ou/et à l'audiovisuel...  Lire la suite. Jean Canal. 29 août 2019.

MEDIAPART change de philosophie journalistique. Le média d'investigation par excellence veut nous garantir la continuité de l'honnêteté médiatique. Edwy Plenel repense l'appareil afin de la protéger des dérives financières. Jean Canal.

Un an. C'est le délai que se donnent Edwy Plenel et les autres fondateurs de Médiapart pour changer le statut de l'entreprise. Ils souhaitent la transformer en « société de presse à but non lucratif », forme la plus apte à « garantir notre indépendance », dixit Edwy Plenel. Un statut nouveau en France, qui s'appuierait sur la mission d'intérêt général du site de presse, dans l'esprit d'un fonds de dotation reconnu par l'état. Pourquoi un an ? C'est en mars 2015 que l'un des principaux actionnaires de Médiapart, le fonds d'investissement Odyssée Venture, souhaite revendre ses parts, pour environ 2,5 millions d'euros selon L'Express. Grâce au nouveau statut, Médiapart pourrait attirer de nouveaux investisseurs tout en continuant de contrôler le capital.

   Ecrire sur la presse est toujours délicat ; car c'est accroître le nombre de ses ennemis qui sont déjà excessivement nombreux en chiffre... De piètres qualités certes, ces derniers n'ont évidemment aucun argument crédible qui pût porter atteinte "juridiquement" à Jean Canal ou/et lui formuler des reproches fondés sur de quelconques accusations puériles et fabriquées de toutes pièces, piochées dans les sacs poubelles où les Rats, donc, trouvent régulièrement leur nourriture quotidienne (Humo homini lupus est) ; lequel Rédacteur ne tient évidemment point compte des menaces sérieuses qui lui sont formulées par intimidation... Il n'est d'ailleurs pas question de modifier cette désagréable façon de mal traiter la langue française, en la réduisant à quelques mots et formules propres à la conception qu'il s'en fait, au grand dam des imbéciles qu'il affectionne particulièrement : Jean Canal n' a jamais caressé les cons dans le sens du poil, hommes et femmes y compris ; ce serait porter atteinte à sa loyauté restée intacte. La ligne éditoriale pratiquée ne subira donc aucune modification, jusqu'à ce que mort s'ensuive... A bons entendeurs, salutations irrespectueuses, s'entend ! La Rédaction. 28 juin 2019.  Le dernier lien le plus utile : ici.  

LES NATIONALISTES (ISMES) inquiètent plus qu'ils ne font peur ! La presse officielle s'en dispute consensuellement les sujets de l'actualité qui exploitent les mouvements populistes. L'Europe n'est-elle pas une protection institutionnelle contre les dérives idéologiques qui attenteraient aux libertés ?! La volonté frêle d'une armée commune en Europe ne répond-elle pas à une protection contre les dangers internationaux qui couvent ? D'ailleurs, nos libertés qui ont subi des coupes dans leur expression... ne sont pas la cause de la montée des partis populaires en Europe ! Le Brexit n'est-il pas une forme de protectionnisme affublé d'un nationalisme de tradition britannique ? L'esprit conservateur des villages français ne masque t-il pas une espèce de revendication identitaire et territoriale, à l'échelle communale !? Et au niveau international, les exemples les plus radicaux sont loin d'atteindre l'exhaustivité : la Droite israélienne ; le protectionnisme de Trump ; la politique économique chinoise ; L'Arabie Saoudite qui pratique un terrorisme religieux ; etc. etc. Autant de formes de nationalismes qui peuvent représenter de véritables dangerosités pour les démocraties malades de leur souveraineté ! La preuve : les peuples se retournent vers ceux qui promettent de grands changements en leur faveur !   En parcourant le Monde Diplo de ce mois-ci.

"Paris, brûle t-il ?" Avant que la polémique sur l'origine de l'incendie de "Notre Dame de Paris" jette sur le feu des éventuels responsables, sacrifiés pour la cause sur le bûcher, demandons-nous si toutes les précautions ont été prises pour que de tels "accidents" n'arrivassent point ! Il semblerait que la négligence humaine soit le premier grief retenu contre le fonctionnariat qui, comme d'accoutumé, renverra chacun à un rôle qui sans doute ne fut pas tenu correctement ! L'Administration a ceci de cocasse en France (puisque l'état est propriétaire de ce patrimoine), qu'une hiérarchie décide des fonctions que les subordonnés doivent endosser selon l'importance des tâches à effectuer. Il sera difficile d'extraire de ce système 1 responsable pour le traduire sur la place publique où les médias officiels se chargeront d'en faire une victime ou un héros, au gré de la supplique populaire, vindicative exactement comme en 1789 -en fait rien ne change, tout évolue ! Quasimodo n'y est pour rien dans ce désastre à imputer à la connerie humaine. Eh oui ! Les cons sont de plus en plus nombreux dans ce pays (on en compte 60% toutes classes sociales con-fondues et toutes professions incluses...) ! Régulièrement témoin de la connerie due à des fonctionnaires fantasques qui tout de même sont garantis d'un con-fortable salaire que les français imposables paient avec leur impôt, il est un droit et du devoir du citoyen de relever, régulièrement donc, ce zèle excessif qui caractérise ces cons institutionnels !  Leur rendez-vous hebdomadaire atteste d'une volonté de continuer à propager l'incendie qui finira par immoler des coupables de circonstance ; puisque il est hors de question de se culpabiliser sur des conséquences sociales désastreuses advenues suite à des comportements individuels déviants ! Et si le bûcher de Notre Dame était un signe du destin de la France vouée à devenir islamiste... Pour lors, les commentaires en tout genre, vont bon train et décrivent des situations définitives avant un bilan conclusif sur l'erreur humaine.   Jean Canal. 16 avril 2019.

La lettre de Christophe Castaner

Chères adhérentes, chers adhérents,
Je connais Emmanuel Macron depuis 2014. J’étais député des Alpes-de-Haute-Provence, il était Secrétaire général adjoint de l’Élysée. J’avais besoin de son avis pour aider une entreprise potentiellement en difficulté. Il m’a aidé, nous avons sympathisé, notamment sur des valeurs communes. Depuis lors, nos routes ne se sont plus jamais quittées.
J’ai eu la chance d’être co-rapporteur de la « loi Macron », de devenir porte-parole du candidat durant la campagne présidentielle puis porte-parole du Gouvernement ainsi que Secrétaire d’État aux relations avec le Parlement.
En novembre dernier, vous m’avez élu comme Délégué général de La République En Marche ! C’est avec honneur que j’ai pris la tête de ce mouvement politique créé deux ans plus tôt par Emmanuel Macron, alors que nombre de cyniques nous disaient que nous courions à notre perte et que notre projet de dépassement des clivages n’était qu’une utopie.
Je n’avais jamais été un homme de parti, d’appareil. Ce n’était pas mon histoire. Ainsi, lorsque le président de la République m’a demandé d’assumer cette fonction, c’est par devoir que j’y suis allé, pas par ambition. Et puis, au fur et à mesure, j’ai appris à aimer passionnément ce que j’y faisais.
J’ai découvert au gré de rencontres, d’échanges et de déplacements près de chez vous, ce qui faisait la force de notre mouvement. Je vous ai rencontrés, vous. Des adhérents venant de toutes parts, animés par la même envie de faire, cette envie qui nous a fait déplacer des montagnes et atteindre l’impossible en mai 2017. Des citoyens engagés, passionnés, à l’abnégation sans faille pour participer, à leur échelle, à la transformation du pays. Des référents investis qui ne comptent pas leurs heures, des animateurs locaux avides de convaincre et de rassembler autour de notre projet, des porteurs de projets citoyens acharnés à recréer du lien dans leurs quartiers et une incroyable équipe au siège, mettant tout en œuvre pour que l’ensemble de cette structure fonctionne au mieux.
Avec vous, je me suis épanoui, j’ai appris, j’ai aimé. Et pour cela, je ne saurais vous dire suffisamment merci.
Aujourd’hui, Emmanuel Macron et Édouard Philippe m’ont fait l’honneur de me nommer à la tête du Ministère de l’Intérieur. C’est avec une immense fierté que j’ai accepté cette lourde responsabilité : celle d’assurer la sécurité des Français, d’œuvrer à protéger nos concitoyens au quotidien.
Cette mission est dans la continuité de mon engagement aux côtés du président de la République, dans la continuité du projet que nous portons. Dans la continuité de cette promesse d’émancipation de l’homme par l’éducation, la culture, le travail. Cette promesse de rendre l’homme libre, libre de choisir qui il veut être. Cette promesse de mettre fin aux inégalités de destin et de créer une véritable égalité des chances pour toutes et tous. Et dans ce projet, nous l’avons toujours dit, la priorité doit être mise sur la première des libertés : la sécurité.
Vous le savez, protéger les Françaises et les Français est un emploi à temps plein, pour lequel je me dois d’être pleinement à ma tâche, nuit et jour. C’est pour cette raison que, le cœur lourd, je prends aujourd’hui la décision de démissionner de mon poste de Délégué général.
Un processus de candidatures et d’élection du ou des prochain(s) délégué(s) général(aux) sera très prochainement mis en place, conformément à nos statuts. En attendant, le Bureau Exécutif de LaREM prendra la charge de désigner une gouvernance par intérim pour s’assurer de la continuité de nos actions.
La force de notre mouvement, un an après notre prise de fonction, se situe aujourd’hui dans le fait que je peux vous dire sans aucune hésitation qu’un changement de sa tête n’engendrera pas un bouleversement de sa base. Car vous êtes plus de 400 000, qui portez fièrement un engagement quotidien : la Grande Marche pour l’Europe, les journées LaREM, les 80 000 contributions à des consultations citoyennes sur l’année écoulée, les centaines de projets citoyens lancés partout en France… sont vos succès. Ils témoignent d’une vitalité qu’aucun autre mouvement politique ne peut revendiquer à ce jour.
 
N’oubliez jamais pourquoi vous êtes là, pourquoi vous faites cela. N’oubliez jamais la raison de votre engagement et la promesse de transformation du pays que nous avons faite aux Français. Il n’y a que cela qui compte. C’est cela notre boussole. Nous sommes là parce que les citoyens nous ont fait confiance.
 
Soyons à la hauteur de notre promesse.
 
Encore merci. Merci pour tout. Merci pour ces mois passés ensemble, merci pour ce que vous êtes, merci pour ce que vous faites.
 
Ce n’est pas un au revoir, mais un à bientôt.
 
Fidèlement,
Christophe Castaner
De la démocratie en l'occurrence et de la liberté en l'espèce comme éthique au cœur des préoccupations actuelles. Les Grecs nous ont laissé suffisamment de textes et d'histoire pour réfléchir sur notre devenir présent. Dans l'ordre croissant des problèmes qui minent les sociétés, on trouve d'abord la démographie, la faim, la maladie et l'économie. De plus en plus de populations quittent leur terre native, immigrent vers les pays et états plus à même de répondre à leurs besoins premiers. Les guerres intestines, les révoltes étatiques et la grande guerre démesurée que l'EI à lancer au monde occidental et occidentalisé en Afrique aussi, ont complètement pris de court les états occidentaux eux-mêmes rattrapés par leurs anciennes colonies... La situation est critique ; car loin d'être circonscrite par le phénomène d'excroissance démographique qui en augmente les craintes ; les solutions sont pratiquement inefficaces et provoquent des réactions nationalistes dans tous les états. L'héritage colonial des états africains, notamment, a conduit à des déviances ou/et de cultures des thèses politiques souvent marxistes qui n'ont, aujourd'hui, plus lieu de persister, dans un monde qui se dirige tout droit vers une mondialisation basée sur les lois du libéralisme ! Oserons-nous parler de ubérisation des sociétés ? Non ! Pas tout à fait ! Les oppositions aux désordres du libéralisme sauvage orchestré par ceux qui détiennent le pouvoir, croissent au regard des conjectures actuelles qui reposent sur le climat, l'économie et la nutrition internationale ! 26 juin.   Jean Canal.

LE CHAMBOULEMENT CLIMATIQUE :

EST UNE AFFAIRE ON NE PEUT PLUS SÉRIEUSE QU'UNE SIMPLE MANIFESTATION TARDIVE DE "GENS" QUI MANIFESTENT POUR RAPPELER LEUR PRÉOCCUPATION SUR L'AVENIR ! LE RETARD ACCUSE DANS NOS RÉACTIONS SERA COMPTABLE DANS LES CHANGEMENTS QUI SURVIENNENT DÉJÀ ! LE PROBLÈME REPOSE DANS L'APPRÉHENSION QUE NOUS ALLONS AVOIR SUR SON RÉSULTAT ! ET COMME NOUS SOMMES RESPONSABLES, AUTANT SE PRÉPARER A RÉGLER UNE ADDITION LOURDE DE CONSÉQUENCES.  DJALÂL-OD-DÎN RÛMΠ(178) pour illustrer la conscience des hommes :"Vous n'êtes pas une goutte d'eau dans l'océan, mais un océan dans une goutte d'eau."  11 août 2018

Le climat impose donc ses changements sans limites, démontrant que le processus de modification profonde de son mécanisme sévit dans tous les continents. Malgré le scepticisme affiché par certains dirigeants d'états dont quelques uns continuent à émettre des taux de pollution excédant les normes, le climat règne sur la planète sans partage. Il nous appartient d'en tirer une leçon de chose enrichissante pour l'avenir de nos descendants. Les manifestations de rue tardives attestent de l'insouciance des personnalités concernées par la responsabilité qui leur incombe. Il faut se constituer un capital sous forme d'acquis de conscience de sorte à se justifier devant l'évidence qui révèle combien l'individualisme à conforté l’égoïsme des individus, désormais confrontés à une situation dont ils ne sortiront pas intacts ! C'est d'ailleurs ce qui les inquiète le plus perdre tous les biens marchands qu'ils crurent posséder toute leur vie en signe ostentatoire de richesse matérielle ! Le plus effarant reste le témoignage des "victimes" du Var qui se plaignent d'avoir tout perdu, comme si il faisait mine de nier le chamboulement climatique ! L'addition sera lourde ! Nous n'en sommes qu'au balbutiement et l'avenir annonce le pire. Et ce n'est point du pessimisme que d'être réaliste en dépeignant les conséquences de notre comportement collectif... Il n'y a dans ce phénomène que les tribus du monde qui sont innocentes.  Jean Canal. 16 octobre 2018. Lire la suite. Les dernières catastrophes en chaîne qui se sont produites ont l'avantage de nous préparer au pire qui reste, évidemment, à venir.

Monsanto, les criminels du glyphosate, condamné aux Etats Unis ! La France avec l'appuie conciliant de Travers, le Ministre de l'agriculture française, soutient l'agriculture au glyphosate ! Bienvenue au pays des cons ! Lire la suite Que peut-on reprocher à Nicolat Hulot, si ce n'est d'avoir tenté de privilégier les problèmes écologiques sur la production économique. Quand un ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, défend l'utilisation des polyphosphates (glyphosate) alors que les empoisonneurs publics sont condamnés aux Etats-Unis (Monsanto), on comprend que les intérêts du pays ne sont pas de pallier au chamboulement climatique, mais d'en amoindrir la pollution afin de se maintenir dans la moyenne à risque. L'économie de marché aura donc raison de notre vie en collectivité vouée à subir des catastrophes incidentelles imputées à notre comportement général. Pour la transition écologique, il est trop tard ! Et ce ne sont pas des opinions de ce genre à diffuser de crainte de défendre un pessimisme valorisant. Les conséquences de cette situation ne sont pas évaluées, parce que leur gravité est trop importante ! Partant du principe que nous sommes tous responsables, il suffit d'assumer une situation en acceptant qu'elle est inéluctable. Allez, salut et courage. Jean Canal. 31 août 2018.

Ecologie. Réduire drastiquement notre consommation pour revenir aux produits locaux, dans la mesure où ceux-ci acceptent de pratiquer des tarifs abordables pour tous ! Le bio est souvent un profit inscrit dans la tendance sociale ; les grandes surfaces l'ont compris. Venant du Maroc et d'Espagne, la plupart des légumes en super marchés devrait plutôt être sélectionné en France, dans les localités voisines. Le profit étant l'objectif des entreprises, il ne suit pas la logique de proximité. En bref ! Nous sommes loin d’adopter une alternative équilibrant un système considéré comme marginal par l'ensemble des acteurs sociaux. Assistons donc, comme le fond la plupart des français, aux effets du changement climatique, en s'adaptant jusqu'aux limites humaines. Jean Canal. 4 août 2018.

L’AFFAIRE ASIA ARGENTO NE DOIT PAS DISCRÉDITER LE MOUVEMENT METOO L’affaire Asia Argento ne peut constituer un prétexte pour balayer d’un revers de main le phénomène MeToo. Au contraire pour Noémie Renard, auteur d'« En finir avec la culture du viol », elle doit entraîner la poursuite de la réflexion sur les mécanismes des violences sexuelles.Noémie Renard. Il faut resituer les actes d'abus éventuels dans le contexte de la rencontre de la belle et tigresse italienne avec sa jeune proie masculine de l'époque. Le consentement était sexuel et non intellectuel ; c'est l'envie pressante, forme de pulsion bien connue chez les femmes, (les hommes en sont quelquefois victimes comme la castration par la même entité) qui donna lieu à une union mouvementée. "Jean Canal votre verdict ? -Acquittement pour la sensuelle Asia Argento.

ratique journalistique courante, les Faks News ont toujours été utilisés pour détourner l'information. L'intention de cette forme de diffusion plus particulièrement tend à semer la confusion dans les événements qui font l'actualité. Les plus endommagés restent les politiques ; le monde du show-business en fut les cibles des journalistes à sensation qui couvrent les premières pages des revues populaires pour ne pas dire populistes !

Aujourd'hui, les états s'en plaignent et tentent d'y mettre fin juridiquement parce qu'ils sont directement visés. La plainte serait l'alternative juridique qui sanctionnerait les contrevenants. Néanmoins, à l'échelle planétaire, il est difficile d'appréhender un "diffuseur" issu d'un pays étranger. Les réseaux sociaux foisonnent de désinformation populaires ; Facebook est par référence le plus exploité (une poubelle où il faut trier et recycler les produits comestibles...intellectuellement )!

Il faut admettre qu'un assainissement serait de bon aloi afin de restituer une éthique à l'information journalistique qui ne peut, effectivement, être discrédité ! Toutefois, et on le constate avec les Services de sécurité du territoire français qui opèrent au quotidien dans les villes afin de garantir la "sécurité" de tous, ni la gendarmerie, ni la police prise dans son épistémologie, à savoir tout corps qui s'y rattache, n'aiment qu'on leur rappelle leurs antécédents judiciaires, comme eux le font avec des gens qui ont connu la prison ! Qu'un malfrat commette un délit, c'est une atteinte à la sécurité de chacun, qu'un agent de la sécurité cherche des poux sur la tête d'un ancien détenu en invoquant certains arguments fabriqués de toute pièce afin de nuire à sa personne, c'est une atteinte à la liberté individuelle et une entrave portée à la déontologie !  Jean canal.

A la lecture du Monde diplomatique de juin. Les pages constituant le dossier sur la Démographie en Europe et son bilan. En relecture additionnelle comparative. Les références sont nombreuses et renvoient aux étapes successives de l'évolution civilisationnelle occidentale, notamment. L'Europe en est le centre de tous les intérêts de ce début du XXI° siècle. Rien, cependant, ne permet d'apporter un jugement définitif sur la progression de la situation sociétale actuelle. Tout peut basculer. Jean Canal. A suivre, le compte rendu de la lecture mensuelle du Diplo. 17 juin 2018.

Mai 18 attise l'animosité de néo révolutionnaires, antisociaux, aspirant à donner à ce cinquantenaire une apparence de Révolution sociale, bis ! "La prise de paroles", répondit un journaliste à Raymond Aron qui était interrogé à ce sujet : les manifestations de 68. C'est sans doute le manque étouffant de libertés qui fit emboîter le pas des contestataires nationaux, saisissant l'occasion de manifester leur refus d'une société gaulliste anxiogène ! Il fallait saisir cette opportunité de changer, à nouveau, la société, de modifier ses lourdes institutions, de revendiquer des salaires plus conséquents et la libération des individus, hommes et femmes ! Jean Canal. 16 mai 2018.


Dans le Coran, celui qui tue 1 musulman est un chien ! Dans une éthique qui s'est évertuée de répondre aux nécessités d'élaborer une espèce de morale sociale afin de protéger les peuples contre eux-mêmes, il ressort une conduite à tenir pour que la liberté des autres ne soit pas privée de la liberté attribuée à tous ceux qui aspirent à vivre libre, en collectivité ou bien individuellement.

Loin des conflits israélo-palestiniens qui ne trouveront certes jamais d'alternative salutaire pour ces deux peuples cousins par filiation d'Abraham, la France, ce 19 mars 2012, connut une humiliation nationale sur son territoire. Depuis, la machine infernale ne cesse de perpétrer des horreurs en tout genre, allant semer tout dernièrement l'effroi à Marseille, en récidivant, derechef, contre le Coran : deux toute jeunes-filles qui ne demandaient qu'à vivre, sans parti pris pour une quelconque idéologie, fût-elle religieuse ou politique, ont été sauvagement assassinées sous l'appel d'une sourate coranique !

La paix, celle incarnée par l'universalité, depuis ce mois d'août 1945, fut troublée par une succession de conflits internationaux qui ne peuvent que nourrir nos inquiétudes d'espérer de la recouvrer un jour, comme nous l'avons tant rêvée, au cours des siècles de la civilisation. Avant la persécution des juifs, il y eut celle des protestants, en France. Avant celles des protestants, il y eut celles de peuples pourchassés pour leur origine ethnique, leur religion, leur croyance et aussi leurs idées (les Cathares sont nos derniers hérétiques...) !  Ce qui risque de se produire, serait de désigner un parfait ennemi entièrement responsable de la disparition de la liberté ! Et quand un peuple tout entier se lève pour reconquérir ses valeurs, comme ce fut le cas durant la Terreur* de 1793/1794, le sang qui coule rougit toutes les rivières de France. Les pavés de Paris en gardent une Histoire indélébile ! *Selon certaines sources 17 000 victimes officielles furent exécutées à la guillotine ; 40 000 en tout, en comptant les assassinats, règlements de compte et toutes autres formes d'exactions appliquées sans jugement. L'Histoire se répète.

En 1942, un bouc-émissaire surgit du nationalisme qui identifie ainsi le nouvel ennemi responsable de l'hécatombe économique : le Juif ! Les français vont alors entrer paisiblement dans la collaboration en suivant cette idée qu'il fallait se débarrasser de ces gens à qui tout le malheur de la France incombait ; on connaît la suite ! En 1944, l'épuration sonne le glas des traîtres : femmes tondues, femmes sales parce qu'elles avaient couché... La révolte intérieure couve toujours silencieusement ; il suffit d'un débordement pour que la tendance se renverse au profit de l’innommable ! En exemple, une militante et collaboratrice de François Ruffin,( le Député qui reçut un enseignement chez les jésuites..), Zoé Desbureaux** déblatère sur les réseaux sociaux (Twitter) des inepties à l'encontre de la raison sociale qui consiste à éradiquer le terrorisme ! Elle encense le tueur de Marseille élevé au titre de martyr ! Le peuple appréciera...selon ses convictions religieuses et politiques. **Zoe Desbureaux  Jean Canal. Octobre 2017. A la mémoire des innocents du mois de mars 2012.

Les princes au Palais

"Vous n'aurez pas ma haine."

Il en fut ainsi pour toute l'Afrique du Nord où vivaient déjà de vieilles civilisations animées de traditions, cultures et religions séculaires, comme les Kabyles en Algérie, les Berbères, les Maures, etc. Il n'y a pas plus fier qu'un Kabyle, pour celui qui les connaît. Fier de sa terre, de sa culture, de ses traditions et de sa propre langue ! Les assassinats de Coptes en Egypte, par l'EI, tentent de fragiliser cette communauté qui se régénère, quand bien même tout le pouvoir politico religieux du Caire dévalorise-t-il cette engeance vieille de plus de deux mille ans. Cette situation, évidemment, arrange le pouvoir en place qui pratique la politique de l'autruche, lorsqu'il s'agit de la religion copte. Abd El karim El Khattabi, le guerrier par excellence de l'anticolonialisme en Afrique du Nord*, eut l'audace de faire agenouiller la France et l'Espagne, sans revendiquer une appartenance religieuse quelconque, au nom de la Liberté ! * on peut se reporter au Jugurtha de Suétone. Jean Canal. 27 mai 2017.
 

Revue des deux mondes

Critique de la France

La Rédaction de presselibre.fr, représentée par Jean Canal, son Rédacteur en Chef et responsable juridique, placé sous la tutelle de Arthur Arno, cabinet d'avocats à Paris, tient personnellement à remercier la gendarmerie nationale pour son accompagnement jusqu'aux régions et départements parcourus cet été, à l'occasion des reportages effectués par notre rédaction, notamment l'Héraut, les Bouches du Rhône indiquées par Arles et le Vaucluse avec Avignon. Nos chaleureux remerciements sont adressés à la DCPJ et notamment à la gendarmerie nationale incitée par la gendarmerie de canton à poursuivre ses recherches toujours autant infructueuses depuis une dizaine d'années déjà ! (la Police municipale étant considérée comme mineure dans la hiérarchie des valeurs institutionnelles, nous classerons celle-ci sans considération). En franchissant la frontière Suisse en direction de la France, un contrôle fut effectué avec succès : c'est-à-dire RAS ! Merci aussi à Monsieur Baye et ses complices, Gendarmes, commerçants, Racailles, employés de mairie et tous autres abrutis dudit lieu que l'on retrouve dans la Nouvelle "Les Gens d'Ici." A bientôt ; incessamment sous peu. La France étant par son histoire le pays de la dénonciation permanente par lettres de cachet et de la délation, nous ne pouvons que constater ce que confirme l'usage. Bien cordialement, Jean Canal. 28 juillet 2017.
FAUX ET USAGE DE FAUX.  Faux, usage de faux, abus de confiance et détournement de fonds : les notables de la République ont les mains bien sales ! Paradoxalement à la tendance intellectuelle actuelle qui laisse présager en ses thèses politiques conjoncturelles que le pouvoir présidentiel serait un signe d'absolutisme, quand ce dernier possède légitimement les Institutions parlementaires, il appert une espèce de controverse dans l'application des décisions ministérielles sujettes aux ressentiments populaires, émis par une opposition demeurant dans l'expectative de résultats coercitifs avec la société ! Pour l'heure, il n'y a rien à relever comme anomalie politique qui sanctionnerait le Président de la République, Emmanuel Macron, n'ayant point dérogé à ses devoirs à la nation. Hormis quelques Ministres d'opportunité, au passé entaché de dossiers litigieux, suite à un comportementalisme enclin à des déviances d'ordre de moralité civile, Philippe Édouard, lui, ne porte aucune responsabilité sur les attitudes de ses collaborateurs, tant que la justice ne décide pas d'instruire à leur encontre. Il est bien évident que la vie morale des politiques reste tabou dans la sphère ministérielle. Les affaires empreintes de faux, d'usage de faux et détournements de fonds sont une méthode de pression politico financière qui permet de préserver un certain pouvoir relatif, tout en se maintenant en place. Emmanuel Macron a toutefois le mérite d'être propre, quand bien même serait-il issu, lui-même, de la finance. Avec Jean-Luc Mélanchon, ils représentent la transparence politique escomptée par une population à moitié majoritaire...et divisée sur le fond que chaque partie se fait de la société Jean Canal. 16 juin 2017.FAUX ET USAGE DE FAUX.  Faux, usage de faux, abus de confiance et détournement de fonds : les notables de la République ont les mains bien sales ! La fiche anthropométrique de l'Obs. "Énarque et philosophe, haut fonctionnaire et banquier, Emmanuel Macron est un homme politique français. Un temps membre du Parti socialiste, il est considéré comme social-libéral." Fils de médecins, Emmanuel Macron est né à Amiens en 1977. Sérieux et brillant, il étudie chez les Jésuites et remporte le Concours général de français à 16 ans. Il apprend aussi le piano au Conservatoire de musique d’Amiens. Après avoir échoué au concours de Normale sup, Macron obtient une maîtrise puis un DEA de philosophie à l’université de Nanterre. En 1999, il devient l’assistant de Paul Ricœur et participe à la rédaction de l’un de ses derniers ouvrages. Il est aussi diplômé de Sciences Po et de l'Ena (promotion Léopold Sédar Senghor). Inspecteur des finances en 2004, Macron change d’orientation en 2008 et travaille comme banquier d’affaires pour la banque Rothschild. Promu associé puis gérant, il pilote des rachats et devient millionnaire. En 2011, il apporte son soutien à François Hollande lors de la primaire socialiste, et il est nommé l’année suivante secrétaire général adjoint de l’Elysée. Il participe notamment à la mise en place du Pacte de responsabilité et du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). En 2014, il remplace Arnaud Montebourg au ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique dans le second gouvernement de Manuel Valls. A 36 ans, il est le plus jeune ministre à ce poste depuis Valéry Giscard d’Estaing. Visage libéral du gouvernement, il prône l'assouplissement des réglementations, y compris salariales. Il travaille en étroite et parfois difficile collaboration avec Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics.
La Rédaction de presselibre.fr présente ses sincères condoléances aux partis politiques frappés par la victoire de la démocratie. Suite aux Présidentielles de mai avec la victoire sans précédent d'un parti politique informel sous l'intitulé de "La République En Marche", nous avons appris, aujourd'hui, 11 juin, le décès avéré des partis emblématiques de la politique française, représentés respectivement par les Socialistes et Les Républicains. Nous nous associons aux familles politiques déchues de leurs héritages suite aux décès idéologiques de ces partis, en présentant nos sincères condoléances à tous leurs représentants. Nous formulons des excuses concernant les obsèques auxquelles nous ne pourrons pas assister conformément aux Institutions françaises qui donnent raison à la démocratie souveraine du peuple français ayant librement choisi le moins mauvais d'entre eux ! Jean Canal, Rédacteur en chef de la publication de presselibre.fr  11 juin 2017. L'Article.
Nous l'avons vraiment en Travers. Comment peut-on discuter une réalité des faits constatés par des organismes à caractère écologique qui défendent la santé publique. Non aux OGM ! Oui à la traçabilité des produits ! Il y a des produits bios qui suivent la cahier des charges de Ecocert (ceux sont les plus fiables) et les produits bios des grandes surfaces de l'agroalimentaire bénéficiant des normes européennes permissives sur l'emploi de pesticides ! Le bio de chez Carrefour et Cie est incomparable avec celui des magasins bios homologués par Ecocert et les organismes appartenant à cette éthique ! Les pesticides sont le poison du XXI° siècle : celui qui provoque les cancers par l'absorption alimentaire ! Nous le savons depuis que la société s'est suicidée en pratiquant la production intensive de toute l'agriculture qui recourt au traitement des cultures en utilisant divers pesticides. Leur argument est simple, il repose sur une péréquation comme aurait dit l'ancien Député de l'Ariège, Alain Fauré, débouté de son mandat par la liste Mélanchon, les Insoumis : "rien n'est prouvé !" Autant reconnaître le vide abyssal de la culture dans l'agriculture ! La Rédaction. 26 juin 2017.
De Colbert à Louis XIV la ligne royale des têtes couronnées a suivi une direction sans détour de son itinéraire tracé, dès l'avènement de Clovis. La France dessina elle-même une ébauche de sa géographie actuelle par des conquêtes territoriales acquisent après des successifs combats animés de convictions essentiellement politiques fondées, d'ores et déjà, sur la domination d'espaces assurant la pérennité des royaumes et des empires ! La visite de Poutine au palais de Versailles a permis de resituer la France à la place qu'elle a occupée, durant des siècles au sein de l'Europe et du monde ! Emmanuel Macron a compris l'intérêt de rappeler l'identité de ce pays au sein des états européens. Il fallait une occasion pour redorer le blason de la France. Poutine, dont la patrie effectivement fut et a toujours été éprise de culture française, a également compris les enjeux internationaux de se réconcilier avec la culture française, incarnée par les Lumières ! L'amicale visite faite ce jour au nouveau Président est l'occasion inespérée de redistribuer les cartes du côté Est de l'Amérique ! Cette invitation est un honneur pour la Russie qui recouvre ainsi la considération des européens à travers une France encore encline à des esprits contestataires sur ce sujet ! Fallait-il ignorer l'existence de la seconde puissance mondiale ? ! Seuls des groupuscules contestataires, voire Insoumis eussent émis une telle contradiction de l'histoire française et européenne ! Le colbertisme d'Emmanuel Macron convient à un contexte international dangereux pour les puissance occidentales ! Machiavel eût joué une pièce de Shakespeare en de telles occurrences... 29 mai 2017. Jean canal.  Il s'agit, ici, de définir le caractère politique d'Emmanuel Macron qui découvre un pouvoir encore frais émoulu. Le Président de la République, en effet, fit depuis son élection contestée par les grands perdants des présidentielles, l'objet de sarcasmes en tout genre et de controverses sur les capacités à gérer le pays. Flanqué d'une attitude personnelle qui n'est pas passée inaperçue à l'étranger, Emmanuel Macron provoque des réactions antinomiques de la part de ses adversaires déclarés et, de ce fait, invite à la réflexion sur ses intentions politiques, européennes et françaises. Colbertiste comme d'aucuns l'ont souligné, il incarne un esprit désuet avec celui du progressisme qu'il revendique pour sortir le pays de l'impasse économique. L'article de la revue des Deux Mondes répond justement à certaines questions que se posent d'autres intellectuels populistes, galvanisant les éditions d'inadéquations divergentes, semant un doute sur la réalité d'une politique élitiste !
 La moralisation de la vie politique et non de la politique qui a été adoptée par une large majorité de parlementaires voués aux réformes en marche, est-elle une révélation sur l'identité des députés favorables à cette loi ? Ceux qui se sont abstenus ont-ils un passé chargé d'affaires sombres ? Ou sont-ce tout simplement une minorité lucide sur l'impossibilité de moraliser le Politique ? Jean Canal. 31/07/2017. «Gardons un regard critique sur ce que nous faisons. Si quelque chose ne va pas, n'oublions pas que rien n'est gravé dans le marbre.» Emmanuel Macron. ! 300 millions d'euros de dotations de l'état en moins pour les communes dépensières ! ça c'est une bonne nouvelle ; d'autant plus quand on a assisté aux dépenses superflues de communes fantaisistes qui se gargarisent sur la rénovation de patrimoines hors d'usage... Pour en parler, il faut avoir assisté aux différentes inaugurations  de bâtiments rénovés ne servant que deux fois l'an, avec un coût de 170 000 euros...pour des salles des fêtes obsolètes  ! C'est le travail sur le terrain qui peut apporter un jugement de valeur sur le dysfonctionnement de ce pays, endetté à 95% de son PIB. Jean Canal. 3 août 2017.
Lire l'article.         Jean Canal. 24 Juin 2017.
La démographie comme signe intérieur de surpopulation mondiale dont la répartition tend à suivre un processus orienté vers l'occident et plus particulièrement l'Europe, terres considérées comme fertiles en matière économique ! Phénomène qui répond aux différentes guerres engagées par les occidentaux, notamment avec la guerre en Irak que nous devons aux Busch, selon une supercherie diplomatique excipée aux Nations Unis par les conseillés américains, pour justifier ce massacre ! situations favorables à la radicalisation des peuples spoliés de leur terres, de leurs patrimoines, de leurs cultures et de leur identité ! Depuis, les victimes ces guerres perpétrées sans répit, n'ont eu cesse de créer des migrants déboutés de leur propre patrie, chassés pour leurs idées considérées comme subversives. La xénophobie née de cette excroissance démographique a fini par accroître les nationalismes enclins à revendiquer une identité européenne et plus particulièrement étatique ! Et notre responsabilité est-elle mise en cause ?!   Jean Canal.