Arles et ses Rencontres de juillet 2017

Des nouvelles de LUMA. Arles ces 14/15 octobre 2017

SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE. Lorsque l'on apprend combien son honnêteté fut disputée par ses adversaires, le regard amusé que l'on porte sur son travail en révèle les intentions nobles ! Jean Prouvé a recherché durant sa carrière à mettre l'utile au service de l'agréable, sans fioriture, mais tout en préservant l'esthétisme de sa falsification matérielle afin de ne pas complaire aux impondérables urbains ! Jean prouvé répond à la simplicité de l'architecture en travaillant des matériaux standardisés adaptés aux besoins élémentaires de l'habitat : comment faire du beau en exploitant des éléments appartenant au patrimoine de la construction, serait l'adéquation de son architecture définitivement entrée dans le registre des réalisations internationales. La fondation LUMA, dans son vaste espace lu consacre une exposition relative à son travail à partir de constructions mises en place en cette rare occasion (voir photos). La rencontre audiovisuelle avec cet architecte crée un lien intimiste qui ajoute à notre culture. Votre regard changera après l'avoir rencontré.

UN REGARD TRANSVERSAL SUR L'OEUVRE DE JEAN PROUVÉ, l'architecte des jours meilleurs

 Jusqu'au printemps 2018. Les douze pièces de  réalisations architecturales démontables sont visibles actuellement au Parc des Ateliers. Ouverte ce 20 octobre, l'exposition a mis l'accent sur la novation de cet événement organisé avec la collaboration de la Galerie Patrick Seguin.  Datant de 1939 à 1969, ces bâtiments démontables inspirent l'idée conceptuelle de l'architecte, à savoir construire utile au moindre coût : maisons fonctionnelles. C'est un grand hommage rendu à ce génie de l'architecture qui rencontra de nombreux déboires au cours de sa vie professionnelle. Justice est rendue à un être sensible à l'art nouveau de l'architecture inscrite dans une forme de contemporanéité. Jean Canal. Dimanche 22 octobre 2017. Arles.


LUMA. Un travail colossal qui s'achève dans la précision de sa mise en place : aménagement de parking sur dalles de béton lavé, réfection des abords du canal sous forme de jardins développés en espaces verts, voie piétonne aérée, etc. Un chef-d'oeuvre européen se dessine chaque jour. Merci Maja Hoffmann. Photos la Rédaction. A livrer fin 2018 selon le calendrier des travaux qui programme les différents chantiers de la fondation LUMA. Pharaonique par son étendue dans un espace essentiellement exploité pour la culture de la photographie, entre autres, ce projet d'aménagement de nouvelles structures architecturales interroge sur sa finalité. La profondeur de champ ne se diaphragme pas pour en évaluer sa netteté, tellement un regard au grand angle suffit amplement à en démontrer sa grandeur ! L'imposant monument qui surplombe les autres édifices, qu'ils soient restaurés d'après de vieux bâtiments existant ou bien construits dans le cadre de rénovation de l'espace, celui qui semble superviser l'ensemble, se présente déjà sous plusieurs facettes reflétant une certaine idée du symbolisme contemporain. La Rédaction. En direct d'Arles. Samedi/dimanche 14/15 octobre 2017. 

*On ne peut dissocier le travail de Marie Bovo de celui de la DATAR dont la mission réside précisément dans la photographie du patrimoine naturel (ce qu'il en reste -à moins d'être atteint de cécité passagère, "on" aura constaté que la colonisation des campagnes par l'urbanisme est une réalité, triste certes, mais inscrite dans un processus de développement social...). L'art de synthèse évoqué par la DATAR et recherché par ses photographes soucieux de la précision, donc, se confronte à la difficulté de rester fidèle à la réalité. De là, des photographies en pose longue seront pratiquées pour obtenir des résultats qui ne demeurent pas moins époustouflants.

Marie Bovo et son voyage extraordinaire russe, seule en Chambre : Stances

Marie Bovo ! Époustouflante Marie Bovo ! De plus, elle était l'invitée des Rencontres organisées, par Le Point, au Collège Mistral, ce jeudi 6 juillet, à 18 heures. La photographe, qui travaille dans la DATAR*, un collectif de photographes qui opèrent de préférence la nuit, quand tous les chats sont gris, et qui de surcroît vit à Marseille, la ville du MUCEM, s'est baladée en Russie dans les endroits les plus insolites que ce pays très contrasté admet dans toutes ses régions -forêts, bois, steppes : sur les trace de Tarkosky, encore 1 génie du Septième art ( voir Roublev avant Solaris). Rassurez-vous, elle voyagea en train. Elle avait installé sa chambre photographique dans le compartiment de l'entrée des voyageurs de sorte à pouvoir prendre un cliché à chaque ouverture des portes. C'est là que l'instant magique se déroule face à un paysage inconnu ! Réglages permanents des décentrements, mesures des lumières ambiantes, évaluation de la perspective ; bref ! un labeur de technicienne devant tenir compte de sa sensibilité qui, ne le perdons jamais de vue, préside à l'art de la photographie, d'autant plus à Arles où l'esthétique dans tous ces paradoxes prévaut sur l'image. A voir, Eglise des Trinitaires. 13. Et si vous voulez vous offrir un "voyage autour de ma chambre." ( Xavier de Maistre 1704). Jean Canal ; bien sûr. 7 juillet 2017.

A voir MASAHISA FUKASE

 

MICHAEL WOLF   LA VIE DANS LES VILLES

Enclos dans un espace saint, dont les perspectives architecturales donnent une impression de grandeur à ces photographies d'immeubles habités, l'exposition de Michael Wolf semble ne connaître aucune frontière dans les limites de la structure urbaine. Jean Canal. Visite à l'église des frères prêcheurs. 

Projets de culture en Arles

C'est la milliardaire suisse, Maja Hoffman qui finance le projet de ce que les Arlésiens appelle d'ores et déjà « La Tour », contre les recommandations de cette mécène qui finance ce projet. Étendu sur 10 hectares, « la Tour » donc, prédominera de ses 56 mètres de hauteur, les nouveaux Ateliers de création artistique pluridisciplinaire, unissant professeurs et artistes. La Fondation LUMA est un héritage du passé. Depuis 1974 les anciens Ateliers de la SNCF sont reconditionnés en espaces de créations artistiques où la photographie est exposée chaque année, à l'occasion des Rencontres d'Arles. La tour en construction est le phare de ce projet pharaonique. Il en est le cœur où battra la nouvelle cité culturelle des arts. Le budget prévisionnel de ce projet s'élève à 12 700 000 euros HT. Son financement est couvert par l’État et les autorités territoriales de Provence Alpes Côte-d'Azur, la ville d'Arles et la Communauté d'agglomération. Durée des travaux évalués Deux ans ; livraison 2018. L’École Supérieure de Photographie occupera un espace prépondérant en ce sens que seront développés en son sein les moyens technologiques de réaliser des thèmes artistiques, dans le cadre d'expositions. Le numérique étant inclus dans son institution, il fera l'objet d'étude relative aux programmes intellectuels de cette nouvelle institution. Favoriser la production de nouvelles formes pluridisciplinaires est l'objectif visé par les concepteurs de cet immense et audacieux projet. Jean Canal.   A lire l'article d'Etienne Dumont.

Arles en rétrospective

Juillet 2017 à Arles : 40 expositions de photographie

Visites guidées