JUSTICE & SOCIETE

By | 14 novembre 2020

No comment

Hier, Amnesty International publiait un rapport dans lequel l’ONG dénonce l’usage de la loi comme «arme de répression des manifestants pacifiques en France ». Marco Perolini, chercheur pour la France à Amnesty International, condamne dans cette enquête “une volonté politique de faire des exemples et dissuader les gens de descendre dans la rue”. Si les images des violences émanant des manifestations ont été grandement relayées depuis les manifestations des Gilets Jaunes ; le traitement judiciaire des manifestations reste lui flou. Que révèle une telle enquête au sujet de l’Etat français ? Peut-on parler d’une violence liée au traitement judiciaire des manifestants ? L’Etat français a-t-il un problème au sujet de la légitimité de l’usage de la violence ? Source France Culture. 30 septembre 2020.

David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale s’exprime sur la violence

Des chiffres éloquents qui traduisent, effectivement, le malaise masqué qui sévit depuis le suicide symbole de Myriam Sakhri, gendarmette de haut mérite qui fut poussée au suicide en sa brigade (une affaire mort-née…). La GENDARMERIE est un organe militaire qui répond à des fonctionnements fondés sur des injonctions ! Obsolète dans ses méthodes, elle demeure en décalage avec l’évolution des Crimes & Délits probants en la société. Un tout jeune gendarme de 19 ans n’aurait jamais dû mourir, si une attention particulière lui eût été portée durant son engagement. 27 août/ 7 septembre 2020. Suicide d’un jeune gendarme à Colmar ! Que se passe t-il dans les gendarmeries depuis de nombreux suicides ? Tableau récapitulatif des décès chez les fonctionnaires de la sécurité.

Justice & Société : le crime parfait

Les affaires sales de la Police relayées par presselibre.fr : rapport-igpn-2019

-affaire Cédric Chouviat ;

-1 repenti de la police témoigne ;

-affaire Théo ;

-violences policières ;

-révélations d'un ancien RG ;

-corruption chez la police ;

-infiltré dans la police ;

FLIC

 

Rapport-igpn-2019

Des chiffres éloquents qui traduisent, effectivement, le malaise masqué qui sévit depuis le suicide symbole de Myriam Sakhri, gendarmette de haut mérite qui fut poussée au suicide en sa brigade (une affaire mort-née...). La GENDARMERIE est un organe militaire qui répond à des fonctionnements fondés sur des injonctions ! Un tout jeune gendarme de 19 ans n'aurait jamais dû mourir, si une attention particulière lui eût été portée durant son engagement. Mais dans l'armée, aussi, on apprend à fermer sa gueule ! Repos soldat ! 27 août/ 7 septembre 2020.

Il est désolent d’en arriver à ce point de non retour. Trente et un policiers se sont donnés la mort depuis le 1er janvier 2019. 2018 fut l’année noire pour la Sécurité du territoire avec 35 policiers et 33 gendarmes suicidés*. * Sources ministère de l’Intérieur.
TOULOUSE POLICIERE

POLICE ET Cie. Les cow-boys et les malades de la profession jouant des rôles criminels en guise d’autorité. L’uniforme signe extérieur d’abus d’autorité ! Une réforme imminente afin d’éviter des drames.  Lien connexe.
POLICE JUSTICIABLE : LES MAUVAIS FLICS CON-DAMNES

Afin d'entrer dans le vif du sujet, et d'éviter des jugements emportés par une animosité qui certes trouve sa raison dans les problèmes sociétaux actuels, nous vous conseillons de visiter les sites ci-dessous dont la liste est loin d'être exhaustive dans la création en ligne de plateformes relatives à ces fonctionnaires. Leur publications sont intéressantes... Jean Canal.

En direct avec le Ministère de l'Intérieur

Gendinfo.fr l'actu de la gendarmerie

Policerealites.com l'actu de la police

L'Essor traite des suicides de gendarmes 

 

Traiter la police de ce qu'elle est tout en pensant qu'elle n'est pas ce qu'elle devrait être, revient à traiter un sujet majeur des institutions françaises dont la loyauté est mal traitée ou bien traitée par le mal ! Il semblerait que, en tenant compte des erreurs notables commises par la police, d'un point de vue juridique, s'entend, durant ces dix dernières années, une lueur de remise en question du pouvoir qu'elle exerce soit repensée, à la lumière des événements sociaux survenus au cours de ces deux dernières années. Doit-on s'attendre à voir émerger une police intelligente dont les fondements reposeraient sur une appréhension des problèmes socio criminels, plus citoyenne, en ce sens que l'attitude policière s'émancipe de sa spécificité professionnelle qui la marginalise ?! Laquelle reposerait sur une conception sociale à part entière, en intégrant les rangs de la société aux côtés des citoyens, de sorte à se rapprocher des problèmes de fond d'un système gangrené par les crises socio économiques. Quand bien même, la police resterait-elle infréquentable ne fût-ce que part ses méthodes complètement obsolètes en matière d'investigation, comme c'est le cas constaté à Toulouse, Place du Ravelin, en se servant de SDF pour obtenir des informations subsidiaires, il y aurait des réformes à entreprendre pour modifier un comportement qui n'a eu cesse de ternir l'image fausse d'Épinal qu'elle entretient, à son corps défendant. Linda Kebbab qui vient de publier un livre sur ses impressions professionnelles n'échappera pas à la critique, malgré son comportement très professionnel conforme à la déontologie dont elle minimise ce qui fait d'un flic qu'il est en faute. Jean Canal ; bien sûr. 5 novembre 2020.

Reportage exclusif avec la police

Violence au foyer

Ce n'est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière que des policiers malhonnêtes, ayant rompu l'engagement sacerdotal du serment que leur profession exige d'eux, sont pris la main dans le sac ! Depuis les affaires de drogue à Paris et Marseille, depuis l'affaire Michel Neyret , depuis le viol du 36 Quai des Orfèvres, la liste déjà longue auparavant de ces délits ne cesse d'ajouter de nouveaux délits à l'histoire rocambolesque de la Police : il est vrai que les critères de recrutement ne relèvent point d'examens de conscience élevée au niveau d'un intellectualisme suffisant ! Avec tout ce que les français ont pu tirer comme enseignement sur les dysfonctionnements de la police, lors des manifestations des Gilets Jaunes, le peuple ne s'étonne plus des comportements de ces flics qui traversent un passage clouté en vous toisant en signe de pouvoir : Balayez devant vos portes, Connards ! Jean Canal. 19 février 2020. 

Les mesures prises par le gouvernement actuel, que ce soit celui-ci ou celui qui adviendra en 2022, tendent à durcir les mesures d'investigation des acteurs sociaux qui sont opérationnels sur le terrain des manifestations en tout genre, là où les services d'ordre seront présents. On comprend pourquoi ! Le plus difficile effectivement est d'apporter des éléments de preuve qui peuvent constituer un dossier pénal contre un agent en faute. Films, photos et enregistrements seront bientôt réservés aux professionnels de l'audiovisuel, attitrés d'une carte de presse, leur réservant "le privilège" de rendre compte des événements. Le quidam engagé par ses actes et ses pensées sera banni ! de l'éventuelle désinformation relaté sous les traits de la vérité factuelle. Les vidéos et reportages que nous relayons, en les présentant sur nos pages, dans un but de transmettre l'information, sont toujours autorisées, pour l'instant tant que les réalisateurs nous l'autorisent. La démocratie peut, effectivement, se permettre de légiférer sur la liberté ! Jean canal. 5 novembre 2020.

SALE AFFAIRE POUR LA GENDARMERIE

Témoignages policiers. Le droit de réserve auquel sont astreints les policiers, se résume en fait à cette injonction : "fermez vos gueules et faites ce qu'on vous dit !" La société se libère de ses propres entraves, puisque c'est son système qui les posent, de sorte que des Flics avouent être eux-mêmes harcelés par une appareil politique qui conditionne leur sacerdoce. Jean Canal.

Une ancienne fonctionnaire désabusée 

Le doigt est significatif de l'intérêt que la fonctionnaire porte à ses anciens employeurs. Très employé par les Gilets Jaunes, il permet de transmettre des messages, sans coup férir.

FAITS DIVERS

A LA BRI, ON ÉJACULE AVEC LE DOIGT !* 36 Quai des Orfèvres. Avril 2014. Les deux flics de la BRI Violeurs à leurs heures. « Vous avez éjaculé cette nuit-là », demande le président. « Non », répond Antoine Q. « Comment expliquez-vous qu’on retrouve une trace de sperme ? » poursuit le magistrat. « J’étais très excité. » Antoine Q. : « J’ai glissé mon doigt (dans le vagin d’Emily S.) mais je n’ai pas fait de va-et-vient », explique le policier. « Ça reste quelques secondes. » Aucun commentaire supplémentaire pour attester de la culpabilité de deux flics violeurs, en exercice de leur fonction préférée. Ils avaient au préalable, saoulé leur gueule dans un pub ! Il s'agit tout de même de deux flics de la BRI !!! Ils encourent 20 ans de prison selon le code pénal qui ne sera appliqué qu'au niveau de leur statut ; c'est-à-dire aucune once de prison ferme. Ne vous leurrez pas les femmes, vous n'êtes que des objets de plaisir... Jean Canal; bien sûr. 23 janvier. * Il n'est pas précisé de quels doigts il s'agit : l'index, le majeur ? Le pouce étant inapproprié pour ce genre d'opération de police, possédant une forme incurvée, ce doigt est plutôt utilisé pour demander grâce ou bien une condamnation ! L'auriculaire est trop court, puisque la plupart des femmes aime la longueur dans le sexe masculin. Reste l'annulaire qui est considéré comme sacré par l'anneau du mariage et donc exclut pour ce type d'exaction judiciaire. Reste le médius, Messieurs de la Police, celui qui sert à vous faire un doigt !  Evidemment, dans un viol, les femmes mentent ! Les violeurs leur reprochent des attitudes aguichantes qui poussent, effectivement, à des actes considérés comme des invitations sexuelles évidentes ! mais voyons, Messieurs de la Police, c'est une thèse qui se défend...notamment en ce moment à la Cour d'Assises de Paris où sont jugés deux flics de la BRI pour viols (ils étaient à l'époque des faits flics en exercice au PUB le Galway pour étancher leur soif...  Non ! Il ne s'agit point du film "Quai des Brumes" avec Jean Gabin et Michèle Morgan ou bien "Quai des Orfèvres" avec Jouvet ! La réalité en 2018, relève d'un mauvais thriller joué par de piètres acteurs  ! On sait désormais que l'on peut éjaculer avec le doigt..! 36 Quai des Orfèvres. Avril 2014. Les deux flics de la BRI Violeurs à leur heures. En direct de la Cour de justice. « Vous avez éjaculé cette nuit-là », demande le président. « Non », répond Antoine Q. « Comment expliquez-vous qu’on retrouve une trace de sperme ? » poursuit le magistrat. « J’étais très excité. » Antoine Q. : « J’ai glissé mon doigt (dans le vagin d’Emily S.) mais je n’ai pas fait de va-et-vient », explique le policier. « Ça reste quelques secondes. » Aucun commentaire supplémentaire pour attester de la culpabilité de deux flics violeurs, en exercice de leur fonction préférée. Ils avaient au préalable, saoulé leur gueule dans un pub ! Il s'agit tout de même de deux flics de la BRI !!! Ils encourent 20 ans de prison selon le code pénal qui ne sera appliqué qu'au niveau de leur statut ; c'est-à-dire aucune once de prison ferme. Ne vous leurrez pas les femmes, vous n'êtes que des objets de plaisir... Jean Canal; bien sûr. 23 janvier.*Comment de tels individus peuvent-ils se retrouver assermentés, assurant des responsabilités judiciaires, capables d'interpeller des citoyens, et ici, une citoyenne, en faisant valoir leur statut professionnels !? Des réformes sont indispensables pour protéger les citoyens en danger évident face à cette espèce d'individus con-cernés ! Jean Canal ; bien sûr.