National et International

 

FAUX ET USAGE DE FAUX.  Faux, usage de faux, abus de confiance et détournement de fonds : les notables de la République ont les mains bien sales ! Lire la suite ici.  

La fiche anthropométrique de l'Obs. "Énarque et philosophe, haut fonctionnaire et banquier, Emmanuel Macron est un homme politique français. Un temps membre du Parti socialiste, il est considéré comme social-libéral."

Fils de médecins, Emmanuel Macron est né à Amiens en 1977. Sérieux et brillant, il étudie chez les Jésuites et remporte le Concours général de français à 16 ans. Il apprend aussi le piano au Conservatoire de musique d’Amiens. Après avoir échoué au concours de Normale sup, Macron obtient une maîtrise puis un DEA de philosophie à l’université de Nanterre. En 1999, il devient l’assistant de Paul Ricœur et participe à la rédaction de l’un de ses derniers ouvrages. Il est aussi diplômé de Sciences Po et de l'Ena (promotion Léopold Sédar Senghor).
Inspecteur des finances en 2004, Macron change d’orientation en 2008 et travaille comme banquier d’affaires pour la banque Rothschild. Promu associé puis gérant, il pilote des rachats et devient millionnaire. En 2011, il apporte son soutien à François Hollande lors de la primaire socialiste, et il est nommé l’année suivante secrétaire général adjoint de l’Elysée. Il participe notamment à la mise en place du Pacte de responsabilité et du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). En 2014, il remplace Arnaud Montebourg au ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique dans le second gouvernement de Manuel Valls. A 36 ans, il est le plus jeune ministre à ce poste depuis Valéry Giscard d’Estaing. Visage libéral du gouvernement, il prône l'assouplissement des réglementations, y compris salariales. Il travaille en étroite et parfois difficile collaboration avec Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics.
Les enseignants descendent dans la rue, en France. C'est un exercice de style qui s'applique à chaque gouvernement, depuis que la V° République permet d'exprimer son désaccord avec et contre le Pouvoir ! La précarité de la société est tangible mais pas forcément visible dans un espace basé essentiellement sur le virtuel. L'enseignement, autrefois, avait pour mission de dispenser le savoir et la connaissance à tous les français, sans distinction d'origines sociales, rappellent les textes de la Révolution française ! Détournés pour le privilège des nantis, cet enseignement, aujourd'hui, se résume à pourvoir l'élève de capacités intellectuelles relatives aux besoins économiques choisis comme référent dans une société où le libéralisme à consigné les valeurs du savoir dans les registres du passé ! De crise, il n'y a que celle que constitue le ferment des révoltes chues dans une contextualité obsolète ! Jean Canal. 22 octobre 2017.

Nouvelle de Catalogne

Le Président catalan, Carles Puigdemont, déclare une République en Catalogne, lors de son intervention au parlement de Barcelone, ce 10 octobre 2017. l'inconscience peut-elle se substituer en telle occurrence à une stratégie politique plaidant pour l'indépendance ? La solution du fédéralisme permettrait de recouvrer une autonomie politique de chaque région concernée par cette volonté d'indépendance. 

La nouvelle révolution catalane prend à revers les indépendantistes nationalistes, en manifestant son attachement franc à la couronne d'Espagne ; cette frange du peuple, sécessionniste appelle à la réconciliation nationale. Le peuple, l'autre peuple catalan fait connaître son opinion afin que l'Europe tienne compte de sa différence d'opinion ! Il y a des Catalans qui veulent demeurer européens ! Phénomène hérité du Brexit ? L'histoire nous le dira incessamment sous peu... Octobre 2017.

 

 LA GUERRE EN SYRIE A FAIT 330 000 MORTS !

Les toutes dernières informations du GIEC concernant l'évolution du chamboulement climatique révèle le détachement d'une calotte glacière aux superficies impressionnantes dont la dérive a une incidence sur la montées des eaux. C'est aussi une fracture qui risque fort de perturber l'équilibre des glaces devenant instables. Un résultat de nos activités humaines en forte expansion. A suivre avec inquiétude. La Rédaction. 16 juillet 2017.

Le chamboulement climatique en marche. Les derniers pics de chaleur toujours comparés à des anecdotes antérieures afin de rassurer les populations que ce phénomène n'est pas tout à fait anormal puisqu'il existait déjà, apaise les inquiétudes des personnes encore septiques sur l'évolution du climat de la planète. L'information à ces sujets a été corrompue, détournée de la réalité et exploitée au profit des grandes multinationales qui ont intérêt à continuer leur main-mise sur les richesses fossiles et des énergies non renouvelables.La destruction organisée  de la planète a commencé depuis une cinquantaine d'année, continue et provoque par l'effet papillon les catastrophes dites naturelles que les peuples les moins concernés subissent ! Le pillage des richesses l'appauvrie et jette dans la misère des millions de gens. La météo change de comportement, en bousculant le rythme des saisons, l'air est en partie vicié et les risques de cancers dans les villes traduits les effets de la pollution conjuguée à tous les temps ! Bref ! Le pire reste à venir, certes ; mais qui va le croire ? Enfin, on peut se conforter à l'idée que l'addition est présentée sous forme de facture à l'Occident qui est en grande partie responsable. Jean Canal.

De la démocratie en l'occurrence et de la liberté en l'espèce comme éthique au cœur des préoccupations actuelles. Les Grecs nous ont laissé suffisamment de textes et d'histoire pour réfléchir sur notre devenir présent. Dans l'ordre croissant des problèmes qui minent les sociétés, on trouve d'abord la démographie, la faim, la maladie et l'économie. De plus en plus de populations quittent leur terre native, immigrent vers les pays et états plus à même de répondre à leurs besoins premiers. Les guerres intestines, les révoltes étatiques et la grande guerre démesurée que l'EI à lancer au monde occidental et occidentalisé en Afrique aussi, ont complètement pris de court les états occidentaux eux-mêmes rattrapés par leurs anciennes colonies... La situation est critique ; car loin d'être circonscrite par le phénomène d'excroissance démographique qui en augmente les craintes ; les solutions sont pratiquement inefficaces et provoquent des réactions nationalistes dans tous les états. L'héritage colonial des états africains, notamment, a conduit à des déviances ou/et de cultures des thèses politiques souvent marxistes qui n'ont, aujourd'hui, plus lieu de persister, dans un monde qui se dirige tout droit vers une mondialisation basée sur les lois du libéralisme ! Oserons-nous parler de ubérisation des sociétés ? Non ! Pas tout à fait ! Les oppositions aux désordres du libéralisme sauvage orchestré par ceux qui détiennent le pouvoir, croissent au regard des conjectures actuelles qui reposent sur le climat, l'économie et la nutrition internationale ! 26 juin.   Jean Canal.

Pressenti pour prendre la tête de Beauvau, Gérard Collomb a été nommé ministre de l'Intérieur au rang de ministre d'État, ce jeudi 17 mai. Une véritable récompense pour celui qui a très rapidement rallié Emmanuel Macron, bien avant que ce dernier ne se porte candidat à l'élection présidentielle. Âgé de 69 ans, Gérard Collomb est une figure de la politique dans le Rhône mais connaît que très peu la politique nationale. Mais la victoire d'Emmanuel Macron le 7 mai dernier au soir du second tour a changé la donne et bouleversé les ambitions du sénateur-maire de Lyon qui succède donc à Bernard Cazeneuve au ministère de l'Intérieur et devient le numéro 2 du gouvernement derrière le premier ministre Édouard Philippe.  Claire Gaveau. Journaliste. Politique intérieure. On peut considérer que l'investiture d'Emmanuel Macron est d'ores et déjà une formalité accomplie, si l'on en juge l'énergie que la République déploie pour mériter son titre. Confronté aux ténors de la Droite rigide et presque inamovible, le Président de la République a ouvert son quinquennat à des hôtes appartenant au parti le plus virulent à son encontre ; François Barouin, grand perdant des Présidentielles, se jette dans l’arène pour combattre avec les plus féroces.  On reconnaît, ici, l'esprit déloyal que cultivent certains députés et politiques de Droite !  Jean canal. Loi du 29 juillet 1881

Le Journalisme intellectuel. Il se présente sous les apparences de l'analyse concise selon le niveau intellectuel capable de discernement global pour émettre une réflexion ; de la part de celui ou celle qui exposent le sujet, le plus souvent sous la rampe des médias audiovisuels où l'audience est la plus élevée. L'impact escompté au cœur de la masse populaire est moins important qu'au sein des classes sociales supérieures à celle-ci (tout étant relatif) qui encensent ce genre de débat et souvent le plébiscitent par l'audience ; les débats sont le plus souvent satellites d'une idée collective que les élites circonstancielles font graviter autour de leurs personnes ! Évidemment, au même titre que le sophiste bien connu dans la figure de Gorgias (œuvre philosophique de Platon) qui s'applique à définir les syllogismes de son discours pour convaincre du contraire, le journalisme intellectuel se veut (l'est-il ?) empreint de philosophie politique capable de prévenir les conséquences conjoncturelles à une crise, par exemple. En vérifiant les faits réels d'un événement concret, il suffit de rechercher la vérité qui en découle pour démontrer à partir de cette dernière tout autre contre-vérité qui attestera de la réflexion dudit ! C'est très habile et peu dénoncé par autrui, puisque tous, ou presque, y recourent ! Nombreux, effectivement, sont ceux qui sur la scène médiatique, se gargarisent et assènent une sorte de parole prophétique qui détermine les raisons actuelles de l'état des choses, en l'occurrence politique ! Et le résultat est époustouflant, notamment avec celui des élections tunisiennes qui donnent gagnante la démocratie péniblement extirpée du Printemps arabe (alors que l'unanimité médiatique misait sur un échec patent dû au contexte socio politique !) ; tandis que tous les politologues glosaient sur la thèse de l'impossibilité de mettre en place cette espèce d'idéologie à la tête d'un pays vacillant entre le religieux et le politique ! Bref ! Chacun est toujours responsable de ce qu'il croit et de ce qu'il se laisse croire sous l'influence de la collectivité encline à épouser les idées d'autrui lui semblant propres aux siennes...(Parlez-moi de ce que je veux entendre, je vous prie ; et surtout ne me dites pas la vérité.) C'est ainsi et notamment de cette manière que se véhicule tout un esprit dans un état, un pays au demeurent sur la planète : faire croire quelque chose qui arrange tout le monde, ou presque ! Jean Canal. Revu et corrigé le 30 mai 2017.