Spread the love

 NATIONAL & INTERNATIONAL

Dernières nouvelles de Syrie. 10 septembre 2018. Un pays détruit à 80%. Une architecture qui a volé en éclat. Une culture disloquée. Un peuple à jamais meurtri. Une paix insoluble. Bref ! On meurt toujours en Syrie. La Rédaction de presselibre.fr

L'Express nous en apprend autant

L'ALLIANCE IRRÉFRAGABLE. Une alliance qui puise sa force dans la reconnaissance des deux états musulmans confrontés aux refus européens de leur prépondérance dans les affaires internationales -Poutine en étant le principal instigateur afin de répondre aux Nations unilatéralement unies dans la lutte contre DAECH ! Éradiquer le terrorisme demeure le plan de lutte qui est argumenter comme objectif final. La création de l'état d'Israël n'est pas tout a fait étrangère aux nouvelles tensions entre les états occidentaux sur le contexte au Moyen Orient. Il faudrait y voir une force économique qui s'affirme en revers aux prérogatives des Etats Unis qui sanctionnent ces trois états ! La recherche d'une porte de sortie se confirme avec la formation de ce triumvirat  qui entend contrebalancer les politiques occidentales préjudiciables à leur économie commune. C'est un pertinent pied-de-nez qui est fait à la communauté internationale, y compris contre Israël... L'Iran chiite a besoin d'une entité internationale fiable pour regagner la confiance des occidentaux. La Turquie reste le pays des atteintes portées aux Droits de l'Homme avec des purges politiques est assassinats d'opposants (PKK).  Jean Canal. 8 septembre 2018. Trump recale les Palestiniens à leur asservissement régional. Le Président des Etats-Unis supprime l'aide à la Palestine et tourne le dos à l'espoir de paix équitable d'un état qui n'existe toujours pas. Bérénice de Racine n'est-elle pas une tragédie qui met en scène la reine de Judée éprise de Titus qui doit renoncer à cet amour conformément aux lois sénatoriales de Rome. Le père de Titus meurt et donne légat à son fils qui ne peut épouser la reine de Judée. Elle est répudiée. Les Etats-Unis n'existaient pas à cette époque... 11 septembre. Jean Canal.

ÉRYTHRÉE ETHIOPIE : LA RÉCONCILIATION !

L'inquiétude est donc réelle dans la Corne de l'Afrique qui n'a eu cesse de s'agiter à travers des conflits depuis le règne de Monguistu en 1974. On eu cru volontiers que l'indépendance de Djibouti, en juin 1977, eût apporté la paix unilatérale entre la Somalie qui, de tout temps, revendiqua la paternité le territoire des Afars et des Issas, l’Érythrée et l'Ethiopie ; en vain, puisque les partis rebelles islamiques perturbent intentionnellement l'équilibre maintenu sur un fil de funambule. Les enjeux économiques sont désormais plus importants, puisque la ligne de chemin de fer érigée par les français entre Djibouti et Adis Abéba, achemine les marchandises éthiopiennes n'ayant que ce seul accès à la Mer ! Asmara, port érythréen inactif à cause de la guerre, pourrait effectivement devenir (redevenir) la seconde voie de transbordement des marchandises...éthiopiennes, préférant sans doute commercer avec un état frère qui concurrencerait le port de Djibouti ! Les Shebabs ayant le contrôle officieux des trafics marchands dans le Golfe, ils devront se plier aux nouvelles donnes de ce deal officiellement reconnu comme salutaire pour la paix de la Corne de l'Afrique. Jean Canal. 3 août 2018.

-SYRIE : UN CONFLIT QUI S'ENLISE DANS LES MASSACRES DE CIVILS

LES MIGRANTS D'EUROPE : une chance pour Schengen ? L'opinion publique en France est partagée, en Europe elle suit la tendance politique portée par les extrêmes : les Droites dures se révèlent en Autriche, en Hongrie, en Pologne et en Italie ! Les Anglais, eux, couronne d'Angleterre oblige, sont ferplay. Après tout, ils ont le Commonwealth qui génère de l'économie de marché.  Le rejet de cette population immigrée repose plus précisément sur la religion : l'islam ! Les Européens n'en veulent pas, quand bien même feraient-ils montre de condescendance à l'égard de quelques constructions de mosquée, ils se méfient de cette religion qui a ternie l'image qu'elle veut encore donner d'elle même, en Europe ! Les sondages sont dans la rue chez le peuple, éclairé soit-il par les lumières des événements, il réagit pour son bien être et celui de sa famille ! "Couper des gorges à des jeunes-filles innocentes (Marseille) ne fait partie d'aucune religion digne de répandre l'amour de son prochain."* Ce genre de témoignage fait l'unanimité, y compris chez les musulmans français intégrés, adoptés et aimer de la France. D'ailleurs, on se souviendra volontiers que Nice et les attentas de Charlie Hebdo firent des victimes musulmanes ! Donc, le problème est complexe, voire compliqué, au pis insoluble au regard porté par un jugement aveugle sur cette conjecture nationale. C'est l'intégration au sens premier des valeurs que cette dénomination renferme que le migrant doit comprendre pour se faire accepter. D'autres ont réussi depuis l'Abbé Grégoire avec les Juifs.  Pourquoi ne serait-il pas possible de vivre ensemble ?!  Jean Canal. En se baladant dans les villes du Sud. 6/7/8 juin 2018.

Jusqu'où l’intolérance peut-elle s'affranchir du jugement populaire des nations silencieuses ? Juifs/Arabes : un sacrifice politique qui sert les intérêts de l'Amérique ! Soyons enfin courageux d'affirmer notre refus d'assister passivement aux atteintes portées au genre humain qui peuple depuis toujours la Palestine. Ils sont cousins et ennemis ; parce que les dirigeants de ce monde ont intérêt à ce qu'ils le soient. Et Dieu, dans tout ça ?! Ne vous leurrez pas sur un éventuel retour de son entité sur terre. L'héritage qu'il fit aux peuples, les responsabilise sur l'usage qu'ils en ont ait jusqu'ici : un désastre ! Les guerres et conflits n'ont jamais cessés ! L'Iran est ligoté, l'Egypte débitrice de l'occident, les états du Maghreb n'en pensent pas moins, et se rangent du côté des Palestiniens et toute la Gauche européenne verse dans le déni de reconnaissance identitaire d'une nation à (re)naître aux côtés des Israéliens. Quant au Moyen Orient, il s'embrase à la moindre parole déviant de ses origines religieuses. Que reste-t-il du croissant fertile ? De ces civilisations antiques connues pour une hospitalité légendaire et une nonchalance de vie que les intellectuels européens envièrent jusqu'à la fin des Empires ?  Jean Canal pour la Palestine. 15 mai 2018. 

 

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine : 1 couple indispensable pour reconstruire l'entente des relations extérieures entre l'Europe et la Russie. C'est le national qui prime sur des querelles de terrain. L'Europe n'ayant pu enchâsser l'Ukraine dans son espace, l'économie russe se porte au mieux et Poutine recouvre son ardeur de vaincre l'esprit américain et, pourquoi pas, anglais... Nous, en tant que français, nous sommes les amis privilégiés de la Russie et des Russes. Depuis les voyages de Denis Diderot qui côtoyait Catherine II (y'a t-il eu des attouchements sexuels entre les deux amis ? Les Historiens gardent le silence), les relations ne furent pas au beau fixe. Le séjour de Trotski sur la côte océane, avant son exil au Mexique, les Russes blancs réfugiés et  L'Archipel du Goulag de Alexandre Soljenitsyne ont été des signes de refus du soviet ! Bref ! Les deux hommes ont cependant des points communs : l'économie de marché, le libéralisme et le capitalisme. Jean Canal. 24 mai 2018.


Quelques nouvelles, en images animées, de celui qui attire le plus d'animosité de la part des pays "belligérants" à une politique ultranationaliste. Trump en comparaison est un clown ! Poutine, l'homme fort de la Russie, donne raison à sa démocratie, au grand dam des démocraties occidentales d'Europe qui cultivent également des liens étroits avec des pays oligarchiques ! Quels reproches pourrait-on lui faire, dans son attitude au regard des jugements portés par des états coopératifs avec les états dictatoriaux de l'Afrique, pris comme l'exemple le plus ostentatoire depuis les fins des impérialismes occidentaux ! Jean Canal. 20 mai 2018.


A titre purement indicatif et avec une modestie légendaire dans une conception des genres que je cultive, il semble que, derechef, l'urgence exige que l'on tienne compte des risques encourus concernant la disparition pure et simple des espèces vivantes en Méditerranée (je ne fais aucunement allusion à l'être humain, s'entend). La pollution suivant son cours, elle se manifeste insidieusement là où elle est moins soupçonnée d'agir. Il est inutile de se demander jusqu'où irons-nous pour détruire complètement la nature. La réponse repose dans notre comportement qui refuse de changer. Ce reportage présenté par ARTE lance une alerte aux individus aimant la Méditerranée qui ne sont pas ceux qui spécule sur son potentiel économique ! Les opérations commerciales n'ont jamais cessées et comme le souligne Corinne Lepage qui fut Ministre de l'environnement : l'écologie ne prime pas sur l'économie. Jean Canal. 23/04/2018.


Des conjectures mondiales qui pénalisent des relations internationales au détriment des peuples, agenouillés devant les nouveaux pouvoirs ! La paix devient un mot d'usage courant servant les causes ennoblies par des chefs d'état qui se succèdent tout en demeurant en place. Les exemples les plus frappants, dont un est une nécessite vitale pour l'Algérie, sont ces chefs d'état qui jalousent le pouvoir en refusant l'idée de démocratie, les obligeant à l'abdication ! L'Afrique en regorge et après la décolonisation française, notamment (employons les termes convenant), les dictateurs se sont installés durablement.  Le néocolonialisme favorisant ces entreprises légitimées par des accords financiers contractés dans le cadre de l'exploitation des ressources naturelles, il en ressort un tacite consentement sur les politiques menées et quelquefois soutenues entre les pays d'origine et les états souverains... dans l'économie de marché. C'est une information de polichinelle, bien sûr. Ancrée dans les relations internationales, cette méthode est pratiquée, effectivement, de façon unilatérale sous les aspects du libre échange inclus dans la mondialisation. Les conflits qui ressortent de cette conjoncture devenant mondiale, trouvent leur cause dans l'économie de marché qui ne peut, hélas !, souffrir de sentiments à l'encontre des laissés pour compte pourtant plus nombreux dans ce grand ensemble. Avec les derniers événements survenus au Moyen-Orient et qui perdurent au-delà des espérances de paix alléguée, c'est accentué un ressentiment profond qui creuse l'écart déjà prédominant entre des civilisations enclines à développer leurs propre cultures, cultivées en signes de reconnaissance identitaire, non seulement dans les pays d'origine, mais également dans les pays d'adoption ! Ce repli vers des racines éparses dans la société confronte donc des idées opposées, de sorte à créer un isolationnisme social, en répartissant les communautés ainsi renaissantes d'avec un grand ensemble pluriculturel qui n'en a jamais eu que les apparences. A suivre. Jean Canal. 9 avril 2018.

Nouvelle de Syrie. La guerre continue-stop-les enfants meurent toujours-stop-les femmes et les vieillards aussi-fin. La tradition arabe veut que l'on se déchausse avant d'entrer chez quelqu'un. C'est une marque de respect. Tous les arabes ne sont pas musulmans. Certains sont chrétiens depuis l'avènement du christ et des premières églises en Orient (celle d'Anthioche). Et avant l'islam, il y avait le christianisme et avant le christianisme il y avait le judaïsme et quelques tribus animistes. L'histoire de l'Orient ne s'arrête pas à une religion ; mais elle commence avec le respect de toutes celles qui représentent une communauté : c'est à ce prix que s'obtiendra la paix. JC.


Soleil voilLes Corses, une entité particulière à laquelle on aurait intérêt de prêter une attention toute particulière... Et si l'état français leur déléguait tous les pouvoirs de gestion de l'île ? Une espèce d'indépendance relative. Une forme d'autonomie demeurant sous les lois de la République, conformément à la volonté de Napoléon... Que veulent les Corses, exactement : que leur île ne ressemble pas aux pourtours de la Méditerranée, Région Provence Alpe Côte d'Azur ; à savoir un bétonnage systématique du littoral dont les terres sont spoliées !

 Actualité étrangère. Les Corses aspirent à leur indépendance

LES CHIFFRES DE LA JUSTICE

La France ancre son navire au cœur de l'économie du marché mondial, en signe de reprise d'une activité économique alléchante. Emmanuel Macron risque son élection dans une perspective présidentielle courte ; son échec éventuel sanctionnera son quinquennat non reconductible. Les risques de jouer dans la cour des grands est-il à la mesure d'un pays qui cultive le syndicalisme socialiste à la moindre manifestation ? Davos, une réunion publique entre gens de la même classe économique. Derechef, les problèmes d'économie de marché, inscrits dans le processus de mondialisation planétaire (pléonasme de circonstance), sont débattus entre hauts dirigeants de l'économie mondiale. Le principe repose sur une adéquation simple qui consiste à s'adapter aux directives mises en place par un petit nombre qui impose au plus grand nombre une méthode d'échanges internationaux, dans le domaine rationnel de la consommation ! le Nord avec Sud et l'Est avec l’Ouest, en tenant compte des paramètres évolutifs entre les points cardinaux occupés par des pôles économiques prépondérant pour ces secteurs financiers. La grande majorité de la planète est, néanmoins, concernée, mais pas sollicitée pour intervenir directement dans l'avenir des nations défavorisées par leur condition sociale inhérente à leur évolution en prise avec ce système légal de spoliation ! Davos est conçu pour édicter les marches à suivre et non plaider en faveur des recalés de l'économie de marché. Le Libre échange mondial ne tient pas compte, en effet, des inégalités sociales qui sévissent dans chaque pays. D'où l'inquiétude face aux disparités. Le marché est maître en la matière et dicte ses propres lois économiques. La concurrence est donc ce facteur libéral qui paradoxalement creuse les inégalités et accroît la pauvreté. L'adéquation finale repose en fait dans l'intérêt de contracter des crédits pour entretenir la fructification des richesses détenues par un petit nombre : les banques ! Multinationales et paradis fiscaux ne font qu'une seule entité !  Jean Canal. 24 janvier 2018. REFORMER L'EUROPE ! Tel est le dilemme qui résoudra(ait) les problèmes de fond liés inextricablement à la démographie dont personne, en politique démocrate, n'ose évoquer les problèmes de fond qui annoncent un grand changement dans les relations de politiques extérieures. 27 janvier 2018. Jean Canal.

CHAMBOULEMENT CLIMATIQUE

RAPPORT DU GIEC 2017

La responsabilité due au chamboulement est désormais établie : Nous ! Seuls responsables de la situation actuelle qui tend à perturber notre mode de vie, nous commençons seulement à subir les conséquences de nos actes continuels pratiqués encore au quotidien. Le consumérisme pris dans sa globalité nous est devenu tellement familier qu'il apparaît comme un mimétisme régulier adopté inconsciemment, déresponsabilisant notre culpabilité. Le processus, lui, est pour lors irréversible et tend à augmenté sa date d'échéance. Aucune régularité n'est adoptée de façon suffisamment efficace pour réduire drastiquement la pollution, ne serait-ce que celles observées dans les villes. Ce suicide collectif traduit notre inconscience collective face à un avenir proche incertain pour des générations en gestation. Le pessimisme contrairement aux idées reçues et entretenues par des exégètes de l'ignorance, ne cultive pas les catastrophes comme fin ultime de la vie en société. Il se veut justement une forme d'alarme tirée pour sensibiliser les indécis et les irresponsables de cette véritable hécatombe en perspective : montée des eaux, fontes des glaciers, désertification du pourtour de la méditerranée, et en prime, sécheresses et inondations récurrentes ! Etc. Jean Canal. 

Le chamboulement climatique en marche. Les derniers pics de chaleur toujours comparés à des anecdotes antérieures afin de rassurer les populations que ce phénomène n'est pas tout à fait anormal puisqu'il existait déjà, apaise les inquiétudes des personnes encore septiques sur l'évolution du climat de la planète. L'information à ces sujets a été corrompue, détournée de la réalité et exploitée au profit des grandes multinationales qui ont intérêt à continuer leur main-mise sur les richesses fossiles et des énergies non renouvelables.La destruction organisée  de la planète a commencé depuis une cinquantaine d'année, continue et provoque par l'effet papillon les catastrophes dites naturelles que les peuples les moins concernés subissent ! Le pillage des richesses l'appauvrie et jette dans la misère des millions de gens. La météo change de comportement, en bousculant le rythme des saisons, l'air est en partie vicié et les risques de cancers dans les villes traduits les effets de la pollution conjuguée à tous les temps ! Bref ! Le pire reste à venir, certes ; mais qui va le croire ? Enfin, on peut se conforter à l'idée que l'addition est présentée sous forme de facture à l'Occident qui est en grande partie responsable. 

En regardant les reportages qui témoignent des catastrophes climatiques, comme celle qui se produisit à Nice en 2015, lors des inondations, apparaît clairement l’incompréhension de l'homme face à des erreurs d'aménagement du territoire saturé par des constructions irrespectueuses de l'environnement ! Au regard du bilan, l'individu ne semble toujours pas être responsable des choix de vie en société enserré dans la collectivité. Le bouc-émissaire reste le temps, puis les autorités officielles et les élus. Lui, il dit subir un monde  auquel il contribue sciemment.             Jean Canal. Janvier 2018.

LE MONDE ARABE

Comprendre la géopolitique qui détermine les conjonctures du Moyen Orient. En se référant au passé, le présent devient explicite. Les trois religions monothéistes impliquées dans un conflit perpétuel qui dépend de chaque population qui les incarne respectivement. Peut-on se risquer à affirmer que c'est la guerre de religion en héritage des conquêtes colonialistes de l'Europe ?

Lié au monde arabe par les liens inaliénables de l'histoire, l'occident est devenu débiteur économique des états qui composent les anciens empires, depuis les conquêtes. Des relations aux intérêts économique sous couvert d’œuvres civilisatrices évoquées notamment pour justifier la guerre d'Algérie, l'occident européen, notamment, représenté par les Anglais, les Français, les Italiens, Allemands, Espagnols et Portugais, sut imposer sa vision de la civilisation sous la férule de la condescendance !  Le pétrole en est l'argument de la division des états arabes ou arabisés comme le Maghreb. L'Egypte et le Liban en sont les représentations emblématiques qui furent des conquêtes sans coup férir. Jean Canal. A suivre.

16 mai 1916.   Accord secret Sykes-Picot

En pleine guerre mondiale, le Britannique sir Mark Sykes et le Français François Georges-Picot négocient un accord qui prévoit le démantèlement de l'empire ottoman après la guerre et le partage du monde arabe entre les deux Alliés. Les Français se réservent le Liban, la Syrie et la région de Mossoul, au nord de la Mésopotamie ; les Britanniques le reste de la Mésopotamie (Irak) et la Transjordanie. La Palestine doit devenir zone internationale et le port d'Alexandrette (Syrie) acquérir le statut de port franc.

Conférence internationale de San Remo (19 au 26 avril 1920)

Les avatars d'un accord mal ficelé. L'accord fait suite à l'entrée en guerre de l'empire ottoman aux côtés de l'Allemagne et de l'Autriche-Hongrie. 

Sir Henry McMahon, haut-commissaire britannique au Caire, tente de persuader le chérif Hussein, qui gouverne La Mecque au nom du sultan, de soulever les Arabes contre Istamboul. Mais le chérif réclame, en cas de succès, le pouvoir sur les provinces arabes de l'empire.L'affaire fait l'objet de discussions à Londres et Paris entre les diplomates sir Mark Sykes et Georges Picot. Un accord est conclu à Londres le 16 mai 1916 par sir Edward Grey, ministre britannique des Affaires étrangères, et Paul Cambon, ambassadeur de France. Il est appelé dans un premier temps « accord Cambon-Grey » (*).Cet accord initial respecte l'esprit des échanges McMahon-Hussein en préconisant de « détacher les Arabes des Turcs en facilitant la création d'un État arabe ou d'une confédération d'États arabes » sous l'autorité de Hussein et de ses fils, les Hachémites(ainsi les qualifie-t-on en raison de leur filiation avec le prophète Mahomet et son arrière-grand-père Hachem).Les Arabes n'étant pas en mesure de se prendre immédiatement en charge, il est prévu qu'ils soient conseillés et assistés dans un premier temps par les Français, au Nord, et les Anglais, au Sud.Contestation et remises en cause de l'accordCe projet de partage d'influence a le don d'exaspérer les Arabes et leurs alliés anglais quand il est dévoilé par les bolchéviques à la fin 1917. Du coup, les troupes arabes assistées du « colonel » Thomas Edward Lawrence, dit « Lawrence d'Arabie » poussent jusqu'à Damas et entrent sans coup férir dans la capitale de la Syrie en prenant de court les Français.Destinée à préparer le premier traité de paix avec la Turquie, la conférence de San Remo, du 19 au 26 avril 1920, confirme et précise l'accord secret de 1916. Elle confie trois « mandats » à Londres sur la Palestine, la Transjordanie et la Mésopotamie (Irak). La France reçoit un mandat sur la Syrie et le Liban.Ainsi se dessine pour un siècle la carte du Moyen-Orient, avant que les soubresauts actuels du monde arabe ne la réduisent à néant.   Revue Hérodote.  LIRE LA SUITE.

RELATIONS INTERNATIONALES

 Un empire Ottoman en quête de conquêtes économiques. Une reconnaissance internationale insufflerait à la Turquie un essor pour lancer les entreprises hors frontières. Conscient de sa mauvaise réputation dans l'espace Schengen, Erdogan pratique une nouvelle politique de proximité en franchissant une étape cruciale avec la rencontre organisée par Emmanuel Macron.  Quant aux Droits de l'Homme, la Turquie en a une conception bien particulière et toute relative à son histoire : son entrée dans l'Europe sera toujours compromise donc. Jean Canal. 12 janvier 2018.