National et International

Faux et usage de faux

                Faux, usage de faux, abus de confiance et détournement de fonds : les notables de la République ont les mains bien sales ! Paradoxalement à la tendance intellectuelle actuelle qui laisse présager en ses thèses politiques conjoncturelles que le pouvoir présidentiel serait un signe d'absolutisme, quand ce dernier possède légitimement les Institutions parlementaires, il appert une espèce de controverse dans l'application des décisions ministérielles sujettes aux ressentiments populaires, émis par une opposition demeurant dans l'expectative de résultats coercitifs avec la société ! Pour l'heure, il n'y a rien à relever comme anomalie politique qui sanctionnerait le Président de la République, Emmanuel Macron, n'ayant point dérogé à ses devoirs à la nation. Hormis quelques Ministres d'opportunité, au passé entaché de dossiers litigieux, suite à un comportementalisme enclin à des déviances d'ordre de moralité civile, Philippe Édouard, lui, ne porte aucune responsabilité sur les attitudes de ses collaborateurs, tant que la justice ne décide pas d'instruire à leur encontre. Il est bien évident que la vie morale des politiques reste tabou dans la sphère ministérielle. Les affaires empreintes de faux, d'usage de faux et détournements de fonds sont une méthode de pression politico financière qui permet de préserver un certain pouvoir relatif, tout en se maintenant en place. Emmanuel Macron a toutefois le mérite d'être propre, quand bien même serait-il issu, lui-même, de la finance. Avec Jean-Luc Mélanchon, ils représentent la transparence politique escomptée par une population à moitié majoritaire...et divisée sur le fond que chaque partie se fait de la société Jean Canal. 16 juin 2017.

 

Législatives/Marion

 LES LEGISLATIVES. Le mouvement "En Marche" l'emporte haut la main : l'Assemblée Nationale sera dirigée par les députés d'Emmanuel Macron, selon la volonté souveraine du peuple ! La démocratie, cependant, disputée par Jean-Christophe Cambadélis, amer d'une défaite cuisante pour les Socialistes, dispute la paternité de cette victoire jugée, par lui, comme dangereuse. 
La Droite fragilisée par des affaires financières, reste vindicative face à cette défaite cuisante, historique ! Jean Canal. Au soir du premier tour.
                                   Les Législatives "en Marche" pour une élection majoritairement située côté présidentielle. Un véritable ras de marée sur les terres des partis officiels qui se sont sabordés. Les Français, notamment la jeunesse, pensent libéralisme, entreprise et liberté d'action dans les secteurs professionnels : une vision nouvelle libérée des contraintes séculaires de nos institutions ! Doit-on craindre l'Ubérisation de toute la société ?! La vieille garde veille au grain. Les radicaux de gauche, les insoumis, la gauche et quelques socialistes attendent l'occasion de réunir leurs forces disparates, mais qui fera coalition contre le macronisme, le cas se présentant. C'est tout de même un jeune talentueux qui a ravi le pouvoir a ceux qui le détenaient depuis l'avènement de la V° République. Jean Canal. 8 juin 2017.
Un départ anticipé qui augure d'une fracture au sein du Front National entre Marine le Pen et Marion le Pen. Peu importe l'argumentation qui justifie l'émancipation politique de la nièce, la réalité atteste d'une fracture entre certains meneurs du parti. L'échec évident et annoncé de Marine le Pen aux présidentielles a provoqué des réactions feutrées au sein du parti qui ne se renforce pas ! C'est peut-être la fin d'une épopée nationaliste essoufflée par un manque de projets salutaires pour la population en attente de réalités conjoncturelles. C'est Macron qui rafle la mise. Jean Canal. 18 mai 2017.

L'Iran/Politique

L'Orient moyennement situé aux limites de la péninsule occidentale du monde s'agite depuis l'exode ! Premières écritures, premiers bâtisseurs, maîtres de la pensée philosophique, le monothéisme vit le jour, on le sait, avec Akhenaton  !  Il faudra relire Hérodote, Flavius Josephe, Pline l'ancien et Xénophon ; mais vous n'aurez pas le temps à consacrer à ces lectures, parce que votre temps est compté ! Si l'Iran est touche en son cœur, le reste du monde souffrira ! JC
C'est sans doute une photo emblématique qui ne dément pas l'esprit du Président de la République. Distingué par verve convaincante, Emmanuel Macron a présenté la nouvelle France. Remise en cause sous forme d'invectives vitupérées à son encontre durant sa campagne présidentielle, la capacité à gouverner le pays fut l'angle d'attaque de ses adversaires, notamment à Droite ! Aussi étrange que cela pût paraître durant cette période fort agitée, le Front National n'émit que de très courtoises critiques exploitées syntaxiquement par Marine le Pen. Ses attaches à l'ultra libéralisme que représentent les banques auxquelles, le Président a appartenu, lui ont valu de l'animosité de la part des gens d'extrême gauche et appartenant au parti de Jean-Luc Mélanchon. Rien d'étonnant en la matière, puisque la culture politique en France fut conçue sur l'opposition fondée sur des idéologies antinomiques les unes aux autres ! Macron rassemble ; certes, il doit protéger son quinquennat en proie à des Législatives qui déstabiliseraient ses projets. A l'heure actuelle, en ce 18 mai 2017, toute la nouvelle politique de la France reste à être élaborée....au grand am des deux partis politiques officiels qui n'ont pas su pratiquer la coalition ! Jean Canal.              
    

Evénements

Jusqu'où peut aller l'intolérance ? Les limites de la violences sont-elles définies par les paroles ou bien les actes ?!

Pressenti pour prendre la tête de Beauvau, Gérard Collomb a été nommé ministre de l'Intérieur au rang de ministre d'État, ce jeudi 17 mai. Une véritable récompense pour celui qui a très rapidement rallié Emmanuel Macron, bien avant que ce dernier ne se porte candidat à l'élection présidentielle. Âgé de 69 ans, Gérard Collomb est une figure de la politique dans le Rhône mais connaît que très peu la politique nationale. Mais la victoire d'Emmanuel Macron le 7 mai dernier au soir du second tour a changé la donne et bouleversé les ambitions du sénateur-maire de Lyon qui succède donc à Bernard Cazeneuve au ministère de l'Intérieur et devient le numéro 2 du gouvernement derrière le premier ministre Édouard Philippe.  Claire Gaveau. Journaliste. Politique intérieure. On peut considérer que l'investiture d'Emmanuel Macron est d'ores et déjà une formalité accomplie, si l'on en juge l'énergie que la République déploie pour mériter son titre. Confronté aux ténors de la Droite rigide et presque inamovible, le Président de la République a ouvert son quinquennat à des hôtes appartenant au parti le plus virulent à son encontre ; François Barouin, grand perdant des Présidentielles, se jette dans l’arène pour combattre avec les plus féroces.  On reconnaît, ici, l'esprit déloyal que cultive certains députés et politiques de Droite !  Jean canal.

 Loi du 29 juillet 1881

Vae victis

Le stratège qui se dessine sous la silhouette d'Emmanuel Macron pour préserver le pouvoir présidentiel dans la ligne politique qu'il a tracée en concertation avec le Premier Ministre, cette stratégie politique s'inscrit dans les méthodes de combat et de luttes légitimes entre partis qui rivalisent l'élection souveraine du présent Président de la République. Les ténors des partis respectifs aux différentes défaites électorales font montre d'agressivité verbale virulente que la sophistique tente de manipuler pour des convictions populaires en instance des Législatives ! Manœuvres louables, cependant,  puisqu'elles appartiennent à l'appareil politique lui-même qui consiste à attaquer sans relâche l'adversaire vainqueur ; quand bien même ce dernier aurait-il bénéficier de la reconnaissance souveraine pour son titre national ! La démocratie est encore mise à mal, face à ce déni politique ! On touche, ici, à la moralisation de la vie politique, à la transparence des états civils, certifiés par un casier judiciaire vierge... au demeurant des invectives politiques fondées sur des ordonnances présidentielles qui "changeront" enfin tout un système obsolète de l'institution républicaine. Pourquoi, d'ailleurs, des fonctionnaires (excluant, bien sûr, la Sécurité et l'armée) seraient-ils bénéficiaires de privilèges contestés par la grande majorité de la population active ! La Droite plus particulièrement a du mal à admettre sa défaite, étant donné qu'elle considérait être la seule à représenter la France de de Gaulle morte depuis l'avènement de Nicolas Sarkozy qui lui avait administré un poison violent : l'économie individuelle !  Dimanche 21 mai 2017. Jean Canal.

 

Un nouveau gouvernement

            Nouveau gouvernement pour renforcer le pouvoir des institutions. La victoire des Législatives exige qu'une recomposition ministérielle vienne rafraîchir le gouvernement. Ce sera l'occasion pour se séparer des ministres touchés par des affaires politico financières. Malgré cette apparence de pouvoirs, les partis d'opposition seront plus agressifs pour combattre Les Républicains en Marche qui ne font toujours pas l'unanimité. Popularité : 62% des Français satisfaits du président Macron, 55% du Premier ministre Philippe

Alors que la majorité des Français est très satisfaite de cette élection présidentielle et de l'investiture du Premier ministre, Edouard Philippe, au Gouvernement, d'aucuns, parmi lesquels le plus vindicatif exulte sous l'amère défaite du parti qui se croyait le représentant unique de la France : les Républicains se sont suicidés en collectivité ! Jean Canal. 21 mai 2017.

Chroniques

 

Le Journalisme intellectuel. Il se présente sous les apparences de l'analyse concise selon le niveau intellectuel capable de discernement global pour émettre une réflexion ; de la part de celui ou celle qui exposent le sujet, le plus souvent sous la rampe des médias audiovisuels où l'audience est la plus élevée. L'impact escompté au cœur de la masse populaire est moins important qu'au sein des classes sociales supérieures à celle-ci (tout étant relatif) qui encensent ce genre de débat et souvent le plébiscitent par l'audience ; les débats sont le plus souvent satellites d'une idée collective que les élites circonstancielles font graviter autour de leurs personnes ! Évidemment, au même titre que le sophiste bien connu dans la figure de Gorgias (œuvre philosophique de Platon) qui s'applique à définir les syllogismes de son discours pour convaincre du contraire, le journalisme intellectuel se veut (l'est-il ?) empreint de philosophie politique capable de prévenir les conséquences conjoncturelles à une crise, par exemple. En vérifiant les faits réels d'un événement concret, il suffit de rechercher la vérité qui en découle pour démontrer à partir de cette dernière tout autre contre-vérité qui attestera de la réflexion dudit ! C'est très habile et peu dénoncé par autrui, puisque tous, ou presque, y recourent ! Nombreux, effectivement, sont ceux qui sur la scène médiatique, se gargarisent et assènent une sorte de parole prophétique qui détermine les raisons actuelles de l'état des choses, en l'occurrence politique ! Et le résultat est époustouflant, notamment avec celui des élections tunisiennes qui donnent gagnante la démocratie péniblement extirpée du Printemps arabe (alors que l'unanimité médiatique misait sur un échec patent dû au contexte socio politique !) ; tandis que tous les politologues glosaient sur la thèse de l'impossibilité de mettre en place cette espèce d'idéologie à la tête d'un pays vacillant entre le religieux et le politique ! Bref ! Chacun est toujours responsable de ce qu'il croit et de ce qu'il se laisse croire sous l'influence de la collectivité encline à épouser les idées d'autrui lui semblant propres aux siennes...(Parlez-moi de ce que je veux entendre, je vous prie ; et surtout ne me dites pas la vérité.) C'est ainsi et notamment de cette manière que se véhicule tout un esprit dans un état, un pays au demeurent sur la planète : faire croire quelque chose qui arrange tout le monde, ou presque ! Jean Canal. Revu et corrigé le 30 mai 2017.