NOUVELLE des Landes

By | février 2, 2018

NOTRE DAME DES LANDES. Évidemment, contre-pouvoir oblige, la Droite qui s'oppose au Gouvernement, fustige la décision d'Emmanuel Macron concernant l'abandon du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes. Que peut-on attendre comme réflexion de la part d'un parti qui n'a eu cesse de se reconstruire, de regrouper en son sein des tricheurs, des menteurs et profiteurs de l'argent public ! Toujours à la recherche du profit, au détriment de l'environnement et du bien être commun, la Droite oppositionnelle ne pense qu'à ses intérêts et agit pour la fructification de ses propres biens au détriment de l'intérêt national ! Et tant pis pour ceux qui s'y reconnaissent, persuadés qu'ils appartiennent encore au Gaullisme ! L'éthique du Général de Gaulle n'est plus ! En apprenant la décision de ne pas conduire ce projet, Emmanuel Macron a judicieusement évité une fracture sociale supplémentaire qui aurait eu des conséquences dans l'équilibre à rétablir au sein de la citoyenneté. De surcroît voilà un projet qui n'aurait eu pour alternative de corroborer les profits de ceux qui en recherchaient l'aboutissement. Que veulent les français ? Une France défigurée, comme les infrastructures routières réaménagées sur les périphériques de Montpellier qui ont complètement détruit le paysage, l'environnement et un cadre de vie qui se résume désormais à de futurs pôles de ville sans âme, livrée à d'éminents faits divers sans précédent ! Fiction ? Le gouvernement avec le consentement d'Emmanuel Macron ont statué définitivement sur Notre Dame des Landes : soit la fin d'un projet financier élaboré sous les apparences d'un aéroport indispensable à la région : VINCI l'affairiste emblématique du grand marché des biens français débouté de ses droits ! Une victoire éthique qui traduit le renoncement ferme à la colonisation des territoires occupés par l'économie de marché ! Jean Canal. 17 janvier 2018. (Le choix du média présenté n'est pas neutre...) Les flics et la gendarmerie que nous n'aimons pas par la force des événements qui ont suscité cette animosité à leur encontre, vont maintenant opérer selon les ordonnances de loi pour restituer à cet espace ses origines institutionnelles ; il appartient donc aux manifestants qui sont persuadés de conduire une révolution nationale de quitter les lieux...rapidement, sous peine de coup de matraque...et asphyxie lacrymogène... Jean Canal. 17 Janvier 2018.