IMG_6640
IMG_6642
004-Copie
IMG_8586
IMG_8582
IMG_8597
IMG_8611
IMG_8622
IMG_8630
IMG_8627
IMG_8631
IMG_8618
Présentation Visa 2019
visa-009---Copie
004-Copie
IMG_9414
visa1001
img499
img498
jperpi
012
017
IMG_9386
IMG_9385
IMG_9173
IMG_9317-Copie
IMG_9321
IMG_9290
IMG_9399
IMG_9585
visa005
IMG_9129

VISA OR 2019 : PARIS MATCH. Pour 2019, la présidence de Visa pour l'Image revient à Renaud Donnedieu de Vabres. Après Trente années de gestion sans faille et d'investissement personnel de Jean-François Leroy, à titre de Directeur du Festival, ce dernier est reconduit pour trois années supplémentaires (ce qui est rassurant pour tout le monde). Les thématiques des expositions présentées cette année, résument les problèmes civilisationnels de la planète qui connaît de notables conflits. La conquête du pôle Nord. Les guerres entre pays belligérants. La fin du Kalifa qui entretient des interventions sporadiques meurtrières. Les braconniers d'ivoire. Les Gilets Jaunes. Et la Misère humaine qui se porte à merveille... Bref ! Des sujets qui sont imagés de sorte à nous éclairer de plus près sur la gravité du phénomène mondial actuel ; le tout dans un climat capricieux qui ne dément pas les intentions du chamboulement climatique en forte hausse. La première semaine d'ouverture à partir du 31 août est réservée aux professionnels de la photo et de la presse. Jean Canal. 10 août 2019.

C'est au Couvent des Minimes là où se trouve la plus prestigieuse concentration d'images répertoriées en une salle, commémorant, en quelque sorte, ces trente années d'exposition à Visa. Pour les habitués et les adeptes de cette discipline photographique, ils reconnaîtront les "Unes" des affiches qui furent placardées dans la ville catalane. Perpignan semble enorgueilli de cette manifestation que la capitale des Pyrénées Orientales ne souhaiterait perdre sous aucun prétexte ! Des photos de guerres, de rues montrant la désolation humaine et l'hécatombe qui en découle lors des conflits armés, des photos percutantes et horribles par ce qu'elles révèlent, se succèdent sans avoir l'air de grands changements dans l'humanité ! C'est l'impression qui ressort de cette visite que j'ai effectuée, comme chaque année, depuis 1996, quand je découvris cette manifestation. L'émotion s'est quelque peu étiolée, au fil des années ; la violence des sociétés étant tellement omniprésente dans le quotidien de la planète que notre sensibilité s'est habituée à voir du sang, des morts, qu'ils soient enfants, vieillards, femmes et hommes ! L'horreur des conflits et des meurtres en tout genre, ne nous apparaît que virtuelle dès l'instant que nous ne sommes pas touchés ; car concernés, nous le sommes tous ! Que dire de ce Visa qui ne soit déjà écrit, dit et commenté ? Que cette manifestation demeure le rendez-vous incontournable à la photo reportage. Quand bien même les images pullulent-elles sur les réseaux sociaux, les voir afficher devant les yeux, en mode papier ; cela reste la preuve irréfutable d'un témoignage sans appel sur nos responsabilités. Jean Canal. 2 septembre 2018. Photo Jean Canal, Couvent des Minimes. 1er septembre 2018.

Couvent des Minimes. Visa pour image 2018. Photos Jean Canal.

VISA POUR IMAGE 2018

Le Monde signe une Tribune élaborée sur l'enquête journalistique de plusieurs photographes dont le travail est exposé à Visa. "Enquêtes sur ces territoires à jamais pollués par l'homme", tel est l'intitulé des quatre pages consacrées aux désastres causés ; car "l'homme", c'est Nous ! Une condamnation en filigrane des photographies qui montrent la mort encore vivante sur notre planète, aux quatre coins du Monde ! Samuel Bollendorff nous présente un tableau du monde très coloré sous l'intitulé "Contaminations", dans l'Eglise des Dominicains.

Jean- François Leroy en profite pour tirer un bilan des trente années d'exposition. La révolution numérique a paradoxalement appauvrie le photojournalisme qui est confronté à la multiplication des médias capables de réaliser des reportages, notamment en ayant comme emblème des noms à renommée mondiale qui garantit une notoriété à "l'image". Les fonds sont de plus en plus difficiles à trouver, puisque Visa est gratuit pour tous ! Le partenariat officiel démissionne face au manque à gagner ! Le magazine "Elle" a définitivement abandonné Visa et Getty image est parti ! Jean-François Leroy veut préserver sa ligne éditoriale qui consiste à privilégier le travail de fond des photographes qui proposent leur travail. L'écriture photographique a changé. L'image, elle, montre toujours une triste réalité qui semble, effectivement glisser sur nous, plus accaparés par d'autres préoccupations que nous considérons comme primordiales :" la société du bien être."  Jean Canal, en parcourant le Monde d'aujourd'hui, page 11 (Culture).FIN

 

Hommage à Camille Lepage

VISA POUR IMAGE 2018. Trentième année que Visa pour Image existe. Une évolution conforme à l'éthique défendue depuis cette incroyable initiative qui tend à valoriser les photographies de reportage et en récompenser ses auteurs. D'être exposées sans fioriture, les photographies de ces 30 ans, ont montré un monde bouleversant avec des sociétés conflictuelles et des peuples meurtris sans omettre des images vouées à dénoncer le comportement humain face à la nature. Une rencontre annuelle incontournable qui s'inscrit dans la continuité de celle d'Arles. Jean Canal. La mémoire de Corinne Lepage plane sur les reportage de ses confrères. En direct de visa 2018. Le Monde.fr signe une tribune en rapport aux photos présentées à Visa.

Reportages réalisés par la Rédaction de presselibre.fr   Visa pour l'Image