TRIBUNE

By | 2 décembre 2022

 Tribune novembre 2022

« Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres.» Etienne de La Boétie fut lié à Montaigne par une amitié irréfragable qui nourrissait chez chacun d'eux, un soucis de la vie de l'autre, indéfectible. A tel degré que la mort de l'un eût provoqué d'emblée la détresse de l'autre. Cette présentation toute particulière de la Liberté est entrée dans la légende des Lettres françaises ! La philosophie en a soutiré une morale d'éthique qui préfigure, encore aujourd'hui, l'espoir de vivre libre : un slogan est né. Diderot à son tour interviendra dans sa correspondance avec D'Alembert, en repensant cette métaphorique idée qui de nos jours fait des émules en Iran. "Il n'y a et ne peut y avoir de liberté. La liberté est un mot vide de sens. Regardez-y de près et vous verrez qu'il ne peut y avoir de liberté."

Le parallèle qui pourrait exister entre la France de 1789, voire au mieux 1792, et celle de aujourd'hui, en "l'état" du regard que l'Europe et le monde portent sur Elle, ne peut plus être établi, en ce XXI° siècle qui annonce la chute vertigineuse de l'Occident ! Les crises économiques ne seront point les causes masquées que les politiciens allèguent à titre de référence historique comme celle de 1929, dont l'écho se fit sentir en Europe ! C'est le genre humain qui ne supporte déjà plus la lourde chappe de plomb que les sociétés lui imposent sous toutes ses formes : religions, économie et politiques austères ! Le climat est un pis aller dont ce genre humain fait fi, en connaissance de cause ; de sorte à en faire une alternative aléatoire à son avenir, certes compromis ! Une certaine conscience de la réalité flotte sur les pays occidentaux qui paraissent comprendre que le piège de l'expansionnisme de l'ultra libéralisme a engagé ses moyens pour arriver à des fins pratiquement sans lendemain heureux pour l'humanité. Cette jeunesse qui s'active dans des mouvements ridicules et sans vraiment de conséquence sur l'évolution des sociétés, se sacrifie pour un idéal qui, hélas !, n'en vaut plus la peine... Jean Canal. 02/12/2022.  

Un vent de révolte soufflera-t-il sur l'Europe, en 2023 ?  Lire l'article complet

L'Iran devient donc ce théâtre des libertés bafouées, condamnées à mort par un petit groupe d'idéologues religieux qui s'arrogent le droit de suppléer à Dieu le droit de vie et de mort !  Droit que Elohim appliqua maintes fois contre ces créatures, la Tribu des Lévis en fit les frais entre autres, puisqu'il faut puiser dans les textes pour ajouter de l'argumentation à cette démagogie islamique ! La jeunesse iranienne fut décimée durant des décennies au profit d'une idéologie qui n'a toujours pas démontré sa volonté de répandre le bien sur terre...  La France et qui pis est l'Europe sont partiellement impactées par ce fléau, lequel repose sur la ferme volonté d'imposer la Charia, loi coranique qui régirait la République ! Le colonialisme n'est qu'un argument de lutte qui corrobore l'idée fondamentaliste d'adouber la République au profit de nouvelles lois, considérées comme caduques dans une démocratie. Quant aux voiles rejetés par les chiites de l'Iran, on a la preuve que ce symbole idéologique ne figurant pas dans le coran, est devenu un emblème purement politique ! Le danger qui existe ne doit pas cacher la réalité : la conquête idéologique entrainera, le moment venu, une guerre civile sanglante dont l'Europe portera l'impérieuse mission de rétablir qui la démocratie dans l'Espace Schengen, qui les Républiques au sein des vieux états ancrés dans des traditions séculaires cultivées, armes à la main s'il le faut ; car la paix s'obtient dans la violence. L'avenir appartient aux genre humains prêchant la paix universelle et seule, la guerre rétablira une espace de liberté entière pour chacun. Jean Canal. 12/11/2022.  

L'impuissance des oppositions faces au pouvoir de l'état, déroute toutes les politiques qui se risquent à débouter le gouvernement. La force de la démocratie dans un pays souverain des décisions qu'il prend lors de son élection quinquennale. On peut mesurer combien ce système constitutionnel assure aux élus du peuple, et nous sommes en France, une stabilité entre belligérants qui tentent toujours, moyennant l'utilisation du vote (celui, plus particulièrement, de l'Assemblée Nationale) de renverser les résultats de urnes. La liberté en France est donc respectée. Depuis 1958, le processus a évolué en réduisant à 5 ans la durée présidentielle, dont d'aucuns voudraient revenir au septennat de de Gaulle. Le temps accordé à un président de la République, ainsi réduit, permet d'évaluer suffisamment les risques encourus dans une conjoncture économique délitée ! La France croule sous les dettes ! La question est en suspend depuis quelques années déjà : comment régler une addition dont les dépenses incombent le laxisme des politiques menées depuis une trentaine d'années ? La Messe est dite par un Député LR qui responsabilise des contestataires déchus de leur autorité majoritaire... Jean Canal. 2/11/2022

  Le pacte d'alliance du Président de la République, Emmanuel Macron, annoncé par les heureux rescapés de la Droite républicaine en désertion, plus notoirement connue sous l'intitulé, maintes fois rebaptisé pour des circonstances évidentes, Les Républicains (au cas ou quelques adversaires eussent des doutes sur leur appartenance politique), ce pacte admet une « collaboration » -le mot est fort de café ; mais osons le pire pour obtenir le meilleur- entre des déçus et non déchus, d'une idéologie toute sympathisante fût-elle, durant les années soixante, laquelle prétend aider Emmanuel Macron dans son échec politique actuel ! En politique française, retourner sa veste est une pratique courante, exercée le plus fréquemment de manière courtoise, s'entend ! On sent tourner le vent ! L'atmosphère est au bilan comptable d'une situation précaire dans une économie au plus bas de son organigramme électoral. Emmanuel Macron est seul ! Abandonné par ses plus proches collaborateurs de ses débuts. La politique pratiquée jusqu’alors ressemble étrangement à celle de l'ultra libéralisme qui tend à envoyer à la casse l'appareil social français : les entreprises sont bradées. Les emplois en instance d'être renouvelés. Et la vie sociale livrée à la vindicte de hordes barbares qui profitent allègrement d'un système que les Français payent au quotidien. La France de hier ne reviendra plus et celle d'aujourd'hui ne peut se sortir de l'engrenage de dettes dans lesquelles les ont plongé les divers dirigeants de nos mandats présidentiels. Il nous reste le virtuel du passé pour rêver à un monde meilleur ! Jean Canal. 28/10/2022.

VIVA ITALIA ! "Je jure d'être fidèle à la République, de respecter loyalement la Constitution et les lois, et d'exercer mes fonctions dans l'intérêt exclusif de la nation". La passation de pouvoir fut faite sans arme ! La Première ministre Giorgia Méloni accède aux plus hautes fonctions de l'Italie. Son Président de la République ne possède que très peu de pouvoir, comme sous notre III° République de jadis. Faudra-t-il un jour réformer le mode électoral de l'Italie ? La décision appartient aux Italiens ! Le programme de Giorgia Méloni est plus simple que l'on croit, en toute apparence politique : se maintenir sous l'égide de l'Europe et bénéficier de ses avantages à titre d'état européen, comme le Hongrois l'a compris. Appliquer en douceur les mesures de protection dévolues à la nation italienne, sans laisser paraître des soubresauts d'animosité xénophobes. Réformer le pays, selon la volonté du peuple...italien, s'entend ! Et complaire à l'Europe sans laquelle l'Italie survivra. Surtout cultiver les relations outre atlantique afin de s'assurer une protection militaire sûre et efficace ; quand on finit par comprendre que nos ennemis se sont dévoilés au fil de l'actualité mondiale : Russie. Turquie. Chine. Chorée du Nord (le moins méchant, paradoxalement à ses comportements ubuesques...). Jean Canal. 23/10/2022.

Nous avions tenté, maintes fois, de vous l'expliquer, ici, à la Rédaction. Poutine n'est pas le genre à abandonner une situation d'autant plus quand, la maître du Kremlin sent la victoire lui échapper. Les armes nucléaires dont ils dispose suffisamment, seraient l'ultime alternative en désespoir de sa cause, strictement personnelle. Quel objectif viserait-il ? Effacer l'Ukraine de la carte géographique ? Les conséquences seraient désastreuses en retour d'une réaction de l'Otan. Une réalité, cependant. La bête est blessée et traquée par les nations qui pressentent qu'elles perdront beaucoup, si le conflit dégénère. Jean Canal. 22/09/2022. 

La culture de la France Il faudra impérativement dresser un bilan de la culture française pour ne pas écrire "la culture de la France." Il faut y voir aucune prétention de ma part de laquelle je mets uniquement à profit à peine 40 années de pratique de la culture, en grande partie livresque, comme l'exige la tradition ; mais pas seulement puisque, durant ces années, la prestigieuse radio qui porte le nom éponyme du titre de cet article : France Culture, fut d'un enseignement supérieur inégalé par la diversité culturelle de ses émissions.

La Culture ainsi présentée peut se targuer d'avoir rayonné à l'instar de la volonté de François 1er. Depuis, ont fleuri des poètes, écrivains, artistes versés dans cette matière dont personne ne put en donner une définition rare de son usage.

Aujourd'hui, la culture est partout et tout est culture ! Elle est devenue pluridisciplinaire, au sens où elle inclut des domaines jusque là réservés à la masse populaire, le football, entre autres, en est un embryon qui permet aux adeptes de ce sport de se considérer donc comme cultivés. Chacun en tirera la conclusion de son choix, le plus arrangeant. Ce n'est point cette définition commerciale qui nous intéresse, mais plutôt la source de ses fondements baptismaux qui se trouvent dans le classicisme traditionnel depuis les balbutiements de la langue française, vers 800 environs. N'allons point rechercher ce qui n'est pas, là où quelques historiens enclins à la cultiver outrancièrement, affaibliraient sa valeur intrinsèque.

La Culture classique repose dans une historiographie qui tient compte des siècles jusqu'au dernier que nous vivons, en se référant à l'antiquité pour ses arts. La Grèce, plus que tout autre région, fut le socle sur lequel le classicisme français s'est assis pour créer ses œuvres. Toujours présente aujourd'hui, notamment au Festival de Avignon, sont présentes et jouées des pièces raciniennes, cornéliennes et d'auteurs grecs, comme Eschyle et Sophocle. Cet attachement à la Grèce antique, distinguée sous le siècle de Périclès, est un signe qu'existe toujours cet attachement à la culture dite classique, condamné à demeurer dans les archives de la France.

S'il n'y a plus de place à l'imagination dans la création artistique et d'une façon générale dans la culture qui doit s'en accommoder, l'écriture qui se fait le moyen de critiquer le résultat de cette somme, se doit de lacérer sans parti pris, la création qui s'en revendique. A l'instar de Diderot d'abord et de Sainte-Beuve* ensuite, la critique comme le précise ce dernier auteur, se doit de discerner le vrai du faux qui se dissimule dans la présentation d'une œuvre, comme le fit Diderot avec « L'Accordée de village », tableau de Jean-Baptiste Greuze, dépeint par l'auteur de « La religieuse », avec une acuité d'esprit qui confère au tableau toute la majesté du monde paysan, décrit avec justesse.

C'est d'ailleurs sur ce point que réside la difficulté de départager le talent du génie. De nos jours, le talent court les rues désertes de géniales conceptions qui l'eussent rivalisé dans un domaine où l'art trône en maître. On en devient dubitatif, en se questionnant sur l’œuvre présentée, que ce soit une peinture contemporaine, un écrit romanesque aux accents sociétaux ou/et une composition inscrite dans un esprit contemporains très prisé à Avignon, sur les scènes théâtrales. On comprend que souvent l'art en est absent et la culture galvaudée, vendue à prix fort ! Le marchandage de la culture a atteint son paroxysme dans sa représentation artistique universaliste. Aucun critère ne lui dresse des limites qui la confinerait à des codes de création. Autant si ce n'est plus que celle attribuée au sport, la culture, considérée toujours de classique, lorsqu'elle se réfère à l'antiquité et ses héritages des siècles advenus, revêt encore cette vertu inéluctablement dépositaire du Génie. Jean Canal. 20/09/2022.

*Sainte-Beuve eut mauvaise critique sur l’œuvre de Charles Baudelaire, condamné par lui, comme insanité littéraire. André Gide ne fut pas mieux que son prédécesseur, en ayant refusé le manuscrit de Marcel Proust, considérant que ces écrits bourgeois ne faisaient que dépeindre la vie d'un milieu fermé.

La Fin du pouvoir étatique. La recherche d'une nouvelle manière de gouverner en serait une des perspectives politiques, laquelle végète chez les idéalistes indexés dans une frange de la marginalité ; les Insoumis en sont exclus ! La NUPES n'est qu'une représentation des courants des Gauches confuses. Charles Fourier aurait eu des idées intéressantes ; mais trop loin des réalités contemporaines et des problèmes majeurs de demain. Personne ne prend conscience réellement de ce qui attend les sociétés avant 2050 ! Incroyable de constater qu'aucune modification sérieuse n'est entreprise ! On nous annonce que le bilan est alarmant et que l'avenir compromis. La passivité générale emporte la responsabilité dans une insouciance banalisée. De cette attitude advient une indolence dangereuse pour l'ensemble de la société. Vivre dans le drame constant est peut-être le seul comportement qui puisse sauver l'individu de son déclin imminent. Pas d'alarmisme... La société idéale n'appartient pas, hélas !, aux idéalistes, fussent-ils des philosophes éclairés. Nous nous mêmes spéculatifs en acceptant le monde dans lequel nous vivons.  Jean Canal. 08/09/2022. Jadis, l'état pouvait tout ! Aujourd'hui, il ne peut plus rien pour Nous ! Livré aux décisions européennes, l'état se doit d'obéir aux injonctions de la commission qui légifère sur son espace. Les peuples de Schengen se plient aux directives étatiques de leurs pays. Conditionnés à exécuter les ordres de Bruxelles, les français aussi ont appris à suivre les programmes imposés ; parce que des avantages en ressortent. La paysannerie d'autrefois ayant été éradiquée, l'agriculture en retire un certain profit. La finance des entreprises ne souffre guère de pandémie. Et les politiques comprennent que leur pouvoir est limité. Est-ce que l'Europe gommera-t-elle les intérêts des dettes relatives à ses sujets, quand ceux-ci ne pourront plus payer ? Jean Canal. septembre 2022.

Toute une structure sociale dont notre avenir dépend. Un phénomène auquel tout le monde participe. Un phénomène qui a rendu responsable le simple consommateur.  L'individu le plus insignifiant qui par ses gestes quotidiens contribue à sa propre perte. Cette lecture nest pas perceptible par cette vaste majorité encline à appliquer les directives des états. Une situation qui se meut dans un système verrouillé. Le politique dans sa souveraineté populaire repond aux injonctions que les lois du marché imposent  à une planète dont les habitants adoptent les mêmes principes consuméristes.  Ce qui atteste de la fin programmée du vieux monde annoncée depuis quelques années par des analistes. Ni le niveau de vie des plus riches, ni leurs capacité  reactive ne les epargneront des consequences à venir. Jean Canal. 06/09/2022. Septembre 2022

Frères d'Italie. Un vocable à inciter le nationalisme. Ou alors une espèce de phrase métaphorique qui titre avec religiosité la pensée d'une majorité populaire. Une blonde en signe de Rassemblement National ! On n'a pas vu ce phénomène quelque part en France ?! Elle est prête pour vaincre en 2023. Giorgia Meloni incarne le nouveau souffle italien exprimé véhémentement par une large frange de la population exacerbée par l'impuissance de l'Europe à répondre aux doléances de tout un peuple ! Deux facteurs qui gangrènent l'Europe et notamment des pays à forte densité étrangère à l'espace Schengen : l'Islam radicalisé pour des circonstances évidentes de conquête territoriale et les vagues successives de migrants en quête d'asile ! Tout peut rapidement basculer dans une des situations les plus violentes. L'Histoire se répète. Poutine en est le dernier exemple.  Que dire de cette volonté italienne de recouvrer des valeurs ancestrales enfouies sous les décombres contemporains que l'Italie entière rejette. Jean Canal.  24/08/2022.

LA RENTREE LITTRERAIRE DE SEPTEMBRE REVUE ET CORRIGEE PAR JEAN CANAL Rentrée littéraire 18 août 2022. Notre choix du 20 août. Nous vous recommandons la prudence en abordant ce livre...

Quand la Gauche maoïste/trotskiste goûtait au caviar, et dînait à la table des maîtres ! La société se 'gauchisa' le temps de s'essayer dans des expériences libérales ; la FNAC conçue sur des idées trotskistes, animées de mansuétude populaire, est devenue le marchand le plus cher de la toile, procédant de méthodes ultras ! Aujourd'hui, son suicide électoral (celui du socialisme), atteste des parcours aventureux des politiciens qui l'ont menée à sa chute : le clientélisme parisien leur fit retourner leurs vestes pour un capitalisme socialiste -Pauvre Hidalgo qui les poussa dans la tombe ! L'époque du laxisme sociétal étant révolu, il en résulte un durcissement de la vie sociale, jusqu'à la casse attendue. Jean Canal. 23/08/2022. 

Exemple historique : Gaza attaque Israël et vice-versa. Ce conflit ancré dans les annales de la Palestine, n'émeut plus personne. Aujourd'hui, on peut mourir sur le petit écran, en direct, le repas de l'heure sacrée à laquelle il est dédié, ne sera perturbé par aucune scène de violence tombée dans la familiarité ! On passe facilement d'un attentat meurtrier perpétré à un endroit quelconque de la planète, à une coupe du monde de foot, sans sourciller et interrompre son activité pour compatir aux malheurs du monde ; soit-il le nôtre ! On peut donc se demander, tout en ayant compris que toutes les démarches jusqu'à ce jour n'ont jamais répondu aux doléances des peuples (l'exemple de la modification de la production consumériste qui n'a jamais abouti, en est très significatif), confrontés à des problèmes majeurs comme le chaos climatique advenu, que l'actualité entretient une information dans un sens qui n'est pas positif. Le public devient complice de l'info, englué dans un système d'aliénation duquel il ne peut se soustraire sans encourir une perdition de son entité ! Ouvrir sa gueule pour ne rien dire de bien instructif pour l'ensemble d'un pays (l'Assemblée nationale en est devenue le théâtre), revient l'audience dans une position de faiblesse qui le rend dépendant de son comportement (il s'agit du public, s'entend). Jean Canal. Revu et corrigé le 08/08/2022.

UNE ADDITION INCOMBEE AUX FRANCAIS DONC. Une dette française à 120 % du PIB avec un reliquat de 55 milliards d'euros à régler. 20/30 milliards supplémentaires dévolus aux dépenses publiques en France ! Une inflation en perspective est inéluctable. Cependant, il existe un état modèle dans la zone euro, l'Italie qui parvient à maintenir son économie au-dessus des crises européennes. Comment la France en est arrivée à ce point ! Une nouvelle crise qui vient plomber la société française. Comment protéger les ménages contre une augmentation du coût de la vie marchande ? La réponse sera donnée par Madame la Première Ministre Elisabeth Borne qui présentera son projet à l'Assemblé nationale cette semaine. Entre autres, quelles responsabilités les banques centrales endossent-elles, en ayant profité des crises successives, en précipitant la chute de l'économie via certaines politiques ? Jean Canal. 3/4 juillet 2022.C'est le Monde qui traite le mieux l'actualité des Législatives de juin qui concerne plus particulièrement les unités de la Gauche française. 

288 journalistes emprisonnésLA PAGE/L'EDITO la police de la pensée soutien indéfectible aux journalistes de RT France ! CAVE CANEM LE BILLET D'HUMEUR LA DERNIERE DU BLOG DE JEAN CANAL. Plus préoccupante serait la façon dont on va s'extirper de cet imbroglio géopolitique qui s'étend désormais de la Russie à l'Afrique ? On ne peut pas dire que nos relations internationales soient au beau fixe, d'autant moins avec un climat dont les oscillations imprévisibles varient en des lieux planétaires déjà frappés de catastrophes naturelles récurrentes. Ajoutons à ces fléaux, auxquels il faudra s'habituer, l'inflation économique sur le modèle libanais qui sévit dans ce pays de voyous, il restera à réduire drastiquement ces énergies non renouvelables dont il nous faut rapidement recalculer l'utilisation. En bref ! Apprenons à repenser la société pour le bien de tous, aux quatre coins du monde ; sinon nous l'occident sera la proie des peuplades errantes, en quête d'une terre de salut. Jean Canal. 1er mai 2022.        Vladimir Poutine : “Si quelqu'un a l'intention de s'ingérer de l'extérieur dans ce qui se passe (en Ukraine) et de créer des menaces inacceptables pour la Russie, ils doivent savoir que notre riposte (...) sera rapide et foudroyante". "Nous avons tous ces outils dont personne d'autre ne peut se vanter actuellement. Nous n'allons pas nous vanter: nous allons les utiliser s'il le faut. Et j'aimerais que tout le monde le sache". "Toutes les décisions là-dessus ont été déjà prises".

ESPRIT d'une Revue qui fouille dans la politique d'actualité depuis 1936 ! "La démocratie des communs" est l'intitulé de ce mois avec quoi il faut prendre rendez-vous pour le 28 -soyez à l'heure ! Il est des textes dont on ne se lasse pas de parcourir, lire et quelquefois relire comme référent dans la Rédaction à exécuter ! Il faut reconnaître que le délayage médiatique de certains papiers en ligne qui s'arrogent un droit superbe de détenir la spécificité de l'analyse, ne leur confèrent plus la primeur ; excepté pour les fidèles lecteurs de presse officielle. La télévision ayant échoué, là où les réseaux sociaux sont en train de réussir une passation de pouvoir audiovisuel, l'information a fini par se suffire à elle-même par les images-mêmes véhiculées par des quidams qui illustrent l'actualité à la seconde près ! Nonobstant cette évidence qui dérange et gêne les officiels, la lecture approfondie demeure la quintessence du savoir en ce domaine d'exception. l'exemple le plus significatif a été, le temps de comprendre, le conflit naissant d'une guerre en Ukraine ; d'ailleurs la suite de cet avènement historique en attesta la réalité démocratique de la société moderne (terme récurrent dans l'histoire des civilisations qui tendaient à se disputer la paternité de la société scindée entre deux entités antinomiques ; les anciens et les modernes.) L'économie est, elle aussi, dans l'expectative d'être écoutée... Aujourd'hui, la société politique se rend compte que la démocratie offre une chance aux partis des extrêmes qui, dans la forme de leur expression parlementaire la plus controversée, respectent scrupuleusement les institutions ! Quant on songe que la Gauche posséda dans son histoire tous les pouvoirs, on est en droit de se demander comment elle échoua ! Généralement, ce genre de parti finit par se saborder... de sorte à laisser la place à des adversaires redoutables dans leur combat vers la conquête des institutions ; La presse crut en Zemmour au détriment de Marine Le Pen : le peuple concerné aussi, le temps du repli vers la maison mère... Confier la démocratie au peuple (qui d'autre pourrait y prétendre), est un exercice périlleux autant que dispenser des référendums en guise de démocratie : encore faut-il être suffisamment responsable pour ouvrir sa gueule ! Et de l'ouvrir à mauvais escient, les résultats peuvent révéler une situation complexe à gérer ! C'est l'avenir du pays qui est en jeu. Certes, manque une équité dans la répartition des richesses et la préservation des acquis sociaux conquis par nos aïeux, inquiètes. Il y a comme une insalubrité publique qui émane de relents nauséabonds, échappés de miasmes politico financiers de ce pays : un manque d'honnêteté citoyenne est évident ! Tous les tricheurs n'ont pas rendu l'âme ! Le problème est simple : comment rétablir une confiance au sein de nos institutions quand on sait que les plus nobles, parmi les responsables, se sont compromis ? Les abus en tout genre, comprenant la sexualité et l'argent, firent et font toujours les unes de l'actualité dont sont friands les français, happés par le sensationnel jusqu'aux faits divers qui se déroulent à l'échelle locale, sous leurs fenêtres. On aurait volontiers cru et même nous nous eussions intentionnellement laissé bercer de naïveté, en croyant recouvrer l'état d'un pays qui se targuait de vivre de cocagne, en une nonchalance caractérisant l'Esprit typiquement français ! Hélas, tout est mort ! Ceux sont la violence et la rapine qui l'ont emporté contre les promesses politiques surannées de ceux qui les ont tenues pour être élus : voilà ce qui a tué la France ! Jean Canal. 25 juin 2022.

Valérie-Masson Delmotte. Soit un des plus avertis référents féminins de la recherche climatique de ces dernières années. La société civile, désignée comme telle, est désormais interpellée par les scientifiques au service de la cause climatique, en appréhendant ses conséquences inhérentes sur les populations. L'inquiétude est réelle en ce qui concerne la gravité du problème qui se présente aux sociétés comme un dilemme à résoudre moyennant des mesures politiques ! Le GIEC est clair sur ce sujet : 2050 sera la date limite sans retour sur le climat qui s'instaurera dans un contexte délétère pour les civilisations ! Et naïfs sont ceux qui nantis de fortunes inépuisables, se sentiront a l'abri en un endroit protégé de la planète ! Et l'argent n'aura de valeur que celle de l'illusion que lui concèdent les possesseurs de richesses matérielles ! Nous ne sommes plus dans le science fiction que cultivent intentionnellement les climato-sceptiques, agissant pour leurs intérêts personnels, mais effectivement dans une réalité qui s'avère rationnelle selon la formule de Hegel : un événement qui s'impose comme une cause réelle est le fruit de la rationalité ! Jean Canal. 26/05/2022. Lien.

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE. Réduire le réchauffement climatique à 1,5 degré, eût été l'intention des sociétés qui soudainement comprennent que le changement impactera directement leurs infrastructures : leurs vies sont en dangers réels ! Le politique tente, vainement, une sortie de l'espace terrestre, dans lequel il s'est emprisonné lui-même ; puisque le pouvoir d'action lui a toujours incombé ! On a l'impression d'être dans un feuilleton de science fiction avec en toile de fond la conquête de Mars, comme planète de secours ! Le pire étant à venir, les terriens, en attendant une fin prématurée pour les plus fragiles qui ne sont pas les plus pauvres, tentent vainement une sortie de crise planétaire, en osant repenser leur mode de vie ultra consumériste, auquel ils se sont aliénés ! Un suicide collectif, en quelque sorte, illustrerait un contexte entretenu au sein des peuples conditionnés par un mimétisme de consommation négative accentué au cours de deux siècles seulement (c'est le temps qu'il a fallu à l'homme pour s'autodétruire : une prouesse scientifique inégalée dans ses expériences modernes). Auriez-vous peur de mourir étouffés par de trop fortes chaleurs qui assurément guettent la planète, incessamment sous peu, selon la formule évasive employée pour les circonstances ? Nous avons la société que nous méritons, et nous n'en méritons pas une autre ! Le malheur est que l'occident n'a pas su contrôler son système d'évolution dont les fondements reposent sur l'accumulation des richesses inutiles et la spéculation déraisonnée des biens consommables qui ont fini par avoir raison des valeurs essentielles de l'humanité, disparues ! L épuisement des ressources naturelles, le pillage des forêts toujours déforestées, les pollutions des mers et océans ne suffisent pas à alerter les dirigeants mondiaux, incapables d'imposer de drastiques interdictions (ils ont par contre imposé un droit à polluer en payant) ; tout simplement parce que le piège se referme sur eux qui croient encore en réchapper ! Le pire est toujours à venir ; soyons patients et nous constaterons l'état de la planète tel que nous l'eûmes conçue, en un temps insoucieux de notre évolution inconsciente, je vous le concède comme argument de circonstances atténuantes. Jean Canal. 5 avril 2022.

L'HOMME PERDU. Quand l'intelligence humaine ne fonctionne plus, elle recourt à l'intelligence artificielle. Déroger à la machine une tâche manuelle pénible fut l'intention du Taylorisme qui multiplia la production industrielle en aménageant le travail manuel, ainsi soulagé de sa mécanisation individuelle. La chaîne produisait plus, en moins de temps tout en atténuant la fatigue. La solitude humaine préoccupe dans la mesure où il faut y remédier. Les moyens ?! Créer un alter égo qui accompagnera l'homme au quotidien. Le plus dangereux serait que ce robot prenne des décisions pour l'homme, le privant de pensée ! Se substituer à l'homme en tant que cerveau électronique s'applique déjà sur le net avec les logarithmes, entre autres de la science qui en use à proportion gardée. A quel fantasme aspire l'homme en voulant se faire remplacer par un robot intelligent ? Jean Canal. 5 avril 2022.

La Glose s'est étendue jusque dans le milieu ecclésiastique de l’Église catholique où le débat spirituel absent de la parole religieuse, est en train de faire naître une pensée nouvelle de la communauté œcuménique, convoquée pour des circonstances qui nous rappellent, hélas ! que la guerre est effectivement un thème récurrent des peuples ! Au cours de la messe du matin et du prêche de cette après-midi, retransmis par France Culture, en direct, les deux prêtres assignés aux offices religieux discoururent sur ce sujet qui désormais préoccupent les nations...fussent-elles aujourd'hui encore désunies ! Ce fut, jadis, en effet, la SDN qui connut son premier désaccord avec le retrait des états qui se retireront de cette institution fondée dans l'intention de protéger les peuples contre eux-mêmes et leur dirigeants. L'Annexion de l’Éthiopie par Mussolini, en 1936 ne put décider ces mêmes Nations à restituer au Roi des Rois, déchu et exilé en Angleterre, son royaume (recouvré en 1942) ! Un mal inhérent, donc, à notre propension de propager une culture gangrenée par les ravages de l'économie, ayant atteint une forme d'ultra consumérisme, s'est enraciné dans les mentalités occidentales de telle sorte à les avoir propagées par delà le monde, jusqu'à en devenir victimes. Jean Canal. 20 mars 2022.

Au nom de quelle valeur, invoquer le changement ? il y a comme un parfum de sainteté qui embaume l'atmosphère, lequel laisse présager que cette nouvelle année se présente d'ores et déjà sous les auspices de la Renaissance. Jean Canal ; bien sûr. 13/01/2022. La Patrie reconnaissante ! C'est donc au nom de la nation qu'il faudra agir ! Tout en mesurant les valeurs propres qui s'y rattachent, il faudra préserver, cette fois-ci, tout le patrimoine qui l'incarne depuis ses fondements, au V° siècle avec le baptême de Clovis. Les erreurs du passé devront vous servir de référent sur lequel tous vos agissements, comportements et intentions devront se conformer, conformément à la nouvelle éthique en vigueur, dans ce royaume de France recouvré. Par contre, il faudra abattre les symboles de la modernité progressiste qui tend à vouloir effacer le passé, gommer l'histoire, en détruisant inexorablement tous les vestiges de la France. Camarade ! La conquête nous rappelle  à nos devoirs civiques le plus nobles ! En l'an de grâce, le treize janvier, deux mille vingt-deux. Fait pour valoir ce que de droit auprès des autorités compétentes de la Révolution qui est en marche, à Toulouse.

La VI° sinon rien ! Vers une sixième république ?! Ce serait le vœu impérieux qui végète dans les esprits les plus pragmatiques de la politique française. Peu ou prou, il faut changer de moyen pour gouverner, si l'état ne veut plus multiplier les échecs sociaux. Les nombreuses manifestations populaires ont traduit un mécontentement général de la France, et cela quand bien même la majorité ne signifia nullement une volonté de modification républicaine. La démocratie serait mise en cause. Les politiques se sont usées, éculées par l'utilisation abusive que les élus en ont fait ! Les choix politiques, en effet, ne répondirent que de loin aux besoins du peuple, plus enclin à gérer un quotidien confronté à des dépenses onéreuses, grevant les budgets familiaux ; appauvrissant ainsi une frange de cette population, englobant les classes moyennes laborieuses, cependant. Et si l'on regarde l'histoire des deux derniers siècles écoulés, les Républiques se sont succédé, en renouvelant à chaque prise de pouvoir, un capital de l'appareil républicain dont la démocratie bénéficia, conformément aux premières institutions de 1789. Il fallu, néanmoins attendre 1870 pour voir apparaître La république de la III, inaugurée par Gambetta. Inappropriée aujourd'hui avec les instances économiques édictant la marche à suivre et la cadence à tenir pour figurer parmi les plus grands états, classés dans les premiers, la V République de la France manque d'outils pour combattre une concurrence internationale, inscrite dans une mondialisation dénuée d'empathie envers ses adversaires économiques. C'est le XXI° siècle qui appelle à repenser notre démocratie dont l'accomplissement demeure dans l'expectative de se rénover, voir se renouveler au fur et à mesure de l'évolution sociale. Les critères qui incitent, en effet, à complètement modifier nos institutions, sans pour cela bannir certaines données présidents toujours à la pérennité de la santé de la nation, reposent sur une géopolitique accentuée par une démographie traduisant le paysage actuel de la France ! Macron possédera-t-il suffisamment d'énergie pour entamer une énième réforme, cardinale celle-ci, dans les affaires socio-économiques, de plus plus confrontées à des contres-coups, assénés selon les circonstances politiques d'une planète en péril. Les récents événements survenus en Russie devraient suffire à instiller une synergie dans l'évolution de la France.

Jean Canal. 5 mars 2022.


"J’ai placé au cœur de la présidentielle la question essentielle de la survie de la France et du Grand Remplacement. J’ai réussi en ce début de campagne à imposer ce que personne n’a jamais osé imposer."*

*Assertion de Eric Zemmour, sur BFMTV, en interview avec Apolline de Malherbe. Faut-il réellement prendre au sérieux cette intervention cavalière du représentant d'une idéologie politique informelle sur son fond, quand bien même émanerait de sa diction rigoriste une atmosphère ségrégationniste sur tous les plans de la politique exercée en France par les représentants des partis officiels, dont Marine le Pen fait partie.

                    Zemmour est l'avorton d'un héritage colonialiste, de ces conquêtes françaises au Maghreb, durant les deux derniers siècles écoulés. Sa philosophie politico-sociale repose en fait sur la fragilité du contexte français, exploité à mauvais escient, en une période précise où tous les éléments de controverse concordent pour accuser une situation critique de l'identité française, certes en déclin, mais en complète mutation planétaire. Sera-t-elle fragilisée dans cet avenir proche annoncé sous forme idyllique "du Grand Remplacement." En danger, cette nation le serait par des étrangers, de préférence musulmans, qui convoiteraient une terre, enclose dans un espace européen composé de 27 états membres, liés les uns aux autres par un consensus dépendant de lois communes sur un fond, lesquelles exigeantes de droits et de devoirs civiques à appliquer scrupuleusement pour assurer la pérennité de ce système. Bref ! Tout et son contraire peut habilement être écrit si le lectorat se prête à sa lecture, sous forme de bréviaire ! L'ensemble de l'espace Schengen est ainsi constitué afin de préserver une harmonie constitutionnelle qui en garantit la stabilité politico-sociale, effectivement. La sécurité autant que la sureté de ce territoire sont assurées par le fondement même qui protège par le fait de son existence, tous les peuples qui s'y reconnaissent, intrinsèquement. Dans un esprit sous-jacent de fédéralisme confirmé par une volonté de pouvoir disposer d'eux-mêmes, ces états ne manquent jamais de rappeler à la commission européenne de Bruxelles cette volonté de demeurer souverain chez eux !

                        Les cultures relatives et propres à chaque entité sont donc ainsi non seulement entretenues et préservées de leur disparition... Peut-on imaginer un seul instant que demain, moyennant des manœuvres désuètes d'infiltration dans notre tissus social, "une communauté" dont les finalités seraient d'appliquer la Charia, loi islamique qui n'est même pas en vigueur dans tout le Maghreb d'où sont issus la plupart de ces étrangers, prennent le pouvoir dans un espace aussi défini idéologiquement par ses origines identitaires que l'Europe l'est encore plus avec la montée des nationalismes ; et cela quand bien même seraient-ils de plus en plus nombreux ! A moins qu'ils veuillent tous se suicider ! L'imagination encense la peur chez ceux qui sont effrayés par des politiciens agitant des emblèmes qui firent se soulever l'Europe contre elle-même, au cours de ces deux siècles écoulés dans des bains de sang et d'horreur caractérisant la cruauté humaine ! Il y a cependant, un phénomène de nationalisme en Europe, en réponse aux tentatives des islamistes fondamentalistes qui prêchent dans le désert idéologique des villes françaises et européennes. Les mosquées en sont parfois et souvent l'épicentre de cette pensée, comme le veut la tradition qui rappelle aussi les devoirs des fidèles. Les religions d'état de l'Afrique du Nord, comme on la nommait jadis, sont retenues par les politiques dictatoriales entretenues, maintenues depuis la souveraineté des peuples qui composent ces pays. Ceux sont les militaires qui sont les garants de la stabilité de ces états. Les contre-pouvoirs légitimes d'obédience à gauche aspirent, eux, à plus de liberté dans des états où la religion impose sa pensée soutenue par une grande minorité silencieuse et couvant le moment de se manifester. L'Algérie en est encore aujourd'hui et plus qu'hier et moins que demain, ce stéréotype social de modèle pouvant présenter un danger éventuel pour la France notamment, laquelle dépend de l'Europe. L'alliance algérienne tacite avec la Turquie de Erdogan, peut s'avérée préjudiciable dans des tractations économiques, comme ce fut le cas. Et les dirigeants le savent pertinemment, de sorte à modérer les exactions de quelques mouvements obsolètes, criant à la Charia !

             Le potentiel de la jeunesse musulmane de cœur, mais libérale dans l'âme, aspire à vivre pleinement une existence "inclusive" au cœur de cités européennes, en contribuant à leur évolution, dans l'"Esprit des Lois" qui leur assurent une identité reconnue -sans tenir compte des abrutis qui traînent en voiture un SDF désœuvré, couvert de blessures dommageables pour une reconnaissance inclusive ratée de ses agresseurs ! Les jeunes-femmes issues du Maghreb ne veulent plus être des matrices à enfants qui les priveraient de la jouissance occidentale dont elles savourent les bienfaits économiques. Seule une minorité d'entr'elles se conforme à l'idéologie religieuse dans ces 27 états qui en surveillent l'évolution stratégique révélée depuis quelques années déjà ; de sorte à être prompts à en changer les règles, selon la volonté des peuples souverains et l'urgence du moment.

Toutes les formes d'extrémismes sont à bannir ! Quelles soient politiques ou bien religieuses ! L'avenir possède ce pouvoir de séduction, en ce sens qu'il demeure une belle inconnue dont tous sont impatients de découvrir les charmes qui se révèleront les moments venus...

Zemmour tombe à pic après les attentas de Charlie Hebdo, plus particulièrement. Il incarne cette pensée qui végète dans les esprits fragiles aspirant à recouvrer une espèce de souveraineté identitaire au sein d'une nation française ; typiquement française. La politique de forme idéologique au sens le plus ferme qui fût employé au cours de l'histoire la plus sombre de la France ; cette politique évoque les parties affaiblies de la France qui a abandonné ses préceptes vieux de la constitution, possédant les actes légaux et devenus aujourd'hui légitimes pour redonner un nouveau souffle démocratique de la France, dans le cadre institutionnel de la République !

Jean Canal. 13 janvier 2022. Toulouse. 2H 30mn.


La profanation de la société ou Fourier aujourd'hui

Pascal :[...]...et l'amour pour soi-même étant resté seul dans cette grande âme capable d'un amour infini, cet amour propre s'est étendu et débordé dans le vide que dieu a laissé ; et ainsi il s'est aimé tout seul, et toutes choses pour soi, c'est-à-dire infiniment : voilà l'origine de l'amour-propre. Pensées. Part. II, art. 18.

Arrivée à son propre paroxysme, la société a effectivement abouti à la fin de sa recherche d'alternatives donnant accès vers l'extérieur de sa reconversion économique ! La croissance a donc des limites dans la sphère actuelle du monde de la productivité matérialiste. La simple idée d'évoquer une décroissance renvoie à l'idée de régression sociale, voire civilisatrice (« l'écart absolu » de Fourier prévaudrait-il aujourd'hui : une théorie systématique d'un révisionnisme de la cosmographie intellectuelle -la question se posait déjà, au XIX° siècle, mais sans réelle raison d'en adopter le principe qui n'apparaissait pas évident pour le début de la première époque industrielle).

Hormis quelques récalcitrants qui persistent à éconduire un système dénoncé comme érodé dans sa pratique éculée favorable à cette future modernité annoncée, il faut reconnaître, et cela est pratiquement fait de façon unilatérale, que des efforts de reconversion générale, préoccupant l'ensemble des dirigeants de ce monde, est en marche. A l'échelle de la production des biens de consommations, l'entêtement est toujours ancré dans une volonté pugnace de continuer dans les erreurs avérées du passé ! Ont-ils réellement compris que désormais, nul ne réchappera aux conséquences inéluctables d'une modification majeure des paramètres naturels de la planète, dont nous sommes tous otages ! ? Pas si sûr ! D'aucuns, par la situation de privilégié dont ils jouissent, sont persuadés de ne pas trop être concernés par ce dérèglement général et qu'ils auront toujours l’opportunité, dans le pire des cas, de se retirer dans leurs pénates, aménagées selon des conceptions protectrices ; loin des affres dévastateurs.

L'utopie arrive à ses termes ! Il est du devoir de l'évidence de ramener à la raison les égarés de ce début du siècle, très éprouvé (le siècle) par les erreurs d'appréciation imprégnées d'idéologies politico-sociales, ayant couru dans les esprits au cours des deux siècles précédents. C'est du moins l'impression que donnent des comportements ayant préservé les nuisibles mimétismes d'hier ! S'agit-il d'un manque d'éducation en ce domaine ? Les populations se sont-elles réellement abruties elles-mêmes ? Une confrontation des civilisations est-elle inévitable pour rétablir un ordre nouveau, prôné par les génies du mal qui se disputent la primauté dans les urnes ?! Des questions foisonnent autour de sujets à peine abordés par les peuples eux-mêmes, plutôt préoccupés par l'alignement de leur identité sur le modèle occidental, responsable en amont de la prévarication des biens marchands revendus aux plus offrants !

Spoliée de ses ressources, la planète s'essouffle et ne nous propose plus que de très maigres éléments susceptibles de satisfaire nos besoins élémentaires à notre survie. Sursitaires envers une addition à régler, nous sommes responsables au regard des choix que nous eûmes effectués, en connaissance de cause, ne fût-ce que par l'abdication aux pouvoirs souverains d'alors. Il s'agit de conscience et non de religion quelconque qui dévoierait l'être de la propension de sa vie vouée à une ascèse culturelle, réduisant ses besoins invoqués comme fondement de l'existence, à l'essentiel vital nourrissant une âme épurée de toute superfétation du monde actuel ! Un retour à la pureté est nécessaire pour sauvegarder ce qui peut l'être encore.

Jean Canal. 12/12/2021. 3H 39mn.


De la présidentielle en vigueur. Épurer une liste de candidature, constituée d'impétrants électoraux, enclins à ravir la première place occupée par le Tiers qui les représente tous , relève plus d'une démarche civique qu'une simple critique fondée sur la politique d'appartenance, voire partisane du oui plébiscité par la majorité électorale ! En fait, briguer la préture relève plutôt d'une alchimie du verbe, comme nous pouvons le constater avec l'énergie du vocabulaire illustrant les propos des uns et des autres, que d'une compétence professionnelle à la hauteur de la tâche à accomplir en faveur de la nation ! Le vocable en est l'arme de combat pour vaincre l'adversaire du dernier tour et surtout convaincre cet électorat dans l'expectative d'être enfin représenté légitimement. Les plus rodés à cette pratique en connaissent les points forts du langage de conviction. Haranguer la foule pour attirer l'attention sur des thèmes qui ne sont en fait que des effets d'annonce, peut se révéler très vite un piège jouant à la défaveur de celui qui en use avec disproportion, sans veiller à ces excès déjà relevés dans la philosophie grecque.

Au vu des relents médiatiques qui émanent de cette campagne présidentielle, dont les prétendants ravissent la primeur, d'aucuns se targuent d'en être les favoris, tenant compte des sondages officiels effectués par des organes spécialisés en cette matière. D'autres, moins loquaces et se risquant à traiter de sujets désormais, apanages de tous, sombrent dans la banalité circonstancielle d'événements récurrents qui font l'actualité se banaliser.

Il faut, et les candidats le savent pertinemment, éviter d'exploiter le malheur des plus défavorisés dans la société déjà fragilisée par des crises endémiques, comme celles provoquées par les fluctuations de l'économie. Nonobstant ce constat, qui fragilisent les relations nationales sujettes à la moindre convoitise idéologique, arriver à définir les paramètres qui pourraient faire décider tout un peuple à être majoritairement séduit par des invectives politiques, ne se mesure point à son audience, mais à sa volonté de changer un système trop vieux pour qu'il puisse encore répondre aux nécessités de l'avenir en danger.

Pour lors, aucun ne semble répondre à cette injonction de la nation, en souffrance de trouver une âme lui apportant la sérénité ! Jean Canal. 22/11/2021. 18H 15mn.


  "Les esprits d'élite discutent des idées, les esprits moyens discutent des événements, les esprits médiocres discutent des personnes." Jules Romains. EUROPEISME : le terme appartient à Jules Romains, l'auteur de la monumentale histoire des "Hommes de Bonne volonté." 27 volumes évoquant le romanesque de la vie française circonscrite entre deux dates : 1908- 1933. L'auteur, emblème de la pensée cultivée dans la lignée de Anatole France, s'inscrit à son tour dans un esprit patriotique dont il évoque une, deux époques qui construisirent la France et l'amenèrent à la défaite idéologique des politiques menées à la venvole, sous une III° République inadaptée aux exigences de l'évolution industrielle. Le temps de la Grande Guerre est le plus significatif de l'état de la France durant cette période notamment, close dans les années vingt, où la Belle époque ne le fut pas pour tout le monde (crise de 29). Au sortir de 14/18, les civilisations recherchent la paix éternelle, au mieux universelle, entre tous les états impliqués dans ce conflit. La SDN créera un congloméra d'unités responsables au regard des adhérents dont certains feront défection quelques années plus tard (Italie, Japon, Allemagne). 1936 sonnera le glas de la bourgeoisie patronale, le temps de perdre le pouvoir institutionnel, idéalisé par le peuple élu. Jules Romains est celui qui a traversé la Grande Guerre par sa plume dont le récit ne fut jamais égalé dans les anecdotes et détails qui le dépeignent. Aujourd'hui, l'Europe vacille et semble hésiter à continuer son cheminement concurrentiel aux grandes puissances rivales de l'économie de marché mondial ! Le vieux rêve européen né avec Charlemagne résistera t-il aux crises, certes économiques, mais également et surtout aux humeurs de dirigeants étatiques de l'Espace Schengen, lesquels cultivent une certaine idée de cette Europe profitable aux forts. A marche forcée, les français sont entrés dans l'Europe par la grande porte de l'histoire, malgré leur ressentiment, majoritaire aux urnes, de ne point en faire partie. L'échec fut annoncé dès le début du conflit de 1914. Les millions de morts affecteront l'équilibre économique du pays, fragilisant sa force légendaire que Napoléon fit naître avec sa Grande armée. Détruite de l'intérieur, la France ne peut aujourd'hui que se tenir au cœur même de l'Europe afin de pouvoir pérenniser son hégémonie républicaine dont le modèle constitutionnel est adopté par de nombreux pays. Oui à l'Europe ! Non aux états profiteurs de son système économique ! Jean Canal. 22 octobre 2021.

En ces jours chaotiques où la politique ne peut résoudre les problèmes nationaux, l'Ultra droite française possède t-elle un réel pouvoir de sorte à infléchir sur les décisions politiques ? Auquel cas, peut-elle avoir une incidence sur le cours de l'histoire, en influant sur la politique présidentielle ? Un mythe dans une idéologie échouée sur les rives de l'histoire du XIX° et XX° siècles, là où les héritiers de Maurras, Maurice Barrès, Jules Lemaître, entre autres des figures emblématiques devenues un symbole, tentèrent vainement d'imposer une dictature nationaliste aux accents monarchiques. La monarchie d'aujourd'hui ne musarde plus avec l'extrême droite, elle se situe plutôt à Droite, chez Les Républicains. Sa position confortable de neutralité idéologique, ne l'incite guère à contracter des affinités avec des gens cultivant la haine sous forme viscérale. La tentation royaliste s'est évanouie avec les échecs parlementaires. Lire la suite.

"HE DUCON ! TU LA SENS MA VERVE..?" A défaut d'une démocratie souveraine dans un état républicain, à prime abord laïque, la France doit continuer sa politique sur les fondements de la dernière République ayant modifié le mode de gouverner. Loin est la V° République incompatible avec les conjectures sociopolitiques d'aujourd'hui dont la conjoncture rend compte d'un échec évident de ce système. L'Europe oblige à repenser l'ensemble de nos infrastructures qui ne suffisent plus à régler les affaires socio-économiques d'une société moribonde ! La démographie exponentielle de l'espace Schengen qui a connu un premier échec avec le Brexit anglais, caractérisant judicieusement le contexte européen en berne, mine les espoirs d'émancipation entre entités proches des mêmes valeurs politiques. Le problème d'aujourd'hui ne repose plus sur une économie à deux vitesses et sujette à corroborer les paramètres des intérêts des lobbies qui ont mené la scène politique jusque-là. L'Europe, a souligné Emmanuel Macron dans son allocution du 25 juin, ne peut souffrir de la présence de certains états européens ayant postulé à la Communauté afin d'en soutirer tous les avantages, sans en assumer les contraintes institutionnelles, jusqu'à en bafouer les devoirs inaliénables à un fonctionnement institutionnel conforme à l'éthique européenne. La Hongrie fut le plus mauvais élève, après la Pologne qui se distingua dès son entrée dans l'Europe, par son choix d'armement américains (on devrait toujours se rappeler de l'inconduite des uns, pour pouvoir corriger celle des autres à venir). Les huit cents millions d'euros alloués pour pallier à l'économie de crise covidale, devraient être attribués sur des critères vérifiés pas la banque européenne, afin d'éviter d'autres détournements de fonds, comme ce fut le cas avec la Grèce dont la population régla une addition échelonnée sur plusieurs années de dette. L'Europe devient donc de plus en plus responsable, face aux échecs soulignés jusqu'ici. La France, elle, souffre de sa démocratie, en effet, comme le souligne la Revue Esprit ! Il faudrait repenser la vie en communauté sous l'égide de la République ! Admettre toutes les différences dans un cadre législatif, propre aux institutions françaises. C'est une occasion d'en parler, de concert, en employant des arguments qui, bien que différents, convergent vers un point culminant d'avortement de la démocratie en son espace territorial. Pour lors, les états malades des politiques extra-sociales se comptabilisent au prorata des crises sociales qui les ont fragilisés, dont la France ! Sont-ce véritablement les sociétés qui ne répondent plus aux besoins le plus élémentaires des populations, ou bien ces dernières qui font preuve d'une espèce d'exacerbation face aux difficultés croissantes de recouvrer une paix sociale, rééquilibrant les sociétés entre elles ?! Quelles responsabilités endossent les populations devant un problème d'une telle ampleur économico-sociale, quand on leur confère le devoir civique ? Jean Canal. 26 juin 2021.

La Gauche plurielle devant son échafaud, celui qu'elle a érigé sur les places publiques depuis la disparition socialiste du chef suprême, ayant, durant quatorze années de présidence, maintenu le pays dans un état social de lactescence euphorique. Ils se sont réunis une énième fois dans l'histoire de la Gauche institutionnelle, afin de contrer la montée de l'extrême droite pour laquelle la majorité des français sont en train de voter mentalement. L'action viendra après ces mouvements puériles qui ne font que créditer le RN d'un avantage régional dans les urnes du 20/27 juin. On se souviendra tout de même, et pardon aux crédules d'autrefois qui se sentent gênés aujourd'hui, mais en 1968, cette même gauche plurielle composée de maoïstes, trotskistes, marxistes-léninistes, communistes et tant d'autres mouvements idéologiques, fraîchement émoulus des pensées nouvellement écloses pour des circonstances, certes nécessiteuses en une période privative de libertés également plurielles, dont les fondements relatifs aux dites libertés, privèrent de parole tous les opposants à leurs idées extrémistes (un effort de lectures historiques vous fera confirmer cette information). Le laxisme politique depuis a-t-il été la cause de ce ras-le-bol national de politiques incapables de protéger la tranquillité des français, de les assurer d'une protection légitime moyennant une sécurité évidée des Ripoux de la police et des amateurs de ces fonctionnaires en uniformes qui sont entièrement dévoués aux intérêts personnels des élus et notables ?! Le pays est dans une impasse évidente basée sur une crise économique et une autre crise majeure qui, elle, surprendra tout le monde par son ampleur : le chamboulement climatique en Marche ! Jean Canal. 13 juin 2021.

La dimension qui nous dépasse : celle dont le genre humain est incapable d'extraire de sa propre raison acculée à en comprendre le sens profond. Un phénomène néanmoins évident pour quelques uns qui ont compris que nous sommes complètement abandonnés. La science est confrontée à l'incompréhension de l'histoire de l'Univers. Hubert Reeves lui-même n'a point de réponse, pas plus que les religions qui se limitent à un dieu, certes unique, mais inconnu. L'univers en son entier est une insoluble vérité qui ne s'explique pas ! Toutes les hypothèses subissent l'avanie de la controverse à chaque génération ; et cela depuis l’Égypte ancienne, à savoir après les 10 000 ans vécus avant Jésus-Christ, quand la perfection fut de ce monde en déclin depuis. La réalité elle-même est relative à notre existence qui se conforme à sa propre structure universelle. Avec 10 milliards de galaxies, il serait prétentieux de croire d'être la seule civilisation terrestre à exister ! La vie apparaît donc une fois que la matière se structure. Le cerveau s'en distingue tout en la révélant dans son accomplissement ! Quelles sont les lois de l'univers qui régissent la vie ? Aucune réponse ! Sommes-nous seuls dans l'univers donc et si nous ne le sommes pas, nous n'en déduirons aucune certitude avérant la vie ailleurs que sur notre planète, demeurant ainsi dans la probabilité perpétuelle. Il n'est même pas certain que l'homme pourra conquérir l'espace, comme il l'entend ! Le voyage vers mars s'étiolera dans quelques années, parce qu'il n'aura abouti à rien qui puisse nous faire sortir du système solaire vers les autres galaxies habitées ! Nous sommes peut-être appelés à disparaître avec l'extinction programmée de la planète que le chamboulement climatique notifie à petite dose, de même que nous pourront parvenir à enfin voyager à la vitesse de la lumière, sur le modèle des êtres vivant dans les autres galaxies ! Les opérations spatiales n'ont en fait pour but que de développer une haute technologie au service de la terre. Nous sommes condamnés à vivre et mourir sur cette planète, avec cependant l'illusion de voyager au-delà de notre propre système solaire, et cela jusqu'à l'extension définitive de la terre ! Nous sommes advenus pour un jour disparaître. Jean Canal. Mai 2021.
Lire sur ce sujet : philosophe grec Anaximandre, Nicolas de Cues, Giordano Bruno.

Lunel, région Occitanie, comme les politiques l'on intentionnellement rebaptisée -incluant les catalans-, est le lieu le plus emblématique de la saleté invisible. Pas une ville, en effet, ne réchappe aux déjections canines ! Une infection pestilentielle pour les enfants qui sont plus proches du sol que les adultes, évitant les crottes, rarement ramassées par les propriétaires des animaux, quand leurs proportions ont tendance à se confondre avec un écrin de verdure présent aux pieds des rares arbres rencontrés dans les agglomérations disproportionnées ! Lunel présente des aspects d'humilité, elle qui existe depuis l'époque romaine (le site d'Ambrossum atteste de sa présence historique). On est étonné de sa propreté jusqu'à se demander si des habitants vivent bien dans cette ville du Sud, située à peine à une vingtaine de kilomètres de la Méditerranée ! Evidemment, la crotte du petit chien ne peut que enrichir la terre, diront les personnes âgées. Faux ! La déjection canine est constituée de résidus issus de la chimie organique industrielle que l'on retrouve dans les aliments achetés pour leurs repas ! Les déjections des ruminants, elles, enrichissent la terre (le crottin de cheval possède des vertus singulières pour l'agriculture domestique). Une défécation humaine serait plus propre, si l'on tient compte des composants organiques qu'elle contient ! Imaginez des individus qui défèquent devant votre pas de porte ! Jean Canal. 22 mai 2021.

Édouard Philippe : un atout pour la République !

L'homme de la présidentielle de 2022, c'est Lui ! N'en déplaise aux déçus du socialisme qui se rapprochent à pas feutré du mouvement politique écologique favorable aux islamistes. L'ancien Premier ministre de Emmanuel Macron, celui qui faillit lui ravir la primeur de la préférence française en homme politique gouvernemental, est mûr pour ce poste dont il a acquis une expérience singulière. Son intégrité n'est plus à démontrer, puisqu'il faut, désormais montrer pattes blanches en politique (certains mettent des gants pour masquer les traces de souillure indélébile).  Le parti de Droite auquel il appartenait, trahit son engagement, lors de la prise des fonctions de Premier ministre. Les Républicains ont effectivement, comme l'attestent des personnes interrogées, "trop trimballé de casseroles !" Ce qui a affaibli la Droite traditionnelle dont le rapt du Rassemblement National, confirme l'éclatement idéologique. Reste donc deux partis majeurs en France Le RN et celui à naître d'une fusion intelligente entre gens possédant le sens du devoir et la conscience de sauver ce qui peut encore l'être en France ! Hélas ! Edouard Philippe hésitera à présenter sa candidature en 2022. Jean Canal. 7 avril 2021.   Lire l'article du Figaro.

Et si vous me le permettez, je souhaiterais intervenir à la première personne du singulier (ce qui ne se fait jamais !), afin de vous donner quelques explications concernant ce choix délibéré orienté sur cette personnalité politique effacée. C'était l'idée de limiter la vitesse à 80KM sur certains axes routiers qui m'avait emballé, chez lui. Ayant horreur de la vitesse, excepté en moto où je parviens à me faire des frayeurs d'imprudence, je constate que la vitesse me prive du spectacle de la nature et de ses paysages qu'elle compose. J'ai besoin, donc, d'admirer les lieux que je traverse, en observant le phénomène naturel des espèces encore vivantes, à basses vitesses ; quitte à gêner les énervés du bocal qui se pressent derrière mon véhicule. Et conscient du ralentissement que je provoque, je me range sur le bas-côté pour que les gens pressés puissent continuer leur route.

La journée de la Femme à Toulouse fut honorée selon des investigations pacifiques de la rue par divers groupes de femmes et notamment jeunes-filles qui ont occupé le pavé durant cet après-midi. Des slogans portant surtout sur les libertés dans l'expectative d'être libellées à leur égard, dans le cadre de la reconnaissance institutionnelle d'une entité féminine toujours considérée comme seconde dans la place sociétale. Il est évident que le statut de la femme demeure une question politique par quoi passent les éventuelles réformes à entreprendre pour aboutir à une légitime adoption de leurs revendications, les concernant particulièrement. Les thèmes récurrents qui apparurent durant cette manifestation réussie, la PMA qui arrive en tête. Les viols considérés au minima des agressions en comparaison des féminicides et violences faites régulièrement aux femmes et jeunes-filles, ne l'oublions pas. De la sévérité dans les condamnations criminelles et des mesures protectrices de leur identité ! Une journée dédiée à nos mères, nos femmes et nos filles ; sans oublier que nous venons tous de la femme...Jean Canal. 8 mars 2021. Lire aussi l'article de Valérie Toranian.

8 MARS JOURNEE DE LA FEMME

Les revendications ne manquent pas en cette journée consacrée aux femmes. On aurait volontiers cru que la société, en ce début de XXI° siècle, ait résolu les problèmes des femmes qui en fait ne sont que des légitimes revendications relatives à leur statut social. Les libertés plurielles ont-elles comblées les différences entre sexe ? Non ! Les années soixante-dix devaient être une époque charnière dans les suppliques féminines portant sur l'égalité des valeurs sociétales. Il n'en est toujours rien, au vu des exactions commises à leur encontre, sans grande sanctions pénales ou/et de rares condamnations sévères des coupables de viols, agressions physiques, harcèlements et féminicides ! La femme ne semble pas être prise au sérieux ! Leurs voix inaudibles ne parviennent pas à appréhender les politiques qui négligent leur entité ! La journée de la femme finira-t-elle par devenir une commémoration ?!  Il appartient aux hommes de pouvoir frapper un coup sur la table des réformes urgentes qu'elles soient politique, pénale ou sociétale ! Le droit des femmes ne s'affirme guère en dehors des institutions qui leur accordent une valeur intrinsèque au sein de leur identité ; en dehors, au foyer et au travail, ses droits sont souvent bafoués. Jean Canal. 8 mars 2021.

DIDIER LEMAIRE : la véritable première victime incarnant la radicalité de l'islam en France. Les actes odieux qui furent perpétrés jusqu'alors dans des attentats aussi divers que d'origines idéologiques différentes revendiquées, ne furent que des ambrions de la gestation qui met au jour son monstre ! La démocratie au service du mal ! Comment en exploiter ses fondements, si ce n'est en en respectant ses propres fonctionnements ! La conquête se fera désormais par la démocratie, avec l'assentiment des urnes et donc des citoyens. Une guerre civile serait-elle en perspective des allégeances tacites entre cet Islam et l'Iran, un grand-frère sur qui le monde arabo-musulman-fondamentaliste peut compter, selon les sources officieuses connues des états occidentaux. Paradoxe en fait sur ce professeur de philosophie, précisons-le, qui enseigne l'esprit le plus libre qu'il fût au sein de l'Ecole ; lequel enseignant revêt les caricatures du parfait bouc émissaire recherché par ces groupuscules disséminés dans les villes et dont le quidam de base, appelé également français de souche, ne perçoit que la face pile ! Multiplier les enseignes à connotation islamiste, comme elles pullulent dans certaines rues dédiées à cette stratégie, atteste de cette intention insidieuse d'éradiquer ce monde consumériste dépravé dont jouissent les profanes ! Il n'est pourtant pas visible dans tout le Maghreb qui lutte par ses forces intérieures contre ce genre de doctrine ! Penser autrement que les autres sans imposer ses idées à autrui, sans même leur soumettre une doctrine, dans un but pédagogique que les programmes de l'enseignement dispensent. Il s'agirait, en fait, sur le long terme, d'éradiquer tous les thèmes qui ne se conforment point au Coran, à dessein de l'intégration de notre culture au sein de cet islam ; en soi c'est simple, il faut revoir notre façon de vivre qui devra se mettre en conformité avec les sourates que la plupart de ces mêmes musulmans ne respectent pas pour des raisons évidentes de contraintes liées à la consommation d'alcools, de drogues le tout avec un comportement hors les lois, donc ! Celles de la République dont il faut urgemment réformer les institutions qui ne sont plus adaptées à la nouvelle vie qui nous attend ! Quant à la consommation du porc, il est recommandé de l'abandonner d'autant plus quand on sait que la bête est traitée avec des antibiotiques cancérigènes ! Il faut savoir que dans les pays du Maghreb de telles injonctions formulées sous les aspects de prérogatives religieuses, ne prévalent point ; puisque les sujets de discordances dans les politiques de l'Afrique du Nord, de l'Egypte au Maroc, reposent justement sur le refus catégorique de la Charia comme gouvernance unique ! Alors d'où nous vient cette volonté tenace de nous imposer ce que nous avions déjà refusé avec la religion catholique et toute autre formule idéologico religieuse ? Jean Canal. 16/02/2021. Lire le dossier de la Revue des deux mondes.

VOX POPULUM. VOX DEUM.  Article de loi 24 correspondant à la sécurité globale. Un remous dans les dessous de la politique 'intérieure'. De nouvelles mesures sécuritaires pourquoi faire ? Un syndicat de police récuse cette loi, inique, pour résoudre les problèmes de fond de la Police, desquels la loi ne répond pas forcément judicieusement !

Les lois existantes suffisaient amplement à sanctionner les contrevenants dont les actes figurent dans le code pénal. Il fallait les appliquer. C'est ce qu'1 policier responsable d'une des nombreux syndicats de police, donc a rappelé. En fait, la démarche de Darmanin s'inscrit dans le pouvoir que lui confère son statut, exigeant sur des mesures à prendre, dans des cas attentatoires s'étant présentés au cours des manifestations, entre autres de tous autres phénomène criminel. Quand donc aurons-nous une bonne police œuvrant pour la protection des citoyens ? Hormis les conflits sociaux qui ne devraient pas exister si le gouvernement répondait de façon positive aux doléances des citoyens (remarque du policier...), il y aura en France toujours des admonestations légitimes proférées à l'encontre du pouvoir, justifiant ainsi de la bonne santé du peuple prompt à réagir à ce qu'il considère comme légal, voire légitime !  Jean Canal. 22/11/2020.


Dans son hypothétique providence populaire vouée à pallier les manques à gagner des commerçants, l'état semble effectivement vouloir subvenir aux carences financières des commerces en l'occurrence, en allouant des sommes compensatoires aux pertes sèches des recettes non perçues, à cause de la crise sanitaire actuelle. 23 septembre 2020. Lire la suite.


Le courrier de adeline.sardy@gmail.com adressé au Président de la République Emmanuelle Macron


Gauche morale. Qu'est-elle devenue avec le temps ? Le seul homme qui l'eût incarnée, au cours de l'histoire des idées politiques de la France, fut, évidemment, l'avocat Mendès-France, élu ministre sous la IV° République, comme François Mitterrand le fut à la même époque. Un Président du Conseil (équivalant du Premier ministre actuel, impliquant quelques nuances) qui cultiva la concorde entre les Français. Le journal l'Express fut créé pour défendre l'idéologie politique de ce radical positionné plus au centre qu'à Gauche. Qui, aujourd'hui, incarne une Gauche centriste au révisionnisme socialiste ?

C'est la Gauche libérale qui conviendrait pour relancer un processus en panne d'idéologie politique. Les prétendants restent frileux et craignent de froisser les idéalistes qui cultivent toujours une Gauche désuète, appartenant au passé (qui est donc l'homme du passé, aujourd'hui?) ; les enjeux sociopolitiques ayant radicalement changé, quand bien même la misère intellectuelle sévirait-elle de plus en plus dans les milieux appropriés, l'urgence de rétablir une pensée sociale garantissant la sécurité à tous, tend à se faire désirer. Les débats orchestrés par les élites des politiques opportunistes, jetés dans l'arène de l'audiovisuel, appauvrissent l'intelligentzia reconnue comme telle ! Beaucoup de prétendants en moult domaines sociétaux, peu de gens capables d'apporter des solutions immédiates à des situations pérennes qui retardent l'échéance de la catastrophe inéluctable : l'effondrement de l'économie, penseriez-vous ? Nenni ! Le modèle de société connu jusqu'alors connaît déjà une mutation de ses valeurs ayant été briguées aux plus offrants ! « On » pédale dans le vide... C'est la raison pour laquelle nous n'avançons pas ! Les réactions populaires ne tardèrent point à se faire entendre, durant ces deux dernières années, en manifestant un mécontentement général dû tout simplement à de mauvais choix électoraux... Une responsabilité incombe directement le peuple qui reconduit à chaque échéance électorale des élus choisis à brûle-pourpoint, selon des critères individualistes, répondant aux attentes par des promesses langoureuses. Il serait intéressant de comprendre les raisons qui font le peuple opter pour des intérêts personnels plus que ceux de la généralité de la nation ! Les uns tirent à hue, les autres à Dia ! Il faut sincèrement arriver jusqu'au bords du gouffre, pour nous éviter la chute ! Allez Salut les Bœufs ! Jean Canal ; bien sûr...pour ne plus à avoir le citer à jamais. 27 septembre 2020.

LA RÉPUBLIQUE nous appelle. Tous le partis politiques la reconnaissent comme ferment de leur idéologie. Là est le danger. Le Rassemblement Nationale, autrefois Front National qui fut, justement sous la troisième république, entre deux guerres, populaire, y puisent des arguments qui justifient tout simplement sa légitimité institutionnelle. La République est belle quand elle répond aux appels du peuple. Aujourd'hui ce dernier crie à l'injustice sociale, loin de la symbolique républicaine qui repose à ce jour sur la nationalité française pour tous ! Soit ! Tous républicains, mais en préservant ses différences. Le paradoxe est là ! N'oublions pas que le pétainisme est né de la République sous laquelle sont issues les grandes idéologies, les plus meurtrières. Alors oui à la République une et indivisible... Jean Canal. 6 septembre 2020. LA RÉPUBLIQUE. Laquelle au juste ? Nous en comptabilisons cinq à ce jour ; sans prendre en compte une sixième espérée de la part de partis politiques qui semblent se lasser de celle du général de Gaulle. Ceux sont donc les valeurs républicaines qui sont valorisées, en cette commémoration. Ont-elle été toujours respectées ces valeurs ? L'histoire la plus noire du XX° siècle entache encore le XXI°, puisque incessamment on revient sur cette période quand les français dénonçaient les français. Macron discourt sur un sujet qu'il méconnaît, comme la plupart, pour ne pas dire la majorité des français qui n'ont cure d'un sujet inconnu dans leur culture. A qui s'adresse ce moment historique ? Les banlieues n'en ont rien à fiche de cet événement. Les classes défavorisées ne croient plus en rien. Quant à la Middle Class, elle se préoccupe plus de ses revenus et des impôts que du passé emblématique français. Il fallait marquer un coup politique pour inscrire cette dernière, dans le sacerdoce présidentiel. La France chemine au rythme des mouvements de masse qui ne manqueront pas de modifier la politique en vigueur ; notamment en 2022.  Jean Canal. 5 septembre 2020.

Le Garde des Sceaux du XXI° siècle. Eric Dupond-Moretti. Pour d'aucuns, c'est l'avocat du diable : défenseur du frère de Mohamed Merah, notamment. Pour d'autres, un défenseur du droit de chacun à prétendre à son innocence ! Dupont-Moretti fait peur aux présidents d'assise autant qu'aux procureurs généraux qui y siègent sans partage de la réquisition criminelle qui suit le plaidoyer pour la justice ! Un cas parmi la justice qui aujourd'hui en prend la direction. Il fait, paradoxalement songer à Badinter. Contrairement à Verges auquel ses ennemis voudraient le rapprocher. C'est une grande gueule ! Il chamboule les tribunaux et sait quand et où intervenir avec des arguments qui tranchent toujours en faveur de l'accusé ! Doit-on se réjouir de sa nomination à la tête du Ministère de la justice ? Oui ! Il en modifiera le système, son fonctionnement devenu expéditif et rétablira sans doute l'humanité perdue, disparue dans les tribunaux expéditifs ! On n'envoie pas un être à l'abattoir, sans avoir cerné les raisons qui l'ont amené à commettre des actes ! Maître Eric Dupont-Moretti redonnera son lustre à la justice que le roi Salomon savait rendre avec équité. Cependant, la magistrature dresse un portrait sombre du nouveau maître des lieux. Affaire à suivre, dans le cadre de l'instruction actuelle. Jean Canal. 6 juillet 2020.

LE SUJET en question est délicat à traiter. En parler, sans faire preuve d'objectivité quelque peu difficile à délayer de l'imbroglio intellectuel qui s'attache à en extraire un jugement de morale institutionnelle, relève, de facto, d'un engagement strictement personnel, impliquant un cas de conscience, en engageant son point de vue soumis à l'appréciation de l'éthique étatique, dévoyée de son sens originel, à laquelle doit impérativement répondre la Responsabilité de chacun ; peuple y compris !

A qui, si ce n'est la majorité bien pensante, incombe l'état actuel de la France ? Les politiques qui sont élus par le truchement de l'urne dans cet esprit républicain fidèle aux valeurs de la démocratie, souveraineté du peuple ? Ce dernier délègue un pouvoir, à partir d'une localité, d'un département, d'une région et d'un pays : la responsabilité des électeurs est entière et ne peut souffrir d'aucune carence en matière d’ignorance, alléguée sur les choix électoraux à prendre ; à moins d'avoir un peuple idiot ! Un doute s'instaure d'emblée sur cette idée qui en conclusion n'est pas bête.

Le racisme, au même titre que l’antisémitisme d'ailleurs, sont une pratique courante d'aversion à l'encontre d'autrui défini comme strictement différent par des critères ethniques qui en Afrique sont notoires (tous les états africains ne pratiquent pas la concorde dans une entente consensuelle : les guerres fratricides Hutus et Tutsis, précisément, ethniques, étatiques le démontrent).

La rhétorique politique en la matière consiste à une récupération de faits divers relégués à la une de l'actualité, moyennant l'encensement de statuts officiels appartenant, effectivement, au passé de la France, en l'occurrence, comme si les enfants d'aujourd'hui étaient responsables qui de la colonisation, qui des guerres qui ont tués des milliers de gens. Une manière en soi de régler des comptes personnels en utilisant des arguments fallacieux à connotation destructrice nationale (le mot n'est pas trop fort). Oublions, cependant, ce genre de remarques, impropres à la situation réelle d'aujourd'hui.

Doit-on abattre tous les emblèmes occidentaux qui incarnent des périodes historiques d'un pays ayant contribué à l'avilissement de civilisations décimées par l'Occident ? Commençons par brûler les livres, comme firent les nazis ! Ensuite, ils brûleront les gens...

Du passé faisons table rase... Slogan marxiste attribué à la période la plus meurtrière de la Russie (Union soviétique), sous la dictature du prolétariat de Staline ! Mao eut son lot de victimes hostiles à son régime (estimé à 20 millions de morts) ! Les guerres de l'Europe de l'Est au Kosovo ont démontré que le racisme religieux avait déterminé les raisons d'assassinés impunément tous ceux qui n'épousaient pas la même idéologie que celle des assassins ! Bref ! C'est l'histoire de l'humanité qui est régulièrement ponctué de crimes...impunis !

Néanmoins, en tenant compte intentionnellement d'un contexte ayant des retombées médiatisées sous tous les angles possibles de l'audiovisuel, réseaux sociaux y compris, il faut suffisamment de perspicacité pour ne pas dissocier la récupération à travers l'amalgame chez ceux qui ont l'intention d'exploiter les événements mis en lumière au profit des parties politiques et des victimes qui se trouvent prises au piège de leur propre condition : flics et délinquants.

Que ce phénomène de pratique institutionnelle n'exonère point la responsabilité de chacun, notamment celles de la police, lorsque celle-ci enfreint les règles de déontologie et une délinquance exponentielle qui se justifie par une société dans l'impasse de résorber les problèmes sociétaux.

La réforme de la police est inexorable à son évolution dans le cadre de règles inaliénables à la pérennité de la profession. Quant à la résorption de la délinquance, elle commencerait particulièrement par une adoption de la vente conditionnée des drogues douces au moyen d'un système de magasins d'état (comme au Canada), reconnues comme moins dangereuse que l'alcool ; ce serait porter un coût décisif sur les trafics de drogue en France et donc à la délinquance des banlieues. Un premier pas vers une démocratisation de la consommation de cannabis qui se porte à merveille, tout en modifiant les pénalités encourues dans des cadres proscrivant la conduite de véhicules. Bref ! Avançons dans le but d'atteindre une harmonie sociale cohérente avec l'esprit républicain, inscrit dans une évolution progressiste dont certains états européens ont fait preuve, avec un franc succès. La France vieillit bien contrairement à l'interprétation que l'on donne à ce terme qui sous entendrait que vieillir mal, c'est rester jeune... Jean Canal. Dimanche 14 juin 2020.