La Page

By | 24 mai 2022

ALEA JACTA EST

Ne nous perdons plus en circonvolution aux effets délétères dont le simple objectif repose dans l'affaiblissement des forces démocratiques d'appliquer une once de liberté (mot devenu passe-partout), là, où sa présence est encore tolérée, en des espaces sociétaux, ayant péniblement acquis le droit de s'exprimer librement. Il est vrai que les conquêtes sont à advenir pour obtenir une libération totale du joug des populations plus enclines à se manifester (la révolution n'est pas de leur propre nature, plus flexible à plier sous le faix des dirigeants) tout en exhortant au désordre général, de sorte à rendre en poussière ce que les hommes ont érigé en signe du passé glorieux d'une époque ! Bien sûr, et cela va de soi, dans la mesure de ne pas avoir à le préciser, l'esclavage et le racisme sont à bannir de la pensée de toutes les sociétés prétendant à adopter les préceptes symbolique du respect de l'être humain ! La Revue Esprit nous gâte ! patrimoines-contestes Elle consacre son dossier aux "Patrimoines contestés." Un sujet extrait d'une thématique embryonnaire toujours dans l'expectative de rendre grâce aux victimes de l'humanité ! Il sont nombreux les griefs contre ces victimes toutes désignées par l'Histoire, celle du colonialisme occidental, de la traite des êtres humains et du droit de s'arroger de les éliminer selon des critères fondés, effectivement, sur l'aliénation des plus forts sur les plus faibles. On songe à l'Afrique d'abord, d'où tout est parti. Et ensuite, il faut absolument se substituer aux victimes en relativisant leur état, de telle façon à en comprendre les souffrances subies au cours des siècles d'occupation, d'humiliation et d'abnégation de l'être comme entité à part entière. Le symbole en est-il son incarnation, sous toutes les formes qu'il est incarné : statues, œuvres picturales, sculptures, livres, paroles, etc. ? La réponse en fait se passe de commentaires exhaustifs qui tendraient à revendiquer une raison historique dont les acteurs de ces actes destructeurs s'arrogent le droit de juger toutes les victimes de la grande Histoire universelle. Jean Canal. 24/05/2022.

LES TRAVAUX ET LES JOURS du Président

Une nouvelle République adviendra-t-elle au cours du second mandat de Emmanuel Macron. Le Président de la République en avait évoqué le thème, sans forcément en définir explicitement son contenu. Des réformes urgentes sont plutôt ses préoccupations premières, dans le but simple de remettre l'appareil français en état ! On pourra déduire que Emmanuel Macron a été le Président le plus controversé, et c'est un euphémisme, dans les initiatives qu'il tenta de prendre à contre courant des contextes malheureux de son premier mandat. C'est la population qui lui a reproché le plus les quelques modalités de pratiques sociales toutes à son initiative propre ! Saigné à blanc, le peuple n'a jamais consenti à payer pour les autres ; et l'enfer c'est bien les autres quand ils se partagent le gâteau ensemble, en comité restreint. La métaphore définit parfaitement les réactions violentes et souvent disproportionnées des différentes manifestations qui émaillèrent les années de son premier mandat. Un échec de gestion gouvernementale en serait à l'origine avec des prises de positions cavalières à l'encontre d'une population muselée pour des circonstances difficiles, durant des périodes entrecroisées d'adversités géopolitiques européennes ; entre autres des successives vagues virales insolubles. Rien ne lui fut épargné, en ce quinquennat ; pas même ses erreurs professionnelles encore à l'épreuve du mandat à honorer selon une expérience à formaliser, au regard de ses adversaires dont certains furent irréductibles.

La France aurait-elle un besoin urgent de se réformer à la vision du monde dont l'évolution économico géopolitique impose sa marche, que la présidence française ne puisse en faire l'impasse sur un impérieux sujet à étudier au cœur de la nation !

Une VI° République s'inscrirait donc dans la progression des idées qui tentent, aussi maladroitement qu'avec pertinence, de répondre aux besoins fondamentaux du pays afin d'en assurer la pérennité, à travers ses valeurs fragilisées par un contexte qui a maintes fois révélé les dangers inhérents à sa constitution. C'est donc d'elle dont il est question, après plus de deux cents ans d'histoire ! Et le droit le plus absolu d'un Président de la République élu à la majorité par un peuple souverain à qui il fut demandé légitimement son opinion, ce droit est celui de modifier les textes qui ne répondent plus aux impératifs de la France !

D'aucuns la voudraient, sans avoir consulté son peuple qui demeure le premier concerné, entrecoupée de deux mandats à échéance de 3ans et demie ; d'autres, plus inspirés par les complexités de la politique, souhaitent vivement un retour au septennat du Général de Gaulle. Il faut à tout prix réformer le pays, de fond en comble ; car nous sommes d'ores et déjà au XXI° siècle, braves gens. Et si nous voulons suivre la marche forcée qu'imposent les nouvelles modalités de cette évolution, il faudra se plier aux normes mondiales que le climat indiquera sur la planète.

Une VI° République dont l'esprit repose sur de nouveaux textes fondamentaux adaptés à cette nouvelle constitution vieillissante. Cette année est décisive pour la suite des événements européens qui connaissent un revers économique avec Poutine dont la guerre se porte à merveille : on tue toujours autant en Ukraine, ailleurs aussi, sans inquiéter les occidentaux plus préoccupés aux problèmes économiques. Là se posent les dilemmes de moralité politique envers les peuples eux-mêmes qui subissent directement toutes sortes d'exactions dont les origines reposent, effectivement, sur des points relatifs aux relations internationales, prenant en otage les populations. On remarquera que les guerres et conflits meurtriers se sont considérablement accentués au cours du XX° siècle, dont l'énumération serait malsaine ; et ce phénomène continue avec une impunité effrayante en ce sens qu'il se perpétue aujourd'hui. Jean Canal. 14/05/2022.

La sécurité alimentaire tombera-t-elle sous le coup des lois qui régissent la Communauté européenne ?! Il fallait bien inventer une organisation afin de prouver aux consommateurs que les politiques sont soucieuses de ce que les populations, notamment européennes, mangent. Leur santé préoccupe nos représentants qui se doivent de prévenir les moindres écarts à une déontologie souffrant régulièrement de carences institutionnelles. Rassurer le consommateurs des produits agroalimentaires que la grande majorité des citoyens de l'Espace Schengen ingurgitent, sans émettre de suspicion sur ce qu'ils avalent, a été le soucis des organisations et associations de consommateurs, vigilants sur les filières de l'alimentaire ! Hélas ! La surveillance ayant relâché son attention sur le processus de fabrication alimentaire, en aval de la chaîne, la négligence s'insinue au cœur des lobbies qui édictent une méthode devant être concurrentielle sur le vaste marché insidieux de la nourriture. Néanmoins, le consommateurs inculte en la matière porte-t-il une culpabilité dans la liberté de ses choix ? Sans appel : OUI ! On devrait lui reconnaître la responsabilité de ses achats, orientés vers des produits de dernière qualité pour le plus grand nombre. Des enseignes dispensent un large éventail de produits douteux sur leur fabrication aux provenance inquiétante. 40% des paniers des « ménagères » admettent des articles à foutre à la poubelle ! Moins seront présentes dans les rayons les merdes que les grandes enseignes valorisent, plus la santé de nos concitoyens se portera mieux ! Jean Canal. 5 mai 2022.

Le débat d'idées. Où en est-il en 2022, lorsque les événements perturbent la quintessence de sa substance rationnelle ? Nous l'avons tous compris, la parole ne préside à aucune situation conflictuelle, quand bien même les arguments démocratiques en seraient le truchement capable de solutionner les problèmes entre les différentes parties qui s'affrontent. Abandonnons l'idée que les idéologies politiques et sociales ont généré au cours du XX° siècle et entrons dans le vif du sujet qui anime les tensions géopolitiques de ce temps. Il y a, en effet, des facteurs inhérents aux problèmes que les civilisations rencontrent, à l'heure actuelle. Sont-elles les conséquences des exactions occidentales répétées à l'encontre de l'Orient ? L'éternel conflit palestinien aurait-il encore une part de responsabilité dans la forme statique adoptée au cours de ces quarante dernières années ?

Tout est fondé sur le développement économique et son exploitation au sein des sociétés encore industrialisées en forte demande de services et biens consuméristes. Cette nouvelle guerre que nous offre la Russie, en toile de fond de crise politique mondiale, devient en fait le théâtre des années de passivité géopolitique au sein d'une Europe désorientée dans ses objectifs insatiables de vouloir regrouper des partenaires commerciaux capables de remplir les impératifs d'accessibilité à l'espace Schengen (la Turquie ne serait pas un loyal partenaire) ! L'Ukraine, grenier à blé de la Russie, nous rappelle l'histoire soviétique, prétend se rapprocher de Schengen, tout en s'éloignant du grand frère russe, non pas sans faire un pied de nez à ce dernier, mais un grand écart suffisant pour définitivement s'en éloigner. Autant le fragiliser quand l'Otan, sur les injonctions des États-Unis, invective à l'encontre de Poutine donné comme dangereux dans des intentions malveillantes. La stabilité planétaire dépend de ce partenaire étranger, ami intime de la Syrie, ennemie des occidentaux !

La Russie se sentant isolée, seule et spoliée de ses valeurs propres à l'étique traditionnelle de sa politique oligarchique, semble ne point convenir aux états qui se sont, en fait, regroupés en une seule formation politique que l'occident cultive depuis le XIX° siècle : le libéralisme ! Là où l'Europe ouvre ses frontières, la Russie durcit les limites de son territoire, allant jusqu'à annexer des bastions de son ancienne tutelle soviétique ! On sent comme un déséquilibre entre deux valeurs incompatibles dans une économie qui pourtant aurait tout intérêt de s'unir, pour réguler du moins les oscillations d'une planète malade de nos conneries. Qu'est-ce qui donc a perturber une atmosphère de cordialité toute relative, s'entend, entre deux continents qui auraient dû s'accorder sur un partage équitable des ressources, dans le cadre des échanges commerciaux fructueux pour toutes les nations ; sauf les États-Unis en récession économique !

De surcroît, il faudra tenir compte de l'alliance russe avec la Syrie qui met en place un processus militaire en faveur des troupes russes. Le recrutement de ces « mercenaires » était programmé. Ne perdons pas de vue que la Chine est déjà en crise avec les États-Unis sur des points économiques. Également retenons que l'économie mondiale souffre d'un manque de ressources précieuses pour la construction d'appareil spatiaux, entre autres de la technologie de pointe gourmande en produits rares. Bref ! Tous les éléments sont réunis pour continuer une guerre mondiale ; d'autan plus que la Russie de Poutine n'a plus le choix ! Jean Canal. 31/03/2022.

  Devons-nous verser dans l'opprobre nationale, les faits divers incombés à des artistes et hommes politiques désormais poursuivis pour abus sexuels, ou/et attouchements pluriels sur des collaboratrices professionnelles dont le statut se prête fort bien à des relations frelatées, à l'incidence de confrontations intimes ? La France est désormais devenue le pays où les histoires de mœurs et de féminicides surchargent les tribunaux et au mieux peuplent les prisons (tous ne seront pas incarcérés), remplies de ces ordures ! Honte à nous, Français, ou du moins pour ceux qui se reconnaissent encore en cette identité ! Jean Canal. 11/03/2022. 

A son tour l'Europe se vide de ses cerveaux face aux crises successives depuis une vingtaine d'années. La seule certitude néanmoins qui conforte l'idée que l'Europe demeure une terre de prédilection pour un développement économique relatif au fédéralisme existant cahin-caha, reposerait, en effet, dans les mouvements de populations internes à l'espace Schengen où se multiplient les projets de sauvegarde sociale, dans chaque état frappé des difficultés socio-économiques connues. Nonobstant, la Communauté européenne bénéficie de suffisamment de garantie financière pour faire face aux crises que la guerre actuelle, pénalisant la productivité générale, provoque. La manne essentielle se trouverait dans cette main-d’œuvre bon marché, malléable à souhait qui satisfait les commerces et entreprises de l'agroalimentaire, entre autres, ne requérant point de personnes hautement qualifiées. Seules les hautes technologies exigent des niveaux d'instruction supérieurs à la moyenne, cette dernière étant déjà en deçà des capacités autrefois requises pour prétendre à occuper un poste en lui assurant une parfaite connaissance du travail à effectuer. D'une manière tout à fait péremptoire, c'est un phénomène général. La société a fini par se formaliser sur les emplois du marché du travail. Les compétences suffisent à combler le manque à gagner dans un secteur assigné à sa propre ingénierie, fût-elle de basse qualité ; dès l'instant que le client s'en satisfait, le progrès inscrit son ascension dans un satisfecit reconnu unanimement. A l'étude, ce phénomène est presque imperceptible, et il l'est, dans la mesure que tous les secteurs admettent de concert cette spécificité, de laquelle « on » retirera tous les avantages pour se maintenir à un niveau acceptable de « service à la personne. » Il se caractérise par une globalisation de ses prestations proposées dans un cadre ne relevant d'aucune formalité intellectuelle au sens propre du mot. Les candidats à l'emploi réduisent indéniablement leur fonction en acceptant des activités professionnelles qui peuvent satisfaire leurs besoins du moment ; sans envisager une pérennité de la profession qui en adviendrait, éventuellement. La spécificité en est l'apanage de sauvegarde individuelle qui préserve chacun de la crise sociale ! Réduites au minimum, les exigences professionnelles se contentent des bases qui comblent le manque à gagner dans une société en voie de médiocrité évidente, paradoxalement aux attentes d'un progrès invisible dans un rôle attribué à l'humain ; créant ainsi crises après crises. Jean Canal. 29 mars 2022.

A force de fabriquer des armes, on finit par les utiliser sur des cibles vivantes ; à défaut, on se trouve un ennemi potentiel, auquel il est facile de lui reprocher toutes les responsabilités d'un conflit, au pire d'une guerre... En ayant fait preuve derechef, d'ingérence diplomatique au sein de la géopolitique russe, l'Europe devient le cheval de Troie des Etats-Unis, en panne d'économie mondiale -gaz de schiste à vendre- ! L'addition sera réglée par les populations européennes et russes qui subissent les conséquences des fluctuations économiques de bureaucrates ! Ces peuples sont opposés à cette guerre. Putine ne présente aucune garantie pour une paix !  Jean Canal. 28/02/2022.
Information réseau à lire. Le titre est de la Rédaction. GAZ A VENDRE MADE US
Des réseaux sociaux. No Comment ! Les Etats-Unis envisagent d’interdire les importations de pétrole russe. Une possibilité en discussion avec l’Union européenne. L’Allemagne s’oppose pour sa part à un embargo sur gaz, pétrole et charbon russes. « La menace de sanctions a déjà fait disparaître du marché mondial la quasi-totalité du pétrole russe, soit 7% de l’offre mondiale », souligne Jochen Stanzl, pour CMC Market.
Cesser unilatéralement d'importer du gaz, du pétrole et du charbon de Russie, cela menacerait la paix sociale en Allemagne, selon la ministre allemande de l'Écologie. Pour rappel, l'Allemagne importe de Russie plus de la moitié de son gaz et 42% de son pétrole ainsi que du charbon.
Et il faudra des années pour sortir de cette dépendance.
À Berlin, on ne croit pas à l'efficacité de cette arme contre les Russes. « Nous sommes prêts à payer un prix économique très élevé. Mais si demain, en Allemagne, les lumières s'éteignent, ça ne va pas arrêter les chars ». Voilà comment a réagi la cheffe de la diplomatie allemande
Des sanctions sur les exportations de pétrole russe auraient un effet « ricochet sur les économies » européennes, « diminuant l’offre sur le marché mondial, augmentant les prix pour les industries et rendant encore plus douloureuse la hausse du coût de la vie », détaille Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown. Le Fonds monétaire international (FMI) a de son côté prévenu que les sanctions contre la Russie auraient un « impact substantiel » sur l’économie mondiale et des effets « collatéraux pour d’autres pays ». 9 mars 2022.
LES NON-ALIGNES.               Ceux sont particulièrement les pays qui n'adoptent pas les modèles des deux Grands, plus précisément situés géographiquement à l'Est et à l'Ouest de l'Europe centrale dont fait partie la France. Cette sensibilité politique adviendrait du Général de Gaule qui tenait à cultiver des relations avec le monde, sans pour cela suivre leurs principes politiques (héritage de la seconde guerre mondiale) ! Néanmoins, lorsque les intérêts économiques se présentent, lors d'une occasion utile à la nation, la règle peut être entravée de sorte à favoriser l'évolution économique du pays et quelquefois, dans des conflits économico politiques de circonstance, sauvegarder des relations géopolitiques, fort utiles en cas de disputes intra relationnelles entre d'éventuels belligérants, animés de velléités absconses ! Cela se définit par de la diplomatie habilement cultivée dans les démocraties, seulement. Et au cas où votre épouse manquerait de gaz pour cuisiner, si tant est que l'on cuisine encore, le pays devra impérativement rechercher un partenaire de circonstance, lequel proposera du gaz le moins cher sur le marché, selon les lois du libéralisme en vigueur, pratiqué outrancièrement par ceux qui l'on édifié ! et cela quand bien même ce gaz serait issu des exploitations minières de Schiste, condamnées par le pays demandeur qui en refuse l'exploitation sur son propre sol (en affaire, comme en politique, seuls les résultats comptent).
                Ainsi, toutes les situations normales peuvent devenir anormales si l'un des deux pays considère qu'elle se doit de l'être pour le bien unique des propres intérêts nationaux d'un état. On en avait beaucoup appris avec la Chine qui ne s'embarrassait point de faux principes en annexant les états qu'elle considérait être sa propriété (c'est fou comme la démagogie peut faire perdre la tête à certains dirigeants). Dans certains cas, les contestations de la Communauté internationale se manifestent du bout des lèvres en grondant les plus mauvais élèves d'une classe dépariée constituant l'ensemble des nations ! Evidemment, certains n'en font qu'à leur tête, appliquant leurs lois strictes sans entendre les admonestations des contestataires. C'est à quelques événements près que l'humanité s'est formée au cours des siècles écoulés. Lorsque un état européen mourait d'envie d'occuper un territoire africain, eh bien, il le colonisait sans en aviser le propriétaire qui devant les faits accomplis ne pouvait refuser la conquête de son pays, à des fins toutes civilisatrices, évidemment ! En deux milles ans, il semblerait que personne n'ait encore trouvé sa place définitive sur la planète et que le besoin d'aller emmerder les autres reste un désir imminent, inhérent aux propensions de l'homme d'aller ennuyer son voisin ; la même caractéristique existe à l'échelle sociale, au sein des microcosme sociétaux, très représentatifs d'ailleurs de la barbarie civilisatrice des peuples ! Les stéréotypes véhiculés au cœur des cités modernes sans cesse renouvelées par des concepts esthétiques, tentent vainement de répondre au schémas conceptuels des villes contrôlées par des caméras impuissantes à ce phénomène psychologique ! Un problème de fond demeure, celui de la gestion des populations qui véhémentement revendique plus d'équité dans le partage des richesses qui appauvrissent le monde. Au regard de l'histoire universelle, les erreurs d'hier se répètent avec quelques variantes, cependant. Pour lors, personne ne souhaite réellement détruire ce qu'il a construit, de crainte de perdre définitivement toutes ses richesses. Jean Canal. 23/02/2022.

ENCORE UNE GUERRE EN EUROPE. L'entre deux ou une position géopolitique à risque. Ce serait la position très inconfortable des états européens situés dans une zone tampon entre la Russie et l'Amérique. L'Otan serait donc le prétexte à l'annexion économique de l'Ukraine par l'Europe ? Fragiliser Poutine eût été la volonté non pas de l'Europe, mais des États-Unis qui pressentent que le Vieux continent se détache de leur alliance historique, en matière économique ? Poutine redoute justement ce genre de proximité militaire aux franges des frontières russes dont l'Ukraine par sa culture fut la conquête provinciale !? Autant de questions qui peuvent facilement créer un imbroglio diplomatique comme il est désormais constaté, outre Atlantique. Pour l'instant, nous en sommes aux intimidations russes qui déploient un potentiel de force que l'Europe unie ne pourrait égaler, en matière de matériel insuffisant. Quant aux États-Unis, il faut reconnaître que leur stratégie du cheval de Troie, sous forme inclusive, est à nouveau bien jouée comme par effet de sous-marins infiltré légitimement sous la férule de L'OTAN ! Pour une fois que l'Allemagne ne veut pas la guerre, ce serait dommage de louper cette occasion de paix à laquelle les russes aspirent, après une relance économique lente à venir et surtout à maintenir hors de l'eau de la concurrence mondiale (les chinois ne sont pas très loin de cette crise qu'ils observent indolemment, attendant le moment d'intervenir contre leur ennemi historique). D'aucuns croient que de telles crises internationales arrivant au paroxysme de leur conflit, relanceront l'économie de marché. Nous ne sommes plus à l'aire des Trente Glorieuse dont l'Europe bénéficia, en un commun accord américain, pour se reconstruire. Il y a derrière tout ce maladroit stratège des facteurs inhérents à notre système consumériste, trop souvent mésestimés par ceux qui ont intérêt à en masquer la sinistre réalité ! Jean Canal. 01/02/2022.

UN VACCIN indomptable !

LE PASS VACCINAL reconnu comme un acte de sécurité sanitaire. Adoptée par l'Assemblée nationale, le 16 janvier, le texte qui légifère l'adoption de l'obligation de présenter un pass vaccinal pour toutes les démarches à caractère public & privé, fut majoritairement reconnu impérieux. Malgré une écrasante majorité favorable à cette initiative, une frange de la gauche contexte cette décision considérée comme inique dans la mesure où elle priverait le citoyen de sa liberté individuelle, le condamnant ainsi à l'exclusion de l'espace public. En tenant compte de son adoption définitive, il est donc évident que les non-vaccinés ne fournissant pas de justificatif médical attestant de la non dangerosité de leur santé, seront effectivement exclus du système consumériste épistémologique, englobant les lieux les plus anodins des villes. Cette initiative qui est favorable à une écologie qui peine à s'épanouir, par manque d'une volonté politique, permet de scinder la société en deux pôles très distincts par ceux qui aspirent à en sauver ce qui peut encore l'être et les autres se contentant des alternatives proposées par le pouvoir. Paradoxalement, les contaminés qui se sont vaccinés à plusieurs reprises représentent en fait des dangers potentiels de viralité contagieuse, en instance de développement du virus ultérieurement contracté...dont ils portent les gênes en gestation. Donc, les personnes saines dans cette société sont celles qui n'ont jamais été contaminées, se tenant à l'écart de la masse impactée (pour une fois que dans son histoire, la Masse admet tous les genres sociétaux, incluant la hiérarchie des classes sociales, il faut saluer cet événement comme un fait historique) ! Le vivre ensemble exige de chacun un comportement responsable envers autrui donc, sans priver l'autre de pouvoir disposer de lui-même en respectant, cependant cette volonté générale de pouvoir disposer de sa personne sans nuire à l'individualité de l'autre qui se doit de se conformer à ce que la société autorise ! Bref ! Ce qui paraît compliqué ne l'est pas.  Jean Canal. 16/01/2022. 19H 30mn.

LE DERNIER NE DU LIBRE ECHANGE : un tiers du PIB mondial. Un coup de couteau planté dans le dos des européens & des américains (plutôt un pied de nez aux leadeurs du marché mondial). Et l'Afrique ? L'Afrique n'existe pas sur le marché mondial. L'économie prend un second souffle, inhumant la vieille Europe en peine de se réinventer après 20 ans d'existence ; un âge pourtant juvénile qui eût laissé présager que le vieux continent, ayant, autrefois, brassé des valeurs universelles, -le faisceau des Lumières éclaira les ombres diffuses de ces anciens régimes devenant obsolètes-, se retrouve désormais isolé économiquement ! Le vieux continent, aux cultures industrielles anciennes, semble usé, en manque de synergies renouvelables. C'est l'occasion de songer à l'avenir de la Nouvelle Calédonie dont la situation géographique dépendra inexorablement des fluctuations commerciales de ses voisins (Australie, Nouvelle Zélande proches, eux-mêmes impactés par ces échanges commerciaux). La question ne se posera plus de savoir quels partenaires les calédoniens choisiront, aux prochaines convocations aux urnes de l'indépendance !  La Chine sera parmi les élus en lice qui présenteront des garanties économiques pour un état en perdition auquel sera enfin permis de renaître de son passé. Les alliances, comme nous le démontra l'Histoire, qui pis est européenne, naissent d'intérêts communs. Nous allons donc, en Europe, apprendre à fermer nos gueules face à un Pouvoir économique étranger qui risquerait de faire la pluie et le beau temps dans l'espace Schengen, puisque libéré des contraintes douanières qui sont pratiquées en Europe et aux Etats Unis. Comment vont réagir les Anglais ? Tout simplement en contractant des échanges avec ce nouveau concurrent mondial dont ils ont déjà une place historique, par le Commonwealth ! L'idée saugrenue d'avoir voulu répondre favorablement aux doléances ukrainiennes, priée de rejoindre l'OTAN, fissure dangereusement nos relations avec la Russie dont le partenariat économique alimente nos énergies non renouvelables -une telle erreur de "culture européenne" risque de coûter chère aux européens...*    *A vouloir être présent partout, on finit par être nulle part... LIEN. Jean Canal. 2 janvier 2022.

La Chine et l'Australie ou bien la Chine contre l'Australie. Le premier conflit mondial fondé sur des contentieux commerciaux sera t-il à l'origine d'une concession entre les deux pays, dont les accords en stipulent des clauses. Il s'agit d'une guerre commerciale en camouflé d'un conflit identitaire : celui de la reconnaissance chinoise sur le plan international. L'Afrique impactée par une large présence du marché chinois, les continents qui aspirent à "bénéficier" des offres alléchantes des crédits chinois, seront confrontés à la puissante idéologie de cet état ! Les alliances n'ont guère de préjugé, lorsqu'il s'agit d'établir son entité étatique en des endroits bien placés sur l'échiquier mondial de l'économie. On peut même écrire que l'Afrique prise dans sa globalité des états qui la composent, accroit sa dépendance aux souverains du monde des finances, désormais orchestré par les plus grands. Et avec le durcissement des relations entre l'Europe et la Russie, le contexte risque de s'envenimer sur le plan international. Jean Canal. Revu et corrigé le 10 janvier 2022.

La Page

Vers quelle direction regarde la Nouvelle Calédonie des indépendantistes, revendiquant une indépendance entière, sans la France. La Chine qui fait les yeux doux aux révolutionnaires, combattant toujours cet impérialisme français, convoite cet îlot situé non loin de ses côtes et dont le point stratégique en Océan pacifique conviendrait fort amplement à l'implantation d'une base militaire redoutable pour la présence des occidentaux en ces eaux. Les Calédoniens, eux, toutes tendances confondues dans la mixité sociale, aspirent majoritairement à demeurer sous l'égide française qui leur assure des revenus non négligeables, ainsi qu'une protection militaire répondant aux critères du contexte ; d'autant plus quand on connaît les méthodes chinoises appliquées en Afrique ! En échos à la Guadeloupe et quelques îles des caraïbes, lesquelles tendent à rester françaises, avec les avantages d'une autonomie, la Nouvelle Calédonie manifeste sa volonté de débattre ouvertement du sujet devant les urnes qui doivent se prononcer pour la troisième fois. Pressentant que le vent à tourner pour les indépendantistes, ces derniers jouent la carte de la contestation, en refusant de se rendre aux urnes pour exprimer leur volonté de se séparer de la France, en un vote minoritaire qui réfuterait leur option ! Evoquant une mainmise par la France sur les urnes, ils refusent d'y participer, invectivant en alternative une assignation de la France devant les Nations Unis. Stratégie déloyale donc qui ne plaide point en la faveur des perdants au cœur même de la démocratie qui leur garantit la transparence de la souveraineté nationale des calédoniens. Il est évident que les indépendantistes, depuis 1986, tentent de (re)prendre le territoire devenu français, sans grand projet économique de relance, si ce n'est la méthode chinoise qui a gangrené l'Afrique ! Jusqu'au Cameroun où les chinois occupent, en traversant la Corne de l'Afrique (Djibouti et Ethiopie), le marché de l'urbanisation des sites géostratégiques, étant devenu la proie de la politique chinoise consistant à pousser des pions sur un vaste échiquier conquérant les places fortes de la planète. On comprend les inquiétudes des américaines qui redoublent de vigilance en cet endroit très convoité, en ayant contracté des affinités avec les Australiens, en leur construisant plusieurs sou marins. Une espèce de guerre froide, aux accents économiques donc s'immisce dans les affaires étrangères, moyennant des processus légitimés par les lois du marché que les occidentaux crurent trop longtemps pouvoir être les seuls à maitriser ! N'est-ce pas en Chine que l'Europe fait fabriquer la moitié de ses produits manufacturés, estampillés "Made in China." La surprise que l'avenir réserve aux Nations, quelles soient unis ou bien dans la désunion, sera celle issue des résultats d'un chamboulement climatique aux conséquences inattendues !  Jean Canal. 10/12/2021.


Le Déclin de l'Occident : une thèse entretenue depuis plus d'un siècle. Le Monde diplomatique du mois de novembre, nous en donne une idée qui pousse cette thèse vers les extrémités de la politique cultivée aujourd'hui, sur ce sujet. Une façon d'entretenir la peur contre un bouc émissaire déterminé selon les conjonctures. Ici, l'anthropocène sert de pis-aller, une espèce de responsable nous englobant tous dans son accusation martiale : un procès inéquitable en ressort d'ailleurs, si l'on prête l'oreille aux orateurs spécialisés en la matière. Et pourtant, beaucoup le pensent et le vivent mal ; nostalgiques du passé, ces majorités pensantes des civilisations modernes auxquelles les peuples ont contribué activement, en agissant au quotidien pour sa destruction programmée par notre progrès, sont mises au pied du mur : acculées à sa limite infranchissable. Et à l'échelle du présent, le constat est désolant, en effet. Moins d'enfants à naître pour les années à venir : les femmes ne veulent plus être des vaches à lait nourricières d'enfants succédant aux enfants (2 au maximum et plus chez les plus aisés). Même les civilisations procréatrices stoppent le projet de multiplier les naissances au sein de leurs foyers. Afrique y compris ! On sent que l'avenir de 2050 nous réserve des surprises dont nous risquons fort d'en retenir l'expérience... A lire cet article, page 19 qui en fait synthétise ce que nous pressentons. Jean Canal. En direct du pays de Salon de Provence. 4H 23mn. 8 novembre 2021.

Al-Pouessi, alias Modeste Testas, esclave du XVIII° siècle. Elle est devenue la mémoire de l'esclavagisme africain. Aux origines éthiopiennes, de surcroît belle de nature, elle deviendra captive des frères Testas, vendue par ses oncles... Jusqu'au XIX° siècle les femmes se vendaient en Ethiopie, plus particulièrement, pour une condition de vie autre que la leur. Dans le cas de Al-Pouessi, c'est un véritable viol de l'identité humaine. Ayant gommé son entité africaine, "ses maîtres" se l'approprient !  Une mémoire contre un crime de l'humanité. La statue présente sur le quai de Bordeaux regarde par dessus les eaux, au loin, comme si elle regrettait les terres de ses origines. Il ne peut y avoir pire peine que la privation de liberté, quand on est innocent. Affranchie lors de l'insurrection de Haïti, elle séjournera à Saint Domingue, jusqu'à sa mort à 105 ans.

LA TRADITION DES LUMIERES. La mise en accusation de l'héritage des Lumières. L'anti judaïsme de Voltaire, en un contexte qui se prêtait fort bien à la défense des idées chrétiennes, sous un régime qui ne reconnaissait aucune autre identité que la sienne. Pourtant, l'affaire calas, c'est ce grand philosophe mais pas que, hélas !, pour les voltairiens... Les épigones de la monarchie reniant les acquis de 1789, remettent donc en cause les valeurs des Lumières. Une tendance anti-Lumières de gauche qui porte atteinte à l'esprit de ce courant politique usé, éculé par l'abus qui fut fait de son emploi désorienté ! Ayant misé aveuglément sur les bienfaits humains du progrès, ce dernier élément de la construction de la modernité sociale, s'avère présenter désormais des carences dans son exploitation. Le constat est non seulement évident, mais atteste d'une orientation opposée à l'idée que Diderot, Condorcet et Consorts avaient, en leur temps, émise dans le dessein noble de libérer les peuples de leur servitude, par l'acquisition du savoir et de la connaissance. Voltaire en retint l'abolition de la liberté pour les Noirs esclavagés (un détail de fond qui ne manque toujours pas de ranimer les esprit belliqueux sur la question éternelle du racisme) ! Un argument en fait qui autorise de déboulonner des statuts, débaptiser des lieux et censurer des textes et images ! Une espèce de retour à une dictature de la pensée s'insinue dans les esprits les moins éclairés, effectivement. Qui sont-ils donc ceux et celles qui revendiquent le droit d'en disputer la paternité ? Quelques penseurs, intellectualisés en circonstance, lesquels reprochent l’obscurantisme des Lumières, ayant intentionnellement plongé le XX° siècle notamment, dans un optimisme progressiste qui s'avère aujourd'hui un échec, au regard d'un libéralisme devenu liberticide. L'aire de la catastrophe écologique, au vu d'une actualité qui se fait en partie l'écho des réels dangers qui guettent les sociétés planétaires, cet aire tire un bilan éblouissant des erreurs industrielles perpétrées au cours de plus d'un demi siècle, et dont les sociétés payent très fort, aujourd'hui, les erreurs d'interprétation. En fait, il faut des responsables, et autant piocher chez ceux qui ont osé, en leur époque, offenser le Roi que le peuple fit guillotiner par ceux qui le furent à leur tour, par ce même peuple ! Les Lumières annoncèrent l'égalité et la liberté pour tous, laissant loisible aux peuples d'en disposer à bon escient. La question qui conclut cet article poserait plutôt le problème de savoir si le peuple fut et est toujours responsable de ses choix électoraux ? Jean Canal. 15 août 2021. 13H 29MN.

La Page s'intéresse à la politique intérieure de la France, et pas que, en ceci que les élections présidentielles de 2022, en juin précisément, attisent des convoitises, légitimes certes, mais qui provoquent des controverses entre les principaux candidats représentant idéologiquement un parti politique officiel, voire historique, dont la mouvance souffre de dissidences au sein même des partis concernés. On voit apparaître des anciens de la politique faire part de leur volonté de se présenter aux élections. Soit !

De nouvelles figures, par contre, semblent convenir pour cet exercice, là où d'autres ne font que récupérer une conjoncture politiquement favorable aux nouvelles tendances. La politique en France ne dépend plus de personnes chevronnées dans un domaine aux concisions aiguës, appartenant aux vieux idéaux du XX° siècle ; c'est ce que Emmanuel Macron, l'actuel Président de la République, ayant pressenti une opportunité de s'ériger au-dessus des perdants annoncés, s'était efforcé de réaliser, tout en cultivant les formes diverses d'un ultralibéralisme d'actualité, s’évertuant de répondre aux exigences de la mondialisation, dans laquelle chaque état est enchevêtré ! La Page

Extrait de la Revue esprit juillet-août. "L'immatérialité de l'information"...la libération de l’information de son ancrage matériel passe par la forme algorithmique et, comme si cela ne suffisait pas, les algorithmes « poussent les humains hors du marché du travail, la richesse et le pouvoir pourraient être concentrés dans les mains de la minuscule élite qui possède les algorithmes tout-puissants, créant une inégalité sociale et politique sans précédent ». Le xxie siècle verra l’émergence d’une sous-classe inutile. « Cette “classe inutile” ne sera pas simplement sans emploi, elle sera inemployable. » Les algorithmes informatiques pourraient devenir si performants qu’ils seraient susceptibles de devenir des personnes juridiques, et de posséder eux-mêmes des entreprises. Il va sans dire que les avancées de cette technologie sont pensées comme inéluctables."

Les peuples n'ont eu cesse de se lever au cours de l'histoire de leur patrie. Ils ont fini par obtenir, souvent péniblement et quelquefois dans le sang, satisfaction dans les revendications qu'ils formulèrent. La France a commencé en 1789 et continue de corriger les déviances du pouvoir. Aujourd'hui, le vaccin contre un, plusieurs virus prévisibles, fait l'objet de polémiques concernant la liberté de disposer de son corps ! Ce n'est point le vaccin dans son fond qui est remis en cause, mais son efficacité et les doutes légitimes sur des synthèses pharmaceutiques trop vite élaborées pour anéantir un virus qui semble résister. Les effets secondaires sont redoutées de la part d'une population qui de fait émet un avis, certes véhément, dubitatif sur cette rapidité à concevoir un « palliatif » qui exige des mois d'études. Il est bien évident que si un vaccin équivalent à celui de la poliomyélite est élaboré, aucun avis contraire viendrait le contre indiquer pour le salut de la population entière. Et là, alors seraient considérés comme absurde de ne point l'injecter au nom de la sauvegarde de l'humanité. Jean Canal. 13 août 2021. 1H 10MN.  Le rapport du GIEC dont tous les médias officiels s'évertuent d'en déduire une explication moyenne, peut et doit être considéré comme un ultimatum pour les Politiques. La dernière chance pour limiter les catastrophes. Les populations ne semblent pas animés de combattivité à l'encontre de ceux qui détiennent le pouvoir de résolution. Il y a comme une acceptation de notre destin inéluctable. D'ailleurs, les écolos ne font pas de fortes  recettes aux élections. Ou alors, d'aucuns ne crient pas à une fin désastreuse. Personne n'a évoqué une fin du monde proche ; excepté quelques illuminés, allumés que l'on retrouve sur les réseaux sociaux. Il suffira de patienter et constater tout ce qui fut déjà dit et expliqué, quarante années en arrière.  Jean Canal. En direct de Foix, Ariège. 13 août 2021.

Extrait de la Revue esprit juillet-août. "L'immatérialité de l'information"...la libération de l’information de son ancrage matériel passe par la forme algorithmique et, comme si cela ne suffisait pas, les algorithmes « poussent les humains hors du marché du travail, la richesse et le pouvoir pourraient être concentrés dans les mains de la minuscule élite qui possède les algorithmes tout-puissants, créant une inégalité sociale et politique sans précédent ». Le xxie siècle verra l’émergence d’une sous-classe inutile. « Cette “classe inutile” ne sera pas simplement sans emploi, elle sera inemployable. » Les algorithmes informatiques pourraient devenir si performants qu’ils seraient susceptibles de devenir des personnes juridiques, et de posséder eux-mêmes des entreprises. Il va sans dire que les avancées de cette technologie sont pensées comme inéluctables."

PREAMBULE A LA REFLEXION. Aristote s'était essayé, avec une certaine réussite, dans cette controverse qui persiste véhémentement, encore aujourd'hui, entre la pratique du paralogisme et du sophisme. Quand bien même parvint-il à distinguer le premier du second auquel on prête souvent une esprit fallacieux aux tendances trompeuses, le premier demeure paradoxalement plus à l'usage, comme le négationnisme ayant tout de même perdu de sa persuasion avec l'usure. Lire la suite. Jean Canal. 17 juillet 2021. 4H 45MN. Pays d'Aix. Provence.

 Justement, il n'y a plus d'ordre médiatique. Dans cette cacophonie d'informations, soumises à l'avis des acteurs de plates-formes numériques audiovisuelles tournant en boucle, l'actualité devient le média de masse qui influe sur les opinions, sans vraiment en dégager un esprit critique ! Les médias ne sont plus en crise, ils s'inscrivent désormais dans le pluralisme de la médiation journalistique qui s'exprime au moindre clic ! Twitter en est le premier à relater l'actualité, au moment où elle se produit ! Ultra rapide, l'info sursoit de l'actualité de sorte à en débouter les principaux journaux, quelque peu galvaudés dans la forme des idées, selon l'appartenance idéologique du média. Lire la suite Jean Canal. 29 mars 2021. 

La Gnose occupe-t-elle encore, aujourd'hui, l'esprit des penseurs qui en espèrent le salut éternel, pour l'humanité ?   Lire la suite.          L'atteinte aux libertés n'avait jamais : Jean Canal. Lire la suite Cancel Culture          Nous sommes définitivement entrés dans une époque Lire la suite. Jean Canal. 25/02/2021. La convergence des opinions : Lire la suite. Jean Canal. 21/02/2021.                   Heureux soit-il celui qui manifeste une intelligence : Jean Canal. 3 février 2021. LIRE LA SUITE LE CAPITALISME GLOBALISE.  LIRE LA SUITE. Jean Canal. 20/02/2021. LES TEMPS QUI VIENNENT :  A lire donc en ligne. Jean Canal. 29/01/2021. Suite de l'article. Les spéculateurs de la crise et du chaos : LIRE LA SUITE. Jean Canal ; bien sûr. 5/02/2021.