La Page

By | 1 décembre 2021

La Page

Le Déclin de l'Occident : une thèse entretenue depuis plus d'un siècle. Le Monde diplomatique du mois de novembre, nous en donne une idée qui pousse cette thèse vers les extrémités de la politique cultivée aujourd'hui, sur ce sujet. Une façon d'entretenir la peur contre un bouc émissaire déterminé selon les conjonctures. Ici, l'anthropocène sert de pis-aller, une espèce de responsable nous englobant tous dans son accusation martiale : un procès inéquitable en ressort d'ailleurs, si l'on prête l'oreille aux orateurs spécialisés en la matière. Et pourtant, beaucoup le pensent et le vivent mal ; nostalgiques du passé, ces majorités pensantes des civilisations modernes auxquelles les peuples ont contribué activement, en agissant au quotidien pour sa destruction programmée par notre progrès, sont mises au pied du mur : acculées à sa limite infranchissable. Et à l'échelle du présent, le constat est désolant, en effet. Moins d'enfants à naître pour les années à venir : les femmes ne veulent plus être des vaches à lait nourricières d'enfants succédant aux enfants (2 au maximum et plus chez les plus aisés). Même les civilisations procréatrices stoppent le projet de multiplier les naissances au sein de leurs foyers. Afrique y compris ! On sent que l'avenir de 2050 nous réserve des surprises dont nous risquons fort d'en retenir l'expérience... A lire cet article, page 19 qui en fait synthétise ce que nous pressentons. Jean Canal. En direct du pays de Salon de Provence. 4H 23mn. 8 novembre 2021.

Al-Pouessi, alias Modeste Testas, esclave du XVIII° siècle. Elle est devenue la mémoire de l'esclavagisme africain. Aux origines éthiopiennes, de surcroît belle de nature, elle deviendra captive des frères Testas, vendue par ses oncles... Jusqu'au XIX° siècle les femmes se vendaient en Ethiopie, plus particulièrement, pour une condition de vie autre que la leur. Dans le cas de Al-Pouessi, c'est un véritable viol de l'identité humaine. Ayant gommé son entité africaine, "ses maîtres" se l'approprient !  Une mémoire contre un crime de l'humanité. La statue présente sur le quai de Bordeaux regarde par dessus les eaux, au loin, comme si elle regrettait les terres de ses origines. Il ne peut y avoir pire peine que la privation de liberté, quand on est innocent. Affranchie lors de l'insurrection de Haïti, elle séjournera à Saint Domingue, jusqu'à sa mort à 105 ans.

LA TRADITION DES LUMIERES. La mise en accusation de l'héritage des Lumières. L'anti judaïsme de Voltaire, en un contexte qui se prêtait fort bien à la défense des idées chrétiennes, sous un régime qui ne reconnaissait aucune autre identité que la sienne. Pourtant, l'affaire calas, c'est ce grand philosophe mais pas que, hélas !, pour les voltairiens... Les épigones de la monarchie reniant les acquis de 1789, remettent donc en cause les valeurs des Lumières. Une tendance anti-Lumières de gauche qui porte atteinte à l'esprit de ce courant politique usé, éculé par l'abus qui fut fait de son emploi désorienté ! Ayant misé aveuglément sur les bienfaits humains du progrès, ce dernier élément de la construction de la modernité sociale, s'avère présenter désormais des carences dans son exploitation. Le constat est non seulement évident, mais atteste d'une orientation opposée à l'idée que Diderot, Condorcet et Consorts avaient, en leur temps, émise dans le dessein noble de libérer les peuples de leur servitude, par l'acquisition du savoir et de la connaissance. Voltaire en retint l'abolition de la liberté pour les Noirs esclavagés (un détail de fond qui ne manque toujours pas de ranimer les esprit belliqueux sur la question éternelle du racisme) ! Un argument en fait qui autorise de déboulonner des statuts, débaptiser des lieux et censurer des textes et images ! Une espèce de retour à une dictature de la pensée s'insinue dans les esprits les moins éclairés, effectivement. Qui sont-ils donc ceux et celles qui revendiquent le droit d'en disputer la paternité ? Quelques penseurs, intellectualisés en circonstance, lesquels reprochent l’obscurantisme des Lumières, ayant intentionnellement plongé le XX° siècle notamment, dans un optimisme progressiste qui s'avère aujourd'hui un échec, au regard d'un libéralisme devenu liberticide. L'aire de la catastrophe écologique, au vu d'une actualité qui se fait en partie l'écho des réels dangers qui guettent les sociétés planétaires, cet aire tire un bilan éblouissant des erreurs industrielles perpétrées au cours de plus d'un demi siècle, et dont les sociétés payent très fort, aujourd'hui, les erreurs d'interprétation. En fait, il faut des responsables, et autant piocher chez ceux qui ont osé, en leur époque, offenser le Roi que le peuple fit guillotiner par ceux qui le furent à leur tour, par ce même peuple ! Les Lumières annoncèrent l'égalité et la liberté pour tous, laissant loisible aux peuples d'en disposer à bon escient. La question qui conclut cet article poserait plutôt le problème de savoir si le peuple fut et est toujours responsable de ses choix électoraux ? Jean Canal. 15 août 2021. 13H 29MN.

La Page s'intéresse à la politique intérieure de la France, et pas que, en ceci que les élections présidentielles de 2022, en juin précisément, attisent des convoitises, légitimes certes, mais qui provoquent des controverses entre les principaux candidats représentant idéologiquement un parti politique officiel, voire historique, dont la mouvance souffre de dissidences au sein même des partis concernés. On voit apparaître des anciens de la politique faire part de leur volonté de se présenter aux élections. Soit !

De nouvelles figures, par contre, semblent convenir pour cet exercice, là où d'autres ne font que récupérer une conjoncture politiquement favorable aux nouvelles tendances. La politique en France ne dépend plus de personnes chevronnées dans un domaine aux concisions aiguës, appartenant aux vieux idéaux du XX° siècle ; c'est ce que Emmanuel Macron, l'actuel Président de la République, ayant pressenti une opportunité de s'ériger au-dessus des perdants annoncés, s'était efforcé de réaliser, tout en cultivant les formes diverses d'un ultralibéralisme d'actualité, s’évertuant de répondre aux exigences de la mondialisation, dans laquelle chaque état est enchevêtré ! La Page

Extrait de la Revue esprit juillet-août. "L'immatérialité de l'information"...la libération de l’information de son ancrage matériel passe par la forme algorithmique et, comme si cela ne suffisait pas, les algorithmes « poussent les humains hors du marché du travail, la richesse et le pouvoir pourraient être concentrés dans les mains de la minuscule élite qui possède les algorithmes tout-puissants, créant une inégalité sociale et politique sans précédent ». Le xxie siècle verra l’émergence d’une sous-classe inutile. « Cette “classe inutile” ne sera pas simplement sans emploi, elle sera inemployable. » Les algorithmes informatiques pourraient devenir si performants qu’ils seraient susceptibles de devenir des personnes juridiques, et de posséder eux-mêmes des entreprises. Il va sans dire que les avancées de cette technologie sont pensées comme inéluctables."

Les peuples n'ont eu cesse de se lever au cours de l'histoire de leur patrie. Ils ont fini par obtenir, souvent péniblement et quelquefois dans le sang, satisfaction dans les revendications qu'ils formulèrent. La France a commencé en 1789 et continue de corriger les déviances du pouvoir. Aujourd'hui, le vaccin contre un, plusieurs virus prévisibles, fait l'objet de polémiques concernant la liberté de disposer de son corps ! Ce n'est point le vaccin dans son fond qui est remis en cause, mais son efficacité et les doutes légitimes sur des synthèses pharmaceutiques trop vite élaborées pour anéantir un virus qui semble résister. Les effets secondaires sont redoutées de la part d'une population qui de fait émet un avis, certes véhément, dubitatif sur cette rapidité à concevoir un « palliatif » qui exige des mois d'études. Il est bien évident que si un vaccin équivalent à celui de la poliomyélite est élaboré, aucun avis contraire viendrait le contre indiquer pour le salut de la population entière. Et là, alors seraient considérés comme absurde de ne point l'injecter au nom de la sauvegarde de l'humanité. Jean Canal. 13 août 2021. 1H 10MN.  Le rapport du GIEC dont tous les médias officiels s'évertuent d'en déduire une explication moyenne, peut et doit être considéré comme un ultimatum pour les Politiques. La dernière chance pour limiter les catastrophes. Les populations ne semblent pas animés de combattivité à l'encontre de ceux qui détiennent le pouvoir de résolution. Il y a comme une acceptation de notre destin inéluctable. D'ailleurs, les écolos ne font pas de fortes  recettes aux élections. Ou alors, d'aucuns ne crient pas à une fin désastreuse. Personne n'a évoqué une fin du monde proche ; excepté quelques illuminés, allumés que l'on retrouve sur les réseaux sociaux. Il suffira de patienter et constater tout ce qui fut déjà dit et expliqué, quarante années en arrière.  Jean Canal. En direct de Foix, Ariège. 13 août 2021.

Extrait de la Revue esprit juillet-août. "L'immatérialité de l'information"...la libération de l’information de son ancrage matériel passe par la forme algorithmique et, comme si cela ne suffisait pas, les algorithmes « poussent les humains hors du marché du travail, la richesse et le pouvoir pourraient être concentrés dans les mains de la minuscule élite qui possède les algorithmes tout-puissants, créant une inégalité sociale et politique sans précédent ». Le xxie siècle verra l’émergence d’une sous-classe inutile. « Cette “classe inutile” ne sera pas simplement sans emploi, elle sera inemployable. » Les algorithmes informatiques pourraient devenir si performants qu’ils seraient susceptibles de devenir des personnes juridiques, et de posséder eux-mêmes des entreprises. Il va sans dire que les avancées de cette technologie sont pensées comme inéluctables."

PREAMBULE A LA REFLEXION. Aristote s'était essayé, avec une certaine réussite, dans cette controverse qui persiste véhémentement, encore aujourd'hui, entre la pratique du paralogisme et du sophisme. Quand bien même parvint-il à distinguer le premier du second auquel on prête souvent une esprit fallacieux aux tendances trompeuses, le premier demeure paradoxalement plus à l'usage, comme le négationnisme ayant tout de même perdu de sa persuasion avec l'usure. Lire la suite. Jean Canal. 17 juillet 2021. 4H 45MN. Pays d'Aix. Provence.

 Justement, il n'y a plus d'ordre médiatique. Dans cette cacophonie d'informations, soumises à l'avis des acteurs de plates-formes numériques audiovisuelles tournant en boucle, l'actualité devient le média de masse qui influe sur les opinions, sans vraiment en dégager un esprit critique ! Les médias ne sont plus en crise, ils s'inscrivent désormais dans le pluralisme de la médiation journalistique qui s'exprime au moindre clic ! Twitter en est le premier à relater l'actualité, au moment où elle se produit ! Ultra rapide, l'info sursoit de l'actualité de sorte à en débouter les principaux journaux, quelque peu galvaudés dans la forme des idées, selon l'appartenance idéologique du média. Lire la suite Jean Canal. 29 mars 2021. 

La Gnose occupe-t-elle encore, aujourd'hui, l'esprit des penseurs qui en espèrent le salut éternel, pour l'humanité ?   Lire la suite.          L'atteinte aux libertés n'avait jamais : Jean Canal. Lire la suite Cancel Culture          Nous sommes définitivement entrés dans une époque Lire la suite. Jean Canal. 25/02/2021. La convergence des opinions : Lire la suite. Jean Canal. 21/02/2021.                   Heureux soit-il celui qui manifeste une intelligence : Jean Canal. 3 février 2021. LIRE LA SUITE LE CAPITALISME GLOBALISE.  LIRE LA SUITE. Jean Canal. 20/02/2021. LES TEMPS QUI VIENNENT :  A lire donc en ligne. Jean Canal. 29/01/2021. Suite de l'article. Les spéculateurs de la crise et du chaos : LIRE LA SUITE. Jean Canal ; bien sûr. 5/02/2021.