L’EDITO

By | septembre 22, 2018
Spread the love

L'EDITO. 

On est en droit et, en envisageant la chose sous l'aspect de l'éthique, ce serait même un devoir, au demeurant une obligation morale, de reconnaître dans le contexte actuel les conséquences de l'assujettissement idéologique auquel les peuples furent maintenus durant la totalité du XX° siècle. Une impression d'illusion propre aux idéologies politiques qui ont couru au sein des nations notamment dépendantes du colonialisme, a perduré suffisamment longtemps pour éprouver l'ampleur de leur politique encore tangible aujourd'hui, dans ces mêmes sociétés qui aspirent, désormais, à rejoindre le modèle démocratique appliqué par les états occidentaux ! L'adoption des préceptes en question s'est insinuée de façon conventionnelle dans des états qui ont cependant réussi à concilier des politiques opposés sous l'égide démocratique. Le Printemps arabe en fut une expérience qui se développe toujours dans des pays exerçant une oligarchie étatique modérée. Ponctué de phases sociologiques relatives aux sociétés occidentales qui accusent, aujourd'hui une défaite civilisationnelle imputée à l'effondrement des valeurs historiques de notre histoire contemporaine, les pays entrés dans le giron de la démocratie subissent les conséquences sociologiques de cette adaptation ! L'Afrique particulièrement où l'aliénation occidentale garantit encore leur existence. Il ne s'agit point de néo-colonialiste, comme il fut analysé dans les années soixante-dix et passim ; mais une mondialisation civilisatrice du capitalisme social ! Évidemment, rien en apparence, si ce n'est d’alarmantes annonces de situations géopolitiques conflictuelles, ne peut laisser augurer d'une crise effectivement majeure dans les relations internationales entre les peuples précisément. L'appétence économique de chaque état situé dans la zone Afrique, donc, du Nord au Sud de ce continent, est grande face aux ressources humaines convoitées par les pays maîtres dans les marchés ; et cela quand bien même eussions-nous cru à un inversement de la tendance favorable à leur profit. Imbriquées dans un processus de marché, ils subissent les conséquences des spéculations économiques dont ils ont revendiqué les bienfaits. La présence de la Chine dans l'aménagement des territoires, que ce soit en Algérie ou bien à Djibouti traduit une espèce de dépendance économique que le marché justifie par sa présence planétaire en des pays en panne de main d’œuvre territoriale appliquée. Déclinées au prorata de leur évolution, les dites sociétés organisent leur nouveau mode de vie en collectivité sociétale, selon des schémas calqués sur les marchés mondiaux qui se présentent comme assurant la pérennité de leur civilisation, à travers ses modifications infra-structurelles. La course à la production semble connaître un essoufflement due à plusieurs facteurs majeurs qui impose la conduite à tenir dans un avenir proche  ; et ceux qui ne rentre pas dans la course, sont laissés sur la touche avec les conséquences que cela comporte : paupérisation, migration, voire conflit sociaux. L'exemple le plus significatif reste la Corne de l'Afrique.

Il semblerait que ce soit là le seul enjeu qui préoccupe les citoyens du monde libre, comme il fut évoqué jadis, quand ce dernier fut scindé en deux blocs. Et tout en défendant les valeurs inscrites dans cette liberté démocratique, celle de choisir son destin par la voie des urnes, les hommes impliqués dans cette manifestation sociale, ont, par ce truchement démocratique qu'est la souveraineté, considérablement réduit les libertés individuelles, en abandonnant les anciennes coutumes locales et régionales pour une conformité unilatérale qui s'inscrit dans une convention entre même entités ! Il ne reste, à ce sujet, que l'apparence d'anciennes civilisations que la culture entretient de manière anthropomorphique... Au même titre que les régions française qui se sont unifiées autour de modèles semblables pris comme référent à travers un stéréotype national. Et ces transformations qui se sont effectuées en filigrane de la volonté consensuelle de préserver certaines valeurs historiques, ont démontré l'importance de modifier les fondements sociétaux devenant inadaptés au progrès ! La souveraineté des peuples souvent éconduite par un seul représentant, légitime la transformation des bases sur lesquelles les civilisations se sont érigées différemment les unes des autres, préservant ainsi leurs valeurs propres à leurs cultures. De cette identité collective adoptée à grand effort de suggestion politique, il en ressort un revirement qui s'oriente vers un renouveau prônant une reconnaissance identitaire, puisant ses modèles dans l'histoire nationaliste de l'état désigné politiquement comme tel ! L'espace Schengen n'est pas épargné par ce vent de révolte nationaliste qui tend à affirmer une volonté de recouvrer une identité propre : Hongrie, Pologne, Italie, Suède, Hollande, France, Autriche et le durcissement des conservateurs allemands. Tous ces états ont une tendance politique forte orienté vers le nationalisme d'extrême droite avec des leaders qui apparaissent en premiers plans des événements politiques. Les institutions étatiques, quand elles existent, en sont les moyens légaux qui permettent de légitimer cette propension idéologique (personne en Europe ne peut reprocher à un peuple son choix idéologique!). Sous couvert de défendre le droit de chacun à disposer de sa vie comme il entend, tout a été fait pour éloigner l'humain des valeurs majeures de l'existence, arguant comme plaidoirie l'intérêt général des civilisations, masqué par des apparences de bien-être commun. Sur ce seul principe, la société a emboîté le pas vers une direction de progrès infini, tout en en définissant les critères de chacun à partir de choix sélectionnés dans l'organigramme des programmations sociétales imposé par développement collectif, profitant aux pouvoirs ; chassant l'idée principale de préserver les libertés individuelles qui apparaissent comme trop fluide pour un contrôle permanent de l'individu ! Aujourd'hui plus qu'hier, notre champ d'action dans ce domaine est restreint et se résume à la servitude démocratique et l'obéissance civile rarement bafouée ! Une espèce d'allégeance à nos dirigeants est systématiquement pratiquée dès que ceux-ci sont reconnus par la communauté qui les a mis en place ! Nous avons détruit nos propres valeurs ! Sous une tragédie racinienne qui nous pousse au suicide collectif : les pollutions en tout genre dues essentiellement à notre choix délibéré de vie en communauté l'atteste ! Jean Canal. Réflexion sur l'évolution sociale. Septembre 2018.


Échec et mat : l'extrême droite se renforce en Europe avec le positionnement du parti politique suédois situé en troisième position ! Autriche, Hongrie, Pologne, Italie et Suède sont les grands gagnants des idées européennes les plus en vogue... Jean Canal. 10 septembre 2018.

Quel parti politique peut garantir une politique nationale consensuelle à la nation ? La réponse est sans appel : Aucun ! L'histoire nous l'a démontré, depuis l'avènement de la V° République et la présidence du Général de Gaulle, les controverses idéologiques fondées sur des luttes sociales partisanes et aujourd'hui économiques, détruisent systématiquement l'espoir d'une unité nationale ! Les valeurs, alléguées comme référence, ont elles aussi d'autres dénominations qui ne correspondent plus à la culture générale d'un peuple quand celui-ci cultive une mixité fragilisée par l'inanité politicienne. L'Europe devait en garantir la stabilité ; en vain ! On le constate, au vu des états de l'espace Schengen, les différents reposent sur l'intérêt de chacun, accentués par une revendication identitaire et désormais cultuelle. La protection des citoyens contre la perte de leur identité est un sujet ayant valeur d’atout, reconnu par tous, en Europe, tellement accepté que les partis nationalistes ont  accru leur électorat, signifiant une xénophobie récurrente qui se démocratise au détriment d'une unification fraternelle. Alors ! quelle est l'alternative idéologique pour nous extraire de cet imbroglio géopolitique qui attente, d'ores et déjà, à nos libertés ? Jean canal. 27 août 2018.


La culture comme forme d'expression intellectuelle ; c'est-à-dire la manifestation d'un ressenti auquel chacun donne valeur sensorielle, sentimentale, émotionnelle et/ou historique. Soit le résultat de la création en forme ostentatoire afin de transmettre une part inextricable de l'entité individuelle de chaque acteur de cette créativité. Et le domaine culturel s'est démultiplié dans les genres de sorte à intégrer le paysage social comme référence humaine. La culture devient omniprésente. Elle occupe l'économie en recourant aux mécènes qui participent à son évolution, son expansion et sa reconnaissance au cœur des villes, notamment. Les musées s'exportent ainsi que les expositions qui se doivent d'être montrées, hors des frontières occidentales. C'est en soi un succès pour la culture qui entre dans le temple de l'art ! Jean Canal. 22/08/2018.


Si des groupuscules d'extrême Droite manifestent leur hostilité à l'encontre de la démocratie républicaine, le pays connaîtra un changement radical de sa politique, ne laissant guère de liberté à ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette idéologie !Si des groupuscules d'extrême Gauche manifestent leur hostilité à l'encontre de la démocratie républicaine, le pays connaîtra un changement radical de sa politique, ne laissant guère de liberté à ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette idéologie !Si les politiques qui ont été menées depuis la fin de la deuxième guerre mondiale n'ont pu établir un équilibre de paix sociale au sein des collectivités françaises qui forment la nation, alors le pays tout entier a échoué dans sa socialisation de la population française.Si l'échec est avéré, alors il faut se positionner dans les divisions qui scindent les français en communautés..., les séparent et les opposent ! Nous avons tous à perdre quelque chose que les Lumières nous ont léguée : la Liberté ! C'est cette vertu qu'il faut défendre contre ceux qui veulent nous en priver ! Qui sont-ils réellement ? Les conjectures sociopolitiques ne permettent même plus d'être judicieuses dans une réponse. C'est tout un pays, effectivement, qui a détruit ses valeurs vertueuses élaborées depuis 1789.  Jean Canal. 26 octobre 2017.


"Le vieux monde tarde à mourir emportant avec lui, dans la sépulture de la postérité, des années de gloires, de conquêtes intellectuelles et de reconnaissance spirituelle. Jean Canal. Lire la suite. La voix de l'étude intellectuelle au service de la collectivité sociale. Le principe du savoir est d'émanciper les êtres afin de les rendre libre et donc conscient de l'identité de l'autre... Jean Canal. La Revue mensuelle des Deux Mondes, fondée en 1829 présente un dossier sur Ernest Renan. Il serait inutile de présenter ce haut personnage de l'intellectualisme français qui a contribué au développement de la pensée collective en traitant des sujets vastes et variés sur des thèmes qui, en son époque, ne connaissaient point de polémiques comme aujourd'hui, avec la religion et sa pratique dévoyée. Jean Canal. Dans les organes de presses de référence qui ne peuvent souffrir d'analyses approximatives qui seraient réalisées à la hâte dans le but de répondre rapidement à l'attente des médias, certains, parmi les plus intellectualisés, comme La Revue des deux mondes, deviennent l'incontournable lecture régulière que les rédacteurs se doivent de consulter afin d'élaborer une éventuelle critique digne du sujet traité en des circonstances conjoncturelles déterminantes pour le pays ; en l'occurrence la France ! Jean Canal. 24 Juin 2017.

En préambule à la lecture du Diplo de janvier, ce bref extrait très significatif sur le pouvoir de censurer le droit européen dans l'exercice de ses fonctions. "Au rang des accusés, il n’est pas rare de trouver la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), qui, de Strasbourg, veille au respect de la convention du même nom dans les quarante-sept États membres du Conseil de l’Europe l’ayant ratifiée."  Un contexte antiterroriste qui exige un principe de précaution national. La vigilance reste accrue, effectivement, en France, plus particulièrement où la menace reste permanente. Quel sera le vrai visage de la terreur que Daech incarnera sous des traits de citoyens lambda ? Jean Canal. 28 janvier 2018. A la lecture du Diplo.