JUSTICE & SOCIETE

By | 6 octobre 2021

"Complètement ! ça veut dire beaucoup ?"

ARTICLE 226-10 du code pénal : La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d'un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l'on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu'elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d'y donner suite ou de saisir l'autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l'employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende. La fausseté du fait dénoncé résulte nécessairement de la décision, devenue définitive, d'acquittement, de relaxe ou de non-lieu, déclarant que le fait n'a pas été commis ou que celui-ci n'est pas imputable à la personne dénoncée. En tout autre cas, le tribunal saisi des poursuites contre le dénonciateur apprécie la pertinence des accusations portées par celui-ci.
lessor.org vous informe : "Après une soirée en caserne, le décès tragique d'un gendarme de la Haute-Vienne Mardi 28 Septembre 2021. Un gendarme, père de deux enfants, affecté à la brigade de Saint-Laurent-sur-Gorre (Haute-Vienne), se serait suicidé, le samedi 18 septembre. Source lessor.          Notre impression toute subjective, s'entend, qui n'entend froisser aucune susceptibilité. Aucune précision n'est donnée sur les causes exactes de cet acte récurrent dans la gendarmerie qui est un organe militaire. Les suicides sont donc un acte fréquent, dans ce corps d'armée dont on se doit de mettre en doute l'efficacité de ses actions... Il suffit de les voir à l'œuvre pour se demander si le niveau intellectuel inexistant requis ne les perturbe pas dans leurs méthodes ! La dernière victime de la gendarmerie nationale ne fait qu'ajouter une suspicion aux prérequis de la profession. Dans une moindre mesure, on comprend que l'uniforme incarne l'ordre et non la loi : "ce n'est pas un gendarme qui fait la loi, contrairement à l'idée que ce dernier se fait de son statut, mais la loi qui fait le gendarme." Il est du devoir du citoyen de signaler tout comportement déviant chez ces militaires dont les tendances trouvent leur originalité dans le zèle excessif pratiqué à outrance... Jean Canal ; bien sûr... 1 er octobre 2021.
L'Article de l'Essor, le site journalistique de la gendarmerie ; à lire régulièrement.
Ce qu'il faut retenir du budget 2022
Le gouvernement vient de dévoiler son projet de loi de finances pour 2022. Ce serait, explique le ministre de l’économie Bruno Le Maire, “le choix du réarmement régalien”. La présentation du projet de loi de finances 2022, c’est-à-dire le budget de l’Etat de l’année prochaine, a comme un air de campagne électorale, à quelques mois de l’élection présidentielle. Cette année, le gouvernement a en effet décidé de mettre l’accent sur les hausses de crédits qui vont bénéficier au ministère de l’Intérieur (+1,5 milliard d’euros) ou à la Justice (+700 millions d’euros).
Cependant, seules les grandes lignes du futur budget ont été dévoilées. Ainsi, une partie des crédits vont servir à financer la fin du plan de création en cinq ans de 10.000 emplois dans la Police et la Gendarmerie. 400 millions d’euros doivent également servir à la rénovation ou à des nouvelles constructions des bâtiments. Enfin, les crédits supplémentaires obtenus par le ministère de l’Intérieur doivent servir à financer “des projets numériques structurants” pour les services de renseignement, qui ont en ligne de mire la sécurisation de deux grands événements, la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux olympiques de 2024.
"Quand on aime les forces de l'ordre, on ne leur passe pas tout !" ça c'est fort de café ! Emmanuel Macron se lâche en pleine audience du Beauvau, ce mardi 14 septembre 2021. Nous ferons donc notre, cette phrase qui deviendra l'emblème de la critique de presselibre.fr sur les... Forces de l'Ordre ! Merci Manu pour cet encouragement à la liberté d'expression... Jean Canal ; bien sûr. 15/09/2021. 
Bingo ! Le dernier poulet grillé en ligne : 1 Poulet grillé, c'est toujours croustillant ! 1 flic à Marseille faisait dans la pédophilie ! Doit-on s'en étonner, quand on est au centre de leur polémiques entretenues par la racaille à leur service. Des réformes en profondeurs sont toujours attendues Monsieur Gérald Darmanin. plutôt que pérorer dans des oiseuses conversations sur les plateaux télé, il faudrait créer un service en dehors de celui de la Police des polices ! Des élites de l'enquête qui traiteraient ce genre d'affaires sans pitié ! Les victimes, ici, sont les enfants ! Un seul verdict au procès : du 11/43 à bout touchant ! Lien de l'affaire. Jean Canal ; bien sûr. 20/09/2021.

"Nous devons tendre à l'irréprochabilité."

Ceux sont les mots de Emmanuel Macron, lors de cette journée qui clôt les rencontres organisées autour de la sécurité du territoire. De nouvelles mesures rentreront en vigueur au cours de ces dix années à venir, sous condition que son successeur à l'Elysée, veuille les conduire à terme. Plus de policiers ! Plus de gendarmes ! Plus de sanctions pour les contrevenants dans des secteurs mineurs à la criminalité. Etonnement à nos attentes, les rapports de l'IGPN et IGGN seront rendus publics ! Les plaintes pourront être déposées en ligne, avec un suivi de fonctionnaires préposés à cette tâche (les femmes en avaient grand besoin). Les policiers, eux, recevront une formation plus étendue sur le temps et adaptée à leur fonction...(à constater sur le terrain urbain). En bref ! Moins de laxisme dans les deux camps. Plus de rigueur dans une fonction qui ne peut plus se permettre les dérapages auxquels les français ont lamentablement assisté depuis une dizaine d'années. Cependant, quelles sanctions encourent les fonctionnaires en s'arrogeant des droits qu'ils bafouent régulièrement, sans ambages. Jean Canal. 14/09/2021. Le point de vue de Médiapart
"TOUT LE MONDE DETESTE LA POLICE" Comme un fait-exprès, la polémique anti-police redémarre. Cette fois-ci, les manifestations semblent moins denses que celles orchestrées par le mouvement Gilets Jaunes. Et pourtant une atmosphère hostile à cette police décriée par ceux mêmes qui en firent parti, se propage. Les banlieues sont le théâtre permanent de confrontations violentes entre les belligérants et les forces de l'ordre ! Reprenons pour notre propre compte le slogan diffusé ces derniers mois : "tout le monde déteste la police !"             -"Tout le monde ?" Pas tout-à-fait ! Une certaine frange de la population française serait de l'avis contraire en apportant régulièrement son soutien à la police et notamment la gendarmerie plus encline à tisser des liens avec les commerçants et notables. Ce slogan scandé lors des dernières manifestations en France et repris à la fête de l'Humanité par le peuple, ne touche qu'une minorité ; et toutes la jeunesse ne cultive pas une animosité à leur encontre..! Cependant, ayant créé un climat d'hostilité citoyenne depuis déjà quelques années, la police et Consorts (c'est-à-dire les RG et Indicateurs), sont de moins en moins tolérés dans les espaces publics, par des citoyens qui se sentent gênés par leur proximité. Un échec des relations sociétales qui se sont durcies avec les crises et de fait aggravées au cœur des banlieues. Les bavures en chaînes depuis des années donnent toujours lieu à des confrontations de plus en plus violentes avec la jeunesse. Il s'agit plus d'un malaise qu'une question sociale : des réformes institutionnelles s'imposent afin de rétablir une relation citoyenne assainie. Les exemples des Gilets Jaunes reste sans précédent dans l'histoire sociale. La police est critiquée de l'intérieur de sa propre institution, non pas par le ministre de l'Intérieur qui soutient ses méthodes, mais quelques policiers qui ont préféré démissionné plutôt que d'appliquer des méthodes de répression antinomique avec la déontologie toujours non respectée par la gendarmerie et la police : un fait divers impuni qui justifierait l'axiome de la violence, en forme de réponse à ce laxisme.   Lien article. Jean Canal. 12/13 septembre 2021.
IGPN : quatre lettres d'un sigle qui fait frémir les commissariats rien qu'à l'idée d'une visite impromptue des inspecteurs qui composent la Police des Polices ! Les "Bœufs/Carottes, comme les flics les appellent, font mijoter les Ripoux et Cie de fonctionnaires qui s'écartent de la déontologie (une attitude fréquente) ! Ils nettoient les commissariats de tous les éléments perturbateurs au bon fonctionnement de la Police ; soit 30% de Flics incompétents, à foutre à la poubelle, excellant dans le zèle caractéristique à cette profession qu'ils ternissent ! Comment évider l'abcès de sa plaie purulente qui gangrène depuis des décennies l'image de la police française ? Un seul recours : La Loi ! Darmanin ayant commis sont premier dérapage avec ce qui allait devenir l'affaire Darmanin/Pulvar, nous nous devions à presselibre.fr, de relever cette anecdote en l'édulcorant d'un reportage réalisé dans l'antre des bavures policières.
  Alors mon Poulet, toujours logé au Quai de Bosc Gratuitement aux frais de la princesse ?! Quel immeuble piteux dans lequel tu vis ! affreux par son architecture de très mauvais goût ! C'est le même architecte qui fit démolir tout le quartier ? Quelle verrue ! Tu n'es que locataire ? Tant mieux ! Demande une réfection de la façade et une modernisation des locaux ! Tu y as droit ! Quant à l'entrée, on éprouve une frayeur à en franchir le seuil ! Encore une idée architecturale de mauvaise augure. Profite pour refaire les toilettes, dégoutantes entre-nous selon certains locataires qui n'ont osé se plaindre. Ose un mobilier design... Ne m'invite pas dans ce taudis !, je n'y mettrai jamais les pieds. Et, sur tes conseils estivaux, j'ai parcouru le Quai de la Consigne, comme tu avais signalé, au téléphone, ma venue au bouquiniste : merci, mon Poulet pour la découverte de ce bouquiniste d'occasion, il m'a parfaitement renseigné. Moi, je possède les bons livres que je me fais livrer par Rakuten où le choix est plus épandu et les prix moins onéreux ; de surcroît je les recueille dans ma boîte à lettres (avec ou sans S)... A bientôt pour un Bœuf-Carottes fort succulent au goût... Tu sais qu'aucune loi dans le code pénal, n'interdit d'être con ! Jean Canal. Balades à Sète. Le 29/08/2021.
  Charte IGGN disponible en ligne ainsi que toute déclaration pouvant être exécutée par internet sur les sites correspondant. HE DUCON ! Tu la sens ma verve ; un peu grosse pour toi, n'est-ce pas ? Rassure-toi, il ne s'agit que de ma verve... La police du pays d'Aix soufrerait-elle de tares indélébiles plus conséquentes que celles de ses consœurs territoriales ? Vous aimez donc le bœuf-carottes...On va vous en servir, sur plateau. Aucune loi de la République interdit d'être con ! Vous atteignez le summum de vos capacités à en être couronnés. Le problème est que vous salissez les 60% de la police qui travaille consciencieusement ! L'IGGN procède d'une façon inspirée des méthodes militaires, dans le genre FOMEC (spécialiste du camouflage) : au Grau du Roy où la gendarmerie essaie piteusement de se distinguer dans des formes civiles, genre touriste de plages, femelle germanique et Volsque égaré au CHU reconstitué.., aux allures burlesques héritées de l'antiquité (nombreux en cette région), la saison excite les Bleu(e)s* -avec la recrudescence des transgenres, il faut pratiquer une orthographe inclusive, afin de ménager les sensibilités... On aura "remarqué" le manque évident de professionnalisme au sein des corps sédentarisés des brigades animées soudainement de nonchalance coutumière. Peut-on et doit-on pour la sécurité des citoyens laisser la délicate tâche de réguler la sécurité selon le lit de justice dans lequel elle se couche, jusqu'à somnoler devant des faits graves ? (c'est pas mal comme périphrase). Tout se gatte, avec le temps. Par contre, sachant que la liberté permet à la connerie générale d'évoluer, comme nous pûmes le constater au cours de ces deux dernières années, plus particulièrement, il est de bon aloi de se demander si des réformes profondes dans le recrutement ne dussent point être entreprises incontinent avant d'éviter une hécatombe humaine !? Les bévues sont l'apanage de la gendarmerie ! Les bavures celles de la police ! Les Ministres de l'intérieur passent et la situation stagne ! *P-S: l'alcool sous les aspects de bières modérément alcoolisées, est fortement déconseillé... Jean canal ; bien sûr. 29/07/21. 17H 30MN.

Liste non exhaustive, bien sûr. Les livres à réflexion sur les cons, sont nombreux et variés dans la manière que leurs auteurs ont utilisé pour traiter de ce sujet toujours d'actualité, ne serait-que par des comportements idiots, ou/et une attitude quotidienne relevant des symptômes qui déterminent ce genre de cas social ! Je fus amené à lire l'ouvrage de Yvan Audouard couronné de succès auprès des gens non concernés par ce phénomène, vers la fin des années quatre-vingt. Il me fut conseillé par une personne éclairée qui me fit comprendre que le contexte dans lequel je me trouvais à l'époque fut inhérent à la situation qui m'avait conduit ici... Constatant de visu les cas patents qui se présentaient à moi, j'en déduis que l'on ne devient pas con, on naît con, sans forcément en avoir conscience. La déduction fut vite faite : il n'y a aucun remède contre les cons !!! Jean Canal. 29/07/2021. 18H 02MN.

Le titre de cet ouvrage est insolent, grossier, voire vulgaire. Le proposer implique une responsabilité aux éventuels lecteurs qui se sentiraient quelques affinités avec l'auteur. Vous remarquerez que la Maison d'Edition ne relève point des grands groupes prestigieux que nous avons en France. Hors de question que Gallimard publie un tel livre ! Et ses confrères de même. Qui est donc concerné par ce titre ? Tous ?! Vous, Toi, Moi, Nous ?! Pris au sens figuré, l'expression amenuise cette insulte. Pensez-vous sincèrement qu'il faille s'arrêter à ce genre d'écriture qui n'a, en fait, pour incidence que la provocation..? Libre à vous d'en tirer toutes les conclusions utiles... Vous pourriez, par contre, vous essayer dans un ouvrage qui vous conviendrait plutôt, sans engager la majorité qui occupe votre institution. D'ailleurs vous avez dû remarquer que dans votre profession, ces gens-là sont nombreux... Bonne lecture, car Yvan Audouard estacadémicien. Jean Canal ; bien sûr.

Article 432-4 Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, agissant dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission, d'ordonner ou d'accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle est puni de sept ans d'emprisonnement et de 700 000 F d'amende. Lorsque l'acte attentatoire consiste en une détention ou une rétention d'une durée de plus de sept jours, la peine est portée à trente ans de réclusion criminelle et à 3 000 000 F d'amende. A bon entendeur salut ! Jean canal ; bien sûr.
TRAFIC DE DROGUE : l'échec des polices française/espagnole ! 1 policier tué à Avignon Des conséquences qui trouvent leur mesure dans  l'infrastructure policière elle-même, en pénurie de moyens (l'argent manque aussi ici...). Une hémorragie à stopper en libérant les consommations de cannabis et drogues dites douces, en France. Comment endiguer, au mieux éradiquer les GOFAST from Maroc qui bravent les polices de France et d'Espagne ? Produire et contrôler le cannabis qui aujourd'hui est vendu par les trafiquants installés en Espagne ! Sur le modèle canadien, le meilleur à ce jour, la vente des dérivés du chanvre est, depuis deux ans, entre les mains de l'état qui fructifie son économie avec ses coopératives ! Des emplois ont été créés ! La violence liée aux conséquences de la consommation  a considérablement chutée. La consommation autorisée, est proscrite dans les lieux publiques et sévèrement sanctionnée pénalement lors de conduite en état d'euphorie accentuée. Un exemple à dupliquer dans toute l'Europe... Pour en savoir plus. Jean Canal. 06/8 mai 2021.
PROCES DE LA BAC DE MARSEILLE Fût-ce t-elle clémente par une condamnation avec du sursis, la justice se devait de sanctionner les fautes ; au regard de l'opinion publique d'abord et des Institutions ensuite ! La BAC ne rutile pas par des actions ancrées dans un respect strict de la déontologie, scrupuleusement applicable, laquelle n'est que difficilement respectée, en zones interdites notamment (les banlieues leur sont déconseillées -interdits de séjour en ces zones privées). Un thème récurrent que celui de la corruption de "Fonctionnaires". Les annales judiciaires regorgent de délits commis par les "mauvais Flics : les Ripoux !" Et ce n'est point relatif aux tendances politiques d'un mandat présidentiel (l'affaire sanglante de Auriol en juillet 1981 eût été politique). La thématique repose dans cette attirance pour des besoins d'argent que les circonstances occasionnent lors des saisies policières. Les peines prononcées correspondent correctement au degré de gravité des actes commis, en connaissance de cause... La sanction qui doit être sévère doit s'enquérir de l'éviction des condamnés, définitivement radiés de la fonction publique : ils finiront vigiles dans les grandes surfaces ou alors voyous... Jean Canal ; bien sûr. 23/24 avril 2021. Le Procès de Vitry-Châtillon par contre minimise la valeur policière.., la renvoyant au simple emploie de gardien d'une paix qui n'a jamais existé !

AFFAIRE ZECLER : comment les preuves disparaissent des écrans du net. 

vidéo partielle de cette affaire étouffée

LA POLICE place Beauvau à la lumière du 'lampiste' de service. Légende :"Vous devez faire confiance au gouvernement !" Gérald galvanise ses troupes ! C'est le récent fait divers, publié le 5 mars, dans la Dépêche du Midi, qui interpelle par sa singularité du délit. Un policier pédophile condamné à 18 ans de prison pour une série de viols sur enfants ! Dans les annales de la police, dont les faits les plus intolérables furent commis au cours de la dernière guerre mondiale, on rencontre rarement de tels délits ! Afin de sanctionner ces actes odieux, le parquet de Versailles avait requis 20 ans de réclusion criminelle. L'avocate de la Fondation pour l'enfance, maître Céline Astolfe, s'exprima de façon à prévenir ce genre d'actes, la plupart du temps indécelables chez un individu, en ces mots : « Par la peine de prison et les mesures complémentaires, la cour criminelle a pris le soin d'utiliser tous les moyens juridiques et judiciaires pour que de tels faits abjects ne se reproduisent plus.» Lire la suite.         Le débat Place Beauvau organisé par Médiapart.

 

Quelle leçon à retirer du récit de Michel Zecler ? Un réquisitoire contre la police qui, encore une fois dans son histoire, a su se distinguer par sa viscérale haine cultivée à l'encontre de la justice sociale ! Les affaires policières du XX° siècles illustrent ce qui se revit aujourd'hui : établir de faux rapports, parjurer sur son statut et enfin dispenser la violence sous les auspices de la haine ! Les libertés sont en danger, excepté celle de révéler une vérité pourtant connue de tous les acteurs du système policier. Qui ne dit mot consent... Sans caméra, Michel Zecler aurait été incarcéré et accusé, à tort, de violence sur agent. Les rencontres de Beauvau qui se tiennent actuellement tendent à réhabiliter la police au sein de la population. Les amers souvenirs des Gilets jaunes ne pourront s'effacer des mémoires nationales. Ce fait divers est grave ! Il condamne une certaine police qui perpétue un volonté de répression aveugle. Elle rappelle celle de Vichy. Jean Canal. 28/01/2021.
FAITS DIVERS Procès des policiers de la Bac 18 :"Avant je n'avais pas conscience de la gravité du blanchiment" Source LCI. Avec de tels arguments, propre à l'esprit policier, les zones de non droit en banlieues, auxquelles l'accès est strictement règlementé à la police (il faut montrer pattes blanches) par les dealeurs officiels, ces derniers vont clamer leur manque de professionnalisme dans l'exercice de leur fonction légalisé par les dealeurs de la BAC ! Jean Canal ; bien sûr. 11/02/2021.  Lire la suite.                        Scienceporcs : Viols à Science Po. L'enseignement supérieur frappé d'ignorance ! Les élites de la nation française, dont certaines finiront leurs cursus dans les pays de souche où, comme en Afrique, ils occuperont des postes privilégiés, s'adonnent à des actes sexuels forcés ! L'instruction ne permet donc pas de développer les facultés sensorielles qui préviendraient sur des atteintes portées à la morale ! La France connaît depuis une dizaine d'années, des problèmes de cul aggravés !  A choix, disent les Suisses. Bons plans culs ! Jean Canal ; bien sûr.                      PROCES DES TROIS GENDARMES en instance de condamnation exemplaire. Ils doivent comparaître après quelques années d'impunité des faits de laxisme envers une situation cocasse de l'un des leurs, positif à l'alcoolémie, donc, dans ce milieu ubuesque qui a la particularité de se distinguer par un zèle excessif ! L'alcool reste un danger patent chez les perturbés du bocal... Soyez prudents, lorsque vous subissez à juste raison un test d'alcoolémie, en conduisant. Jean Canal ; bien sûr. 19/02/2021.   AGRESSIONS POLICIERES Périodes critiques pour des forces de l'ordre confrontées à des violences inouïes dans les annales de la profession. Le Ministère de l'Intérieur peine à publier les chiffres exacts des suicidés de 2020. 27/12/2020. Jean Canal. C'est Médiapart qui a révélé l'affaire. C'est son boulot : celui de tenir informé ceux qui ne le sont pas !  GENDARMERIE NATIONALE : un cas cocasse à épingler dans vos archives (il en existe à foison). Les frasques de la gendarmerie en ivresse. La famille r'ouvre le dossier pénal pour traduire les gendarmes complices d'alcoolémie envers leur collègue qui provoqua un accident de la route mortel. Les grands-parents des parties civiles avaient été percutés violemment par un gendarme, ivre ! Si vous subissez un alcotest, demandez d'abord aux gendarmes de souffler pour établir leur état de sobriété... Jean Canal ; bien sûr. 23/02/2021.  INFORMATION POLICIERE. Un vice-président du tribunal de grande instance de Paris est soupçonné d’avoir bénéficié des revenus d’une prostituée. Reportage proposé par la chaîne culturelle de l'Europe, ARTE. La violence engendre la violence ! Objectif, étayé d'analyses conjecturelles tenant compte des différentes entités, ce document audiovisuel détermine les responsables de cette hécatombe !  Jean Canal. A lire...

Un gendarme pas tout à fait comme les autres. Son palmarès présente des carences psychologiques graves pour la société. Mythomane par les idées qu'il se fait de son rôle à jouer dans la sphère tragicomique, à titre de soldat dévoué à son propre service, ce gendarme ne semble point conforme à l'éthique de la profession. Certes, il n'est pas le seul ; quand bien même ses collègues de travail ne seraient que cocasses dans des rôles dignes des pièces de Molière dont ils s'attribuent les rôles. Ce ne sera pas le premier qui dérape ; mais celui-ci est considérablement atteint ! L'Express se saisit de l'affaire et en tire des conclusions intéressantes... La question de fond serait de savoir sur quels critères recrute t-on à la gendarmerie ? Une réforme aurait grand intérêt pour la protection civile en danger ! Lien de l'info.

AFFAIRE DE STUPEFIANT à la BAC. Les dernières révélations des coupables d'un forfait commun, si l'on se reporte à l'histoire de la police. Indéfectible corruption qui a toujours gangrené la Police ! De l'affaire Seznec, quand l'inspecteur Bonny (fusillé à la libération en 1944, après avoir collaboré avec Lafont) déposa une machine à écrire pour faire accuser Seznec. Nous n'évoquerons pas la collaboration de la police française qui prêta allégeance à Pétain, puis Laval et entreprit la rafle du Vel D'hiv ! Bref ! En remontant jusqu'à la Mondaine, on comprend que la Police et les voyous -balances et indics notoires-, aujourd'hui dénommés racailles, contractent des affinités comme le révèle le dernier forfait, consigné par la presse officielle. Banalité de la profession qui se nourrit de ses pratiques jusqu'au sein du sein en ayant commis un viol au 36 Quai des Orfèvres, un vol de cocaïne, en ce même lieu, par un Flic -nous n'évoquerons pas l'affaire Michel Neyret ! Le passé criminel d'un individu non seulement le suit mais parfois le rattrape et dans certains cas est bassement exploité par cette même police qui s'en sert pour justifier ses harcèlements. Aujourd'hui, peut-on faire confiance à la police ? La réponse négative caractérise une profession devenue à son tour suspecte !  Complément d'information avec le journal Libération. Jean Canal. 10/02/2021.

La Dépêche du Midi titre un article, dissimulé dans la rubrique des Faits divers : Viols d'enfants : 18 ans de prison pour un policier.

Traiter la police de ce qu'elle est tout en pensant qu'elle n'est pas ce qu'elle devrait être, revient à traiter un sujet majeur des institutions françaises dont la loyauté est mal traitée ou bien traitée par le mal ! Il semblerait que, en tenant compte des erreurs notables commises par la police, d'un point de vue juridique, s'entend, durant ces dix dernières années, une lueur de remise en question du pouvoir qu'elle exerce soit repensée, à la lumière des événements sociaux survenus au cours de ces deux dernières années. Doit-on s'attendre à voir émerger une police intelligente dont les fondements reposeraient sur une appréhension des problèmes socio criminels, plus citoyenne, en ce sens que l'attitude policière s'émancipe de sa spécificité professionnelle qui la marginalise ?! Laquelle reposerait sur une conception sociale à part entière, en intégrant les rangs de la société aux côtés des citoyens, de sorte à se rapprocher des problèmes de fond d'un système gangrené par les crises socio économiques. Quand bien même, la police resterait-elle infréquentable ne fût-ce que part ses méthodes complètement obsolètes en matière d'investigation, comme c'est le cas constaté à Toulouse, Place du Ravelin, en se servant de SDF pour obtenir des informations subsidiaires, il y aurait des réformes à entreprendre pour modifier un comportement qui n'a eu cesse de ternir l'image fausse d'Épinal qu'elle entretient, à son corps défendant. Linda Kebbab qui vient de publier un livre sur ses impressions professionnelles n'échappera pas à la critique, malgré son comportement très professionnel conforme à la déontologie dont elle minimise ce qui fait d'un flic qu'il est en faute. Jean Canal ; bien sûr. 5 novembre 2020.

Reportage exclusif avec la police

"L'augmentation des violences policières en France est manifeste, notamment en comparaison avec les bonnes pratiques de la gendarmerie. Cette crise s'explique en partie par la culture insuffisamment démocratique de la police." Sebastian Roché. Un article tiré de la Revue Esprit dont nous rappelons que sa fondation par Emmanuel Mounier tenait à se distinguer naturellement par son "esprit" intellectuel traitant des sujets essentiels de la société, sélectionnés selon des critères d'intérêt national ; aussi banal que cela pût paraître, à l'époque, alors que la presse ne se targuait guère de sensationnel adressé aux people, l'information, soit-elle axée vers un thème d'actualité précis, se doit de fournir suffisamment d'explications au lecteur pour qu'il en comprît le sens intégral, sans aucune intention de le détourner de sa propension ! La Revue Esprit, à laquelle nous sommes abonnés, ne souffre point de tare à ce sujet. Assidus dans ce genre de lecture instructive, puisque là est le cas, nous ne nous lassons jamais de son contenu, laissant aux lecteurs une ample opportunité d'opter pour le sujet de son choix. "Guignol" nous semble parfaitement illustrer le contexte de la police actuelle qui tantôt se rend ridicule, sans doute par goût de la profession qui n'exige que très peu de compétences cognitives pour asséner un coup de bâton, au hasard de l'envie de la répression en vigueur, soit parce que les acquis d'un policier reposent sur des critères fondés particulièrement sur le recoupement d'indices pris en compte à partir de la perspicacité dudit mise en application dans une enquête, soit sur une espèce de con-viction personnelle découlant d’odorat épicé selon le plat à déguster ! Les résultats, aujourd'hui, nous ont démontré des échecs judiciaires dans des affaires maladroitement entreprises, sans doute dans la hâte de trouver un coupable idéal ; la plus édifiante fut celle de Seznec dont le flic en question, Bonny, fut fusillé en 1944 pour haute trahison avec Lafont, un bandit aux services de la Gestapo (l'Histoire n'en finit jamais de se raconter). Jean Canal. 5 janvier 2020.

 Abonnez-vous pour en savoir plus : la police vue de l'intérieur permet d'en comprendre son fonctionnement. La technologie de pointe garantit de réussir des opérations d'arrestation dans des règles indiscutables d'un point de vue déontologique. Les crimes dans leur déclinaison  exigent des moyens humains qui complètent cette technologie. Hélas ! on ne peut se passer de la police sans laquelle le crime serait perpétré en toute impunité. Relativisons les exactions commises par certains policiers qui ternissent cette image (d'Epinal?) de la police. Jan Canal ; bien sûr.

Hier, Amnesty International publiait un rapport dans lequel l’ONG dénonce l’usage de la loi comme «arme de répression des manifestants pacifiques en France ». Marco Perolini, chercheur pour la France à Amnesty International, condamne dans cette enquête “une volonté politique de faire des exemples et dissuader les gens de descendre dans la rue”. Si les images des violences émanant des manifestations ont été grandement relayées depuis les manifestations des Gilets Jaunes ; le traitement judiciaire des manifestations reste lui flou. Que révèle une telle enquête au sujet de l’Etat français ? Peut-on parler d’une violence liée au traitement judiciaire des manifestants ? L’Etat français a-t-il un problème au sujet de la légitimité de l’usage de la violence ? Source France Culture. 30 septembre 2020.

David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale s’exprime sur la violence

Dernière nouvelle de France Le livre-blanc-de-la-securite-interieure

Ces vidéos reportages tournent en boucle sur la toile.  Elles aboutissent forcément avec la plateforme qui les diffuse à la Cour européenne de justice, ainsi qu'à Amnesty International et d'autres médias qui en exploitent le contenu. Ici, tout est clair : la violence vient de la police ! Le contexte actuel se prête plus volontiers à des confrontations criminelles qui risquent de déraper, jetant le discrédit sur l'ensemble de ce qui constitue l'appareil de répression policier. En pleine réhabilitation de la police au sein de la population, les vidéos reportages apparaissent comme des preuves irréfutables de ce genre d'exactions policières accusant l'ensemble de la profession, à tort ! Si aucune procédure judiciaire ne condamne ce genre d'attitude complètement déplacée, alors la violence trouvera sa raison d'être, aujourd'hui ou demain... Jean Canal. 26 novembre 2020.

Des chiffres éloquents qui traduisent, effectivement, le malaise masqué qui sévit depuis le suicide symbole de Myriam Sakhri, gendarmette de haut mérite qui fut poussée au suicide en sa brigade (une affaire mort-née…). La GENDARMERIE est un organe militaire qui répond à des fonctionnements fondés sur des injonctions ! Obsolète dans ses méthodes, elle demeure en décalage avec l’évolution des Crimes & Délits probants en la société. Un tout jeune gendarme de 19 ans n’aurait jamais dû mourir, si une attention particulière lui eût été portée durant son engagement. 27 août/ 7 septembre 2020. Suicide d’un jeune gendarme à Colmar ! Que se passe t-il dans les gendarmeries depuis de nombreux suicides ? Tableau récapitulatif des décès chez les fonctionnaires de la sécurité.

Justice & Société : le crime parfait : Les affaires sales de la Police relayées par presselibre.fr : rapport-igpn-2019

-affaire Cédric Chouviat ;   -1 repenti de la police témoigne ; -affaire Théo  -violences policières ; -révélations d'un ancien RG ; -corruption chez la police ; -infiltré dans la police ;

C'est stupéfiant, n'est-ce-pas, combien la Police, plus particulièrement, reste un thème de prédilection à l'attention des médias, en défrayant souvent les chroniques avec des faits divers puisés dans les événements de la criminalité sociétale à laquelle le spectateur assidu s'est définitivement habitué, tellement que le crime s'est banalisé : meurtres, assassinats, viols, vols, infanticides, homicides et maintenant féminicides, etc. sont monnaie courante dans ces mégapoles et désormais les campagnes si l'on en croit les statistiques toujours promptes à publier des chiffres éloquent en ce domaine. Lisez donc la suite. Jean Canal ; bien sûr. 22/01/2021.

QUESTION POSEE A LA POLICE : comment faites-vous pour vous faire remarquer autant que ça ? On n'arrête pas de parler de vous ! Partout sur le territoire, il n'y a pas une région, un coin reculé de village ou quartier de villes, où on débite des conneries sur vous ! La jeunesse n'a pas confiance en vous ! Les vieux sont déçus de votre comportement ! Et les personnes situées entre ces deux âges présumés, se plaignent de votre inefficacité ! Suspendez la consommation d'alcool, une semaine ! Fumez moins..! Un peu de sport, une nourriture saine et quelques lectures intelligentes (pas évident). Et proscrivez les plates formes des réseaux... Faites attention ! Vous vous faites de plus en plus remarqués surtout quand vous expédiez des clochards de services pour des missions puériles qui illustrent une profession dévoyée. Le meilleur ennemi que la Police puisse avoir, c'est Lui : Jean Canal ; bien sûr. Antépénultième jour de l'an 2020.

Des chiffres éloquents qui traduisent, effectivement, le malaise masqué qui sévit depuis le suicide symbole de Myriam Sakhri, gendarmette de haut mérite qui fut poussée au suicide en sa brigade (une affaire mort-née...). La GENDARMERIE est un organe militaire qui répond à des fonctionnements fondés sur des injonctions ! Un tout jeune gendarme de 19 ans n'aurait jamais dû mourir, si une attention particulière lui eût été portée durant son engagement. Mais dans l'armée, aussi, on apprend à fermer sa gueule ! Repos soldat ! 27 août/ 7 septembre 2020.

Après plus de quarante auditions, six déplacements sur le terrain et
la consultation de nombreux rapports des corps d’inspection du ministère de
l’Intérieur (IGA, IGPN, IGGN), les membres de la commission d’enquête sur
l’état des forces de sécurité intérieure (FSI) en ont acquis la conviction : si les
termes employés peuvent varier (« malaise », « mal être », « perte de sens »
« démotivation et découragement»), les FSI traversent incontestablement une
véritable crise, qui met en péril le bon fonctionnement du service public de la
sécurité.

TOULOUSE POLICIERE

POLICE ET Cie. Les cow-boys et les malades de la profession jouant des rôles criminels en guise d’autorité. L’uniforme signe extérieur d’abus d’autorité ! Une réforme imminente afin d’éviter des drames.  Lien connexe.
POLICE JUSTICIABLE : LES MAUVAIS FLICS CON-DAMNES

Afin d'entrer dans le vif du sujet, et d'éviter des jugements emportés par une animosité qui certes trouve sa raison dans les problèmes sociétaux actuels, nous vous conseillons de visiter les sites ci-dessous dont la liste est loin d'être exhaustive dans la création en ligne de plateformes relatives à ces fonctionnaires. Leur publications sont intéressantes... Jean Canal.

En direct avec le Ministère de l'Intérieur

Gendinfo.fr l'actu de la gendarmerie

Policerealites.com l'actu de la police

L'Essor traite des suicides de gendarmes 

Echos au procès de la BAC-Marseille

Bonnes nouvelles de la Police propre

L'IGPN en action. POLICE "Je vais quitter la police, je le sais. Elle ne m’apporte plus rien, plus aucune joie, plus aucun plaisir de faire ce métier que j’ai fait avec passion à la BAC puis à la BRI.  " Témoignage anonyme d'un policier.          L'Article de Médiapart concernant les intentions politiques de Marine le Pen
DEFENSEUR DES DROITS. Dans quelle mesure le droit inaliénable de l'individu peut-il être défendu ? A défaut de reconnaissance juridique, il existe le recours auprès de la Cour européenne de justice qui enregistrera vos plaintes ou doléances.

Le Feuilleton des Bavures Policières

DES FUITES AU COMMISARIAT  «Sans coupables, la police en fabrique»          Une policière falsifie un PV                 Une policière condamnée à deux ans                Prison ferme pour sept policiers          Deux policiers de la BAC        Un policier condamné          Deux policiers fracturent...            Marseille Deux policiers             Dossier police

"Parce que je ne compte pas" Aurélia. C'est le mot que cette jeune-fille laissa avant de se suicider. La direction, derechef dans ses investigations, a conclu à un drame personnel... 27 ans. Jeune. Jolie. Animée d'une volonté d'effectuer son travail correctement, autant que possible, dans le cadre de la déontologie. Son suicide trouve une responsabilité dans un disfonctionnement de cette institution ! C'est une policière. Un rapprochement avec l'affaire Myriam Sakhri (avec l'affaire judiciaire des gendarmes inculpés à Mimizan dans les Landes, l'image terne des gendarmes locaux, devient sombre) est à prendre en considération concernant les institutions intentionnellement visées dans les enquêtes encore en cours. Jean Canal. 21 mars 2021. Sources : Police/Réalité

Violence au foyer

Ce n'est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière que des policiers malhonnêtes, ayant rompu l'engagement sacerdotal du serment que leur profession exige d'eux, sont pris la main dans le sac ! Depuis les affaires de drogue à Paris et Marseille, depuis l'affaire Michel Neyret , depuis le viol du 36 Quai des Orfèvres, la liste déjà longue auparavant de ces délits ne cesse d'ajouter de nouveaux délits à l'histoire rocambolesque de la Police : il est vrai que les critères de recrutement ne relèvent point d'examens de conscience élevée au niveau d'un intellectualisme suffisant ! Avec tout ce que les français ont pu tirer comme enseignement sur les dysfonctionnements de la police, lors des manifestations des Gilets Jaunes, le peuple ne s'étonne plus des comportements de ces flics qui traversent un passage clouté en vous toisant en signe de pouvoir : Balayez devant vos portes, Connards ! Jean Canal. 19 février 2020. 

Les mesures prises par le gouvernement actuel, que ce soit celui-ci ou celui qui adviendra en 2022, tendent à durcir les mesures d'investigation des acteurs sociaux qui sont opérationnels sur le terrain des manifestations en tout genre, là où les services d'ordre seront présents. On comprend pourquoi ! Le plus difficile effectivement est d'apporter des éléments de preuve qui peuvent constituer un dossier pénal contre un agent en faute. Films, photos et enregistrements seront bientôt réservés aux professionnels de l'audiovisuel, attitrés d'une carte de presse, leur réservant "le privilège" de rendre compte des événements. Le quidam engagé par ses actes et ses pensées sera banni ! de l'éventuelle désinformation relaté sous les traits de la vérité factuelle. Les vidéos et reportages que nous relayons, en les présentant sur nos pages, dans un but de transmettre l'information, sont toujours autorisées, pour l'instant tant que les réalisateurs nous l'autorisent. La démocratie peut, effectivement, se permettre de légiférer sur la liberté ! Jean canal. 5 novembre 2020.


SALE AFFAIRE POUR LA GENDARMERIE

2018 : L'affaire qui embarrasse la gendarmerie de la localité où s'est produit ce drame, ressort. Elle refait surface dans les annales de la justice qui est rétroactive, ne l'oublions pas... Ce qui fit défaut, ce fut le manque d'informations concrètes de la part des fonctionnaires qui, tenus par un devoir de réserve, se sont exprimés du bout des lèvres. La jeune gendarme vouée à une carrière de mérite dut abandonner son rêve de fonctionnaire dévouée à une cause d'honneur dans cette profession. La justice donnera-t-elle raison à la seule vérité qui existe ? Il semblerait que la famille veuille relancer l'enquête afin d'obtenir un jugement, pour la mémoire de cette jeune femme dont la vocation honorait la gendarmerie. Jean canal.

Témoignages policiers. Le droit de réserve auquel sont astreints les policiers, se résume en fait à cette injonction : "fermez vos gueules et faites ce qu'on vous dit !" La société se libère de ses propres entraves, puisque c'est son système qui les posent, de sorte que des Flics avouent être eux-mêmes harcelés par une appareil politique qui conditionne leur sacerdoce. Jean Canal.

Histoire de la prise d'otage des enfant à la frontière somalienne en 1976

Chiffres sur la criminalité en France

36 Quai des Orfèvres. Avril 2014. Les deux flics de la BRI Violeurs à leur heures. En direct de la Cour de justice. « Vous avez éjaculé cette nuit-là », demande le président. « Non », répond Antoine Q. « Comment expliquez-vous qu’on retrouve une trace de sperme ? » poursuit le magistrat. « J’étais très excité. » Antoine Q. : « J’ai glissé mon doigt (dans le vagin d’Emily S.) mais je n’ai pas fait de va-et-vient », explique le policier. « Ça reste quelques secondes. » Aucun commentaire supplémentaire pour attester de la culpabilité de deux flics violeurs, en exercice de leur fonction préférée. Ils avaient au préalable, saoulé leur gueule dans un pub ! Il s'agit tout de même de deux flics de la BRI !!! Ils encourent 20 ans de prison selon le code pénal qui ne sera appliqué qu'au niveau de leur statut ; c'est-à-dire aucune once de prison ferme. Ne vous leurrez pas les femmes, vous n'êtes que des objets de plaisir... Jean Canal; bien sûr. 23 janvier.*Comment de tels individus peuvent-ils se retrouver assermentés, assurant des responsabilités judiciaires, capables d'interpeller des citoyens, et ici, une citoyenne, en faisant valoir leur statut professionnels !? Des réformes sont indispensables pour protéger les citoyens en danger évident face à cette espèce d'individus con-cernés ! Jean Canal ; bien sûr.  

FAITS DIVERS

A LA BRI, ON ÉJACULE AVEC LE DOIGT !* 36 Quai des Orfèvres. Avril 2014. Les deux flics de la BRI Violeurs à leurs heures. « Vous avez éjaculé cette nuit-là », demande le président. « Non », répond Antoine Q. « Comment expliquez-vous qu’on retrouve une trace de sperme ? » poursuit le magistrat. « J’étais très excité. » Antoine Q. : « J’ai glissé mon doigt (dans le vagin d’Emily S.) mais je n’ai pas fait de va-et-vient », explique le policier. « Ça reste quelques secondes. » Aucun commentaire supplémentaire pour attester de la culpabilité de deux flics violeurs, en exercice de leur fonction préférée. Ils avaient au préalable, saoulé leur gueule dans un pub ! Il s'agit tout de même de deux flics de la BRI !!! Ils encourent 20 ans de prison selon le code pénal qui ne sera appliqué qu'au niveau de leur statut ; c'est-à-dire aucune once de prison ferme. Ne vous leurrez pas les femmes, vous n'êtes que des objets de plaisir... Jean Canal; bien sûr. 23 janvier. * Il n'est pas précisé de quels doigts il s'agit : l'index, le majeur ? Le pouce étant inapproprié pour ce genre d'opération de police, possédant une forme incurvée, ce doigt est plutôt utilisé pour demander grâce ou bien une condamnation ! L'auriculaire est trop court, puisque la plupart des femmes aime la longueur dans le sexe masculin. Reste l'annulaire qui est considéré comme sacré par l'anneau du mariage et donc exclut pour ce type d'exaction judiciaire. Reste le médius, Messieurs de la Police, celui qui sert à vous faire un doigt !  Evidemment, dans un viol, les femmes mentent ! Les violeurs leur reprochent des attitudes aguichantes qui poussent, effectivement, à des actes considérés comme des invitations sexuelles évidentes ! mais voyons, Messieurs de la Police, c'est une thèse qui se défend...notamment en ce moment à la Cour d'Assises de Paris où sont jugés deux flics de la BRI pour viols (ils étaient à l'époque des faits flics en exercice au PUB le Galway pour étancher leur soif...  Non ! Il ne s'agit point du film "Quai des Brumes" avec Jean Gabin et Michèle Morgan ou bien "Quai des Orfèvres" avec Jouvet ! La réalité en 2018, relève d'un mauvais thriller joué par de piètres acteurs  ! On sait désormais que l'on peut éjaculer avec le doigt..!