BULLETINS

By | 1 octobre 2022

 LE BILAN CLIMATIQUE DE L'ETE 2022. Marseille se range du côté de l'écologie urbaine. La ville du Sud du Sud, change de comportement sociétal. La chasse à la pollution est ouverte aux véhicules polluant et interdits de circuler au centre ville. Toulouse emboîte le pas sur un autre modèle de synergie appartenant à la transition écologique. La qualité de l'air devient primordiale dans des zones saturées. D'autres villes, à moyenne population, suivront comme Grenoble qui a déjà mis en place un système de dépollution de sa cuvette urbaine, et Bordeaux ville déjà propre. Ne pas se leurrer sur les effets que peuvent avoir ces initiatives sur l'évolution du chamboulement climatique !  Jean Canal. 01/10/2022.   

UKRAINE/RUSSIE. Fin d'un chapitre qui annonce sûrement une trêve de la part de Poutine, de plus en plus décrié de l'intérieur de son pays. Les Russes ne purent jusqu'à quelques jours manifester leur opposition à cette guerre. L'oligarchie est un processus politique qui ne souffre d'aucune contradiction, un peu comme dans la gendarmerie nationale française...

La situation actuelle libelle des analyses contextuelles ne tenant jamais compte de la personnalité de Poutine, lui-même. Un personnage dont les réactions peuvent surprendre l'ensemble de la Communauté internationale. Selon le dénouement du conflit, en effet, des réactions meurtrières pourraient advenir à la surprise générale de la coalition occidentale. Les populations des pays visés en seraient les premières victimes... Jean Canal. 18/09/2022.


Désormais, c'est sur toute la planète que l'eau de pluie est devenue impropre à la consommation. Une prouesse humaine en matière de pollution inégalée jusqu'à ce jour dans des secteurs, hors océans et mers. Nous avons la capacité de détruire toute une nature dont nous dépendons toujours. Un tiers, selon les experts scientifiques, de la forêt amazonienne disparu grâce à l'homme et sa spéculation ravageuse. Nous sommes donc en voie de précarité effectivement comme les politiques mondiales se plaisent à notifier aux peuples. Il faut réduire notre consommation, sinon notre perte est imminente. Après tout, mourir de vieillesse, de cancers, sous les chaleurs de ces proches années à venir : il faut bien mourir de quelque chose ! L'essentiel serait de mourir dans la dignité ! Jean Canal. Le lien de Science & Vie.

De la place publique, nous aurions pu remarquer quelques divergences dans l'opinion qui est véhiculée, ces temps-ci, sur les « causes réelles » du chamboulement climatique. Les climato-sceptiques ont pu faire adopter leurs idées sur les conséquences actuelles, en désignant de fait un phénomène tout-à-fait naturel imputé à l'évolution de l'Humanité. Laquelle s'inscrit dans une prochaine glaciation, légèrement perturbée par de la chaleur qui promet de devenir de plus en plus intense ! Personne, parmi les antagonistes aux problèmes majeurs de notre avenir, n'ose réellement entrer dans le vif du sujet qui repose plutôt sur le devenir des populations confrontées à des catastrophes dont les résultats sont irréversibles sur l'existence des gens ! C'est un sujet écarté chaque fois que les circonstances le présentent. Jusqu'à maintenant, les menteurs ou selon l'appartenance culturelle, les sophistes, se sont placés correctement dans la contradiction orchestrée par les partenaires alloués à une idéologie plutôt radicalisée en la faveur de la transition énergétique toujours inexistante dans les sociétés. Comprendre la situation ne relève plus d'une démonstration cartésienne, que l'évidence atteste au-devant des derniers mois de désastres naturels. Il faut apporter désormais, des solutions rapides qui joueront le rôle de vecteur aux dommages à venir ; car, tous l'ont compris, de solution immédiate il n'y a pas ! Jean Canal. 3/09/2022.

L'Union européenne alertée par des inquiétudes qui se concrétisent avec un été ravageur en matière de météo capricieuse. Un chamboulement climatique devenant évident pour les dirigeants de la planète et plus particulièrement en Europe, où les états de l'Espace Schengen ne sont pas épargnés par ce phénomène désormais récurent. Rien n'est prévu de salutaire pour un avenir qui s'annonce nauséabond pour l'ensemble des populations. Tous le monde semble l'avoir compris, quand bien même d'aucuns refusent de l'admettre, s'accordant le droit de croire à une subreptice alternative résorbant ces cycliques catastrophes, devenues à ce jour naturelles. Ils l'ont suggéré du bout des lèvres, sans avoir voulu faire preuve de savoir absolu (sans craignaient-ils de passer pour des détenteurs de la science infuse...), stoppé sur des constatations rédhibitoires sur l'avenir : il est trop tard pour sauver ce qui ne peut plus l'être ! les sécheresse éradiqueront des territoires entiers et sèmeront la désolation au cœur des civilisations en mutation. Le pourtour de la Méditerranée est voué à devenir un immense désert... Les neiges fondent et les glaciers sont appelés à disparaître sous l'impuissance scientifique des chercheurs acculés à une évidence : il n'y a plus de remède. Une situation qui doit inviter sur la manière d'appréhender l'existence de demain. 2030, nous indiqueront notre bilan de vie encore possible en milieu urbain. Jean Canal. 27/08/2022.

"Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés..." Jean de La fontaine

Devons-nous incessamment revenir sur des sujets d'actualité nationale, voire internationale, dont les thèmes se banalisent par la récurrence de leur contenu d'abord, et le traitement objectif qui en est fait, ensuite ?! Oui ! répondra la presse officielle : celle qui nourrit son journal de 20 Heures de faits divers/sociétaux exploités de façon à en retenir au mieux la gravité, réenchérie pour la cause ! Evidemment, l'événementiel  caractérise l'actualité qui exige que l'on traite tous les phénomènes advenus dans l'heure, de sorte à n'avoir rien oublié ; quitte à le réitérer au fil de l'actualité. C'est là que le journalisme de masse trouve sa place auprès des spécistes de l'information : des exégètes qui fouillent dans les conjonctures afin d'en déceler les fondements des causes !  Les journaux de classe existent toujours ; les médias en ligne, eux, diffusent en boucle la même actualité de dernière minute. On l'aura compris, c'est le citoyen qui fait la presse en lui donnant l'occasion de parler de lui, à la première personne. Créer l'événement permet de s'insinuer dans l'info en lui ajoutant une valeur cardinale !    Jean Canal. Août 2022

Notre curiosité n'a jamais été malsaine, contrairement aux diatribes qui nous sont adressées quotidiennement pas des fonctionnaires qui masquent leurs identités policières moyennant des truchements appartenant à la racaille. Cet engouement pour les affaires politiques nous a conduits à une visite impromptue au site officiel de Les Républicains ! Première critique évidente pour un tel parti qui se targue de vouloir reconstruire, pour la énième fois, la France, mon pays de naissance et celui des aïeux qui composent ma vaste famille caractérisée par quatre patronymes qui m'échoient directement, critique fondée sur le manque de mise à jour du site ! Un travail qui manque de sérieux, comme la gestion politique de cette entreprise effectivement politique ! Les anciens adhérents, qui furent de fervents adeptes de l’œuvre républicaine de de Gaulle, se sont cassés chez Le Pen, au Rassemblement National, alias le Front National ! Et ils ont bien fait ! Quand on constate la défection des engagements qui ne firent que disperser les militants, Nicolas Sarkozy y compris, lequel vota pour Emmanuel Macron, on comprend que désormais le Premier parti politique de France à Droite devient le Rassemblement National ! Jean Canal. 26/06/2022.

PUIS, il faudra reconstruire l'Ukraine ! Et l'Europe relève d'ores et déjà le défit de participer à ce grand chantier dont le coût est estimé à 700 milliards d'euros ! La récession exigée de la part des populations européennes s'explique par cette aide légitimée entre états de la même communauté ! En arrière plan, les Etats-Unis dont il faut observer l'omniprésence dans les affaires économiques de l'espace Schengen, participeront à cette relance économique qui aura un coût d'investissement chiffré ! Les sanctions éventuelles prises à l'encontre de la Russie, ont rapporté à Poutine 10 millions d'euros depuis que la guerre à commencée... Et ça, tous les politiques sur la place publique, le savent ! Il est même difficile dans ce monde virtuel animé par des réseaux sociaux universels, de ne pas connaître à la lettre et le chiffre près ce qui se passe de part le monde , Fake News exclus ! Le sacrifice demandé aux européens de se serrer la ceinture est une formule d'amaigrissement qui va épurer l'Europe... Jean Canal. 5/07/2022. 

LA GUERRE EN UKRAINE. Oserions-nous penser que le Président de l'Ukraine, dont le nom nous échappe, n'est pas à la hauteur de la tâche politique qui lui fut attribuée à son élection ?! Et cela bien que la Politique en soi, serait un spectacle où les spectateurs sont les peuples ! C'est ce qui nous apparaît évident, en revenant sur l'actualité de son état, lorsque le vœu de l'Ukraine eût été d'annoncer sa volonté de faire partie de l'Europe ! Autant émettre une provocation directe à l'encontre du paranoïaque russe qui a répondu au prorata de ses capacités non pas intellectuelles, inexistantes, mais des enjeux occidentaux en filigrane d'un conflit qui laissera cette Ukraine meurtrie depuis Staline, dévastée ! Dans un tel contexte d'avant guerre, il aurait peut-être fallu évaluer les risques encourus envers le maître du Kremlin qui sut remettre en place Sarkozy et Macron, sans égard pour les plénipotentiaires occidentaux invités à débattre sur un sujet qui ne les regarde pas ! Tout fut une question de stratagème dont est privé donc l'Ukrainien qui, naïvement, comptait impressionner le Russe, en présentant des alliés éventuels, en Europe voire outre Atlantique ! Toute liberté étant relative à la situation vécue, il aurait été précautionneux de consulter en catimini les avis des uns et des autres, avant de lancer une annonce aux effets dévastateurs ! La suite, nous la connaissons : de l'argent crédité sur les comptes de l'état ukrainien sera en comptabilité durant des décennies, afin de reconstruire le pays ! La France connut le Plan Marshall ! Quant au traumatisme subi, il sera analogue à ceux de l'Irak, la Syrie et les pays continument en conflit dont Israël fait éternellement partie. Jean Canal. 26/05/2022.

MARIUPOL sous les bombes : un millier de morts, et pendant ce temps l'Europe fait l'autruche. Les Etats-Unis, eux, s'exonèrent d'une passivité culpabilisante, en énumérant les sommes employées à la survie de l'Ukraine ! "Des milliards de dollars" venus en aide à la population ukrainienne et quelques troupes en faction aux frontières de l'Otan ! Le Maître du Kremlin semble ne craindre personne à la défaveur des russes foncièrement opposés à cette guerre qui, non seulement désertent leur armée, mais osent manifester en Russie. La dernière carte à jouer pour Putine sera le nucléaire : seule alternative de sauver l'honneur d'une défaite abhorrée ! Quant aux chinois plus proche de Confucius que de Mao, ils patientent, avec leur pragmatisme légendaire, qui consiste à saisir la bonne initiative, favorable à la pérennité de leur économie mondiale... Jean Canal. 17/03/2022.                                                       Dernier communiqué d'Ukraine.      L'Ukraine a publié les statistiques des dégâts de l'armée russe. Selon une annonce du gouvernement ukrainien, l'armée russe a perdu 16 mille 400 soldats, 117 avions, 127 hélicoptères et 575 chars. """L'armée ukrainienne de l'Ukraine a déclaré que l'armée russe avait attaqué l'Ukraine, 16 mille et 400 soldats, 117 avions, 127 hélicoptères et 575 chars ont été perdus. Dans un communiqué, le président de l'armée ukrainienne a annoncé les dégâts de l'armée russe du 24 février au 26 mars. Dans le rapport, 16 mille et 400 soldats russes ont été tués, ce qui indique 117 avions, 127 hélicoptères, 575 chars, des milliers et 640 troupes ferroviaires, 293 balles, 91 système de missiles et une allée. 51 systèmes de défense aérienne russes ont été détruits. Les forces russes ont également perdu des milliers et 131 voitures, sept navires et bateaux, 73 véhicules à essence et 56 avions. Le 24 février dernier, la Russie a lancé une opération militaire sur le territoire ukrainien, et il s'agissait d'une action internationale et certains pays ont infligé une lourde sanction financière. 27/03/2022.
« Cette formule laisse penser que c’est la religion qui est protégée en tant que telle, et non les croyants. Elle segmente la lutte contre l’intolérance religieuse, en ne sélectionnant qu’une religion à l’exclusion des autres, sans référence à la liberté de croire ou de ne pas croire », a déclaré le représentant de la France à l’ONU, Nicolas de Rivière. Lien de cet article.
Le 15 mars reconnu par l'ONU, "la journée de lutte contre l'islamophobie. C'est le Pakistan qui en a soumis l'initiative adoptée sur le bout des lèvres de la part des occidentaux. Fief incontesté des islamistes radicaux fidèles aux franges les plus dures de l'Islam, actives sur tous les terrains du terrorisme à l'époque de DAECHE, le Pakistant est en fait une résurgence de l'Inde, dont l'état fut constitué après 1948. C'est l'Article de Valeurs Actuelles qui attire notre attention sur ce qui peut paraître comme osé dans la formule qui lui est consacré ! L'immigration intensive sur le territoire français a semé le doute sur les musulmans laïques de la France, présents depuis deux siècles. Non pas qu'ils fussent considérés comme une entité complice des vagues successives de la montée de l'islam en France, mais l'amalgame intentionnel de certaines politiques entretient justement un contexte inquiétant pour la stabilité sociale du pays. C'est la thèse de Pierre Brochand, ancien patron de la DGSE.  25/03/2022. Jean Canal.
Elena Kovalskaya, la directrice du théâtre d'État et du centre culturel Vsevolod Meyerhold de Moscou, a annoncé sa démission en protestation contre l'invasion de l'Ukraine. « Il est impossible de travailler pour un meurtrier et de toucher un salaire de lui », écrit-elle. Ne sous-estimez jamais le pouvoir des arts. Le Théâtre Mayakovski de Moscou a interdit à ses acteurs de faire « TOUT commentaire » sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Le département de la culture de la ville. dit que tout commentaire négatif sera considéré comme une « trahison."
Source réseaux sociaux.La philosophie du mensonge ne relève point de la rhétorique platonicienne exposée en filigrane du Gorgias, chère Adèle, mais appartient au registre de la sophistique que les politiques savent plus ou moins exploiter souvent maladroitement. C'est une science en quelque sorte qui consiste à accuser l'autre pour se protéger de la vérité qui elle révèle le vrai coupable ; car la vérité est une preuve en elle-même ! Une vertu !

L'actualité ne surprend plus personne par la somme d'information qui est diffusée sur la toile. Les médias officiels, ceux qui sont reconnus d'utilité publique dans le cadre de la déontologie à laquelle ils sont astreints, se doit d'appliquer un impératif : celui de se mettre à jour à la minute près des nouvelles internationales. Avec la guerre de Putine, ceux sont les indépendants qui raflent la mise sur le directe. Des reportages époustouflants de réalité sont envoyés sur le net, à la seconde où l'événement se déroule. Ensuite, les commentaires des "spécialistes" expliquent en direct, à 2000 kilomètres de la Russie ukrainienne, ce qui se déroule sous nos yeux. La Rédaction.

SUITE & FIN DU PLASTIQUE. 2022 devrait sonner le glas du plastique selon les promesses internationales...Verrons-nous disparaître de notre environnement cet élément issu du pétrole qui, toutefois, révolutionna les années soixante-dix, jusqu'à inciter la couture à innover dans la mode avec la matière la plus utilisé au XX° siècle ? Les années Tupperwares touchent-elles à une fin prématurées ? Pourtant, les laboratoires pharmaceutiques en regorgent, en un usage permanent dans leurs travaux. Un sens pratique émanait de sa composition. Il séduisit les ménagères avec les éléments de cuisine inusables. Une suppression du grand public serait une bonne initiative pour l'humanité qui l'utilise inconsciemment. La pollution que ce matériau dégage est imperceptible à l'œil nu, si ce n'est en déchet ! Son recyclage serait engagé à le reconvertir en quoi, au juste ? Sera-ce suffisant pour effacer de la planète l'omniprésence de cet élément qui forme dans les océans des nappes ? Le chamboulement climatique ne cessera pas pour autant ; mais il est de bon aloi, chez les êtres naïfs, de croire et de se persuader que ce qu'ils entreprennent, présente des garanties pour un avenir propre... Et si l'on faisait, d'abord, le ménage chez soi... Jean Canal. 1/1/2022
LES TEMPS RECREATIFS. PLOTIN EN SIGNE DE RAISON. Livré à un rythme de travail de bagnard des villes, je planche sur une traduction différente de celle que je fis, dans les années quatre-vingt-dix, à la faculté de Toulouse le Mirail, en UFR Lettres Classiques. Les difficultés sont d'ordre éthique et non de compréhension du texte. Plotin qui en fut l'auteur serait seul à nous en donner une traduction exacte ! Les différentes traductions advenues par le suite, au cours des siècles derniers, (la mienne date de 1857), sont surannées, au regard de l'évolution intellectuelle qui doit s'arroger le devoir de revoir et corriger, éventuellement, des erreurs involontaires d'interprétation. C'est ce dernier point qui m'occupe en ces jours-ci. Comment interpréter, par rapport à un contexte philosophique... la pensée de ce néo-platonicien qui s'immisça dans l'esprit de Platon ? Ayant relu ma première traduction des années universitaires, je dois reconnaître la présence d'envolées lyriques qui n'avaient point de place dans l'esprit rationnel qu'il fallut que j'en tirasse ! Jean Canal. 2/1/2022. En directe de Toulouse ; 12H 21mn.
 Ἥξει γaρ πρῶτον ἀναβαίνων ἐπὶ τὸν νοῦν κἀκεῖ πάντα εἴσεται καλὰ τὰ εἴδη καὶ φήσει τὸ κάλλος τοῦτο εἶναι, τὰς ἰδέας· πάντα γὰρ ταύταις καλά, τοῖς νοῦ γεννήμασι καὶ οὐσίας. Τὸ δὲ ἐπέκεινα τούτου τὴν τοῦ ἀγαθοῦ λέγομεν φύσιν προβεβλημένον τὸ καλὸν πρὸ αὐτῆς ἔχουσαν. Ὥστε ὁλοσχερεῖ μὲν λόγῳ τὸ πρῶτον καλόν· διαιρῶν δὲ τὰ νοητὰ τὸ μὲν νοητὸν καλὸν τὸν τῶν εἰδῶν φήσει τόπον, τὸ δ´ ἀγαθὸν τὸ ἐπέκεινα καὶ πηγὴν καὶ ἀρχὴν τοῦ καλοῦ. Ἢ ἐν τῷ αὐτῷ τἀγαθὸν καὶ καλὸν πρῶτον θήσεται· πλὴν ἐκεῖ τὸ καλόν.
COMME UN BESOIN DE CHANGER D'AIR. Le besoin vital de l'Europe en énergie nucléaire démontre que l'implantation de centrales en France n'empêcherait point une catastrophe européenne, si un accident survenait sur la technologie exploitée. Ici ou ailleurs, elles y seront ; puisque nous avons opté pour une continuation de nos habitudes dans un consumérisme liberticide. Piégés ! Nous sommes derechef piégés par notre voracité en énergie, loin des nécessités de pratiquer une décroissance qui pourrait apparaître pour les idiots inutiles, constituant la majorité des sociétés, donc, comme un recul dans l'évolution du progrès restant toujours à maitriser. A la fois victimes et coupables de nos modes de vie(s) sans cesses en expansion (heureusement), nous subissons la volonté politique de ne pas engager des mesures restrictives sur la façon de consommer. Les exemples ne manquent point pour réduire drastiquement l'impact sur le CO2. Faut-il encore que nos fragiles citoyens, enclins à cultiver l'individualisme psychotique, prennent réellement conscience qu'ils sont en train de préparer le monde de demain à leurs enfants et petits enfants. Pour cette majorité bien-pensante qui ne s'embarrasse point des contraintes, la privant des produits de seconde nécessité, pratiquement inutiles eux aussi, il faudrait appliquer une pédagogie similaire à celle inculquée aux enfants des maternelles : "ça c'est bon et ça c'est pas bon..." Bref ! Toutes les interventions médiatiques pour débattre sur les fonds qui animent les catastrophes à venir, tout en tentant vainement, s'entend, de les prévenir, tournent autour du pot (puisque nous sommes chez les petits). Le politique, Lui, campe sur un organigramme économique qu'il se doit de conduire, cahin-caha, afin de défendre ses secteurs financiers, allégés de taxes, fortement malmenés dans le monde concurrentiel du marché de la mondialisation -point-barre ! Les discours, les plus séduisants fussent-ils, depuis ce commencement du XXI° siècle, reposaient, en fait, sur les intérêts de nations dont l'hégémonie dépendrait des relations internationales avec des gens infréquentables ! "J'ai toujours eu horreur de la cuisine chinoise !" Le soucis de chaque nation demeure toujours le même, à savoir se tenir dans les rangs des premiers. Paradoxalement, les pays ayant déjà émergés depuis la fin de l'ancien colonialisme, puisque nous en avons de nouveaux avec l'esclavagisme économique (dixit la Chine), seraient peut-être, sans en avoir conscience, et sans tenir compte des idéologies progressistes en vigueur (alias les Talibans qui tentent de démocratiser l'islam, en libérant la femme, tout en l'assignant aux tâches domestiques vitales au quotidien des barbus), l'Afrique, cette terre tant aimée des occidentaux, tout en en ayant été chassés, se trouve être le nouvel eldorado : il a neigé au Cameroun, cette année... Jean canal ; bien sûr, surnommé officieusement par la Police "d'infréquentable." Merci les cons, au moins vous me foutez une paix royale... 29 octobre 2021. 3H 36 minutes, et des énièmes fractions de secondes à ne pas compter...

La Revue Esprit dont les intellectuels français, plus précisément, connaissent la rigueur de l'analyse qui émane de ce mensuel depuis 1932, lance une participation financière à une amélioration technologique dans le numérique afin d'enrichir cette revue. Les premiers bénéficiaires seront, évidemment, les abonnés qui accèderont directement à tout le contenu depuis sa création par Mounier Emmanuel. On se devrait de participer au prorata de ses ressources dans un but simple préserver ce Document intellectuel inégalable en d'autres petits papiers qui s'érigent au-dessus des journaux d'exception, comme le monde diplomatique auquel presselibre.fr est aussi abonné par le truchement de son représentant légal Jean Canal et cela depuis 1986, exactement ; c'est-à-dire hier ! Dans un média quelque soit sa formule, son contenu et sa forme qu'il adopte pour se maintenir en ligne, notamment, il faut durer, contre les détracteurs officiels reconnus dans la Police et la Gendarmerie qui assignent presselibre.fr à une expression biffant les thématiques relatives à leurs professions, dans les domaines bavures et atteintes fréquentes à la déontologie ! Jean Canal, bien sûr emmerde tous ceux et celles qui se risquent à ce genre de bassesse !  Lien de participation.

C'est la Revue Esprit qui le souligne dans un de ses articles sur ce thème tant couru dans tous les ministères de l'économie occupés au cours des différentes présidences. François Meunier est l'auteur de cet article par lequel son auteur rappelle le plus simplement possible le fondement de la salubrité publique à laquelle "l'impôt sur les sociétés" pourrait  "financer les dépenses publiques." L'Europe, contrairement aux Etats-Unis qui viennent de prendre des mesures salutaires pour sauvegarder leur économie, penne, effectivement, à prendre des mesures fiscales sur les grandes sociétés bénéficiaires, opérant dans l'espace Schengen. Un équilibre économique apaiserait-il les tensions sociales qui existent entre classes sociales ? Oui ! La paupérisation de la population après cette période épidémique a considérablement affaibli les plus pauvres et par phénomène consumériste, fragilisé la commercialisation des biens marchands qui repartent, cahin-caha, à la hausse. La consommation demeure le vecteur de la croissance économique de laquelle découlent les impôts. Une équation qui repose sur un système fonctionnant essentiellement sur les rapports économiques entre secteurs d'activités sainement entretenus. Les dépôts de bilan et fermetures définitives d'entreprises de différentes proportion, ont diminué les ressources étatiques qui ont dû puiser dans des caisses vidées de leur substance financière. Un impôt donc sur les sociétés et non l'impôt sur les grandes fortunes qui participent déjà aux règlements des dettes socialement...privées. Jean Canal. 12 juin 2021.
La culture est-elle réellement prise en otage par une politique circonstancielle attribuée aux prérogatives gouvernementales ? La question doit être envisagée, afin de ne pas accuser le pouvoir d'ingérence sanitaire ; comme c'est le cas en Tunisie, par exemple où ce pays est exsangue de ses politiques ! Plus il y aura de demande de traçabilité sanitaire, moins les gens se rendront dans les lieux de culture, considérant fastidieuses les démarches à effectuées. L'obligation de fournir un pass-sanitaire pour accéder à un espace culturel, en effet rebute les gens à entreprendre des démarches auprès des autorités compétentes attestant de la bonne santé des personnes. Moins de fréquentation dans les cinémas et salles de spectacles obligées de réduire leurs places, en conformité aux jauges exigées. Avignon n'a pas réchappé à cette directive gouvernementale soumise à contrôle, selon les applications. Les services de sécurité rechignent à endosser le statut de contrôleur. Et le devoir civique de chaque citoyen étant dévoyé, le français argumente sur sa liberté individuelle qui est non seulement bafouée et remise en question par un contexte dont les issues sanitaires restent dubitatives au regard d'une population hagarde. Seules les manifestations de rue informent sur le mécontentement de la part de personnes dont les raisons trouvent leur vérité dans une évidence : quel vaccin efficace pour endiguer un virus qui se renouvellera au gré de notre façon de consommer ?! Aucune réponse ! Ni politique, ni scientifique ! La crainte d'affoler le monde en serait l'origine du silence. Jean Canal. 27/07/2021. 8H 45MN. En direct des bords de la Méditerranée... 
Le Diplo du mois d'août est en lecture sur le net pour les abonnés* : Jean Canal fait parti de ces privilégiés. Et Vous, mon Amour, lisez-vous un tantinet ? L'extrait suivant est tiré d'un article de Serge Halimi que l'on ne présente plus ; en voici un morceau détaché qui devrait vous donner envie d'en savoir plus : "Bienvenue en Chine occidentale! L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande que les États s’emploient à convaincre de l’utilité — incontestable — du vaccin contre le Covid-19 plutôt que d’user de la contrainte. Mais M. Emmanuel Macron en a décidé autrement. Ce président qui ne cesse de pourfendre l’«illibéralisme» ne conçoit les libertés publiques que comme une variable d’ajustement. D’ailleurs négligeable, et destinée à s’effacer derrière toutes les urgences du moment — médicales, sécuritaires, guerrières. Dictature numérique. Page 1. *Au prix de 5,40 euros le mensuel chez votre buraliste. En vous abonnant, vous économisez en fin d'année ( 46,80  sur 64,80 ) 18 euros. Avec cette économie vous pouvez vous abonner à la Revue Esprit, (7,50 euros par mois, en ayant accès aux archives depuis 1936) considérée la plus intellectuelle des Petits-Papiers de la presse française ; notamment depuis le disparition du le débat. En bref, l'accès à l'information est toujours disponible en France, malgré les pandémies qui nous privent des lieux dits de culture ! Nul recours à un passeport sanitaire pour soit continuer à s'instruire, tout en se cultivant, soit s'informer sur le fonctionnement de nos sociétés.
UNE NOUVELLE AIRE FISCALE POUR BOUSTER LA RELANCE ECONOMIQUE RESTEE EN BERNE DURANT LE COVID. Le G7 à statué sur un taux d'imposition de 15% aux multinationales ! Une manne dans les ressources financières des états qui seront bénéficiaires de cet impôt. La France en est l'heureuse bénéficière. Néanmoins, quand sera applicable cette mesure ? A combien sont estimés les finances annuelles de ce nouvel impôt, en France ? A qui reviendront les bénéfices de cette opération encore en gestation ? Autant de questions que de réponses attendues : Bruno Le Maire, un fin économiste qui a fini par convaincre ses homologues européens, afin de voter une résolution ferme sur ce thème. De paradis fiscal, pour lors, il n'est en Europe que l'Irlande... Jean Canal. 7 juin 2021. Lien utile.
Un cimetière pour militaires français complètement isolés du monde occidental, l'Europe restant indifférente, désintéressée par cette guerre aux aspects nationalistes. 53 militaires français ont perdu leur vie sur la terre africaine du Mali, dans des opérations disproportionnées au regard de l'espace géographique à circonscrire, sous l'indifférence des voisins territoriaux. Les terroristes continuent à déstabiliser les peuples violemment agressés dont la présence française, très contestée, ne fit qu'aggraver la situation, a priori inextricable. Impossible à maitriser, cette guérilla de brousse échappe aux terroristes qui pactisent avec le nouveau gouvernement malien. Jean Canal. 10 juin 2021.
 Dans ville il y a vie !" C'est le slogan qui accroche en révélant une vérité qui interpelle les moins éveillés de notre société, c'est-à-dire la majorité de la population dont la réaction spontanée à ce genre de publicité atteste, effectivement, de leur crédulité innée. L'argument invite donc tous les citadins à ce sentir directement concernés sur tout ce qui se réalise en matière d'aménagement des villes. Hors zone de non-droit interdite aux représentants de l'ordre ! Eux, identifiée sous les caractéristiques de la Racaille, sont consignés à vivre entre gens de la même espèce, ne se sentant jamais concernés par l'évolution de ces villes desquelles, ils vivent en marge. La ville, eux, ils savent en soutirer les profits qui génèrent des activités lucratives. Les grands espaces commerciaux étant sous vidéo surveillance en permanence, ils représentent une manne moyennant ces citadins qui s'y rendent pour s'y approvisionner. La ville s'est considérablement appauvri en terme social ; l'anonymat a pris une forme impérieuse dans les relations essentiellement commerciales des rapports humains ! On peut très bien vivre en ville, sans identité propre ! La reconnaissance de l'individu repose sur les apparences d'existence : un simple client réguler qui devient familier et donc considéré par un système de consommation caractérisé par les achats quotidiens de produits indispensables à la vie : la nourriture en l'occurrence. Si un individu ne contribue pas à l'évolution de la ville, moyennant des actes de commercialisation dans son quartier, il n'existe plus ! Le slogan, malicieusement exploité par des organismes aux intérêts multiples, dissimulés dans des profits fallacieux attentatoires dans la finalité à la ville, par le délitement de son tissus social, est censé édulcorer cette image que la ville incarne par la proximité des bienfaits commerciaux ; et tous vous le diront : tous les services à la personnes y sont réunis en une proximité avantageuse pour les consommateurs. De la culture au travail, moyennant des déplacements rapides. Etc. Aujourd'hui, la ville représente le danger ! Malgré une police travaillant sous l'œil de Big Brother omniprésent, jour et nuit, la ville a définitivement perdu de sa tranquillité. Nous sommes-nous trompés dans les choix de vie en ville ? Dans la conception de son aménagement dépassant les limites de la convivialité espérée ? Vous devriez facilement trouver les réponses. Jean Canal. 3 juin 2021.

Vivre sous la clarté des Lumières. Il en reste un faisceau qui éclaire ces espaces d'ombre où la société obscurcie peut recouvrer la lueur de l'horizon. Là, se sont réfugiés les abandonnés, non pas du système, mais de la culture : celle qui n'est plus dispensée comme un enseignement inclus dans l'instruction républicaine, propre à une Institution égalitaire sur ses valeurs démocratiques. Cette frêle clarté qui vacille par instant, si l'on ne prend garde de l'abriter des courants obscurs, jette son rais sur les penseurs encore d'actualité dont la société se nourrit intellectuellement. Pourquoi certains sont-ils privés de ce privilège ? Parce qu'ils se sont orientés vers un choix de facilité qui les maintient dans un marasme, désormais économique ! Jean Canal. 27 mars 2021.

La République remise en cause. Dans le cercle des Institutions, il lui a été difficile de satisfaire les partis politiques, adversaires des gouvernements de celle qui fut la plus longue, la troisième. La IV° fut insignifiante. La V° vieillit mal. Aujourd'hui encore, manifestent ceux qui veulent l'abattre ! Les maurassien, pour ne citer que les plus marginalisés, reviennent aux côtés des groupuscules déchus, comme la Génération identitaire essentiellement constituée de jeunes. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter devant une telle montée des Droites françaises qui ont toujours existé. La République veille sur la citoyenneté qui, certes, est mise à mal, en des périodes de fortes disettes économiques. Jean Canal. 27 mars 2021.

CET IMPERIEUX DEVOIR DE GUERRE. Les armes auraient-elles une incidence sur les civilisations ? La Corée du Nord ne donne point la parole à son peuple pour décider sur leur utilisation. De même en Russie avec Poutine qui maintient son peuple dans une oligarchie démocratiquement admise. La Chine joue la carte de la coopération commerciale en Afrique où elle est omniprésente sur tous les plans structuraux dans l'aménagement des territoires qui la composent et l'exploitation d'une main d'œuvre bon marché. Dernier en date, l'Ethiopie dont l'économie dépend des chinois. Egalement présente au Cameroun, Djibouti et d'autres états africains qui recourent à ses services. Canal. 27/01/2021 2020.

Enième manifestation pour le climat qui se délite inexorablement. Au vu des relents qui émanent de l'actualité éconduite, en l'occurrence, par une marginalité qui tend à mélanger les injonctions politiques choisies pour des emblèmes syndicalistes véhémentes, il appert une espèce de confusion des genres dans la véritable bataille à mener pour préserver ce qui pourra l'être encore dans le climat ; sans essayer de sauver une infime partie des espoirs du passé ! Il est toujours trop tard devant un processus irréversible qui se manifeste irrégulièrement avec une violence dans les phénomènes météorologiques, notamment ! Il n'en est toujours rien, si l'on tient compte d'un facteur de mesure effectuée à l'échelle climatique : la consommation prise dans sa globalité demeure le premier fléau dont nous sommes directement responsables ! Le premier acte à accomplir pour ralentir la destruction lente de notre biosphère, serait de repenser notre consommation, sans compter sur ceux qui nous gouvernent : ce qui n'est toujours pas le cas ! Jean Canal. 29 mars 2021.