CHRONIQUES

By | février 9, 2018

BALANCE TON VIOLEUR

Soit une relation sexuelle issue de tensions résultant de propositions à caractère insistant de la part d'hommes enclin à développer une obsession dans le sexe ; d'où le terme : obsédé sexuel !

BALANCE TA CONNE

Soit une femme majeure issue d'une famille bourgeoise, ayant eu des relations sexuelles forcées, mais toutefois consenties sous l'effet du fait accompli, avec une relation masculine proche dans le cadre professionnel, familial et/ou autres affinités. Il résulte qu'après mûres réflexions prises en consciente responsabilité des conséquences à venir, l'intéressée manifeste vingt ans après les faits, une vindicte à l'encontre de l'inculpé qui reconnaît les faits comme étant de simples échanges amoureux consentis par les deux partenaires. Le statut social de ce dernier ayant atteint un degré de notoriété envieux d'autrui qui est à l'initiative de cette affaire, il appert que le Ministre en question est victime de ses propres relations bourgeoises...

Sans commentaire. Février 2018. Jean Canal.

L'article qui fait scandale.

Le titre aurait-il la prétention d'être d'actualité ? Au vu des relents de la société actuelle, émanant des miasmes conflictuels populistes que les divergences entretiennent allègrement, le constat désolant qui se dresse présente nos contemporains comme des individus ayant perdu le sens de la valeur des choses. Une espèce de volonté d'anéantissement les anime dans une lutte presque fratricide au sein d'une société compétitive qui exclut les perdants, désignés comme tels. La réussite s'affiche par des possessions ostentatoires valorisant le fruit de l'établissement personnel en une situation inscrite dans l'honorabilité institutionnelle ! C'est la reconnaissance par un certain travail attestant de la situation de respectabilité qui confère de la valeur toute relative à la personnalité de chacun. Il ne s'agit point de discrimination à l'encontre de secteurs cultivant une aisance sociale au détriment d'une marginalité matérielle ou au pire d'une pauvreté intellectuelle, voire culturelle (tout être instruit et cultivé naquit sans connaissance -acquisiv étant la somme du savoir). Il serait plus à propos de s'interroger sur le devenir de toute une société contradictoire avec sa propre pensée. Ne tombons surtout pas dans les clivages partisans d'entités politiques souveraines de l'opinion publique qui dévoient l'individu de son sens critique. Restons terre-à-terre et pour rejoindre Descartes, soyons rationnels de sorte à exiger la démonstration mathématique de la raison. Elle est cependant évidente dès l'instant que l'on comprend le fonctionnement de cette dernière lorsqu'elle est confrontée à la complexité de l'extraire du jugement intellectuel porté sur une situation quelconque. Les événements ajoutent à l'évidence un soupçon de doute dans l'intention de chacun, révélant ainsi toute l’ambiguïté de l'être confronté à une décision imminente concernant son avenir, proche ou lointain (quelque part, il apparaît, cet être, tel qu'il a toujours été). Il apparaît donc piégé sur l'attitude à prendre, adoptant pour se faire une façon très personnelle (loin du personnalisme de Mounier, s'entend) propre à lui-même et qui pourtant fait de la collectivité sociale d'aujourd'hui son clone ! En fait, c'est à partir de ce principe que l'on comprend ou du moins évalue le degré de déstabilisation de la pensée commune de toute une population qui organise sa réflexion selon des schémas stéréotypés moyennant un langage communautaire adopté pour les circonstances par tous. Cette analyse sociologique qui réside sur une observation assidue des sociétés pluriculturelles, annonce une déchéance dans la relation établie entre classes disparates sur le fond des valeurs cultivées avec outrecuidance par une majorité souveraine qui se persuade de la réalité actuelle. Ne songez point, ici, à la notion de politique que cette réflexion pourrait, à brûle pourpoint, vous inspirer. Et si vous avez songé, ne serait-ce qu'une fraction de seconde, à de la politique, alors cela révèle que vous n'avez pas compris le sens profond de ce texte ; je ne peux que vous prier de ne pas le lire. Jean Canal. 17 janvier 2018.