ARTICLES ÉVÉNEMENTIELS

L'EDITO : A lire aussi. Le Salafisme responsable de l'antisémitisme actuel. La relation Palestine/Israël est établie. Néanmoins, doit-on réellement considérer les salafistes infiltrés dans les manifestations des Gilets Jaunes, comme de vrais musulmans, selon les préceptes coraniques ?! Ne s'agit-il pas plus précisément d'antisémites primaires comme il existe des racistes primaires ? La manifestation des juifs de France, aujourd'hui, 19 février, rappelle qu'elle est aussi une communauté religieuse française, plus ancienne que l'Islam et que la religion chrétienne...et son droit d'exister est légitime.

CRITIQUES DES MÉDIAS CRITIQUES

« La France est à nous ! » Qui sont ces prétentieux qui revendiquent un pays constitué de plus d'un tiers d'étrangers-français ? Leurs noms, s'il vous plaît, que l'on puisse savoir à qui nous avons à faire, nous, les français de souche qui ont toujours pratiqué l'hospitalité et l'intégration. On ne nous demande jamais notre avis, comme si nous n'étions que des apatrides dans notre propre pays ! Naguère ce fut une tradition de respecter ceux qui venaient d'ailleurs pour vire ici. Lire dans la rubrique Chronique.

La République derechef fulminée par une poignée d'antisémites. Personne, parmi les intellectuels sur lesquels la République dut compter pour la remettre en question sur des points de politiques nationales, n'a vraiment cru à la fin de cette animosité identitaire vindicative à l'encontre des communautés nationales. Depuis l'affaire dreyfus, le juif est coupable ! De quoi ? D'être juif ! C'est vrai que la situation en Israël ne fait qu’entretenir cette haine, cultivée par les communautés arabes, revendiquant un droit d'exister ! Il semblerait que les dernières profanations parisiennes n'aient aucun rapport avec le conflit israélien (comme DAECH avec l'Islam, d'ailleurs). Tout laisse penser que les héritiers de Drumont, puisque les lois de Vichy sont de retour, aient commencé à manifester, lâchement évidemment (signe ostentatoire de ce qui les caractérise) leur  méthode "d'intimidation" -car, cette fois-ci, il va falloir faire face à cette racaille en s'en donnant les moyens ! Jean Canal. 13 février 2019.

Quelques nouvelles de l'Italie fasciste -exempli gratia. Une dernière info nous apprend l'infiltration de Luigi Di Maio au sein des Gilets Jaunes. Il s'agit en fait d'espionnage sur les méthodes de revendications démocratiques dont est privée l'Italie sous la dictature de ces deux dirigeants actuels -pratique courante dans un état européen réprimant les libertés ! Lire la suite, ici.

A LA UNE DES UNES de la Rédaction. La question de la place et du rôle de la sociologie dans les enquêtes journalistiques au cœur de l'actualité, notamment avec le mouvement des Gilets Jaunes, fait défaut dans l'information à restituer dans son intégralité au public. On le sait, l'intégrité des reportages est systématiquement mise en cause. Lire la suite, ici.

SEROTONINE de Michel Houellebecq. 350 pages en tout, enfermées dans une couverture crème légère aux éditions Flammarion. Prix 22 euros. Une critique sur le fond de l'histoire plus que sur la mise en forme du récit au cours duquel, en tout a priori, on ne s'ennuie nullement.  Lire la critique, ici.

LES IDIOTS UTILES.  Le Diplo de ce mois-ci met l'accent sur le phénomène des Gilets Jaunes, analysant l'impact populaire causal dans les sociétés, tout en revenant sur diverses réactions d'acteurs médiatisés, appartenant à une classe sociale confortable, antinomique à ce mouvement hostile à tout ce qui reflète les richesses. Serge Halimi en est l'auteur avec un confrère. Parmi les réactions étonnantes relevées, celle de Luc Ferry incarne une mentalité 'populiste' (c'est-à-dire à l'écart des règles de déontologie de l'éthique de la Constitution) au sein des représentants politiques liés à la cause présidentielle. Dans une atmosphère qui traduit en fait l'état d'esprit des courants de pensées clivées au sein des classes sociales animant ce contexte, il est difficile de savoir quoi faire pour obtenir cette paix sociale tant espérée !  A LIRE CE MATIN 12 février. En direct du pays d'Aix avec la Maréchaussée...

Gilets Jaune pour ne pas perdre son temps à en débattre

Parmi tous les médias officiels qui exploitent ce mouvement national qui défraye, effectivement, les chroniques médiatiques, nous avons choisi la simplicité dans le "bilan" qui est établi après treize interventions sur la place publique de ces représentants de la vox populi !Christophe Castaner  eut de mauvaises fréquentations, à une époque où la politique ne le sollicitait pas encore... Dernièrement, le Ministre de l'Intérieur parlait de sanctions à l'encontre des gendarmes ayant commis des erreurs de procédures dans leur travail sur les champs de batailles du samedi (un rendez-vous hebdomadaire où les rencontres entre contrevenants sont entrées dans la notoriété publique !). Des bavures évidentes seront révélées sans aucun doute.

L'affaire Benalla/Médiapart analysée par des spécialistes de l'actualité journalistique.

Étonnant de rencontrer Christine Ockrent qui est également présente sur France Culture et Christine Angot, écrivain, se fourvoyer dans un débat puérile qui ne révèle rien d'intéressant concernant le fond du problème économique de la France, si ce n'est sur les comportements des uns et des autres avides d'une actualité populaire nourrissant, à satiété, les médias.  Les Gilets Jaunes se vendent bien ! Ce qu'il faut retenir de cette joute partisane sont justement les intérêts idéologiques de chacun, loin des préoccupations nationales et de l'intérêt général des personnes en précarité. La redondance de Edwy Plenel, se congratulant par le truchement de son Média en ligne, saisissant l'occasion de citer ses petits-enfants enclins à subir cette situation économique, n'a point échappé à Christine Ockrent qui semble se souvenir des méthodes de l'ancien directeur du Monde ! Il faut suffisamment d'observation pour déduire ce qui reste évident...à l'écoute d'un plaidoyer favorable aux intérêts de chacun. D'ailleurs Christine Ockrent fait seulement acte de présence par courtoisie, pour répondre à l'invitation de cette soirée qui comble un vide intellectuel dans l'information attendue, en vain ! Certains auraient dû rester au lit... Jean Canal. 25 décembre 2018. On aurait volontiers voulu ne plus avoir envie d'entendre parler des Gilets Jaunes, en ce début d'année 2019. Merci ! Au même titre que l'on se serait aisément passé d'assister à des conflits internationaux sur les terrains des guerres au Moyen-Orient, en Afrique et ailleurs ! Quant aux épouvantails comme Trump et son homologue de la Corée du Nord dont le patronyme est difficile à rappeler, ils nous distraient et font les unes des presses officielles ! Ce dont nous aurions certainement besoin, c'est d'un tantinet d'accalmie au moins durant l'hiver afin de recouvrer toutes nos sensibilités humaines, histoire de savoir exactement où nous en sommes tous. Il faudrait essayé de savoir à quoi nous aspirons réellement dans cette vie collective que nous vivons au quotidien avec des gens avec lesquels nous n'avons par forcément d'affinité et dont on se passerait bien souvent de leur présence. La promise cuité sociale est une réalité qui exerce sur chacun d'entre nous une pression psychologique indéniablement liée au contexte sociétal fort perturbé ! L'autre, eh bien, est toujours cet enfer social qui vient perturber notre quotidien, au demeurant notre existence tout en en modifiant les paramètres, souvent en nous déviant des propensions originelles qui font de nous des êtres déchus de cet idéal ébauché sur de frêles pensées évanouies dans les décombres de la pensée ! On sait que la société contribue à développer toutes sortes de contradictions qui nous obligent à abandonner définitivement nos "rêves", finissant par contracter des formes de compromis avec l'existence, abdiquant même devant la force de dissuasion sociale, au demeurant renonçant à être heureux ; puisque ce n'est plus dans l'aire du temps... Et donc une société qui ne répond pas forcément à ce à quoi nous avons aspiré au cours d'un vécu déjà terminé ! Quels que soient les projets  personnels, élaborés à partir de concepts réalisés d'après une possible réalité, il y a toujours des éléments sociaux qui viennent en modifier le sens que nous lui avons prêté par des concours de circonstance fortuits, en amont de nos idéaux. L'année prochaine sera t-elle mieux que celle écoulée ? Nul ne peut plus apporter de certitude sur ces 360 jours et quelques qui nous restent à vivre. D'autant moins que désormais les hommes politiques n'auront plus le pouvoir du changement, puisque le chamboulement climatique nous dictera notre marche à suivre ; et cet événement vaut encore la peine que l'on le vive, quand bien même ne serions-nous pas d'accord avec ce que nous vivons... Formulez vos vœux 2019, au meilleur de ceux qui vous conviennent et correspondent à cet idéal de vie auquel vous n'aspirez plus, faute de manque de convergence sociale et de paix universelle ; le reste n'étant que falsification du quotidien. Assumez donc le rôle que cette dernière vous assigne. Jean Canal. 1er janvier.

Projet pour une presse libre, est l'intitulé de l'article du Diplo du mois de décembre 2014. Quatre années plus tard, ce thème récurrent préoccupe le diplo qui revient sur ce sujet, dans un contexte confronté à une situation complexe dans l'exploitation de l'information et/ou de sa désinformation orchestrée par des "journalistes" répondant aux intérêts de leur Rédaction/Direction !

« Autour du Diplo »Le café noisette.

 Avec un léger goût d'amertume relevée par un arôme acre, il se boit par petites gorgées entrecoupées de lectures paraphrasant les nouvelles de l'info ; en l'occurrence enseignée par le journal mensuel de référence. La subtile pratique, en dégustant cette composition de caféine et de lait réside dans la saveur cachée qui en émane au fur et à mesure de sa dégustation dont il faut préserver la température suffisamment chaude pour qu'il ne soit pas imbuvable... Selon le café où vous irez, son goût sera strictement différent ; et lorsque votre noisette atteint la saveur que vous recherchez, consignez le troquet qui vous l'a servie ; mais n'en dites mot à quiconque... les trésors, comme l'Amour, ne se partagent qu'avec des intimes...  De préférence sucrez-le abondamment, contrairement aux idées reçues ; à l'instar des Éthiopiennes lorsqu'elles boivent leur moka. Et si votre imagination est aussi fructueuse que l'auteur de ce texte, vous y découvrirez en filigrane l'Abyssinie d'Arthur Rimbaud. Jean Canal.  
Le principe dans ce genre de journalisme, est d'attirer l'attention du lectorat avec une ligne éditoriale traitant des sujets populaires en première instance : la redondance en est la pratique appliquée au quotidien à laquelle s'ajoute l'intervention de personnalités qui crédibilisent les propos allégués pour la cause (les Gilets jaunes en illustrent un très bon exemple) ! C'est banal et passé de mode. On a compris que certains médias en ligne, tournant en boucles entrecoupées de publicités excessivement ridicules, puisent leur manne dans l'actualité populaire entretenue au fil de la journée. Le ton sérieux adopté crédibilise ces chaînes présentes sur les lieux des événements (c'est un atout qui crédibilise l'info en question)! Animé par Frédéric Taddeï, Interdit d'Interdire diffusé sur RT France, chaîne décriée par des confrères a sa sortie, ravit la Une "intellectuelle" à un public populiste plutôt confiné dans des émissions infatuées par un égocentrisme exacerbé...(vous devriez trouver facilement leurs noms) !  Enfin une émission intelligente avec des gens intelligents ! Hormis ARTE, on désespérait de l'état actuel de nos penseurs qui jouent le jeu du show médiatique dans les arènes de la télé, au regard du grand public, persuadé, effectivement, d'en apprendre un peu plus sur sa condition humaine (Hannah Arendt). "L'opium des intellectuels" comme le précisait Raymond Aron dans son ouvrage éponyme, soulignait déjà la trahison intellectuelle de celui qui endosse la responsabilité d'informer par sa plume, sans enfreindre la vérité. Bref ! L'esprit critique s'est étiolé au profit du consumérisme qui maintient l'individu dans une inanité favorisant un passéisme dangereux pour l'avenir démocratique ; nos libertés individuelles en ont pâti ! Jean Canal. 17 décembre 2018. A la lecture du Diplo de décembre.

VOUS AIMEZ LES VOYAGES EN CROISIÈRE ?! L'Aquarius vous emmène en croisière en Méditerranée pour une rencontre avec les communautés africaines, en déshérence et dérive sur embarcations de fortune, grassement monnayées. Ainsi, apaisant votre saine curiosité, vous aurez le privilège de découvrir des sites de désolation macabre, où le genre humain révèle ses capacités à abandonner ses semblables, jusqu'à en vendre sa chair : femmes, enfants et vieillards dérivent sur les flots au gré de l'indolence internationale -l'indifférence caractérisée des sociétés modernes est enfin dévoilée. Ainsi, vous pourrez constater la réalité de près (cachez cette réalité que je ne saurai voir), sans en subir des conséquences morales. En rentrant au port, profitez des nombreux restaurants qui, pour des prix attractifs, compétitifs et défiant la concurrence, vous feront goûter leurs spécialités régionales importées de Chine et d'Asie, en toute conscience lavée de culpabilité. Embarquement à Marseille, la ville mythique de la pluralité sociale exemplaire où des gens de couleurs essentiellement venus d'Afrique ont donné ses lettres de noblesse à la culture méditerranéenne...Terre des étrangers par excellence ! Jean Canal ; bien sûr. 21/11/18.

BONNES NOUVELLES DU GIEC : + 2° DANS moins de 10 ANS  Rien de nouveau sous les pluies. 29/10/2018. C'est extraordinaire cette capacité que nous avons à tout détruire, à tout démolir pour reconstruire différemment, alléguant comme argument, le changement en signe de progrès ; ainsi prend forme la rénovation des choses et des structures qui composent nos sociétés.

La page de l'Ecologie. 

Le dernier film de Fred Grivois est un échec ! Il vous faudra sortir de la "production" cinématographique officielle inscrite dans le système économique, pour le critiquer judicieusement.La légende de la photo de Paris Match du 21 février 1976 : "Les paras en position de combat face à la frontière." Il s'agit de la 1er compagnie de combat de l'Infanterie de Marine, située à Obock, sur le TFAI, qui était sur place. Pas de paras ! Au centre la fameuse 12-7................

Cette mise en scène grotesque fait songer aux films d'Hollywood... Comme aurait dit Godard "nous sommes au cinéma." Sous entendu prenez les scènes comme des fabrications cinématographiques construites pour un impact spectaculaire/populaire -c'est d'ailleurs ce qui marche le mieux (le haut débit de la "production" cinématographique à pollué et pollue le cinématographe ! Dans cette présentation d'un fait charismatique des forces militaires en action, quelques extraits sont hélas romancés et assez loin de la réalité événementielle de cette dramatique prise d'otage (deux enfants y ont trouvé la mort). Mars 1976, Jean Canal débarque à Djibouti et l'écho de cette histoire se répercute dans les casernes où les récits sont tous édifiants sur les premiers intervenus sur les lieux : la légion étrangère du 2° REP et ses tireurs d'élite. La gendarmerie envoya son élite, le GIGN, après la mise en place de l'armée du territoire mobilisée (la 1er Compagnie de combat d'Obock où Jean Canal fut affecté, figure en photo sur Paris Match avec une fausse légende "Les paras en position de combat...") et tenue en alerte contre les menaces somaliennes (la photo de Paris Match de l'époque représente un militaire de la régulière -1er Compagnie- avec son arme d'épaule à lunette (FR-F1, je crois : calibre 7,5) ! Merde ! Arrêtez de prendre les gens qui ne sont pas cons pour les 60% de la population qui le sont, vous y compris ! Les acteurs du film, ne sont effectivement que des acteurs. Et ceux qui incarnent les terroristes somaliens sont loin de leur ressembler notamment par le profil et le langage (les Issas sont une ethnie plus typée...). Il vaut mieux s'en tenir à la réalité des faits qui dans l'imagination de ceux qui vécurent là-bas, concrétisent des scènes proches de l'authenticité. Lien connexe sur ce fait entré dans l'oubli des annales militaires (source Wikipédia). Cinéma de merde pour gens de merde ! Cette histoire mérite le respect pour des enfants encore victimes de cette anecdote... et ceux qui sont morts. Le GIGN n'avait pas repéré un terroriste placé sur les marches du bus. Jean Canal. 26 janvier 2019. Revu et corrigé le 12 février. Ina.fr ici.
Dernière nouvelle de Djibouti. Peter Cherif en fin de carrière criminelle. C'est la République de Djibouti, état musulman, qui a permis l'arrestation de cet assassin. En présumant d'une fin de vie active, le terroriste en question vieillira en prison pour le plus grand bonheur des victimes de ses actes.
Un fait divers laissé intentionnellement en berne ! La corruption du Président Ismail Omar Guelleh, assigné à son poste depuis 1999 (les dictatures ont la vie longue, en Afrique), est accusé d'avoir détourné, durant des années, des fonds alloués par les aides internationales destinées au peuple mourant toujours de la disette imposée par IOG (initiales dudit). Qu'il détournât l'argent des ressources maritimes produites par l'exploitation du port, cela ne regardât que les autochtones, s'entend. En effet, fondé sur l'acquisition de biens immobiliers à Paris, IOG est directement mis en cause par la justice française. Djibouti, tous les acteurs politiques le savent, vit à crédit que ce soit avec la France, la Chine qui a financé de grands travaux (réaménagement de la voie ferrée) et l'empire d'Oman ! L'enquête avortée du juge Borrel, en 1996, assassiné par les sbires du président Hassan Gouled Aptidon (appelé 'Petit-bidon' par la légion) atteste de la tyrannie masquée sous les aspects islamistes que la Somalie entretient avec certains ressortissants, depuis la prise d'otage de 1976, à Loyada. Sera-t-il jeté dans les geôles de son minuscule état où ont été torturés et assassinés des opposants au régime ? Il est permis d'en douter... Post-Scriptum : Jacques Chirac décerna la légion d'honneur à son homologue Ismail Omar Guelleh... Vive la France ! Jean Canal. 1er décembre 2018. 

Angola: Répression à Cabinda et liberté pour le reste du pays?

Les détentions à Cabinda et à Lunda Norte ont suscité un débat sur une prétendue dualité de critères dans le traitement des droits et des libertés. Ceux qui protestent ici ne semblent pas avoir les mêmes droits que ceux qui protestent à Luanda.

 

Par Emmanuel Nzita de nos réseaux sociaux Afrique.

 

Il est rare de voir ce que les occidentaux appellent à tort les arabes pleurés, amalgamant les habitants du Moyen Orient à des entités musulmanes ; alors que vivent sur cette terre les plus anciennes communautés chrétiennes.

Ici, ce qui choque est cet homme qui pleure sur le sort qui lui est jeté par le contexte dû au conflit syrien. Des gens sans aucun problème, lesquels vivaient paisiblement au quotidien. Des hommes qui pleurent et d'autres qui rencognent leurs larmes en leur for intérieur pour préserver leur dignité de l'affront que "le monde" leur fait ! Les liens humains ont définitivement rompus, sous la pression des hostilités ; l'Orient du Croissant fertile, là où la Jérusalem céleste abrite trois religions, est devenu la terre des conflits ! Autrefois élue terre de paix universelle, la terre sainte a succombé aux exactions des hommes qui, assoiffés de conquête, n'hésitent pas à rayer de la carte géographique antique des villes emblématiques dans l'histoire biblique ! Quel sera le prix à payer de cette humiliation ? Jean Canal. 29 janvier 2019.

Le prix Nobel féminin 2018 : un témoignage émouvant. Daech viole, tue et exploite le Coran pour des raisons de stratégie géopolitiqiue, l'économie étant un des intérêts tacitement maintenus en filigrane d'un état islamique fictif. Le rapport avec les femmes est donc évident. Le témoignage de Nadia Murad plaide en faveur de toutes celles qui ont été violées, mis en esclavage et tuées pour la seule raison du plaisir de la chair ! Jean Canal. 7 octobre 2018.
LA TURQUIE a le courage d'accuser directement les responsables saoudiens coupables de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Des Princes arabes directement visés par l'enquête. 
André Glusman avait titré son ouvrage critique sur la dictature en Ethiopie de Mengistu, en 1985 : "Silence on tue !" Avec le(s) Prince(s) d'Arabie, les meurtres, assassinas, disparitions, tortures, etc. sont une pratique courante du régime arabe qui n'a cure des retombées de dieu rarement manifesté ces dernières années ! Nous avons pu constater les limites de l'occident à appliquer des mesures de sanction à l'encontre de ceux qui bravent les Lois des Droits de l'Homme (fêtant ses 70 ans, cette année), impunément au Yémen, notamment. On est donc en droit de se demander si les institutions ont permis d'éradiquer les crimes contre l'humanité, selon la formule consacrée. A priori, le monde est toujours, si ce n'est plus  (en tenant compte de l'évolution sociale des sociétés), sauvage et barbare ! A qui peut-on faire donc confiance aujourd'hui, pour défendre becs et ongles les atteintes permanentes aux droits de l'homme ? - Personne, Jean Canal, ou peut-être les femmes qui aiment les laisser pousser... 29/11/2018.
Donc, le Coran reconnaissant l'existence de Jésus en tant que Verbe incarnant l'esprit saint, le coran s'inscrit dans la continuité de l'évangile et de la Thora juive. Comme Mohamed le prophète, Jésus précède, dans la lignée prophétique depuis Abraham, Mohamed le Prophète des musulmans. Jean Canal. Réflexion sur les prophètes. 15 août 2018. fête de Maryam.   Lire la suite. L'Etat islamiste déchu, DAECH vaincu, restent les idiots utiles voués à la cause perdue de la haine, quand on sait que les musulmans de France aspirent à vivre en paix. La société est confrontée à d'autres problèmes majeurs, mais qui sont inconsidérés par la majorité des populations : les conséquences désastreuses du chamboulement climatique vont dicter la conduite à tenir à l'avenir pour durer ! L'orgueil des musulmans rencogné dans les strates de leur identité, ils comprennent que la vie en société est la seule planche de salut pour pouvoir exister sous les lois de la République ! Jean Canal. Après avoir longuement discuté avec 1 vrai musulman de Marseille. 6 juillet 2018. 

A lire aussi : le bel article de la Revue Esprit

Chris Marker signe un chef-d'oeuvre inégalé jusqu'à ce jour dans le thème choisi. Le Joli Mai est un document sociologique évident qui met en scène la vie parisienne durant ce moi de mai 68.  Alternant avec plusieurs caméras sur des prises de vues réalisées dans des contextes spécifiques à l'événement du mois de mai 1968, Chris Marker prend la température de la capitale, au sein des populations qui l'habitent, la composent et l'animent, sans aucune discrimination de classes sociales et évidemment de cultures sociales. Que s'est-il passé au mois de mai 68 ? Rien de très important qui eût changé la vie quotidienne des parisiens... Jean Canal. 7 mai 18.

L’EXTRÊME DROITE EUROPÉENNE. 

L'ARABIA FELIX. 14/18 : le 11 novembre commémore son centenaire d'une guerre meurtrière entre deux états aujourd'hui amis ! C'est l'occasion de vous présenter ce reportage édifiant sur la guerre du Yémen, territoire convoité religieusement par l'Iran et l'Arabie Saoudite, avec une coalition musulmane très significative dont le Maroc fait partie, entre autres d'états passifs dans leur attitude belligérante !
Quand il s'agit de massacrer un peuple, en invoquant un dieu que l'on ne voit jamais, d'ailleurs, la coalition déploie suffisamment de force pour éradiquer tout ce qui vit ! Chiites contre Sunnites au nom d’Allah ! On est en droit de se demander si les populations musulmanes qui cautionnent donc ce genre de conflit, par l'assentiment de l'implication de leurs états, ont conscience des conséquences idéologiques que cela insuffle sur des comportements à venir ?! [SIC]