EDITO TRIBUNE CHRONIQUES BILLETS PRESSE DÉLITS ARCHIVES MÉDIAS

Terre d'Orient. Terre d'Islam. Loin des turpitudes qui agitent les animosités des uns et des autres, un voyage vers la Terra Incognita s'impose.  Non pas vers le Maroc (très occidentalisé) où 800 000 français vivent en permanence, dans des conditions confortables, mais en des parties du monde devenues aujourd'hui inaccessibles. Ne rêvons plus, aujourd'hui, cette image d’Épinal de l'Orient a complètement été éradiquée pour des besoins de modernité permanente que le progrès génère ! Les guerres intestines privent les idéalistes de s'embarquer pour cette inconnue. Il ne nous reste que les lectures qui nous rapprochent de ces époques surannées quand il était encore permis de franchir des frontières en soudoyant les autochtones. Puis, les déserts ont été goudronnés, les rivages bétonnés et tous les habitants de l'Afrique et l'Arabie ont un portable... Jean Canal. 18 octobre 2020.

Voyage en Orient

La Chaine Arte rediffuse sa série sur Jésus et l'Islam. Cette initiative n'est, évidemment pas anodine au contexte actuel. Il faut en tirer une richesse. Les exégètes présentant les deux prophètes démontrent la corrélation qui existe entre ces deux religions, dans le sens où le Prophète reconnaît déjà l'existence de Jésus ! Ce témoignage historique devrait éclairer les musulmans incultes et les chrétiens sceptiques... A voir et revoir.... Saluons le travail qui fut réalisé pour aboutir à un tel résultat de recherche.

QUI EST RESPONSABLE DE QUOI, en France ? On tue du flic ou du moins la mise à mort de la police est déclarée ! On doit s'insurger sur le sacrifice des innocents, fussent-ils issus de la police ! Qu'un règlement de compte ait lieu entre voyous et flics ripoux (de plus en plus de policiers ont tendance à imposer leur loi !, c'est l'usage et cela entre dans les relations que les uns entretiennent avec les autres ! Au temps de la Mondaine dont certains policiers encore aujourd'hui aspirent, en en cultivant les méthodes, à en adopter les principes, les voyous bouffaient dans la même gamelle que les Flics. Selon les événements qui se sont déroulés à Marseille, ces dernières années, en ayant compromis des policiers qui rackettent les trafiquants de drogue, ajoutant à cela la corruption de Michel Neyret, premier flic de France condamné à de la prison ferme, on est en droit de se demander si la police a été depuis Vichy, une seule fois propre ! Bien sûr, les attaques contre des policiers consciencieux ces derniers jours en France, sont condamnables ! Néanmoins, la déontologie souffre de non respect envers une éthique qui semble suivre le cours de l'évolution des crises sociales... Jean Canal. Evidemment, quand on a le courage d'écrire ce genre de réflexion, on ne plaît pas du tout à la Police... 25 octobre 2020.

Dans son hypothétique providence populaire vouée à pallier les manques à gagner des commerçants, l'état semble effectivement vouloir subvenir aux carences financières des commerces en l'occurrence, en allouant des sommes compensatoires aux pertes sèches des recettes non perçues, à cause de la crise sanitaire actuelle. 23 septembre 2020. Lire la suite.

La réflexion des jeunes musulmans de France par Jean-François Mignot

Marlène Schiappa lors d’une réunion au ministère de l'Intérieur, jeudi 22 octobre, à Paris.

La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté annonce à « l’Obs » la création d’une unité sous l’autorité du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation pour contrer les discours des islamistes sur internet.

A tout malheur, la cause est bonne ; quand bien même le retard accusé sur les mesures à prendre, aggrave encore plus la situation devenue inextricable (pas besoin d'être ministre pour comprendre que le laxisme politique de plusieurs mandats électoraux a fini par fragiliser la démocratie !). Un démêlé, en fait, entre cette démocratie et la laïcité ! Nous sommes devenus le pays des bourdes de toute espèce qui au début faisaient rire ! Aujourd'hui, devant l'odieux !, on ne rit plus ! Trop, c'est trop ! Les assassins de cette République doivent tout simplement être exécutés ! Jean Canal. 25 octobre 2020.

En direct de la Revue Esprit. Œuvre collective, ce livre est cependant construit comme une suite de chapitres qui s’enchaînent logiquement pour rendre compte de ce qui se passe en Algérie depuis des mois, en l’occurrence le hirak, mot arabe qui signifie « mouvement » et, par extension, « soulèvement », « insurrection ». Ses auteurs sont des membres d’Algeria-Watch, association de défense des droits humains en Algérie. Construit en trois parties – les origines, la description d’un mouvement unique en son genre, les réactions du régime et à l’étranger – et dix-huit chapitres, il propose des analyses à la fois très informées et très radicales. Cet extrait, présenté par Jean-Louis Schlegel est tiré de la Revue Esprit d'octobre. du livre collectif écrit par des auteurs algériens. Tout y est explicite sur la politique algérienne menée au détriment du peuple, toujours en souffrance. Le manque de libertés plurielles, n'en est pas le seul symptôme relevé au cours de l'histoire algérienne, mais une espèce d'absurdité dans la gestion sociale apparaît nettement dans les affaires du pays. Les années de corruption officielle ont privé ce pays de l'opportunité de rejoindre les rangs des états expansifs économiquement, en sacrifiant son propre peuple, par des restrictions sans fin !  La révolte Hirak en est les signes ostentatoire de la volonté d'un profond changement en Algérie. Jean Canal. 21 octobre 2020.

 

Une jeunesse sacrifiée sur l'autel de l'Humanitaire ; jusqu'où un tel "suicide" peut-il conduire la démocratie française ? Y'a t-il réellement des responsables ? Qui aurait pu éviter ce drame qui victimise tout les acteurs politiques, les français y compris ? La prudence aurait dû être ramenée à une vigilance accrue, conditionnant les intervenants en terre hostile à la France, à un principe de précaution plus ardu, relevant presque de la méfiance globalisée..! L'héritage colonial demeure omniprésent dans les idéologies cultivées en France ; de droite comme de gauche : fondamentalistes religieux inclus

Bingo! Nous avons gagné le premier prix de la connerie collective, sans aucun effort ! C'est stupéfiant cette capacité que nous avons de détruire tout ce que nous touchons : nature, architecture, individus et planète ! Sauve qui peut et chacun pour soi ! Aucune aide possible.

LE FILM DE PIERRE CARLES EST DISPONIBLE

Pour ce mois de septembre, il est recommandé de se référer au Monde diplomatique numéro 798, en sa 67° année, dans lequel vous trouverez une lecture incontournable et qui dans son fond rejoint l'idée de justice corollaire à la sortie du film de Pierre Carles : page 12. Un hommage en soi qui nous rappelle la valeur de l'humain engagé dans des combats qui gagnent...la postérité !

Les arméniens manifestent à Paris contre les conflits qui opposent l'Arménie au Haut-Karabagh. Il semblerait que le patriotisme doit avoir une définition propre à la nation. Quand son pays, sa terre natale, celle de ses propres ancêtres sont en danger, on rejoint les fronts de combat pour défendre cette patrie. Les arméniens des Champs Elysée font preuve de sinécure en se tenant distants des conflits armés. Au cours de la lutte contre DAECH, des européens qui avaient des situations professionnelles, sont partis combattre loin de chez eux pour des causes qui n'étaient pas les leurs. Il est facile de se servir de la République pour en soutirer un appui stratégique, en l'accusant d'inanité ! Le courage se mesure à l'action sur le terrain. Jean Canal. 10 octobre 2020.


Si vous demeurez dans la suspicion concernant la protection citoyenne que la police devrait pratiquer, vous vous fonderez désormais une raison de la valeur de cette police. La visite du Premier ministre à Toulouse, confirme 111 policiers en plus dans la ville autrefois rose pour pallier à l'insécurité et le trafic de drogue de plus en plus intense. On ne peut que se réjouir, voire se féliciter de cette entreprise ministérielle. Le maire de la ville a signé avec l'état un compromis qui sera appliqué sur de longs mois. En proportion du nombre d'habitants, la police pourra t-elle  éradiquer le crime ? Il y a comme un air de politique récurrente qui fit choux blanc ! D'autant plus que la police pour une fois est unanime dans sa critique formulée du bout des lèvres : les moyens ne sont pas suffisants pour contrôler tout le territoire. Jean Canal 18 octobre 2020.

Un film documentaire qui regroupe les confrontations des forces de l'ordre contre les Gilets Jaunes, durant l'année 2019. Il est établi, à travers les différents reportages professionnels et amateurs, la violence gratuite que la police a distribuée au cours des manifestations. Egalement, les dégâts causés par la casse et les agressions sur différents agents de l'ordre, sont mis en évidence. On constate aussi les stupidités de certains manifestants qui bravent une police surarmée et de fait dangereuse. Un paradoxe est établi : un manifestant veut ramasser une grenage de désencerclement qui explose avant et lui arrache la main ! Un boxeur de compétition boxe un gendarme qui ne fait que son travail de maintien de l'ordre ! Une syndicaliste qui traverse une rue se fait matraquer par le commandant des CRS qui monte à l'assaut, en violentant tout sur leur passage ! On assite en fait à des scènes de guerre. De surcroît un extrait de la rencontre Poutine-Macron éclaire sur la légitimité de l'état d'employer la violence contre son peuple, afin de sauver l'état de droit !  Des comportements inacceptables de la police autant que de certains manifestants qui ont fini par pratiquer la violence de leurs adversaires ! Le bilan est désastreux au niveau humain ! Il est définitivement honteux au regard de la police et des forces de l'ordre en général. Les français dans leur ensemble n'oublieront pas de sitôt les années Macron...  Jean Canal, en direct de Toulouse, au cinéma The Cosmograph, rue Montardy.

LE CLIMAT DEVIENT SUJET DE DISSERTATION

QUEL HOMME PLITIQUE RENDRA LA MEILLEURE COPIE ? Avec les derniers événements de catastrophe naturelle survenus ces derniers jours en France, il semblerait que le chamboulement climatique ait une incidence sur la population, jusqu'à en insuffler les politiques qui composent sur le sujet. Réviser sa première copie sur les effets d'émission de CO2 et sur l'aménagement anarchique du territoire qui se traduit par un réseau routier développé à l'extrême (voir Montpellier et sa région), les autorités qui en fait englobent tous les responsables décisionnaires, dont la hiérarchie s'échelonne sur une liste exhaustive, sont acculées à leur propre erreurs de mauvaises gestions des cours d'eau et des espaces forestiers ! Le bilan se solde chaque année par des catastrophes dépassant l'échelle humaine ! Doit-on, derechef, rappeler que nous n'en sommes qu'au début et que le phénomène récurrent se répandra jusqu'aux endroits les moins vulnérables... Jean Canal. 8 octobre 2020.

ACTE DE DECES : 1 026 646 MORTS DANS MONDE. RECONFINEMENT. Vers un retour inéluctable au confinement d'automne : c'est ce que le contexte de la saison estivale laisse augurer. L'épidémie croît selon des critères de propagation imputés au non respect des distances conventionnées pour le coronavirus ; ce qui implique de nouvelles mesures gouvernementales applicables sur le principe de précaution garantissant une hygiène collective. L'automne sera donc confinée...et les commerces de bouches privés d'une manne économique ! Octobre 2020.

32 171 et quelques MORTS EN FRANCE

PAGE DU COVID-19 "Un mal qui répand la terreur, LA PESTE" 7,7 milliards d’habitants au 1er janvier 2020   Consultez la tableau pour suivre l'évolution du coronavirus dans le monde : des chiffres mis à jour plusieurs fois par jour, sont donnés. L'OMS avait prévenu sur les risques de la propagation du virus : un déconfinement hâtif, sans préalables de précaution entre personnes, aurait des conséquences grave pour la planète. Nous y sommes parvenus, inconsciemment ! "Un mal qui répand la terreur, la Peste." Jean de la Fontaine. "Les animaux malades de la peste."

Avec 160% de dette du PIB français, comment le pays, qui va connaître une forte vague de covid, soldera t-il une addition dont le montant dépasse les finances d'état ? Le peuple y pourvoira...

ACRIMED La presse en perfusion est alitée sur son lit de chevet. Il y a longtemps que le détournement des idées fait la Une de l'actualité, de manière à créer l'événement. Valeurs Actuelles n'est située qu'à la 102° place des magazines vendus en France : une piètre notoriété ! Soit derrière les journaux officiels de la presse nationale et locale qui connaissent une baisse dans l'intérêt qu'ils suscitaient, jadis et naguère ! Le Monde diplo du mois, donc, pour revenir sur l'article concerné, établit une carte indicative sur le paysage journalistique de nos médias : le net a ravi la prime place de la presse papier qui néanmoins se maintient, dans certains secteurs : ceux qui relatent une vue précise de l'actualité. La Revue Esprit, Le Monde Diplo et la Revue des deux mondes sont ceux que nous fréquentons, régulièrement -autrefois Le Magazine littéraire connut une assiduité dans ses lectures, aujourd'hui complètement abandonnées. Exemple à suivre pour l'exemple seulement. Être réellement informé est toujours possible, en faisant la synthèse sur une information reçue comme telle à comparer, bien sûr, en usant de vos propres analyses qui ne relèvent point de travail appartenant aux exégètes du monde intellectuel qui a tendance à raboter les sujets licencieux du débat d'opinion. La dernière intervention d'Hubert Védrine sur France Culture, lors d'une émission culte, "L'Esprit public", me laissa pantois sur sa propre analyse sur les résolutions à prendre pour freiner le chamboulement climatique... Arguant une rhétorique désuète sur l'esprit de conviction à en déduire. Les Petits Médias résistent contre la main mise sur la désinformation pratiquée régulièrement. par les plus importants qui influencent l'opinion ! Un regard sur ce qui nous intéresse et nous concerne directement : l'info ! Jean canal.23 novembre 2019.

L'histoire nous l'a maintes fois démontré : la liberté d'un état, dépend de celui qui lui est proche géographiquement. Séparée par la Méditerranée, l'Afrique du Nord fut souvent le théâtre de conflits meurtriers, ces quarante dernières années. La liberté des peuples influe sur la politique intérieure qui peut vaciller selon les conjonctures. L'Algérie est encore en crise avec son peuple. Le grief ! Les libertés citoyennes en attente d'être enfin obtenues. La problématique ? Établir une démocratie qui n'imposera pas les lois religieuses aux institutions ! Il faut donc, selon la volonté du peuple algérien, établir une nouvelle constitution qui protégera les libertés de chacun : celle de pratiquer la religion ou de la consigner au simple fait des traditions... La Rédaction.

LA POLITIQUE FRANÇAISE. Suite de l'intitulé en présentation. Controverse chez les élus de la République, lesquels disputent, non pas l'économie française en berne et son endettement pour que le pays reprenne de l'activité, mais le comportement du Premier ministre ! C'est dire à quel point la santé des français, leur statuts professionnels ainsi que les finances de la France dont dépend le peuple, toutes classes confondues, ne font points l'objet de priorité imminente ! L'actualité politique en est à débattre sur les caractères de nos dirigeants, comme La Bruyère avec ses Caractères ! Fait-on encore de la politique en France, de façon sérieuse de sorte à épurer ce pays des anomalies qui mine son système !? Comment ne pas compromettre une démocratie qui n'a cure de respecter les priorités dans un état d'urgence qui assigne nos politiques à œuvrer pour un avenir en péril !?  Le quinquennat de Emmanuel Macron touche à sa fin ; il est sur le chemin du retour : celui à une activité moins nationale, voire réduite à un anonymat économique restreint ! Les hommes passent ! Les problèmes de fond demeurent ! Castex aura au moins le mérite de s'investir d'une mission avec sincérité, quand bien même appartiendrait-il au parti des voyous de la république, rencogné au titre d'extrême Droite ! L'Homme se présente les mains propres pour se saisir des tâches sales de l'état ! Qui parmi ceux qui eussent brigué le poste, eurent l'audace d'affronter une situation complexe dans un contexte vicié par un virus ?    Jean Canal. 14 juillet 2020.

CABINDA  LA PROVINCE OUBLIEE DE L'AFRIQUE

Oublions l'Europe aux anciennes puissances impérialistes qui finirent par abdiquer devant ses vieilles colonies. Vers l'Afrique Orientale, celle des aventuriers comme Kessel, Rimbaud, Monfreid, Loti, Ségalen et tous ces grands malades échoués en terre arabique, ayant épousé l'esprit mahométan par conviction idéaliste, les populations autochtones d'aujourd'hui immigrent vers la terre sainte de l'Islam, dans le simple but de trouver travail et nourriture. Leur parcours pourrait relever de celui de l'enfer, si nous avions un témoignage de ce qu'est l'enfer religieux ; hélas ! Non !  C'est une opération de survie que ces gens effectuent, sans véritable espoir de rencontrer un havre de paix, hormis celui que la mort réserve aux plus faibles !  Ce témoignage s'ajoute à tant d'autres qui s'accumulent dans les archives audiovisuelles de l'actualité où la misère n'émeut plus, mais entre dans un processus de cause à effet auquel la responsabilité ne trouve même plus de référent ! Jean Canal. 18 novembre 2019.

Sambo Ermann Paulo Je suis optimiste car les occidentaux sont bien avec le MPLA. A lire. 4 novembre 2019. DERNIÈRES NOUVELLES DU CABINDA 2019 transmises ces jours-ci. Courrier de presse Afrique : le 5 septembre dernier, des soldats du MPLA ont semé la terreur à Cabinda et en RDC, à la recherche de réfugiés liés à la résistance du Cabindan, informations confirmées par une source liée aux réfugiés de Cabinda. 6 septembre 2019.Nous prenons parti, à presselibre.fr, comme dans le Talmud (ne cherchez pas de rapport, il n’y en a pas), pour les persécutés. Pour ces faibles qui ploient et ne rompent pas sous le joug des états qui imposent une politique dictatoriale, oligarchique et souvent aux apparences démocratiques, se targuant de défendre les Droits de l’Homme. Pour ceux qui meurent légitimement pour des idées, pour un drapeau et pour la Liberté ! LIRE LA SUITE         Lien connexe 

L'Afrique serait-elle indexée aux risques probants du Coronavirus qui sévit sur toute la planète ? Pas un état africain qui ne soit frappé par le Convid-19. En France, 6000 prisonniers de Droit commun ont été libérés des prisons pour échapper au virus.  En Afrique de l'Est, l'Angola détient toujours dans ses geôles, depuis Le 10 décembre 2019, 8 activistes de Cabinda, arrêtés et emprisonnés pour avoir exprimé légitimement l'autonomie de leur Province. Ce délit mineur qui en Europe ne connaîtrait point de comparution devant les tribunaux, apparaît comme une méthode ancestrale dans les procédés judiciaires que pratique à outrance l'Angola. Privé quelqu'un de liberté pour ses opinions appartient, en effet, à des états ne pratiquant point les conventions des Droits de l'Homme. Argumentant autour d'une procédure légale, paradoxalement, le chef d'état angolais refuse de libérer des ressortissants de son territoire, puisqu'il considère le Cabinda comme une propriété de l'Angola à part entière ! A ce jour, Huit pacifistes croupissent toujours dans les prisons angolaises. Jean Canal. Avril 2020.La direction politico-militaire du Front pour la libération de l'État de Cabinda (FLEC) exige la libération immédiate de tous les prisonniers politiques, considérant que «leur seul crime était de vouloir être libre et de revendiquer le droit à la liberté d'expression». «À cette date où nous célébrons également la Journée de l'identité de Cabinda, la direction politico-militaire du FLEC exige la libération immédiate de tous les prisonniers politiques à Cabinda dont le seul crime qu'ils ont commis était de vouloir être libre et de revendiquer le droit à la liberté d'expression et droit légitime à l'autodétermination de notre peuple », écrit le FLEC et le communiqué. Le Front de libération de l'État de Cabinda appelle l'ensemble de la population de cette région de l'Angola et du monde à réserver le 1er février, date de la célébration du 135e anniversaire de la signature du Traité de Simulambuco qui l'a placé sous la protection portugaise, " comme une journée de réflexion ». Le FLEC défend également qu'il s'agit d'une journée d'unité dans l'identité et de prière pour tous les martyrs pour la liberté et contre tous les oppresseurs à Cabinda. Dans la note, le FLEC réitère qu'il demeure inébranlable dans sa mission de protéger le peuple de Cabinda, son honneur et son désir de liberté et d'autodétermination et qu'il est disponible pour dialoguer et créer des conditions solides pour que la paix soit une réalité définitive. Le FLEC, par le biais de son «aile armée», les FAC, se bat pour l'indépendance du territoire, affirmant que l'enclave était un protectorat portugais, tel qu'établi dans le traité de Simulambuco, signé en 1885, et ne faisant pas partie intégrante du territoire angolais. Créée en 1963, l'organisation de l'indépendance s'est scindée et s'est multipliée en différentes factions éphémères, le FLEC / FAC restant le seul mouvement qui prétend maintenir une "résistance armée" contre l'administration de Luanda. Correspondant du Cabinda.


2050

ensuite nous n'aurons plus le choix

De quoi dépend donc les fluctuantes climatiques qui régissent les températures ? L'activité de l'homme décriée ajoute à la modification des paramètres climatiques originels. Que reste-il de nos saisons et doit-on s'amouracher des cycles saisonniers réglés comme un pendule ? S'adapter demeure l'unique espoir de survivre parmi des civilisations en mutation permanente. 2050 serait a date buttoir : celle qui limite les abus à ne pas dépasser ! Serez-vous toujours vivants à cette date ? Jean Canal. 1er septembre 2020.

Chroniques.  De la valeur cardinale de la vie qui lui est insufflée par les cultures traditionnelles de l'éducation, que reste-t-il réellement à l'existence pour exprimer un idéal qui accomplit le dessein pour lequel chacun croit être fait ?  Lire la suite. Merci de me lire. Jean Canal. 10 octobre 2019.

De la Société Hédoniste Il faut suffisamment d'imagination pour écrire ce qui suit.., n'est-ce-pas ?! Plus la religion exprime t-elle avec ostentation la manifestation de dieu, moins elle en représente le sacré de sa valeur originelle, attestant ainsi du nihilisme spirituel qui anéantit toute vertu humaine. Jean Canal. 16 septembre 2019     Lire la suite.

La société des civilisations. Ce serait l’intitulé illustrant ce conglomérat de populations étrangères aux origines européennes et qui, aujourd’hui, en ce tiers inachevé du XXI° siècle, vont fonder le nouveau monde de demain : celui auquel aspirent les nouveau-nés à venir. Jean Canal. 11 septembre 2019. Toulouse. Lire la suite

CINEMA COSMOGRAPH TOULOUSE

Et si nous ne parlions plus d'Islam ?

Oublions de notre vocabulaire ce mot devenu polémique dans l'actualité ? Nous dirions en parlant des français qui pratiquent une religion orientale différente du christianisme, nos mahométans. C'est le terme employé jusqu'au XIX° siècle par les politiques, les intellectuels et les écrivains. Gérard de Nerval au cours de son voyage en Orient, évoque le Caire, les Maronites et les Druses. Autrefois, au sein de l'Empire ottoman, en Perse et dans toute la Mésopotamie, voire même en terre sainte, les mahométans donc étaient autant curieux que nous, occidentaux, de découvrir des étrangers desquels chacune des entités respectives, présentait une richesse sociologique inestimable par les cultures, us et coutumes pratiquées. Et n'omettons point d'évoquer les goûts prononcés, accentués des mets confectionnés par ces civilisations plus anciennes que les nôtres, fraîchement émoulues de l'histoire moderne, et dont les caractéristiques se rejoignent par l’utilisation raisonnée des épices.

Alors qu'un jour lointain, en Afrique Orientale, je me trouvai à la lisière du désert somali, je vis dans une rare palmeraie, surgie au milieu de ces épineux acacias, un mahométan faisant minutieusement ses ablutions, à une avancée de l'après-midi, presque avant l'engloutissement du soleil rougi, dans la Mer rouge. Il déploya ensuite son tapis sur le sable, savamment installé sous une parcelle d'ombre. Là, les paumes des mains orientées vers le ciel, il psalmodia quelques mots formant des courtes phrases, en arabe issas ; puisque cette partie-ci du territoire des côtes somalies appartint, jadis, aux Issas. Ensuite, il s'inclina, s'agenouilla à plusieurs reprises, répétant ainsi la scène, selon un rituel très ordonné. L'image fortement ancrée encore qui se préserve dans ma mémoire, fait songer à une œuvre du peintre Eugène Fromentin plus qu'aux chefs d'œuvre de Delacroix dont Napoléon III salua le génie. Je me dis, à cette époque (je n'avais pas 20 ans) qu'il fallait "vachement" croire en dieu pour exercer ce genre de pratique religieuse, d'autant plus qu'il fut seul dans ce coin infesté de moustiques la nuit, de mouches le jour, le tout sous une chaleur presque constante, puisque les nuits ne sont pas fraîches comme dans les immenses déserts de l'Arabie et autres contrées similaires. De surcroît, il ne s'adonna point en spectacle au regard de sa situation topographique où seuls les dromadaires furent ses spectateurs ahuris, mâchant en un rythme cadencé, quelques feuilles de ces acacias fournis d'épines. A lui seul, il incarna l'Islam. Personnellement, il n'est point intéressant de savoir si l'Europe deviendra mahométane dans quelques décennies, parce que cela découlera d'une volonté divine qui n'appartient nullement aux Mahométans de France, ni à ceux d'ailleurs qui ne comprirent pas forcément le véritable message du prophète. A l'instar du chamboulement climatique qui agit sans subir les suppliques humaines, avec regret d'avoir contribué à son dérèglement, la religion suit son cours, à la cadence imposée par les mouvances religieuses de tout ordre. A une exception près, les quelques infimes croyants qui forment cette unité dans la spiritualité universelle, savent que Dieu est encore plus grand que d'aucuns le croient avec crédulité.

Et les hommes, bien qu'ils leur semblent y contribuer, ne pourront absolument rien changer sur la finalité du monde ! La scatologie en donne une version apocalyptique, si l'on tient compte des écrits bibliques dans lesquels apparaît Abraham, le père des trois religions monothéistes en désaccord ! Jean Canal. 22 octobre 2020.

ETAT DES LIEUX : un billet sans humeur

Une Dépêche : aux States quand un flic tue un black, c'est évidemment un crime raciste ! En France, si cela arrive, on parle d'un Con ! Aux States, le racisme s'entretient dans les corporatismes institutionnels. On partage selon les intérêts de chacun, en veillant que celui-ci restât à sa place circonscrite en un cercle restreint -excepté dans les métiers des arts où le génie et le talent restituent les honneurs aux élus de la beauté (celle de Plotin, s'entend). Le racisme se banalise aussi, quand bien même ne serait-il jamais évoqué en politique notamment (terme tabou au même titre que la démographie). La preuve la France n'est point raciste, elle admet en ses institutions toute sorte de gens, même des femmes politiques qui harcèlent leur entourage. Pensez-vous que les racistes des stades fissent preuve d'animosité à l'encontre des riches pays arabes qui rachètent, en payant comptant, les équipes de sport ? Le PSG est en de très bonnes mains (les princes arables paradent sur les tapis rouges de l'Elysée). Qu'est-ce que le racisme, si ce n'est, aujourd'hui, une aversion contre quelqu'un qui n'est pas issue de la nation ; et cela quand bien-même cette dernière inconstitutionnalité se fût constituée au fil de l'assimilation de races disparates : la France ! Merci aux étrangers de toutes les couleurs qui ont enrichi ce pays qui est le mien... Jean Canal. 30 mai 2020.

Les leçons de civisme dispensées sur toutes les plates formes officielles attribuées à l'appareil médiatique, reconnu comme tel, n'ont eu cesse de rasséréner des règles de comportement applicables à soi-même et envers autrui dont dépend la survie de chacun. La nature humaine étant sujette à des confusions relatives à son métabolisme, il ressort une attitude intrinsèque à l'individu qui considère que les conseils de tout ordre doivent être insufflés à soi-même avant de les imposer aux autres : un reproche qui est fait aux politiques et à la société responsable qui n'a pas rempli sa mission de prévenance dans les domaines civils. Et ce n'est point un argument défendable qui exonérerait les incivilités des uns et des autres, comme des faits mineurs reposant sur les déjections des animaux domestiques sur les trottoirs et pelouses des villes qui leur sont pourtant interdites, mais un cumul des abus en tout genre, caractérisés par les délits d'atteintes aux biens publics que les élus et Consorts détournent en toute impunité ! Un exemple à ne pas suivre, certes, mais un exemple qui sert de justificatif à ceux qui se dédouanent d'un comportement non conforme aux directives ministérielles en vigueur, au demeurant aux Institutions ! Jean Canal. 13 mai 2020.

Des nouvelles de la Police ! Ils s'en prennent désormais aux femmes ! Des minables ! Le vocabulaire de la police se résume à peine à quelques mots d'usage que l'on pratique dans les commissariats et souvent sur le terrain, en dehors des caméras...de témoins et preuves accablantes.

"L'augmentation des violences policières en France est manifeste, notamment en comparaison avec les bonnes pratiques de la gendarmerie. Cette crise s'explique en partie par la culture insuffisamment démocratique de la police." Sebastian Roché. Un article tiré de la Revue Esprit dont nous rappelons que sa fondation par Emmanuel Mounier tenait à se distinguer naturellement par son "esprit" intellectuel traitant des sujets essentiels de la société, sélectionnés selon des critères d'intérêt national ; aussi banal que cela pût paraître, à l'époque, alors que la presse ne se targuait guère de sensationnel adressé aux people, l'information, soit-elle axée vers un thème d'actualité précis, se doit de fournir suffisamment d'explications au lecteur pour qu'il en comprît le sens intégral, sans aucune intention de le détourner de sa propension ! La Revue Esprit, à laquelle nous sommes abonnés, ne souffre point de tare à ce sujet. Assidus dans ce genre de lecture instructive, puisque là est le cas, nous ne nous lassons jamais de son contenu, laissant aux lecteurs une ample opportunité d'opter pour le sujet de son choix. "Guignol" nous semble parfaitement illustrer le contexte de la police actuelle qui tantôt se rend ridicule, sans doute par goût de la profession qui n'exige que très peu de compétences cognitives pour asséner un coup de bâton, au hasard de l'envie de la répression en vigueur, soit parce que les acquis d'un policier reposent sur des critères fondés particulièrement sur le recoupement d'indices pris en compte à partir de la perspicacité dudit mise en application dans une enquête, soit sur une espèce de con-viction personnelle découlant d’odorat épicé selon le plat à déguster ! Les résultats, aujourd'hui, nous ont démontré des échecs judiciaires dans des affaires maladroitement entreprises, sans doute dans la hâte de trouver un coupable idéal ; la plus édifiante fut celle de Seznec dont le flic en question, Bonny, fut fusillé en 1944 pour haute trahison avec Lafont, un bandit aux services de la Gestapo (l'Histoire n'en finit jamais de se raconter). Jean Canal. 5 janvier 2020.

Merde ! Je suis blanc ! Français de souche dont les ascendants vivaient dans le Sud-Ouest : Lot, Tarn. Pyrénées orientale. Ariège. Ma culture repose sur ce qui m'attira le plus durant les quelques études effectuées dans des conditions difficiles : Grec ancien, Latin, littérature française classique inclus dans les études de LeSamedi 27 juin 2020 : la fin du Blanc, une journée comme les autres ?ttres classiques parcourues durant cinq ans au Mirail pour de maigres résultats en diplômes... Seule la passion des Lettres françaises en l'occurrence me fit décliner les langues grecque classique et latine. Bref ! Je suis blanc ! J'ai refusé d'étudier ou/et d'apprendre cette langue qui se veut héritière chez des personnes qui ne sont point issues d’Occitanie, tout simplement parce que le français s'inscrit effectivement dans l'esprit de la république ! Sans particularisme aucun qui me ferait haïr les autres, excepté les cons qui représentent donc 65% de personnes en France ! Que les septiques soient tout de même rassurés, les cons occupent toute sorte d'emploi et se retrouvent dans toutes les professions. Et vous ? Êtes-vous blancs aussi ? ! Oui, Vous ?! Vous n'êtes pas un peu cons également..? Jean Canal. 1 juillet 2020. 

Agathe Lambert, journaliste docile de BFMTV, la chaîne de télévision en ligne qui diffuse en boucle un galimatias d'informations, sous les auspices de l'actualité, posa quelques questions regroupées en une seule, à Monsieur le Président de la République qui tint conseil aux rares journalistes ayant pu obtenir une invitation, ce vendredi 2 octobre de la présente année. Peu importe l'origine de la question, fût-elle journalistique ou/et politique, il fallait la soumettre au patron : autant déléguer ce travail à une femme qui édulcorera la manière de l'aborder, sourire au lèvre et charme déployé -tout est une question de rhétorique. Hormis les sujets débattus dans un vide constitutionnel, Emmanuel Macron vient sans doute inconsciemment de franchir l'inconcevable, l'inacceptable et ce qui représente aux regards des générations des années soixante-dix (ceux qui sont encore en vie et à même de disputer le sujet ) : la liberté de dispenser des cours de savoir et de connaissance à ses propres enfants ! ; notamment pour ceux qui connaissent l'intérêt de préserver cette réforme obtenue à coups de pavés en 1968 ? Il s'agit tout simplement d'un acquis qui permit, en effet, à d'aucuns et à tous s'ils le voulussent pratiquer, d'enseigner aux enfants à la maison le programme de l'éducation nationale, dans le cadre des institutions républicaines ! Suivi et contrôlé par les autorités compétentes délégués par l’Éducation Nationale, l'enseignement ainsi dispensé ne risquait de réchapper aux scrupuleuses leçons au programme des différents examens du CFG, CE, Brevet des Collèges, ainsi que le Bac ! Où est le problème ? Puisque les examens sont sanctionnés par des diplômes qui répondent à ces programmes, personne, Mohamed y compris, ne peut réchapper aux institutions ! Et rien n'empêchera Mohamed de suivre l'enseignement du Coran, chez lui ou à la Mosquée, comme l'autorise les valeurs de la V° République ! Contrit par ces nouvelles mesures en instance d'être votées, Jean Canal refuse de cautionner un état qui dirige sa politique vers une dictature sociale attentatoire aux libertés civiques ! Cette conférence de presse a démontré sa capacité de basculer dans une oligarchie démocratique !

La leçon de civisme des invités de L'Esprit public de ce 11 mai 2020. C'est une première en quelque sorte de créditer les propos des politiques, moyennant le truchement de délégués sociaux appartenant à la trame intellectuelle, voire socioprofessionnelle idoine au sujet disputé ce dimanche. Aurélie Filippetti invitée à cette concertation « politique » de l'état actuel du confinement fournit une interprétation toute subjective d'un contexte qui avère au jour le jour sa dangerosité ! Les soucis évoqués reposent sur le devenir de ces commerçants (en souffrance financière) privés de leur outil de travail, sacrifié sur l'autel de la sécurité nationale ! Jean Canal. 3 mai 2020.

LA DISTRIBUTION D'ARGENT gratuite. A moins d'être complètement idiots, les français, dans leur vaste ensemble de communautés qui constituent aujourd'hui la population française, arriveront sans doute à comprendre que l'argent alloué par la Banque européenne pour endiguer cette nouvelle crise économique , devra être remboursée en échelonnant des traites sur plusieurs années -Macron ne sera plus à la présidence du pays que les français travailleront pour s'acquitter de la dette générale du pays qui excède les 110% du PIB (Produit Intérieur Brut). Prêter de l'argent à quelqu'un qui est déjà endetté, revient à reculer l'échéance de sa mise en demeure. On ne serait trop vous conseiller de changer de profession tant qu'il en est encore temps ; car changer de pays n'est plus un critère de réussite sociale ! Autrefois refuge pour les plus riches et se qui vivaient dans l'opulence que l'aisance outrancière permet, les endroits convoités par les classes sociales concernées par ce critère (sont-elles réellement des parts entières de la société ?) sont également confrontées à une situation stagnante. La société est donc tombée dans son propre piège... Jean Canal. 24 avril 2020. 

En mission, 73 CRS dorment dans leurs camionnettes : “Nos chambres n’ont pas été désinfectées”

Une compagnie entière de CRS a opposé un refus de cantonnement au grand centre près de Rungis. En mission de sécurisation de l'Elysée, ils ont exigé une désinfection de leurs chambres à cause de l'épidémie. La hiérarchie locale l'a refusé. «Nos chambres n'ont pas été désinfectées» ont expliqué les membres de la compagnie républicaine de sécurité 40 (CRS 40) à France 3 le 16 avril. Les fonctionnaires de police, venus en mission en Ile-de-France pour relever une autre compagnie, devaient dormir au plus grand cantonnement de France à Pondorly (Val-de-Marne).
En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/74172-covid-19-crs-40-refuse-cantonnee-pondorly-hommes-dorment-vehicule?utm_source=spotim&utm_medium=spotim_recirculation

Zone d'insécurité. L’accord scellé le 22 octobre à Sotchi entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine a mis fin, momentanément du moins, à l’offensive turque dans le Nord-Est de la Syrie. Les Syriens, qu’ils soient arabes ou kurdes, en sont les premières victimes. Sur le terrain, on déplore déjà des centaines de morts, et plusieurs centaines de milliers de personnes déplacées, tandis que s’aggravent encore les destructions matérielles dans un pays ravagé par huit ans de guerre. Et que dire de l’annonce par la Turquie du transfert prochain d’un million de réfugiés dans la « zone de sécurité » ainsi créée ? Ou de la libération de prisonniers djihadistes, qui risque d’alimenter une résurgence de Daech ? Cette nouvelle étape du conflit en Syrie, déclenchée par le retrait plusieurs fois annoncé puis retardé des troupes américaines, marque encore un pas vers la réinstallation de la dictature de Bachar el Assad avec l'appui de ses soutiens russes, iraniens et turcs. Créé en 2016 à Paris, le Comité Syrie-Europe Après Alep nous rappelle les atrocités dont se sont rendus coupables ces pouvoirs : bombardements d’écoles et d’hôpitaux, déportations, utilisation de l’arme chimique, torture, viols. Crimes de guerre et crimes contre l’humanité, imprescriptibles. Il nous rappelle aussi les attentes de liberté, de justice et de paix qui avaient nourri le soulèvement démocratique en 2011. Peut-on vraiment, en renonçant même à essayer de faire entendre une voix européenne dans les négociations à venir, se résigner à l’impuissance, signant ainsi la défaite stratégique, morale et politique des démocraties face aux nouvelles puissances autoritaires ? Anne-Lorraine Bujon Rédactrice en chef de la Revue Esprit.

Si quelques français faisant la majorité des cons-sociaux (60%)sont enclins à consommer les merdes issues des grandes surfaces, lesquelles ne jouent aucun rôle de santé dans le processus d'évolution de l'organisme, les grandes firmes de l'agroalimentaires ne peuvent que conforter leur méthode, justifiant leur production par le phénomène de l'offre à la demande : principe du capitalisme ! Se battre pour de la pâte à tartiner, traduit effectivement que les cons sont nombreux et peuvent être dangereux lorsqu'ils sont animés de vindicte à l'encontre de la République ! Quand on entend un retraité qui manifeste parce que l'état lui prélève 29 euros en moins sur une retraite de 1400 euros, on est en droit de ne pas être d'accord avec un système d'assistés qui a grevé nos prestations sociales depuis quarante ans ! Il existe des gens en précarité profonde qui ni ne se plaignent, ni ne se lamentent de leur situation (ils seraient pourtant les premiers à crier leur refus des politiques discriminatoires actuelles). La situation est celle que nous avons provoquée durant des années, en mettant en place des politiques d'apparat qui ont intentionnellement détruit le tissus social et son système, afin de diviser l'opinion au profit du pouvoir économique. Nous approchons de la fin d'un mécanisme social politisé par une élite ayant perdu de sa suprématie intellectuelle. En revenant à juste raison sur le phénomène du chamboulement climatique dont les conséquences ne se peuvent être prévues, il appert une situation inextricable au niveau international qui échappe à toutes prévenances idéologiques. Le pire reste à venir, contrairement aux espoirs fragiles qui encensent les plus fragiles d'esprit... Et ce ne sont pas les plus démunis matériellement qui souffrent de carence cognitive, au contraire. Jean Canal. Revu et corrigé le 6er février 2019.

L'encyclopédiste. C'est sous ce sobriquet que Denis Diderot se reconnaît dans la littérature,  notamment au fil de sa correspondance avec d'Alembert, son ami. Fructueuse et instructive sur tous les plans, particulièrement sur celui de l'infrastructure de  l'université de l'époque, (nous sommes au XVIII° siècle : celui de Voltaire et Rousseau). Diderot évoque en quelques lignes, lors de ses échanges épistoliers, l'importance de préserver à la langue son apport gréco-latin en apprenant ses deux langues de front. La méthode ainsi appliquée donnera sa puissance descriptive et intuitive à la langue française que plus personne ne parle correctement, même sur France Culture. Le langage politique n'étant pas considéré comme du français parlé, mais plutôt un galimatias circonstanciel répondant à un auditoire atteint de surdité soudaine, il appert une espèce de paradoxe dans cette parodie rédhibitoire des Sermons de Strasbourg comme balbutiement de ce qui fut la langue française, jadis. Jean Canal. 22 mars 2018.

«Le changement climatique en cours interroge et mobilise. La température de la planète s’est élevée de 1,2 °C en un siècle. Le niveau marin planétaire augmente sous l’effet du réchauffement des eaux et de la fonte des glaces continentales. Les vagues de chaleur battent record après record, comme en France durant l’été 2019, et on prévoit un été encore plus chaud ! La faune et la flore, sauvages et domestiquées, réagissent déjà à cette transformation climatique d’une rapidité sans équivalent dans le passé de la Terre, excepté les rares crises provoquées par des cataclysmes cosmiques comme la chute d’une comète. Ces changements sont dus à nos émissions de gaz à effet de serre qui suivent la pire des trajectoires imaginées en 1990 dans le premier rapport du GIEC. En 2018, les émissions mondiales de CO2, le principal gaz à effet de serre d’origine anthropique, affichaient un nouveau record de 33 milliards de tonnes pour les seuls usages du charbon, du pétrole, du gaz et de la fabrication du ciment. Puisque nous savons, pourquoi n’agissons-nous pas ? »

Cet extrait très significatif du bilan actuel de la planète, corroboré par le GIEC, est tiré de la revue Esprit du mois de septembre, laquelle publie un fragment de l'ouvrage de 384 pages : « Le climat en 100 questions de Gilles Ramstein et Sylvestre Huet »

Il est désormais inutile de se poser la question de savoir si les conséquences du chamboulement climatique, accentué par le phénomène 'anthropique ' avéré, continueront à modifier les paramètres du climat avec une incidence certaine sur la vie collective des populations. Il est établi, en effet, que d'ores et déjà le processus irréversible de ce phénomène entraînera d'importants changements dans la manière d'appréhender l'existence, d'envisager les lendemains, voir au pire interrogera les êtres sur l'intérêt de se reproduire dans un monde en constante destruction. -un mouvement existe déjà, concernant cette mouvance sectaire dont la position repose sur l'arrêt des naissances. Nier l'évidence, c'est adopter la position de l'autruche. On peut mentir aux peuples jusqu'à un certain seuil, aujourd'hui dépassé par un constat très bien défini dans le récit que propose la revue Esprit.


Hyper moralisation imposée par les communautarismes qui tendent à flouer le pouvoir du législateur rencogné au rôle subsidiaire de subordonné à la vox populum ! La société a donc tendance à opter pour des gouvernances indépendantes du pouvoir institutionnel dont ses communautés (car ceux sont les siennes) font fi des valeurs fondatrices ! La scission est notables avec quelques tentatives de défection de la part des groupuscules les plus radicaux, inscrits dans des changements sociaux politiques, ancrés aux schismes religieux des lois en vigueur. Eric Dupond-Moretti revêt toutes les qualités judiciaires pour débattre des sujets qui touchent la justice. Sa réforme est un bénéfice pour tous. Le temps qui lui est imparti en son mandat  pénalise ses démarches politiques pour opérer cette révision en fond de l'appareil judiciaire ! Dupond-Moretti incarne cette entité de justice qui paradoxalement aux critiques formulées à son encontre, avec des intentions axées sur des prises de paroles partisanes, serait ce qu'on fit de mieux, dans la lignée de Badinter qui fit abolir la peine de mort ; l'Europe lui donna raison en suivant la réforme de l'abolitionniste ! Le combat du Ministre de la justice ne fait que commencer. LCP nous le présente déjà sous les injonctions de tous les intervenants de la commission parlementaire au Sénat, lesquels recherchent véhémentement si de telles réformes résoudront les problèmes majeurs de la justice en France et plus précisément les atteintes impunies portées aux victimes ! Jean Canal. 26/27 juillet 2020.

NOUVELLES DE TUNISIE : LA RÉVOLUTION DU JASMIN AGONISE DANS L'ISLAMISME.
La révolution tunisienne, qui a fait tomber le dictateur Ben Ali, a échoué, inévitablement et lamentablement, dans les marécages de l'islamisme. Le parti islamiste Ennahda au pouvoir vient de donner la preuve que l'islam politique ne peut enfanter que la dictature.
Il vient de condamner une blogueuse tunisienne à 6 mois de prison ferme pour crime de lèse-islam. Emna Chargui avait publié, sur sa page Facebook, un post satirique incitant à se protéger du Coronavirus, rédigé sous forme de verset coranique. Cela avait suffi pour qu'elle soit convoquée, jugée et condamnée. Entre temps, elle avait reçu des milliers de menaces de mort, de viol, de condamnations infernales. Toutes ces menaces, le pouvoir ne les a pas vues.

Il était inévitable qu'une révolution infiltrée par les islamistes aboutisse à une situation pire que la dictature précédente. L'islam politique ne peut garantir les libertés, il est là pour les écraser et soumettre les corps et les esprits.

L'islam politique est un cimetière des libertés et une fabrique de malheurs.

Les manifestations du centenaire de la révolution avortée de 1968 parviendront-elles à modifier ce grand changement qui se prépare en France et en Europe (en 68, le général de Gaulle parti, la politique changea certes de visage, mais resta à droite : les maoïstes qui deviendront de simples néo-conservateurs du libéralisme, par la suite, revinrent tardivement de leurs illusions -néo-capitalisme oblige ! ) ? Le durcissement des idées s'est opéré par celui d'une politique d'extrême Droite en Autriche (doit-on s'en étonner ?), en Hongrie, en Pologne (l'occupation soviétique de 1945 a mortifié cet état), et l'Italie mussolinienne qui sont les signes ostentatoires d'une crise identitaire fomentée par le social en dérive. L'immigration prise comme facteur de déséquilibre par ces états comprenant l'Angleterre dépossédée de ses valeurs (cette dernière cultive un protectionnisme à l'américaine) servent d'arguments à la paupérisation relative des populations européennes dont près de 50 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté ! La société, les sociétés n'ont plus le pouvoir. Et ce ne sont pas ces soubresauts permissifs qui défraient les chroniques médiatiques qui vont modifier un système plébiscité par 80% d'Européens affamés de conquêtes libérales !   Jean Canal. 13 avril 2018

Le peuple qui opte pour une libéralisation de l'espace convoité par l'état dont les projets d'agriculture ne répondent pas aux exigences de réformes agraires biologiques attendues. Le chamboulement climatique impose une nouvelle manière d 'envisager l'agriculture qui ne fait toujours pas l'unanimité aux seins des corporations des cultures intensives. Nicolas Hulot semble confondre la philosophie politique de Proudhon, père de l'anarchisme d'avec un certain désordre organisé dans nos sociétés ! Les forces de l'ordre ne sortiront pas indemne de ce combat mené corps-à-corps avec les militants déterminés. L'enjeu est symbolique et devient européen par la mesure de son ampleur. NNDL pourrait devenir, au même titre que le fut le Larzac, en 1971, le référent de la désobéissance civile. 3000 militants et plus occupent les terres agricoles, dans le but de leur vouer un devenir humanisé. Chercheurs au CNRS, professeurs de fac, philosophes et sociologues, ainsi que quelques intellectuels et artistes semblent épouser la cause du peuple. La gendarmerie montre ses limites en effectifs mobilisables. La faiblesse d'action soumise à une déontologie bafouée que le défenseur des Droits, Jacques Toubon, n'a eu cesse de dénoncer, pourra faire l'objet de sanctions aggravées par la récupération médiatique de ce fait (il faut espérer que la Cour de justice européenne s'imisce dans cet imbroglio, les cas d'incidents éventuels). Les affrontements se durcissent au grand dam d'une gendarmerie incapable et incompétente, comme l'actualité quotidienne l'atteste. Les Zadistes réagissent à la juste mesure d'agressions caractérisées. Jean Canal. 19 avril 2018.

ZAD : cours de jeu pour révolutionnaires en "herbe."L'utopie contre le pouvoir présidentiel qui rationalise les libertés !  

 Les méthodes pédagogiques de l'Enseignement supérieur, appliquées pour convaincre la gente estudiantine de se plier aux directives du rectorat institutionnel. Comment supprimer l'accessibilité au savoir et à la connaissance, en écartant de l'enseignement supérieur les élèves qui ne présentent pas de niveau intellectuel suffisant pour répondre aux exigences d'études requises. C'est de cette façon que l'on écarte tous les éléments susceptibles de nuire, plus tard, à l'évolution sociale, lesquels élèves contestent, inconsciemment, un système d'éducation qui formate les pensées afin de les manipuler dès le primaire, cette méthode qui est adoptée avec l'assentiment et la collaboration tacite des enseignants ! La société éprouve un besoin compétitif de "trier" ceux qui lui apporteront richesse productiviste d'avec ceux qui aspirent à des changements profonds dans la nature humaine enclose au sein des collectivités. Les grèves actuelles ne sont pas sociales, mais individuelles. Elles prônent un "changement" de situation relative à des statuts particuliers, laissant l'idée majeure de repenser la société dans sa globalité à dessein d'en faire bénéficier le plus grand nombre, sans pratiquer de discrimination de classes sociales : la répartition des richesses spoliées par les grands lobbys des paradis fiscaux ! Le problème de dette qui sert d'argument aux restrictions sociales et à la baisse des revenus acquis, serait ainsi résolu. Jean Canal. 7 avril 2018. Photo presselibre.fr.

Dans son hypothétique providence populaire vouée à pallier les manques à gagner des commerçants, l'état semble effectivement vouloir subvenir aux carences financières de commerces directement frappés, en allouant des sommes compensatoires aux pertes sèches des recettes non perçues, à cause de la crise sanitaire actuelle. Cette louable intention ne peut être que reçue avec honorabilité. Toute une chaîne de petites et moyennes entreprises ayant été frappées directement par la diminution de la clientèle assujetties à des mesures de protection civile, doit rétablir une saine comptabilité pour pouvoir continuer une activité professionnelle suffisamment lucrative afin de répondre positivement aux frais occasionnés par ce phénomène de confinement général. Tel est le but de cette démarche gouvernementale. L'économie du pays dépend de ses entreprises. Le dilemme repose évidemment sur l'assainissement des dettes nationales qui dépassent à ce jour les 150% du PIB ! Ce qui se définit tout simplement par des dépenses nationales en delà des recettes escomptées, situées en-dessous des budgets prévus pour équilibrer l'économie du pays ! Sur le court terme, l'effet négatif et attentatoire ne se percevra point ; mais sur le long terme, puisque Emmanuel Macron hérita d'une mauvaise gestion du pays, attribuée à des précédents mandats aléatoires, cette situation aura effectivement des conséquences sur la chaîne économique du consumérisme global de la France. Qui va payer ? Qui va s'acquitter des frais d'une telle opération ? Le peuple est là pour subvenir aux carences étatiques en tout genre, en réglant un impôt à chaque manipulation de son propre argent. Le système est parfaitement étudié pour ponctionner l'argent nécessaire aux besoins de l'état. Les polémiques partisanes attribuées aux adversaires politiques puisent leur controverse dans des contextes sociopolitiques dont ils cautionnent les crises entretenues. C'est l'art de la politique de réfuter tout ce qui vient de l'adversaire ! L'évolution des sociétés se dirige vers un chaos civilisationnel à peine perceptible. Il s'accentue avec les crises sociales et se définira avec l’avènement d'année en année des conséquences désastreuses du chamboulement climatique. Jean Canal. Réflexion sur une crise. 23 septembre 2020.

Dans l'antre des rédactions des médias qui diffusent en boucle une actualité présentée selon l'importance attribuée par des critères d'impacts sur l'audimat, on assiste, chez certaines chaînes, (nous n'en citerons qu'une) à une mise au pilori des ministres du gouvernement actuel. L'occasion est trop belle pour ne pas la saisir, en l'exploitant à l'escient des conjonctures qui se disputent  la responsabilité des sociétés confrontées à des crises de tout ordre et notamment celle de la défense de l'environnement ! Ou bien l'invitation d'une personnalité atteste de la volonté de transparence sur la chaîne en question , afin de démontrer la qualité du média ! On s'exprime d'ailleurs avec une liberté toute réservée cependant sur des points qui n'ont ni queue ni tête ; puisque, le contexte aura raison de l'oisiveté journalistique puérile qui n'encense que les rédactns. On se demande donc, comment un journaliste de BFMTV, fort loquace se permet-il de vilipender maladroitement Nicolas Hulot,  avec un acharnement qui traduit son animosité personnelle à l'encontre du Ministre soucieux de la santé publique ; interview suite aux rappels à la loi interdisant certains pesticides  ?! La raison collective est donc bafouée au profit de la productivité qui n'a cure de la santé publique ! Et le journaliste y va de sa verve insolente.  Sur ce reportage, la parole est également donnée à un agriculteur en betterave soucieux de ses rendements si on le prive de pesticides ; l'individu n'a cure de savoir si ses enfants, petits enfants subiront les conséquence de cette pollution industrielle instillée dans nos légumes ! Sans doute, ce dernier, comme tant d'autres, est-il persuadé que dès l'instant qui'il ne consomme pas de ces produits falsifiés à l'origine, il est à l'abri des conséquences qu'il génère sur le long terme. Le contraire fut déjà démontré et la leçon n'a pas suffit à instruire suffisamment ceux qui s'enferment dans des résolutions suicidaires ! Jean Canal. 27 juin.

Et si Emmanuel Macron était l'opportunité de la providence politique qui rétablirait une stabilité dans le pays ? C'est osé comme hypothèse et quelque peu à contre-courant des conjectures adverses qui n'ont cesse de fustiger le Président sur une politique orientée vers les richesses. Un tiers du PIB est consacré aux aides sociales ! L'armée est dans l'expectative d'être rénovée... Les moyens policiers pour réduire drastiquement la délinquance juvénile ne sont plus adaptés aux circonstances désastreuses du phénomène criminel ! La France est devenue un pays violent, au même titre que les Etats Unis. La vie est devenue chère et vivre en France relève de prouesses permanentes pour avoir droit à un logement. Les ressources allouées par ce système repu, grève les autres budgets qui souffrent justement de cette mise en berne ! C'est un cercle vicieux que celui dans lequel le pays s'est englué. Et si nous misions sur Macron et non son anagramme évoqué dans un article réservé à la gendarmerie plus particulièrement qui use avec maladresse de son petit pouvoir pour "fabriquer" des témoignages répondant à une stratégie de bas-étage... Bref ! Et si vous nous disions que sans être encarté, nous pensons, à la Rédaction, que Macron est sur la bonne voie. La Rédaction. 2 novembre 2018.
La spéculation politique sur les pauvres condamne ceux qui pratiquent cette rhétorique populiste servant des idées subversives contre la cause vertueuse de la dignité ! Le revenu universel comme signe politique de revirement idéologique ! Emmanuel Macron, écrivons-le sans ménager le Président (après-tout, un comportement déviant est énonçable), récupère la noble idée de sortir définitivement 12,5 millions de personnes englouties dans la précarité extrême ; puisque les bénéficiaires du RSA dont l'obtention est astreinte à des exigences administratives ubuesques*, sont assignés au seuil de pauvreté défini à 846 euros (sources observatoire des inégalités) par mois ! Les cons diront que les pauvres doivent se mettre au boulot ! -c'est pour cette raison et tant d'autres qu'ils sont cons... ; mais de travail, il n'y a plus quoi qu'en pensent les con-cernés... Alors faire de la politique sur le dos des pauvres qui sont englués dans leur condition est con-damnable ! Se servir de la condition des personnes sacrifiées par l'économie de marché dans le but de justifier leur situation est simplement inacceptable ! Jean Canal. 16 septembre 2018. * Un allocataire du RSA est obligé de rembourser 1000 euros de trop perçu dans l'année parce qu'il avait réussi à gagner 2900 euros au cours de cette même année (somme déclarée aux impôts : un dossier sur cette étrange affaire est en l'étude. Les courriers de l'intéressé sont consignés : la lettre du directeur de la CAf de l'Ariège sera à cette occasion publiée, dans le cadre du dossier en cours). Un système en fait qui n'a pu s'adapter aux évolution humaines qui ne correspondent plus à celles évoquées par la norme sociale imposée. Le défaut évident de ces organismes comme la Caf et la Sécurité sociale fut et demeure un contrôle intelligent des dépenses, incluant les postes occupés par de simples grattes-papiers ! Un quart du PIB consacré à ces dépenses ! La fonction publique dans son grand ensemble est concernée par ses propres dérives. On sait de sources sûres multiples, émanant de témoignages feutrés et/ou d'exemples étouffés par l'histoire sociale, on sait donc que des emplois dans ces secteurs sont créés suite à des relations interprofessionnelles qui favorisent des emplois considérés comme mineurs ! Un grand nettoyage est à réaliser dans ce pays, autant dans la culture avec une épuration à la DRAC où certains jouissent de leur prestige dû à un emploi inutile, ainsi que dans les grands médias qui copinent des postes subjectifs, tout-à-fait relatifs à des fonctions d'occupations journalières ! Hélas ! C'est une réalité. n'en déplaise aux engagés volontaires pour le service public, le coût de revient de ces opérations frauduleuses est onéreux pour le contribuable que l'on assène de prélèvements à la source.... Un vif assainissement est donc indispensable pour épurer la culture et lui restituer son objectif premier cultiver et instruire tout le peuple ! Jean Canal. 19 septembre 2018.

ETAT DES LIEUX : un billet sans humeur

Synthèse du bilan politique d'Emmanuel Macron. Les corporatismes institutionnels qui représentent toujours l'idée de la France fidèle aux valeurs républicaines de 89, ont eux aussi manifesté leur désaccord avec une politique fondée sur un ultra libéralisme liberticide pour notre avenir commun. Avocats, Policiers, Enseignants, ouvriers et domaines culturels font savoir qu'ils n'acceptent pas un changement de régime macronien ! Les slogans hostiles à la politique d'Emmanuel Macron s'intensifient de sorte à corroborer la volonté de cesser cette destruction d'un système social revendiqué comme un des meilleurs en Europe !    

LE TRIBUNAL MÉDIATIQUE.  Le titre est emprunté au Figaro Magazine qui traite un sujet polémique de l'actualité récente et encore chaude.  Doit-on dire le violeur ou le cinéaste, lorsque l'on parle de lui ? Son film "J'accuse" tombe à un moment où la vie de Polenski tangue du côté où elle risque de sombrer. Tandis que les cinémas de Saint-Denis censurent la projection, d'autres salles semblent songer au thème plutôt qu'à l'homme. Certes le viol est condamnable et inadmissible autant que les féminicides ! Dans un viol, il n'y a jamais de réparation propre, le traumatisme est à vie ! Néanmoins, faut-il condamner toute une population curieuse de cette énième mise en scène de l'affaire Dreyfus, traité par un grand acteur et remarquable metteur en scène, y compris de sa vie intime..?, l'auteur de ce film doit-il vivre ou bien mourir, comme Bertrand Canta, cet abruti qui a gâché deux vies, la sienne et celle de Marie Trintignant ? Personnellement, comme je l'ai écrit sur tous les réseaux sociaux, j'irai voir ce film avec un regard critique sur cette exploitation historique d'un fait qui connaît toujours autant de dissension dans la société : antisémitisme et racisme sont des thèmes éternellement récurrents ! Jean canal. 20 novembre 2019.

SUR LA PHOTO: DR. JONAS SAVIMBI ET L'EX SECRETAIRE GENERAL DE L'UNITA, ACTUEL MEMBRE DU MPLA MIGUEL N'ZAU PUNA. «Nos anciens camarades ne seront au service d'aucune UNITA démocratique, ils ne trouvent pas facile de rejoindre le FLEC et, le temps nous le dira, ils finiront par faire de la propagande contre l'UNITA, de la même manière que le MPLA a parce que celui qui a payé demandera les factures. Et les factures que le MPLA demandera à Puna et Tony sont une propagande laide et amère contre l'organisation qu'ils ont servi pendant plus de 20 ans. ",
Dr. Jonas Savimbi à 19 ans Mars 1992

 

L'Islam radical : ennemi n°1 de la République

Emmanuel Macron fut clair au cours de son intervention du 2 octobre 2020. Se servir des institutions pour rétablir les valeurs de la République, bafouées par 75% de musulmans en France qui placent les lois coraniques au-dessus de celles de la République ! Autant signer la condamnation des radicaux musulmans par une majorité de français, dont une partie importante demeure faussement silencieuse. On l'avait très bien compris, le voile a démontré son aspect stratégique et il a paradoxalement stigmatisé son port chez des femmes respectueuses d'une tradition ! Il faut d'ores et déjà veiller à ne pas faire d'amalgame entre les uns et les autres ! Ce sera le plus difficile à l'avenir autant dans les banlieues déjà stigmatisées comme territoire isolé, que chez des français extrémistes qui aspirent dans le fond à une illimitation pure et simple des antirépublicains désignés ! Jean Canal. 2 octobre 2020.

1 nouveau ministre de l'Intérieur qui succède à Christophe Castaner. Comme Manuel Valls qui fut remercié pour ses bons et loyaux services au nom de la République, après quelques bévues de premier de la classe sociale de sa section, Castaner est parti pour ne plus revenir. Le frais émoulu parachuté par le chef du gouvernement sur recommandation du Président de la République, Emmanuel Macron semble rencontrer des difficultés avec la police, sans doute nostalgique de son prédécesseur. Il n'est pas facile d'aborder le Ministère de l'Intérieur quand on est parachuté sans entrainement préalable ; car le plus difficile dans le parachutage, reste l'atterrissage... La Rédaction.

Les médias ont adopté le therme pour définir l'actualité de la COVID-19. La "Crise sanitaire" est déterminée par des défaillances hospitalières souffrant de carences financières depuis les précédents gouvernements. La faute n'est donc pas imputable au Président de la République, Emmanuel Macron ; mais, la responsabilité du Président est entière si il ne modiefie pas le système qui gère les lieux de soins en France, Hôpitaux, cliniques. Il a fallu un virus pour que la révélation de l'ampleur du désert médical se présente. Inscrit dans le résultat des manifestations des GJ, les acteurs de l'appareil médical font montre d eleur désespoir face à une précarité médicale. L'OMS réitère son inquiétude pour la rentrée de septembre concernant le coronavirus. La pandémie continue de faire des victimes partout sur la planète. Le comportement des individus responsables est la garantie d'une éradication du virus, du moins dans chaque pays frappé par ce fléau. Nous sommes donc, derechef, confrontés à notre propre individualité soumise à une attitude à risque pour autrui ! Jean Canal. 12 juillet 2020.

30 ANS DE RÉCLUSION CRIMINELLE POUR UN DJIHADISTE FRANÇAIS "Quand on dissipe les rideaux de fumée dressés par monsieur Vilus, on ne voit plus que des cadavres. Quand on sort de l’hypnose dans laquelle sa logorrhée nous plonge, on n’entend plus qu’un silence de mort. Il vous revient de mettre un terme définitif à ce carnage. » Procureur Guillaume Michelin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright presselibre.fr
Le droit d'auteur s'acquiert sans formalités, du fait même de la création de l'œuvre (Article L111-1 du Code de la propriété intellectuelle). Tout texte signé par son auteur lui appartient et personne ne peut en disposer sans son consentement. La Rédaction.