Spread the love

«...remodeler les imaginaires afin de pouvoir transformer le réel*»

La leçon de démocratie d'Emmanuel Macron a rappelé que les doléances ne conviennent nullement à la République qui fonctionne sur des droits et des devoirs. Un débat unilatéral qui ne fit que répondre aux problèmes majeurs de la société française en argumentant que la société dépend d'un système économique européen ! La planche à billet de la banque de France ne peut redistribuer de l'argent qu'elle ne produit plus. Les difficultés gouvernementales ne semblent pas être comprises par les Gilets Jaunes et d'aucuns ancrés dans la lutte partisane des politiques devenues inadéquates aux conditions d'adhésion européennes. Perdre de vue l'endettement de la France et les règles européennes qui obligent chaque état à verser une somme proportionnelle à chaque PIB, serait oublier les engagements prix en acceptant l'adhésion à l'Europe ! Faut-il rappeler aux irréductibles gaulois que le retour des riches (qui fuient le pays pour aller investir ailleurs) et le maintient de leurs entreprises en France à généré plus d'argent que l'impôt qui leur fut soumis (évidemment, ce n'est pas un langage socialiste) ?  Les violentes manifestations des Gilets Jaunes qui renvoient le Président à sa propre personnalité piégée par sa politique égocentrique, ont obtenu des résultats parlementaires. La présidence est un exercice difficile qui a éprouvé le Général de Gaulle, Mitterrand, Sarkozy et François Hollande qui fit les frais de renoncer à poursuivre son engagement politique ? Oui ! Le peuple peut perdre la raison quand il s'agit de sa survie. La lettre d'Emmanuel Macron semble un long monologue que le Président s'adresse en fait à lui-même comme pour se rassurer que son pouvoir résiste aux révoltés. On ne dupe plus le peuple, certes, quand bien même ce dernier serait-il inculte sur des thèmes fondamentaux de l'histoire contemporaine, il a prouvé que l'essentiel se résume au quotidien. Néanmoins, l'économie de la France demeure fragile et ne tient qu'à quelques décisions politiques. Demander l'impossible pour obtenir des résultats incohérents, relève bel et bien de l'utopie. Somme-nous revenus au monde d'Etienne Cabet*, dans un imaginaire politique où "la communauté" se plie aux formes nouvelles de la vie en société réglementée aux exigences d'une éthique sans contrainte déplaisante ! ? Dans le monde de cet utopiste* qui repensait le communisme, les célibataires étaient considérés comme pouvant convoiter les femmes mariées... Allez, salut ! Jean Canal. 18 janvier 2019.

«Il y a deux manières d’écrire pour le Peuple ; l’une, (…) d’embrouiller et d’obscurcir les choses simples et claires, souvent pour avoir l’air d’être savant ; l’autre, d’éclaircir les choses les plus embrouillées, de faire de la science sans le dire et de tout faire comprendre en employant la langue vulgaire.*»


A LA UNE DES UNES de la Rédaction. La question de la place et du rôle de la sociologie dans les enquêtes journalistiques au cœur de l'actualité, notamment avec le mouvement des Gilets Jaunes, fait défaut dans l'information à restituer dans son intégralité au public. On le sait, l'intégrité des reportages est systématiquement mise en cause. Le journalisme se doit de rendre compte des événements d'actualité sans forme de subjectivité (oserons-nous parler de transparence ?), quand bien même chaque organe de presse défendrait-il son éthique. Médiapart endosse l'étiquette de presse de l'ombre, d'investigation ; à savoir avec un travail fouillé qui remonte aux sources des conflits politico-sociologiques, en l'occurrence, définis comme tels dans la sphère médiatique ! Le problème de la presse traditionnelle et quelque peu conventionnelle dans la manière généraliste qu'elle a dans sa mise en forme, réside, on le sait, dans le manque de liberté d'expression non pas au regard des institutions, mais de leur propre Rédaction devant le plus souvent répondre à des prérogatives politico financières. Rien ne vaut l'indépendance, quand bien même cette vertu institutionnelle serait-elle fragilisée par des pressions institutionnelles et/ou populaires liées aux politiques, au pis, en ce qui nous concerne, policières... Un combat donc, comme le journal de Camus, auquel Raymond Aron collabora.  Jean Canal. 3 janvier 2019.

Il suffit d'une personne pour que l'idée que vous vous faites sur un sujet d'actualité vous apparaisse soudainement comme un fait probant de la vie quotidienne, confortant votre propre analyse globale, fût-elle considérée comme mineure par d'aucuns qui se targuent de déductions exhaustives en la matière. Lorsque deux analyses convergent et qu'elles ont pour fondement intellectuel des origines différentes, strictement différentes, elles ne peuvent, effectivement, que conforter une certaine raison de la réalité des événements qui couvrent une actualité empreinte de légèreté dans son analyse sur des faits graves qui menacent l'hexagone, l'Europe, au demeurant l'Occident. Ce soir l'émission d'Arte, 28 Minutes, a sollicité parmi ses invités, deux personnes indéniablement importantes dans le travail d'analystes et de recherche quelles réalisent régulièrement, dans l'étude des phénomènes réactifs entre états en conflit, entre autres : Frédéric Encel & Alexandra de Hoop Scheffer. La brève intervention de Alexandra de Hoop Scheffer, plus particulièrement, a surpris un auditoire silencieux, reconnaissant la précision d'analyse concernant un fait que l'actualité du lendemain corrobora par la probité des événements malheureux survenus dans la logique des stratégies à incomber à la géopolitique occidentale ! L'info tombe ce matin, 11 janvier 2018 : "Syrie. La province d'Idlib sous contrôle total des djihadistes."Cette dépêche paraphrase le fond de l'article concernant une personnalité, Alexandra de Hoop Scheffer, du monde intellectuel dont l'intelligence tranquille apporte de la raison à la réflexion. Son analyse repose sur l'étude des paramètres internationaux, des comportements des individus confrontés à des dictatures étatiques, souvent oligarchiques qui règnent sur des peuples asservis religieusement et/ou économiquement. Un état islamique vient de se constituer délibérément sous l'impuissance de l'occident à maîtriser une guerre trop complexe pour qu'elle trouvât un dénouement en accords tacites. De surcroît, les guerres ont un coût onéreux. La coalition a montré ses faiblesses. Les djihadistes en ont fait eux, également, une analyse perspicace reposant sur la force : celle d'exploiter les contextes économiques fragilisés par des controverses politiques que certains dirigeants d'état nourrissent indolemment ; redonnant de l'essor aux candidats européens au Djihad !L'état du monde en dépend. La paix des peuples en est tributaire et les accords internationaux aussi. Il fallait être aveugle pour ne pas se forcer à admettre les circonstances des erreurs de stratégies politiques passées. Le reste appartient à l'avenir. Merci Madame Alexandra de Hoop Scheffer de nous avoir, enfin, éclairés sur une information qui manquait toujours de détails conclusifs. Jean Canal. 9 janvier 2019. Liens connexes Gilles Kepel Frédéric Encel

LIVRES / CLAIRE PAULHAN EDITION 

Un choix d'auteurs disparus. C'est la ligne d'édition que Claire Paulhan suit avec une scrupuleuse fidélité de telle sorte à exhumer du passé des petits chefs d'oeuvre qui eussent pu tomber dans l'oubli et définitivement disparaître.

Un roman relatant la vie contemporaine jusqu'à en évoquer les laideurs des villes, la mentalité des campagnes de la France profonde où gargouillent la dénonciation, l'avarice et le racisme de manière générale, en héritage d'un passé noir. Niort, où Michel Houellebecq vit, est dépeinte sous les traits caricaturaux de la laideur structurelle de ses infrastructures. Accentué par un visage disgracieux lui aussi, Houellebecq relate son parcours en des lieux hideux les uns moins que les autres, poussés à l’oxymore littéraire dont on reconnaît, ici, derechef, la marque d'un maître. Provocateur et polémiste, l'auteur de Sérotonime, ajoute à la postérité de son auteur dont la beauté émane, effectivement, d'une écriture inégalée. Pierre Assouline disait de lui qu'il n'était pas un écrivain. Autrefois, dans le vieux siècle du XX°, bousculé par deux guerres où des écrivains furent emportés (Charles Péguy, Alain Fournier, Marc Bloch, Paul Eluard, et caetera...) par la stupidité des hommes, les écrivains étaient reconnus en tant que tels. Aujourd'hui, il est toute sorte d'écrivains qui tendent à exprimer les sensations qui les habitent, tout en étant persuadés de l'importance de leur oeuvre ! On n'en peut mais, c'est le siècle qui a voulu cela. Et y porter atteinte, ne serait-ce que par les critiques intellectuelle des exégètes autorisés en la matière, voudrait sanctionner la liberté d'expression. Et en France, c'est le sacre des Lumières que l'on éteindrait ! Jean Canal. En attendant de lire l'ouvrage au prix de 22 euros... Samedi 5 janvier 2019. 

Étonnant de rencontrer Christine Ockrent qui est également présente sur France Culture et Christine Angot, écrivain, se fourvoyer dans un débat puérile qui ne révèle rien d'intéressant concernant le fond du problème économique de la France, si ce n'est sur les comportements des uns et des autres avides d'une actualité populaire nourrissant, à satiété, les médias. Les Gilets Jaunes se vendent bien ! Ce qu'il faut retenir de cette joute partisane sont justement les intérêts idéologiques de chacun, loin des préoccupations nationales et de l'intérêt général des personnes en précarité. La redondance de Edwy Plenel, se congratulant par le truchement de son Média en ligne, saisissant l'occasion de citer ses petits-enfants enclins à subir cette situation économique, n'a point échappé à Christine Ockrent qui semble se souvenir des méthodes de l'ancien directeur du Monde ! Il faut suffisamment d'observation pour déduire ce qui reste évident...à l'écoute d'un plaidoyer favorable aux intérêts de chacun. D'ailleurs Christine Ockrent fait seulement acte de présence par courtoisie, pour répondre à l'invitation de cette soirée qui comble un vide intellectuel dans l'information attendue, en vain ! Certains auraient dû rester au lit... Jean Canal. 25 décembre 2018.

On aurait volontiers voulu ne plus avoir envie d'entendre parler des Gilets Jaunes, en ce début d'année 2019. Merci ! Au même titre que l'on se serait aisément passé d'assister à des conflits internationaux sur les terrains des guerres au Moyen-Orient, en Afrique et ailleurs ! Quant aux épouvantails comme Trump et son homologue de la Corée du Nord dont le patronyme est difficile à rappeler, ils nous distraient et font les unes des presses officielles ! Ce dont nous aurions certainement besoin, c'est d'un tantinet d'accalmie au moins durant l'hiver afin de recouvrer toutes nos sensibilités humaines, histoire de savoir exactement où nous en sommes tous. Il faudrait essayé de savoir à quoi nous aspirons réellement dans cette vie collective que nous vivons au quotidien avec des gens avec lesquels nous n'avons par forcément d'affinité et dont on se passerait bien souvent de leur présence. La promise cuité sociale est une réalité qui exerce sur chacun d'entre nous une pression psychologique indéniablement liée au contexte sociétal fort perturbé ! L'autre, eh bien, est toujours cet enfer social qui vient perturber notre quotidien, au demeurant notre existence tout en en modifiant les paramètres, souvent en nous déviant des propensions originelles qui font de nous des êtres déchus de cet idéal ébauché sur de frêles pensées évanouies dans les décombres de la pensée ! On sait que la société contribue à développer toutes sortes de contradictions qui nous obligent à abandonner définitivement nos "rêves", finissant par contracter des formes de compromis avec l'existence, abdiquant même devant la force de dissuasion sociale, au demeurant renonçant à être heureux ; puisque ce n'est plus dans l'aire du temps... Et donc une société qui ne répond pas forcément à ce à quoi nous avons aspiré au cours d'un vécu déjà terminé ! Quels que soient les projets  personnels, élaborés à partir de concepts réalisés d'après une possible réalité, il y a toujours des éléments sociaux qui viennent en modifier le sens que nous lui avons prêté par des concours de circonstance fortuits, en amont de nos idéaux. L'année prochaine sera t-elle mieux que celle écoulée ? Nul ne peut plus apporter de certitude sur ces 360 jours et quelques qui nous restent à vivre. D'autant moins que désormais les hommes politiques n'auront plus le pouvoir du changement, puisque le chamboulement climatique nous dictera notre marche à suivre ; et cet événement vaut encore la peine que l'on le vive, quand bien même ne serions-nous pas d'accord avec ce que nous vivons... Formulez vos vœux 2019, au meilleur de ceux qui vous conviennent et correspondent à cet idéal de vie auquel vous n'aspirez plus, faute de manque de convergence sociale et de paix universelle ; le reste n'étant que falsification du quotidien. Assumez donc le rôle que cette dernière vous assigne. Jean Canal. 1er janvier.

Projet pour une presse libre, est l'intitulé de l'article du Diplo du mois de décembre 2014. Quatre années plus tard, ce thème récurrent préoccupe le diplo qui revient sur ce sujet, dans un contexte confronté à une situation complexe dans l'exploitation de l'information et/ou de sa désinformation orchestrée par des "journalistes" répondant aux intérêts de leur Rédaction/Direction ! Le principe dans ce genre de journalisme, est d'attirer l'attention du lectorat avec une ligne éditoriale traitant des sujets populaires en première instance : la redondance en est la pratique appliquée au quotidien à laquelle s'ajoute l'intervention de personnalités qui crédibilisent les propos allégués pour la cause (les Gilets jaunes en illustrent un très bon exemple) ! C'est banal et passé de mode. On a compris que certains médias en ligne, tournant en boucles entrecoupées de publicités excessivement ridicules, puisent leur manne dans l'actualité populaire entretenue au fil de la journée. Le ton sérieux adopté crédibilise ces chaînes présentes sur les lieux des événements (c'est un atout qui crédibilise l'info en question)! Animé par Frédéric Taddeï, Interdit d'Interdire diffusé sur RT France, chaîne décriée par des confrères a sa sortie, ravit la Une "intellectuelle" à un public populiste plutôt confiné dans des émissions infatuées par un égocentrisme exacerbé...(vous devriez trouver facilement leurs noms) !  Enfin une émission intelligente avec des gens intelligents ! Hormis ARTE, on désespérait de l'état actuel de nos penseurs qui jouent le jeu du show médiatique dans les arènes de la télé, au regard du grand public, persuadé, effectivement, d'en apprendre un peu plus sur sa condition humaine (Hannah Arendt). "L'opium des intellectuels" comme le précisait Raymond Aron dans son ouvrage éponyme, soulignait déjà la trahison intellectuelle de celui qui endosse la responsabilité d'informer par sa plume, sans enfreindre la vérité. Bref ! L'esprit critique s'est étiolé au profit du consumérisme qui maintient l'individu dans une inanité favorisant un passéisme dangereux pour l'avenir démocratique ; nos libertés individuelles en ont pâti ! Jean Canal. 17 décembre 2018. A la lecture du Diplo de décembre.

Du riz trois fois par jour pour une cure d'amaigrissement. C'est le régime des pénitenciers japonais où Carlos Gone séjourne après avoir comparu devant ses juges. Le patron voyou passera l'hiver au chaud ! Le journal le Monde en profite pour le lâcher et retracer son itinéraire professionnel en publiant quelques chiffres croustillants, effarants ! Au fait, les actionnaires peuvent faire un don pour son amélioration des conditions de vie emmurée... Jean Canal ; bien sûr. Revu et corrigé le 8 janvier 2019. 

VOUS AIMEZ LES VOYAGES EN CROISIÈRE ?! L'Aquarius vous emmène en croisière en Méditerranée pour une rencontre avec les communautés africaines, en déshérence et dérive sur embarcations de fortune, grassement monnayées. Ainsi, apaisant votre saine curiosité, vous aurez le privilège de découvrir des sites de désolation macabre, où le genre humain révèle ses capacités à abandonner ses semblables, jusqu'à en vendre sa chair : femmes, enfants et vieillards dérivent sur les flots au gré de l'indolence internationale -l'indifférence caractérisée des sociétés modernes est enfin dévoilée. Ainsi, vous pourrez constater la réalité de près (cachez cette réalité que je ne saurai voir), sans en subir des conséquences morales. En rentrant au port, profitez des nombreux restaurants qui, pour des prix attractifs, compétitifs et défiant la concurrence, vous feront goûter leurs spécialités régionales importées de Chine et d'Asie, en toute conscience lavée de culpabilité. Embarquement à Marseille, la ville mythique de la pluralité sociale exemplaire où des gens de couleurs essentiellement venus d'Afrique ont donné ses lettres de noblesse à la culture méditerranéenne...Terre des étrangers par excellence ! Jean Canal ; bien sûr. 21/11/18.

BONNES NOUVELLES DU GIEC : + 2° DANS moins de 10 ANS  

Lire la suite. Rien de nouveau sous les pluies. 29/10/2018. C'est extraordinaire cette capacité que nous avons à tout détruire, à tout démolir pour reconstruire différemment, alléguant comme argument, le changement en signe de progrès ; ainsi prend forme la rénovation des choses et des structures qui composent nos sociétés.

1 TRÈS BON POLICIER, C'EST UNE POLICIÈRE MORTE !


Il existe, effectivement, dans la police, une hiérarchie qui exige un certain rendement sous forme de procédures efficaces qui attestent de la capacité de ce corps d'état appartenant à la sécurité, à pouvoir résoudre de façon efficace les problèmes généraux de délits ! Les suicides permanents de ces dernières années alarmes de cette condition professionnelle qui s'écarte donc de la déontologie à laquelle cette irascible hiérarchie ne répond plus institutionnellement, en envoyant ses agents au suicide ! Trente policiers se sont suicidés cette année ! La hiérarchie montrée du doigt ! Des réformes profondes se doivent de changer les mentalités obsolètes dans les services assujettis à une hiérarchie sclérosée !  L'omerta a fini par tuer celle qui voulait valoriser la police citoyenne ! Maggy Biskupski s'est donnée la mort, après une lutte sans fin contre l’impossibilité de travailler correctement et conformément à la législation*. Hommage à un flic de classe. La Rédaction de presselibre.fr et Jean Canal font part véhémentement de leur contestation ! Aucune publication dans Alliance qui semble faire l'autruche sur ce drame...

A l'assaut du Califat déchu. Le théâtre désolant de le guerre contre l'Etat islamique que quelques européens convaincus de son avènement crurent possible. Des chrétiens, des musulmans et de syriaques combattent côte-à-côte pour une union solennelle en terre syrienne. Rojava en est l'incarnation démocratique qui en Syrie forme une coalition de population répondant à vivre ensemble contre le régime de Bachar al Assad et contre DAECH. Le population recouvre une paix précaire qu'il faudra défendre contre l'ennemi éternel des Kurdes, Monsieur Herdogan !

 Le DIPLO de janvier en dit long sur sur des problèmes inter actifs directement liés à la société. L'aliénation consumériste y est évoquée avec force invective libellée à l'encontre des responsables, à travers un dossier exhaustif sur les sujets qui en dépendent. En bref ! Faites vos "JE". Rien ne va plus.

2019 est arrivée dans le Monde Diplo. En janvier le Diplo dresse un dossier établi sur plusieurs pages durant lesquelles sont analyser les relations inextricables des phénomènes sociaux et climatiques. Il vous appartient d'en tirer 1 conclusion et de faire de celle-ci votre cheval de bataille.
En décembre, c'est l'article de Serge Halimi qui, en première page, attira notre attention, non pas pour la saveur du syllogisme en filigrane du développement de cet exposé concernant la triste fin de Julian Assange, enfermé en liberté surveillée, mais de l'intérêt que le Diplo a bien voulu, derechef, porter à une situation toujours insoluble pour l’intéressé. Divulguer une vérité politique qui remet en cause la probité de ceux qui possèdent le pouvoir de décision au-delà des frontières de leur état est donc très dangereux. Wikileaks bien que demeurer intact de cette chasse au journaliste trop curieux, ne fait plus peur. Le média en ligne diffuse toujours avec moins de divulgation attentatoire à la tranquillité des hommes d'état de la planète. Ceux qui le font, comme Médiapart, sont obligés de coder l'entrer de leur rédaction sous vidéo surveillance. D'autres journalistes un peu trop arrogant reçoivent des menaces de mort ! Qui dit menaces dit vigilance armée. Principe premier pour sauvegarder la vérité : tuer avant d'être tuer ! C'est le seul moyen de préserver la vérité de ceux qui veulent la taire en tuant celui qui la défend... Jean Canal. 30 décembre 2018.
Considérée comme un événement politico-climatique, la COP 24 répond-t-elle réellement aux urgences du chamboulement du climat !? Il fallait une concertation internationale pour apaiser les inquiétudes des citoyens concernés directement par ce phénomène, notamment les occidentaux qui risquent fort de voir leur modes de vies modifiés dans moins de vingt années, selon les prévisions météorologiques des chercheurs avisés dans ce domaine. Une situation incommensurable dont les conséquences ne sont point encore évaluées sur l'échelle démographique de la planète. Les quelques déplacés climatiques illustrent une des résultantes à venir. Le pire évidemment reste à venir, quand bien même d'aucuns ayant intérêt à entretenir un discours d'optimisme consensuel, soutienne que les pays trouveront des solutions pouvant ralentir ce processus irréversibles du temps ! Les rapports exhaustifs des scientifiques à ce sujet se trouvent facilement sur la toile pour ceux qui ne redoutent pas la triste réalité de notre situation planétaire. D'un point de vue politique, il est dans l'intérêt général d'entretenir le doute sur des prévisions arrêtées. Certes, des actes consignés sur le papier qui atteste effectivement, de la volonté des gouvernements, des états de réduire, voire d'éradiquer, à plus long terme, les polluants fossiles, rassurent les populations persuadés de la bonne volonté de nos dirigeants de sauver ce qui peut l'être encore ! Le seul état en Europe à l'heure actuelle qui s'est engagé depuis vingt ans de préserver la planète, est la suède ! La France triche et joue la montre. Le départ de Nicolas Hulot est révélateur, entre autres cas de figure, du malaise général. Et les chefs d'état précédents ne prirent le risque d'engager des réformes à ce sujet. Reportons-nous aux physiciens, scientifiques et climatologues qui n'ont eu cesse depuis plus de vingt ans de tirer la sonnette d'alarme inaudible pour les chefs d'Etats. Des plaintes à l'encontre des états et de leurs dirigeants politiques commencent à constituer un véritable contentieux qui incitent à une modification sérieuse des comportements. Néanmoins, au regard et à la lecture des scientifiques, l'avenir est compromis par des paramètres dont l'incidence modifiera notre attitude commune. Jean Canal. Revu et corrigé le 19 décembre 2018.
GILETS JAUNES UNIFORMES BLEUS  LA POLICE REVENDIQUE SES DROITS, tandis que la Grande Muette ferme sa gueule !!! Légitime en soi, cette revendication tout à fait circonstancielle tombe en période de crise aiguë pour l'exécutif dépassé par les événements politiques. Pris de court par le pas avancé des manifestation violentes d'une population en partie vindicative à l'encontre de l'état et son appareil répressif, le politique prend des mesures démocratiques en ouvrant le dialogue moyennant un cahier de doléances mis est à disposition des plaignants : une espèce de pense-bête sans suite. Sommes-nous en début de crise nationale ou en fin de crise sociale ? Les services de sécurité, police et gendarmerie confondues ont essuyé des agressions sans pareille dans les révoltes connues au XX° siècles ! Cette conjoncture traduit un refus catégorique du plus grand nombre de payer pour les erreurs commises par une mauvaise gestion du pays ! Pas de chance pour Emmanuel Macron, le Président de la République a hérité de la dette pérenne de trente année de déficit économique français dissimulé sous les emprunts contractés au profit des banques ! Les idéologies  politiques, genre, CGT, CFDT, RN, LR, en marche et compagnie, arrivent au terme de leur  influence sur les peuples qui ne se retrouvent plus dans des méthodes inadaptées aux suppliques populaires en instance d'être entendues ! Ne faudrait-il pas plutôt relativiser la crise en chassant de son propre mode de vie une large partie des succédanés que la société consumériste à su imposer à la population, sous forme de psychose collective instillée innocemment à la vaste majorité du peuple..? Les signes d'un changement sociétal semblent se concrétiser sous les aspects de la fermeté des français aspirant à revenir à une vie plus calme.  19 décembre 2018. Jean Canal.
LES GILETS JAUNES VUS PAR L'OBSERVATOIRE DU JOURNALISME : Photo presselibre.fr 15/12/2018. 22H30. ARLES. Après une manifestation nationale, il est évident de constater un essoufflement dans la synergie déployée pour revendiquer une amélioration globale du pouvoir d'achat, formulée par des suppliques d'ordre essentiellement économique. Seules les élections européennes donneront le ton pour la conduite à adopter dans les années à venir. Un signe lié indubitablement à la crise économique dont les conséquences financières démontrent un manque de moyens ! Lorsque les forces de sécurité agenouillent des lycéens, traités comme de dangereux terroristes, on est en droit de rappeler l'histoire noire de notre pays à ceux qui se persuadent d'être au pouvoir, ainsi qu'à cette majorité de français prompts à dénoncer leurs voisins (exactement en pratiquant les mêmes procédés employés sous l'occupation de 39/45), d'autant plus quand les faits témoignent de leur comportement attestant le fond de la réalité actuelle.
Dernière nouvelle de Djibouti. Peter Cherif en fin de carrière criminelle. C'est la République de Djibouti, état musulman, qui a permis l'arrestation de cet assassin. En présumant d'une fin de vie active, le terroriste en question vieillira en prison pour le plus grand bonheur des victimes de ses actes.
Un fait divers laissé intentionnellement en berne ! La corruption du Président Ismail Omar Guelleh, assigné à son poste depuis 1999 (les dictatures ont la vie longue, en Afrique), est accusé d'avoir détourné, durant des années, des fonds alloués par les aides internationales destinées au peuple mourant toujours de la disette imposée par IOG (initiales dudit). Qu'il détournât l'argent des ressources maritimes produites par l'exploitation du port, cela ne regardât que les autochtones, s'entend. En effet, fondé sur l'acquisition de biens immobiliers à Paris, IOG est directement mis en cause par la justice française. Djibouti, tous les acteurs politiques le savent, vit à crédit que ce soit avec la France, la Chine qui a financé de grands travaux (réaménagement de la voie ferrée) et l'empire d'Oman ! L'enquête avortée du juge Borrel, en 1996, assassiné par les sbires du président Hassan Gouled Aptidon (appelé 'Petit-bidon' par la légion) atteste de la tyrannie masquée sous les aspects islamistes que la Somalie entretient avec certains ressortissants, depuis la prise d'otage de 1976, à Loyada. Sera-t-il jeté dans les geôles de son minuscule état où ont été torturés et assassinés des opposants au régime ? Il est permis d'en douter... Post-Scriptum : Jacques Chirac décerna la légion d'honneur à son homologue Ismail Omar Guelleh... Vive la France ! Jean Canal. 1er décembre 2018. 
Il fallait illustrer cette déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 par une photo, bien que aujourd'hui, seul Amnesty International veille aux respects du genre humain qui ne connaît point de répit dans les exactions commises à son encontre ! Depuis cet espoir de paix formulé de façon unilatérale, Chine et Union Soviétique de concert votèrent pour, les atteintes portées aux droits de l'homme n'eurent cesse de se perpétrer en Occident comme ailleurs ; le France n'étant point épargnée, hélas ! France Culture & la chaîne ARTE présentent quelques dossiers à ce sujet. Jean Canal. 10 décembre 2018. Conférence de presse de la Commission des droits de l’homme présidée par Eleanor Roosevelt, le 7 décembre 1948. / UN Photo 
Lundi 11 décembre 2018, 20H. Les français attendent beaucoup de l'intervention télévisée du chef de l'état. Sur les routes, aux ronds points, les Gilets Jaunes ont allumé leur téléphone mobile. Emmanuel Macron doit rendre des comptes sur la gestion du pays. Dès les premières images, on constate que le Président de la République est inquiet. Il commence un discours laconique qui est censé apporter des réponses aux révoltés de ces quatre dernières semaines. De la teneur de ses propos, dépend la suite des événements. L'endettement de la France faramineux est dû à des années de gestion économique laxiste des précédents pouvoirs ; c'est une évidence ! L'héritier de cette démocratie vacillante avait oublié le peuple ! Erreur fatale, s'il ne propose pas d'amélioration de l'ordinaire : plus d'argent aux pauvres, moins aux riches !, le pouvoir sera fragilisé par des émeutes à répétition ! Son allocution manquera de sincérité et de construction syntaxique littéraire. La brièveté de ses propos n'a convaincu qu'une minorité : les 3% du PIP passeront donc à une valeur approximative de 5% aggravant la dette ! Les évasions fiscales et les impôts des grosses sociétés n'étant toujours pas perçus, la situation à venir sera elle aussi inquiétante. Jean Canal. 11 décembre 2018.
Suicide d'un gendarme dans le var. L'acte est survenu ce mois d'octobre 2018. Un de plus dans la longue liste sombre des disparus de la gendarmerie. On se demande, si la profession n'a pas pris des allures disciplinaires dans sa formation militaire, sous forme d’oxymore. Les méthodes de procédures sur le terrain, d'après quelques fréquentes constatations, relèvent toujours de comportements grossiers qui consistent à utiliser des divergences grotesques, s'écartant souvent de la déontologie, et dénuées, évidemment, de toute intelligence pouvant favoriser des éventuelles investigations servant la justice et non la fatuité locale des brigades. Enfreindre une propriété privée avec la voiture de service, puis une voiture banalisée, pour espionner des personnes insoupçonnables, traduit, effectivement un grand malaise dans l'ordre intellectuel des idées... Le pire est lorsque la gendarmerie envoie des gendarmes en civil pour une opération de surveillance. Il est toujours regrettable d'apprendre un décès sous cet aspect ; alors qu'un militaire, au pire, devrait mourir au combat ou en mission ! Jean Canal. 5 décembre 2018. Photo Ouest France.

Le prix Nobel féminin 2018 : un témoignage émouvant. Daech viole, tue et exploite le Coran pour des raisons de stratégie géopolitiqiue, l'économie étant un des intérêts tacitement maintenus en filigrane d'un état islamique fictif. Le rapport avec les femmes est donc évident. Le témoignage de Nadia Murad plaide en faveur de toutes celles qui ont été violées, mis en esclavage et tuées pour la seule raison du plaisir de la chair ! Jean Canal. 7 octobre 2018.
LA TURQUIE a le courage d'accuser directement les responsables saoudiens coupables de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Des Princes arabes directement visés par l'enquête. 
André Glusman avait titré son ouvrage critique sur la dictature en Ethiopie de Mengistu, en 1985 : "Silence on tue !" Avec le(s) Prince(s) d'Arabie, les meurtres, assassinas, disparitions, tortures, etc. sont une pratique courante du régime arabe qui n'a cure des retombées de dieu rarement manifesté ces dernières années ! Nous avons pu constater les limites de l'occident à appliquer des mesures de sanction à l'encontre de ceux qui bravent les Lois des Droits de l'Homme (fêtant ses 70 ans, cette année), impunément au Yémen, notamment. On est donc en droit de se demander si les institutions ont permis d'éradiquer les crimes contre l'humanité, selon la formule consacrée. A priori, le monde est toujours, si ce n'est plus  (en tenant compte de l'évolution sociale des sociétés), sauvage et barbare ! A qui peut-on faire donc confiance aujourd'hui, pour défendre becs et ongles les atteintes permanentes aux droits de l'homme ? - Personne, Jean Canal, ou peut-être les femmes qui aiment les laisser pousser... 29/11/2018.
Donc, le Coran reconnaissant l'existence de Jésus en tant que Verbe incarnant l'esprit saint, le coran s'inscrit dans la continuité de l'évangile et de la Thora juive. Comme Mohamed le prophète, Jésus précède, dans la lignée prophétique depuis Abraham, Mohamed le Prophète des musulmans. Jean Canal. Réflexion sur les prophètes. 15 août 2018. fête de Maryam.   Lire la suite. L'Etat islamiste déchu, DAECH vaincu, restent les idiots utiles voués à la cause perdue de la haine, quand on sait que les musulmans de France aspirent à vivre en paix. La société est confrontée à d'autres problèmes majeurs, mais qui sont inconsidérés par la majorité des populations : les conséquences désastreuses du chamboulement climatique vont dicter la conduite à tenir à l'avenir pour durer ! L'orgueil des musulmans rencogné dans les strates de leur identité, ils comprennent que la vie en société est la seule planche de salut pour pouvoir exister sous les lois de la République ! Jean Canal. Après avoir longuement discuté avec 1 vrai musulman de Marseille. 6 juillet 2018. 
L'ARABIA FELIX. 14/18 : le 11 novembre commémore son centenaire d'une guerre meurtrière entre deux états aujourd'hui amis ! C'est l'occasion de vous présenter ce reportage édifiant sur la guerre du Yémen, territoire convoité religieusement par l'Iran et l'Arabie Saoudite, avec une coalition musulmane très significative dont le Maroc fait partie, entre autres d'états passifs dans leur attitude belligérante !
Quand il s'agit de massacrer un peuple, en invoquant un dieu que l'on ne voit jamais, d'ailleurs, la coalition déploie suffisamment de force pour éradiquer tout ce qui vit ! Chiites contre Sunnites au nom d’Allah ! On est en droit de se demander si les populations musulmanes qui cautionnent donc ce genre de conflit, par l'assentiment de l'implication de leurs états, ont conscience des conséquences idéologiques que cela insuffle sur des comportements à venir ?! [SIC]


L'ouverture officielle aura lieu en 2020, tellement ce projet pharaonique exige de la minutie dans son élévation. Une architecture à la hauteur des ambitions artistiques que Maja Hoffman, Mécène émérite de cette extraordinaire revalorisation du patrimoine arlésien, a voulu à la mesure de la passion que la nouvelle Dame de Arles porte à la Culture photographique dans l'art qui lui est consacré. Il fallait que ce siècle commençant fût estampillé d'une œuvre magistrale pour signifier que les rives du Rhône irriguent la culture pérennisée par une architecture ostentatoire ! Parc et jardin ajoutent à ce lieu d'expositions qui ne peut qu'enrichir qui la cité antique, qui les rencontres de la photographie internationale d'Arles. Jean Canal. 10 décembre 2018. photographie Jean Canal.De nos réseaux sociaux cette photos de deux femmes en lutte contre les prévarications du gouvernement ! C'est vrai que, à se faire baiser, autant choisir...

A lire aussi : le bel article de la Revue Esprit

Chris Marker signe un chef-d'oeuvre inégalé jusqu'à ce jour dans le thème choisi. Le Joli Mai est un document sociologique évident qui met en scène la vie parisienne durant ce moi de mai 68.  Alternant avec plusieurs caméras sur des prises de vues réalisées dans des contextes spécifiques à l'événement du mois de mai 1968, Chris Marker prend la température de la capitale, au sein des populations qui l'habitent, la composent et l'animent, sans aucune discrimination de classes sociales et évidemment de cultures sociales. Que s'est-il passé au mois de mai 68 ? Rien de très important qui eût changé la vie quotidienne des parisiens... Jean Canal. 7 mai 18.

L’EXTRÊME DROITE EUROPÉENNE. 

176 000 euros* de salaire annuel pour Dame Jouanno, patronne de la CFDP, qui occupe un poste de fonction gouvernementale ! Le problème en France n'est pas de gagner plus, mais de répartir les richesses à ceux qui gagnent moins !, car tout le monde voudrait gagner plus ! La preuve, les derniers malaises sociaux que l'Italie encourage. Il paraîtrait que certains élus souhaiteraient réformer les revenus des élus, aux calendes grecques... *La CAF de l'Ariège reproche à un allocataire du RSA, d'avoir fraudé en ayant déclaré 2900 euros de revenu aux impôts pour l'année 2017. Elle l'accuse de fraude et lui retient 100 euros par mois pour rembourser son "espièglerie." Vous penserez, certainement à juste titre, que l'Ariège est la région des arriérés; et les faits vous donneront raison de quoi attraper une jaunisse. Et en période de Gilets Jaunes, vous trouverez aucun médecin pour vous soigner.... Jean Canal. 9 janvier 2018.

LE NIVEAU DES ENSEIGNANTS EN BERNE "On" savait que le niveau intellectuel des enseignants avait considérablement baissé ; il suffisait de le constater au primaire et dans le secondaire (les exemples ne manquent pas). Désormais, l'institution que représente l'éducation nationale veut réduire les années d'études pour le poste d'enseignant. Finit le CAPES ! La société qui est déjà constituée d'idiots utiles va se doter d'abrutis consuméristes d'appoint... Jean Canal ; bien sûr. 8 juin 2018. Sur France Culture, ce matin d'automne du 26 octobre, une information avançait que le QI était considérablement en baisse d'une façon générale... Cette analyse fondée sur une étude sociologique au sein des élites de la nation, révèle donc que les sociétés sont "en marche" vers un abrutissement des peuples et de leurs dirigeants... Jean Canal ; bien sûr. Et Emmanuel Todd de le souligner, lors de son colloque, en rappelant que l'intelligence est rare chez les chercheurs...
Les intellectuels n'ont jamais eu le pouvoir de parole, seulement celui de penser ! Et dans une société où tout le monde entend ce qui se dit, personne n'écoute ce qui en ressort d'important. Et l'état actuel de nos sociétés l'atteste ! La régression culturelle est significative du niveau intellectuel général des peuples policés ; et cela quand bien même la diffusion médiatique des événements mondiaux eût-elle un impact sur le mental. La réaction individuelle n'impacte que soi-même, quand elle est appliquée selon des schèmes personnels : il faut désormais penser au nom de l'humanité ! Jean Canal. 11 septembre 2018.
 
Le Panthéon : une sépulture destinée à l'éternité des illustres nationaux. Qui sont ces personnages qui défient le temps en demeurant dans la postérité. Ni les Grecs, sous l'apogée de Périclès, ni les Romains, dans la République, ne se souciaient de préserver le corps de sa déperdition physique. Seule la mémoire intellectuelle se transmettait de génération en génération, moyennant la culture. Verrons-nous un jour, un simple écrivain comme il en existe tant, un artiste emblématique d'un courant artistique défiant "les classiques contemporains" ? Bref ! Préserver la mémoire de l'oubli général fut et est toujours un exercice de style qui fait encore fructifier la culture. Jean Canal. 3 juillet 2018.