NOS ARCHIVES

By | 1 septembre 2019

ARCHIVES PRESSELIBRE.FR DE 2009

ARCHIVES

Nos anciennes archives se baladent toujours sur la toile

Création d'archives récentes des articles publiés sur le site

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est téléchargement-1.png.Dernières nouvelles chez les voyous de la République : déchu de sa légion d'honneur, l'ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy vient de tomber, seul ! Dans le même élan de nos rubriques préférées des français qui affectionnent les faits divers en mode thriller, les policiers étant également justiciables, certains ayant abusé de leur statut contre des Gilets Jaunes seront traduits en Correctionnelle ; voilà une bonne nouvelle.

La politique d'Emmanuel Macron sanctionnée par une sévère leçon de démocratie populaire. Les urnes ont exprimé leur volonté de respecter le choix du peuple, soit-il décrié des partis adverses (légitimité idéologique des politiciens battus) ! Mélanchon rangé parmi les idées surannées. Laurent Wauquier renvoyé à sa démagogie politique !  Les Républicains décimés, la Gauche abandonnée ! Le changement est donc au rendez-vous inattendu...

Désormais, appartenir au Rassemblement National ne relève plus de la diabolisation. Premier parti de France, le RN adoube la place aux Républicains devenant obsolètes et ayant perdu toute crédibilité populaire. Quant au mélanchonisme, il vient de se marginaliser, accusant une défaite cuisante qui traduit le manque de sérieux dans un programme antidémocratique ! Reste le parti LREM, espoir des Bos-Bos, lequel se délite au fil de ses échecs de politique sociale.

La forte mobilisation des français traduit l'inquiétude générale du pays en proie à des crises sociales successives qui ont affaibli les partis politiques officiels, clivant autour de la Gauche et de la Droite. L'écologie ne fait toujours pas l'unanimité. Renvoyée aux injonctions secondaires, l'écologie relève d'une utopie politique ancrée dans les mentalités toujours frileuse à son égard. Jean Canal. 26/28 mai 2019. Elections européennes.

Post-Scriptum : Sincères condoléances pour le décès du parti Les Républicains ; les derniers symptômes attestant de l'affaiblissement du défunt, présageaient, effectivement, de sa prompte extinction quelque peu programmée.

En France, la liste du RN arrive en première position avec 23,7 % des voix, un point devant celle de la majorité LRM à 22,5 %. EELV arrive en troisième position avec 12,6 %, devant Les Républicains, qui plongent avec 8,1 %. La France Insoumise obtient 6,3 %, comme la liste PS-Place Publique. Les autres listes comme Debout la France ou Génération.s n’arrivent pas à 5 %.
La participation atteint 51,3 %. Elle était de 42,43 % en 2014 et est inédite depuis vingt-quatre ans.

CLAUDE GUÉANT CONDAMNE A 1 AN DE PRISON

MERCOSUR; AOP/AOC. Ce dernier accord économique est l'occasion pour la FNSEA de réformer son mode de production agricole de sorte à imposer sur le marcher des produits sans traitement. Facile à écrire certes, mais aussi facile à mettre en oeuvre, comme le font les productions locales de l'alimentation biologique ! Tout n'est pas seulement une question de politique gouvernementale irresponsable. Les Français, entre autres des européens, devront faire l'effort de choisir le meilleur. Emboîtons le pas et franchissons les limites de la digression avec un sujet retenu par le Diplo de juin. Le progrès a t-il permis de favoriser l'émancipation de l'individu social, englué de plus en plus dans des compromis économiques pour pouvoir exister au cœur de la cité ! Identification au regard des autres qui ne manqueront pas de relever toutes les anomalies antisociales qui risqueraient d’attenter à une utopie démocratique que cultive une majorité politique souverainement reconnue. Les idées aussi vieillissent par manque de pratique régulière. Ou bien elles sont remplacées à défaut de disparaître et renaître sous d'autres aspects politiques ! Ou alors elles se sont maintenues sous d'autres formes adaptées selon les idéologies conjoncturelles. Tout le danger repose dans leur pérennité et le ferment obsolète, voire conservateur qu'elles entretiennent de façon sous-jacente à travers une réalité trompeuse. Pensez-vous que le progrès qui nous ait proposé peut être un signe de salubrité publique

LYNCHAGE MÉDIATIQUE FRANÇAIS ! C'est effectivement une spécificité française que de mettre au pilori tous les hommes d'état qui détournent ou bien utilisent les deniers publics à des fins personnelles, comme ce fut fréquemment le cas, sous tous les gouvernements ! Une méthode qui s'applique systématiquement sous tous les angles, de la rénovation de logements de fonction ou repas d'affaire, ainsi que des achats et frais occasionnels onéreux. Bref ! En période de crise sociale, caractérisée par les mouvements sociaux incarnés par les Gilets Jaunes, c'est un manque de respect à l'égard d'un peuple à qui l'état demande de faire des efforts de dépense, jusqu'à se serrer la ceinture... Une cure de consommation en quelque sorte que les politiques ne semblent toujours pas appliquer sur eux-mêmes, en exemple. Ce contexte ne plaide pas en faveur de l'état qui tend à réformer l'appareil institutionnel à des fins sociales, au demeurant ultra libérales pour justement libérer les marchés. On ne peut que constater les difficultés que rencontre le gouvernement à mettre en application les mesures qu'il demande au peuple ! Sans commentaire supplémentaire. Jean canal. 16 juillet 2019.

La Droite française vient de prendre un sacré coup de vieux. Nicolas Sarkozy a vieilli de dix ans d'un coup, soit la totalité de deux quinquennats présidentiels ! Valérie Pécresse, en quittant Les Républicains, vient de faire preuve de bon sens, là où le raisonnement était inattendu. Y'aurait-il donc des gens intelligents à Droite ? Eric Ciotti lui reproche "d'abandonner un navire" devenu fantôme... Le député-maire prend aucun risque en coulant seul sur une planche rescapée du naufrage ! Et s'ils fondaient un parti Pirate ?

Avec Christian Jacob et Bruno Retailleau*, la Droite républicaine invoquée sous la métaphore de Les Républicains, révèle son identité idéologique ravie au Front National, parti qui s'est installé à la tête de la Droite française, à en croire les résultats des dernières élections européennes. Le durcissement de ton de la nouvelle garde des valeurs perdues de jadis, s'explique par les défaites successives des dirigeants enclins à adopter des mesures politiques excessives, voire exigeantes envers leur électorat ! Laurent Wauquier aura eu effectivement la maladresse de croire à ses illusions dans une solitude que les électeurs lui ont permis d'exercer sans entraîner les autres ! La politique étant imprévisible, elle réserve des surprises aux idéologies trop sûres de leur conviction. Distinguer un homme de droite d'un homme de Gauche, est difficile de nos jours où l'opportunité se saisit au vol. Salut ! Et vive la France ! Jean Canal. *Le Sénateur de la Vendée n'a pas reconduit les subventions allouées au Hellfest.  Laurent Wauquier, l'homme qui ne sert à rien, a enfin quitté le parti Les Républicains. Au moins, il aura réussi à mener son parti à sa perte ! « On doit savoir qui est au RSA et qui ne l’est pas »a martelé Laurent Wauquiez, estimant que ces gens qui vivent aux crochets de la société devaient «assumer en plein jour, avec un habit particulier ou un costume permettant d’identifier immédiatement un bénéficiaire du RSA »Laurent Wauquier conduit la politique analogue à celle de Philippe Henriot, en adoptant des mesures attentatoires aux libertés individuelles, obligeant des citoyens socialement déclassés à s'affubler d'un signe distinctif infamant. C'est comme cela que tout à commencé en 1942, lorsque le gouvernement de Vichy mit en place sa propagande antisémite. Avec nos derniers événements à l'encontre d'Alain Finkielkraut, le paroxysme est à son apogée ! Les hommes politiques radicalisés dans la connerie se distinguent immanquablement par des propos traduisant leur fond de pensées, contenues jusque-là, à l'encontre de tout ce qui représente un danger pour la nation ! L'économie étant au plus bas, dans nos affaires sociales, il faut, comme en 1942, trouver un responsable idéal : une espèce de bouc-émissaire qui profite, en l'occurrence, des régimes sociaux, payés par les français actifs ! De surcroît, la dette de la France végète et le coût occasionné par la gestion du social, relève "d'un pognon de dingue!" Non ! La France n'a guère connu de changement radical dans ses politiques malléables à souhait, selon les critères en cours. Madame le Pen vient de perdre la prééminence de l'antisémitisme et du racisme avérés. Un passage de Jean de la Fontaine dans "Les animaux malades de la peste" illustre à peu près la situation actuelle, en France. Le coupable idéal pour une politique de la Droite Extrême : "L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents, On fait de pareils dévouements." Jean Canal ; bien sûr. 28 février 2019.

REFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE
5 MILLIONS DE FONCTIONNAIRES EN FRANCE.

 Quand la rhétorique donne du sens au discours, l'allocution semble répondre à l'échos des classes. Parler pour ne rien dire. C'est le résumé de l'allocution du Président de la République de ce soir, qui dura six minutes de 20h à 20h 6mn. Ce n'est pas ce genre de propos que les français attendaient, notamment ceux qui manifestent sur la voie publique depuis l'an dernier. Les doléances des français en colère ne sont toujours pas évoquées, dans une épreuve nationale qui ravit la une aux priorités sociales en berne. C'est à croire que la violence déployée dans les manifestations ne mérite aucune considération. Entre autres, les causes de l'incendie de notre Dame de Paris ne sont toujours pas élucidées et ouvrent le débat aux suspicions. En bref ! Rien de nouveau en France. Revu et corrigé le 20 avril.   Jean Canal.Le dernier débat d'Emmanuel Macron en Corse. "L'île vit en soins palliatifs." Les Corses disent ce qu'ils pensent et pensent ce qu'ils disent. La confrontation est directe. Les élus ont exprimé leur ressentiments mesurés concernant une politique gouvernementale qui depuis quarante ans a démissionné. Quant aux Nationalistes, ils se sont abstenus, refusant de rencontrer le Président. Suivant l'idée critique populaire rejetant la présidence Macron, quelle alternative les partis politiques adverses proposent-ils pour sortir le pays de l'impasse sociale dans laquelle il s'est englué depuis les derniers mandats présidentiels de ces trente dernières années ? Jean Canal. 5 avril 2019. 

Qui vota pour Emmanuel Macron ? si ce ne sont les socialistes déconfis et la droite complexée ! Renier ses opinions en revenant sur un bilan cautionné aux urnes de 2017, cela traduit effectivement l'abrutissement général de ce pays qui change, à chaque mandat présidentiel, d'identité politique... Deux pas en avant, un pas en arrière ; c'est à peu près la méthode française appliquée depuis trente années, avec l'assentiment du peuple qui renouvelle sa confiance aux politiques, à chaque mandat ! La France donne l'impression d'un état nouveau qui se cherche une identité nouvelle, tintée de multiculturalisme ! Avec Macron, la politique est différente : trois pas en avant pour un pas en arrière. L'économie de marché donne le ton et le système social ne convient plus à l'ultra libéralisme en gestation. La France d'autrefois est morte. Il va falloir accepter, et c'est déjà le cas, que vendre des armes à un assassin d'Arabie Saoudite est légal et, au demeurant légitimé par la nécessité des crises économiques en perspective. L'argent n'a donc pas d'odeur... et quand bien même serait-il échangé contre du sang, les populations victimes des conflits en sont son sacrifice sur l'autel de l'évolution économique ! La réalité est plus cruelle qu'on se le laisse imaginer, chez soi, entre gens cultivant les mêmes idées ! Les facteurs d'abnégations sont le chamboulement climatique et la démographie, le tout sous pression économique... Le choix n'est plus une question partisane, mais universelle. Bref ! "Les français sont des bœufs" répétait le Général de Gaulle... Celle-ci, vous ne l'avez pas volée... La Rédaction de presselibre.fr
FONCTIONNAIRES AU BOULOT ! 310 000 FAINÉANTS parmi ces "emplois fictifs" qui consistent à justifier de son salaire en faisant preuve d'acte de présence... Les profiteurs du système sont dans la légalité administrative ! Ils jouissent des avantages que leur statut leur procure selon des clauses incluses dans leur profession : l'enseignement notamment ! Nous payons par nos impôts, ces gens-là qui sont arrogants, vindicatifs ! Un rapport statue sur les heures de repos que les fonctionnaires s'accordent, illégalement, durant leur temps de travail ! Ce n'est point une nouvelle de la part du ministère concerné, mais une confirmation de ce que tout le monde savait depuis Mathusalem ! Aucun gouvernement n'eut le courage de réformer ces fainéants qui de surcroît ont le culot de critiquer les gens en situation de précarité, comme les bénéficiaires du RSA & Cie. Pour une fois, et ce n'est pas coutume, les gendarmes sont signalés comme bosseurs... Il faut savoir ce qu'on entend par travailler dans une brigade...Si se balader en voiture parce que le voisin ou la voisine ou encore la commerçante vous appellent en plein milieu de votre partie de belote, à l'heure de l’apéro, vers 11 heures, est considéré comme un travail !? Alors débranchez le téléphone, les Goths ! Jean Canal ; bien sûr. Lire le complément ici. 26/03/2019.
Pour le scrutin de mai, le besoin de recouvrer une force vive présidentielle est primordial pour la pérennité de la présidence actuellement "en marche." L'écologie ne semble toujours pas faire l'unanimité politique pour un sujet fui par les élus nationaux qui ne préconisent aucune alternative face au chamboulement climatique, également 'en marche.' Une certitude cependant, l'avancée climatique ne tient compte d'aucune idéologie politique et son processus irréversible manifeste régulièrement ses capacités à exiger un changement ! La déduction de cette situation appartient à chacun en conscience des conséquences à venir.
Hormis l'armée qui représente tout de même la garantie de la paix en une période où l'islamisme radical est loin d'être éradiqué, la gendarmerie qui régule les conflits entre français dans les communes, et quelques flics consciencieux de leur devoir, des fonctionnaires protégés par leur statuts ont abusé durant des années de leur situation professionnelle : gratte-papier, employés des impôts, de recettes publiques et de tous autres emplois fictifs dans le sens où l'occupation d'un poste à temps réduit impactent sur le budget de l'état et les impôts des actifs et désormais retraités ! La réforme de la fonction publique provoque des réactions au cœur des syndicats. Il fallait s'y attendre. Pourtant 310 000 fainéants ont été recensés parmi les 5 millions de fonctionnaires actifs. Les gouvernements successifs se gardèrent bien d'entreprendre des réformes dans ce secteur. On comprend pourquoi. Impopulaires, les réformes d'une façon générale ne plaident jamais en faveur du gouvernement qui l'entreprend... Jean Canal. 27 mars 2019.
12 années que la France vit à crédit ! Grands Débats démocratiques. La victoire sociale d'Emmanuel Macron
La prise de parole des français a bel et bien été entendue par eux-mêmes notamment. La démocratie a très bien fonctionné durant les débats entre les français et le Président de la République. A l'écoute des intervenants qui n'ont pas manqué de faire des propositions de réformes sociales favorables à une évolution plus égalitaires dans les relations publiques, Emmanuel Macron ressort vainqueur de ces confrontations populaires des quelles, le Président de la République tire une conclusion positive de son mandat. Les Gilets Jaunes viennent de connaître leur défaite prévisibles au regard des exactions commises au cours des affrontements à Paris, avec les forces de l'ordre. Jean Canal. 14 mars 2019.
La question de la laïcité relativement à la loi 1905
Finissons-en une bonne fois pour toute. Il y a usurpation d'identité ! Vol manifeste de culture ! Détournement intentionnel d'idées ! Au pis, violation de propriété intellectuelle : l'Histoire est, derechef, volontairement détournée au profit de la haine contre autrui ! On ne peut plus rester passifs devant ce qui va nous anéantir sous l'égide de la légitimité démocratique, autorisée en droit constitutionnel ! Nos principes politiques se retournent contre nous : le peuple français à part entière. Ce serait même un déni de justice de se reconnaître justiciables, dans cette nouvelle croisade idéologique qui est en train de s'abattre sur la France ! On doit pouvoir vivre tous ensemble sans subir les menaces permanentes d'individus parasitaires qui se sont jurés notre anéantissement, en vitupérant contre des entités françaises aux obédiences religieuses différentes : la discrimination doit être sévèrement punie par la loi ! Aucune idéologie ne peut prétendre, en ce pays, du moins, à nier la suprématie institutionnelle des lois de la République. Une espèce de confusion a essaimée dans les esprits populaires, perturbant l'équilibre social, jusqu'à le fracturer. Le bilan de l'économie déficitaire accentue ce phénomène sans pour autant en justifier une violence vindicative ! La France est au plus mal, et c'est le peuple qui se doit d'être à son chevet pour un prompt rétablissement dans la légalité institutionnelle. Jean Canal. 21 février 2019.
Étonnant de rencontrer Christine Ockrent qui est également présente sur France Culture et Christine Angot, écrivain, se fourvoyer dans un débat puérile qui ne révèle rien d'intéressant concernant le fond du problème économique de la France, si ce n'est sur les comportements des uns et des autres avides d'une actualité populaire nourrissant, à satiété, les médias.  Les Gilets Jaunes se vendent bien ! Ce qu'il faut retenir de cette joute partisane sont justement les intérêts idéologiques de chacun, loin des préoccupations nationales et de l'intérêt général des personnes en précarité. La redondance de Edwy Plenel, se congratulant par le truchement de son Média en ligne, saisissant l'occasion de citer ses petits-enfants enclins à subir cette situation économique, n'a point échappé à Christine Ockrent qui semble se souvenir des méthodes de l'ancien directeur du Monde ! Il faut suffisamment d'observation pour déduire ce qui reste évident...à l'écoute d'un plaidoyer favorable aux intérêts de chacun. D'ailleurs Christine Ockrent fait seulement acte de présence par courtoisie, pour répondre à l'invitation de cette soirée qui comble un vide intellectuel dans l'information attendue, en vain ! Certains auraient dû rester au lit... Jean Canal. 25 décembre 2018. On aurait volontiers voulu ne plus avoir envie d'entendre parler des Gilets Jaunes, en ce début d'année 2019. Merci ! Au même titre que l'on se serait aisément passé d'assister à des conflits internationaux sur les terrains des guerres au Moyen-Orient, en Afrique et ailleurs ! Quant aux épouvantails comme Trump et son homologue de la Corée du Nord dont le patronyme est difficile à rappeler, ils nous distraient et font les unes des presses officielles ! Ce dont nous aurions certainement besoin, c'est d'un tantinet d'accalmie au moins durant l'hiver afin de recouvrer toutes nos sensibilités humaines, histoire de savoir exactement où nous en sommes tous. Il faudrait essayé de savoir à quoi nous aspirons réellement dans cette vie collective que nous vivons au quotidien avec des gens avec lesquels nous n'avons par forcément d'affinité et dont on se passerait bien souvent de leur présence. La promise cuité sociale est une réalité qui exerce sur chacun d'entre nous une pression psychologique indéniablement liée au contexte sociétal fort perturbé ! L'autre, eh bien, est toujours cet enfer social qui vient perturber notre quotidien, au demeurant notre existence tout en en modifiant les paramètres, souvent en nous déviant des propensions originelles qui font de nous des êtres déchus de cet idéal ébauché sur de frêles pensées évanouies dans les décombres de la pensée ! On sait que la société contribue à développer toutes sortes de contradictions qui nous obligent à abandonner définitivement nos "rêves", finissant par contracter des formes de compromis avec l'existence, abdiquant même devant la force de dissuasion sociale, au demeurant renonçant à être heureux ; puisque ce n'est plus dans l'aire du temps... Et donc une société qui ne répond pas forcément à ce à quoi nous avons aspiré au cours d'un vécu déjà terminé ! Quels que soient les projets  personnels, élaborés à partir de concepts réalisés d'après une possible réalité, il y a toujours des éléments sociaux qui viennent en modifier le sens que nous lui avons prêté par des concours de circonstance fortuits, en amont de nos idéaux. L'année prochaine sera t-elle mieux que celle écoulée ? Nul ne peut plus apporter de certitude sur ces 360 jours et quelques qui nous restent à vivre. D'autant moins que désormais les hommes politiques n'auront plus le pouvoir du changement, puisque le chamboulement climatique nous dictera notre marche à suivre ; et cet événement vaut encore la peine que l'on le vive, quand bien même ne serions-nous pas d'accord avec ce que nous vivons... Formulez vos vœux 2019, au meilleur de ceux qui vous conviennent et correspondent à cet idéal de vie auquel vous n'aspirez plus, faute de manque de convergence sociale et de paix universelle ; le reste n'étant que falsification du quotidien. Assumez donc le rôle que cette dernière vous assigne. Jean Canal. 1er janvier.

Quelques nouvelles de l'Italie fasciste -exempli gratiaUne dernière info nous apprend l'infiltration de Luigi Di Maio au sein des Gilets Jaunes. Il s'agit en fait d'espionnage sur les méthodes de revendications démocratiques dont est privée l'Italie sous la dictature de ces deux dirigeants actuels -pratique courante dans un état européen réprimant les libertés ! Une expérience qui porte ses fruits en Italie, puisque, aujourd'hui, 9 février 2019, les italiens endossent les Gilets Jaunes pour manifester à Rome. Merci Monsieur Luigi Di Maio ! Mission accomplie. Après la défaite des italiens à la bataille d'Adoua, Ethiopie (1er mars 1896), l'Italie tente péniblement de reconquérir cette terre vierge de toute colonisation, en octobre 1935, avec des moyens militaires disproportionnés comparés aux arcs et lances des tribus éthiopiennes massacrées (on mesure, ici, la bravoure des con-quérants). On relève, itou, le courage de l'armée italienne d'alors qui, quelques années plus tard, en 1939, scellera l'alliance dans l'axe du mal de la seconde guerre mondiale. "Mare Nostra" (ne pas confondre avec Causa Nostra qui est un organisme intégré dans la constitution italienne comme une organisation d'utilité politique à but non lucratif, bien sûr) est le slogan de Luigi Di Maio, président du Conseil italien actuel, en médaillon en tête de cet article, qui attaque pour se défendre de ses intentions nationalistes (la demande d'extradition de Cesare Battisti, le confirme) ! Egalement, en 1911, l'Italie sous le rayonnement de son royaume, avait aussi conquis la Libye, manu-militari, façon armée romaine à la César. Berlusconi ne manquera pas de manifester son amitié au diable de Triploli, en mémoire du passé glorieux de Bénito, le Duce. On se souviendra, en une brève leçon d'histoire...géographique que ces états se trouvent en Afrique, là-même où la décolonisation du Général de Gaulle entreprit de redonner aux peuples colonisés leur autonomie démocratique et leur liberté ! En bref ! Il est puérile d'attaquer quand on manque d'armes de dissuasion et les risques d'essuyer une défaite politique dans l'avenir se peuvent révéler au fil de l'actualité politique...européenne, incessamment sous peu. Jean Canal. Revu et corrigé le 08 février 2019. Desinit in piscem.

Dans le classement mondial de la politique internationale, les centres d'intérêts qui font les Unes de la presse résident dans le charisme que dégagent les chefs d'états. Dans l'ordre de cette hiérarchie politique, Trump a ravi la prime place à d'aucuns qui croyaient brillaient par leur élection fraîchement émoulue des concours de circonstances électoraux : Emmanuel Macron a perdu, depuis certains événements nationaux, de sa superbe, celle que son électorat issu des classes moyennes, lui avait conféré à la présidentielle de 2017, sous couvert de sauver les nouveaux élus de l'économie libérale de la crise sociale en perspective (puisque le phénomène sera désormais récurrent) ! Il appert une espèce de lassitude à assister à cette parodie de pouvoir qui a fini par déliter le tissu social tramé au cours des années heureuses de la France ! C'est paradoxalement sous le régime du général de Gaulle, le héros de Vichy qui redonna au pays une dignité, accentua le processus de la décolonisation et quitta le gouvernement après en avoir été chassé par les échauffourées de soixante-huit. L'histoire explique les conflits sociaux sans en donner les véritables raisons qui les font naître. Les mouvements de foule contractés à la suite d'idéologies écloses suites à des crises sociales, ne tiennent jamais compte de la responsabilité des peuples qui ont cautionné durant des années une politique dictée par les partis ! Le système social en soi, lui, a évolué au rythme des réformes qui l'ont enrichi afin de répondre aux besoins des classes en bénéficiant. Les erreurs commises par les uns et les autres sont établies par l'abus constant qui a été pratiqué impunément par ceux qui avaient trouvé un certain intérêt dans cette méthode de spoliation sociale : tuer en quelque sorte la poule aux œufs d'or ! C'est tout un pays qui s'est délité, étiolant ses propres richesses dilapidées par une poignée de gens d'horizons sociales opposées. Sous le regard indolent des dirigeants politiques, jusqu'à celui de François Hollande ne se risquant point, comme ses prédécesseurs, à réformer cet outil de travail, la France a sombré sous les dettes et finit, aujourd'hui, par vivre à crédit ; alors que sous de Gaulle, elle recouvra son équilibre financier, exempt de crédit bancaire. Et le pire est qu'elle suit encore cet itinéraire dans la sphère du libéralisme ultra conservateur de ses méthodes liberticides !  L'Europe a évidemment accentué puis précipité cette chute qui impute les classes sociales les plus défavorisées, comprenant également celles qui votèrent en faveur de Emmanuel Macron ! Ce retour de bâton était donc prévisible et il fut suffisamment dénoncé par nos éminents intellectuels dont les analyses sont restées vaines. En quelque sorte, nous avons contribué à notre déchéance sociale en fragmentant les rapports de ses classes qui ont creusé et creuse encore les différences. La France des Gilets Jaunes est peut-être un signe ostentatoire du refus d'un système qui s'est érodé par une corruption internationale des pouvoirs économiques déposés entre les mains des dirigeants. Mondialisation, Organisation Mondiale du Commerce, Fond Monétaire International et ultra libéralisme ont perturbé les relations commerciales de la planète en détruisant les liens sociaux entre les peuples. Et pourtant, le peuple dans la rue fait toujours peur aux politiques. Il y a u relent de 1793 qui émane des esprits vindicatifs enclins à en découdre violemment avec les pouvoirs de servitude ! La prise de pouvoir économique par les grands dirigeants du capitalisme, Chine communiste y compris, ont précipité la déchéance sociale actuelle. Pas de paix sociale sans justice sociale ! Jean Canal. 7 janvier 2019.